Menu

Actualités - Cinéma

Satyajit Ray, poète Bengali : deuxième partie

SATYAJIT Ray, un poète bengali 2EME partie

Evénement cinématographique incontournable que la réédition en salle ce mercredi par Les Acacias de trois films de Satyajit Ray en copies numériques restaurées. Trois films très différents qui témoignent d'un artiste qui n'a cessé tout au long de sa carrière d'expérimenter de nouveaux genres, de nouvelles figures dans un constant souci de renouvèlement et de recherche. Le cinéma de Satyajit Ray se fait trop rare sur nos écrans et l'on vous promet qu'après avoir découvert ces trois films, vous attendrez avec impatience une éventuelle troisième partie à ce cycle consacré à cet immense metteur en scène...

  LES FILMS

LE HEROS
inde, 1966

Arindam, star du cinéma bengali, doit se résoudre à prendre le train de Calcutta jusqu’à New-Delhi (les avions sont complets) afin de recevoir un prix. Toute une foule de personnages gravite autour de lui mais c’est une journaliste, Aditi, qui retient son attention. Lucide et critique sur sa fonction de star, elle l’interroge et l’oblige à se remettre en question. A travers le lien qui se tisse entre eux, le héros revoit sa vie de comédien, ses moments forts et ses moments de crise, de nouveau en proie au doute.

La Chronique de DVDClassik

   

le SAINT
inde, 1965

Birinchi se fait passer pour un "sadhu" (sage, saint) et abuse de la crédulité d’un père et de sa fille Buchki. Ce qui n’arrange pas les affaires de son fiancé Satya qui craint que, en se convertissant, elle ne lui échappe. Il fera tout pour récupérer sa bien-aimée et confondre le "sadhu".

La Chronique de DVDClassik

  

lA GRANDE VILLE
inde, 1963

Subrata Mazumdar, modeste employé de banque à Calcutta, a du mal à subvenir aux besoins de sa famille. Enfreignant les traditions, sa femme Arati se décide à chercher du travail et devient représentante en porte-à-porte. Son mari accepte mal cette situation, mais suite à un krach il est licencié et le travail de sa femme devient d'autant plus nécessaire. C'est alors qu'une collègue anglaise d'Arati est victime d'une injustice de leur patron.

La Chronique de DVDClassik

Par Dvdclassik - le 1 décembre 2014

Actualités