Menu

Actualités - Événements

Rétrospective Sergio Leone à la Cinémathèque française

L'événement de cette rentrée, dans le registre du cinéma de patrimoine, est probablement la rétrospective consacrée par la Cinémathèque française à Sergio Leone.

Disparu il y a 25 ans, alors qu'il venait d'atteindre 60 ans, Sergio Leone laisse une filmographie quantitativement assez peu conséquente (moins de dix longs métrages lui sont officiellement attribués) mais d'une importance historique capitale : à sa manière, il aura contribué à définir une approche particulière du septième art, révolutionnaire aussi bien par son esthétique que par son ton.

Sa manière, en particulier, d'envisager le western, principalement à travers la "trilogie des dollars" ou Il était une fois dans l'Ouest, opéra un basculement dont le genre ne s'est jamais totalement remis, en même temps qu'elle forgeait des icônes fulgurantes (la plus irrésistible étant celle de "l'homme sans nom" associée à Clint Eastwood).

Il serait simple de réduire Sergio Leone à la caricature que les dérives du "western spaghetti" (auxquelles il aura parfois, à sa manière, contribué) ont malheureusement établie ; ce serait nier à la fois la singularité de son oeil, souvent imité, jamais égalé, mais aussi la profonde mélancolie de son regard, qui, derrière le cynisme ou le sadisme de façade, n'aura eu de cesse de s'interroger sur le temps, dans une mise en perspective constante de l'individu à l'Histoire qu'il traverse. Cet aspect s'avérera particulièrement fondamental dans ses dernières réalisations, d'Il était une fois la révolution à Il était une fois en Amérique, mais également dans la dimension la moins potache et la plus touchante de Mon nom est personne, attribué à Damiano Damiani.

Durant presque trois semaines, la Cinémathèque française replacera ces oeuvres magistrales dans le lieu où elles s'expriment le mieux (la salle de cinéma), en nous permettant au passage de constater la cohérence de cette carrière unique, y compris donc dans des longs métrages auxquels Sergio Leone n'aura (en tout cas officiellement) contribué que comme scénariste ou comme producteur : aux péplums ou aux westerns s'adjoindront ainsi des curiosités, comme ce policier de Giuliano Montaldo (Un jouet dangereux) ou cette comédie de Luigi Comencini (Qui a tué le chat ?).

Pour l'occasion, nous vous invitons à vous replonger dans les chroniques plus complètes consacrées à Sergio Leone sur notre site, agrémentées pour l'occasion de quelques nouveautés : tandis que Ronny Chester revient sur l'essentiel Pour une poignée de dollars, Justin Kwedi évoque pour nous Le Colosse de Rhodes et Il était une fois dans l'Ouest !

1961 : Le Colosse de Rhodes (Il Colosso di Rodi)
1964 : Pour une poignée de dollars (Per un pugno di dollari)
1965 : 
Et pour quelques dollars de plus (Per qualche dollaro in più)
1966 : Le Bon, la brute et le truand (Il buono, il brutto, il cattivo)
1968 : Il était une fois dans l'Ouest (C'era una volta il West)
1984 : Il était une fois en Amérique (Once Upon a Time in America)

Le calendrier des projections

La présentation de la rétrospective par Jean-François Rauger

Pour information, lors du concours organisé il y a quelques semaines pour gagner des places à cette rétrospective Sergio Leone, nous vous avions consulté pour connaître votre film préféré du Maître. Six de ses huit longs-métrages ont été cité par vos soins, mais c'est finalement  Il était une fois en Amérique qui l'emporte, avec 37% de vos suffrages, devant Il était une fois dans l'Ouest (26%) et Le Bon, la brute et le truand (19%). Merci à tous les participants, et félicitations aux lauréats, qui ont du recevoir leurs places désormais, et à qui nous souhaitons de bien en profiter !

Par Dvdclassik - le 3 septembre 2014

Actualités