Marcel Carné (1906-1996)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9992
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Marcel Carné (1906-1996)

Post by Alexandre Angel »

Kevin95 wrote:Disons que les BR ne sont pas leur fort... comme les DVD... enfin c'est un éditeur qui bâcle à mort ses éditions. :mrgreen:
Merci :)
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 23247
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Re: Marcel Carné (1906-1996)

Post by Commissaire Juve »

Nestor Almendros wrote:Des fois ça se passe très bien (Papa, Maman, la bonne et moi) donc on verra :wink:
Sauf erreur c'est Gaumont qui s'était occupé des Le Chanois. MAIS -- par un coup de bol incroyable -- LCJ a récupéré des masters non dégrainés !

Gaumont -- qui est quand même atteint de granulophobie aiguë -- a peut-être cru jouer un mauvais tour à LCJ (j'imagine... je dis ça comme "ça") et, au bout du compte, on s'est retrouvés avec deux disques bien sympas. :mrgreen:

Mais ils ont quand même été pressés chez QOL ! :?
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
vivian
Assistant(e) machine à café
Posts: 245
Joined: 4 Nov 03, 13:41

Re: Marcel Carné (1906-1996)

Post by vivian »

Kevin95 wrote:Disons que les BR ne sont pas leur fort... comme les DVD... enfin c'est un éditeur qui bâcle à mort ses éditions. :mrgreen:
Bien noté, j'essaierais d'en savoir plus le moment venu. Le négatif était en mauvais état d'après ce qu'ils m'ont dit en tout cas.
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 23247
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Re: Marcel Carné (1906-1996)

Post by Commissaire Juve »

UP !

C'était en janvier 2010 :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Avant-propos : je suis client du travail de Marcel Carné... mais j'ai "mes" réticences.

Les Visiteurs du soir

Vu le dvd hier soir... j'ai commencé à m'endormir à la 42ème minute :uhuh: (lors de deux passages télévisés, je m'étais carrément endormi), mais je me suis forcé à rester éveillé. Et je suis allé jusqu'au bout. 8)

Finalement, sans jouer la provoc facile, c'est encore un de ces "chefs-d'oeuvre officiels" dont le réal semble avoir le secret (le premier étant "Les enfants du Paradis").

On peut voir le film au premier degré et l'apprécier... ou pas. On peut le voir au second degré, et là, on a quelques bonnes occasions de rire. A titre perso, j'ai eu le cul entre deux chaises.

Au rayon des points faibles : Cuny -- avec son mulet de footballer des années 80 -- est souvent risible (plan pathétique : son cri déchiiiiirant à l'adresse d'Aaaaaanne alors qu'il est enchaîné au mur). Passé la scène du banquet, Marie Déa ne casse pas trois pattes à un canard. Une longue première partie comateuse avant que le diable ne vienne mettre un peu d'animation.

Le diable, parlons-en : à chaque intervention de Berry, je me suis dit "C'est dingue, il imite Pierre Brasseur, mais en moins bien !" A ceci près que le père Jules est de 1883 et que grand-papa Brasseur est de 1905. Mon raisonnement ne tient donc pas... Il n'empêche, je n'ai pas cessé de faire la comparaison et je pense que Brasseur, "avec de la bouteille", aurait fait mieux.

Au bout du compte, on obtient une oeuvre inégale, vaguement rasoir*. Côté "fantastique", je trouve La belle et la bête (1946) plus convaincant.



* mais, paradoxalement, les 115 minutes passent plus vite que les 84 minutes de la version 1978 des Vacances de monsieur Hulot (pendant lesquelles -- il y a deux jours -- j'ai vraiment eu l'impression d'être prisonnier dans l'espace-temps).
Ces dernières 48 heures, je me suis refait "Les Visiteurs du soir". J'ai dû m'y prendre à deux fois.

Ça a commencé par un endormissement dès la fin de la première chanson de Gilles (Alain Cuny). Je me suis réveillé quelques minutes plus tard. :? - - - :lol:

J'ai repris le lendemain.

Pour faire bref, je crois que je ne sauve plus grand-chose du film. Même Jules Berry (qui est pénible, mais pénible, dans son 150e rôle de salaud). A la fin, je n'en pouvais plus et j'ai fait avance rapide.

Concernant le "Aaaanne !" d'Alain Cuny : vous savez quoi ? A un moment, il a un mouvement de tête qui m'a fait penser à... Franck Dubosc ! :o - - - :mrgreen: Là, je me suis dit que c'était foutu.

Pas de provoc ; c'est sincère.

Je crois que je vais me refaire "Volpone" (Maurice Tourneur, 1941).
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 92042
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Marcel Carné (1906-1996)

Post by Jeremy Fox »

User avatar
odelay
Mogul
Posts: 10772
Joined: 19 Apr 03, 09:21
Location: A Fraggle Rock

Re: Marcel Carné (1906-1996)

Post by odelay »

Je viens de voir Drôle de drame et par curiosité j'ai regardé la critique de Classik sur le film. 5/10 dans le résumé des avis???! mais ça va bien? Bon heureusement, le journaliste chargé du papier considère le film à sa juste valeur et fait une analyse très positive, mais franchement j'ai du mal à comprendre qu'on puisse mettre des notes si basses vu la modernité, la drôlerie toujours puissante plus de 80 ans après (je ne m'attendais pas à rire autant), je jeu délicieux et pas du tout vieillot des acteurs et bien sûr les dialogues qui font mouche de Prévert.
Alors on va me dire qu'il n'y avait pas beaucoup de personnes qui ont mis des étoiles et que du coup deux mauvaises notes ont tout fait baisser. En effet. Peut être aurait il valu demander à plus de critiques de donner leurs avis car franchement c'est malheureux qu'un tel film reste ancré dans le site avec une telle note.

https://www.dvdclassik.com/critique/dro ... neux-carne
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 92042
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Marcel Carné (1906-1996)

Post by Jeremy Fox »

odelay wrote: 22 Feb 21, 09:03 Peut être aurait il valu demander à plus de critiques de donner leurs avis car franchement c'est malheureux qu'un tel film reste ancré dans le site avec une telle note.
Je suis certain que sur chaque film au moins une personne aurait à redire sur la note finale. Et que même chaque rédacteur du site ne doit pas se retrouver dans beaucoup. C'est le jeu de la moyenne ; il faut s'en accommoder :idea:
User avatar
odelay
Mogul
Posts: 10772
Joined: 19 Apr 03, 09:21
Location: A Fraggle Rock

Re: Marcel Carné (1906-1996)

Post by odelay »

Généralement je trouve que les moyennes sur le site reflètent bien la critique écrite et c'est justement ce qui est bien ici. Bon, là ce n'est pas le cas.
User avatar
ed
Le Cary de l'hypoténuse
Posts: 24885
Joined: 19 Jan 06, 15:33
Location: Californie, années 50

Re: Marcel Carné (1906-1996)

Post by ed »

Je fais partie de ceux qui peuvent noter, et je ne l'ai pas fait, mais ma note n'aurait pas été fameuse non plus : j'ai découvert le film il y a peu, et je suis bien passé à côté :/
Me, I don't talk much... I just cut the hair
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 92042
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Marcel Carné (1906-1996)

Post by Jeremy Fox »

J'ai toujours trouvé cette comédie assez sinistre, ayant du mal à me faire décocher un sourire. :oops:
User avatar
Frances
Assistant opérateur
Posts: 2819
Joined: 3 Oct 12, 20:24

Re: Marcel Carné (1906-1996)

Post by Frances »

Jenny de Marcel Carné (1936) – Françoise Rosay, Albert Préjean, Lisette Lanvin, Jean-Louis Barrault, Robert Le Vigan, Charles Vanel. ♪ Joseph Kosma – Scénario et Dialogues Jacques Prévert, Jacques Constant.

Image
Danielle, quitte Londres pour Paris après une déception amoureuse. Elle y retrouve sa mère qui lui cache ses activités. tenancière d’une boite de nuit fréquentée par des clients friands de jolies femmes.

En 1936, après avoir été critique de cinéma et l’assistant de Jacques Feyder, Marcel Carné se lance dans la réalisation. Cette période est celle de l’effervescence et de la prospérité artistique et il participe de cet élan. Il choisit de porter à l’écran, un mélo de peu d’envergure : Prison de velours de Pierre Rocher et convainc Jacques Prévert d’en assurer l’adaptation. Charge à lui de malmener le matériau original, d’y ajouter des personnages hauts en couleur, d’y greffer des répliques gouailleuses, de convoquer une faune interlope.
Charles Vanel, Jean-Louis Barrault, Robert Le Vigan enfilent des costumes taillés sur mesure, s’approprient des dialogues percutants et nouveaux qui déstabilisent un peu la critique de l’époque.

Carné ne s’arrête pas là, il tire le spectateur par la manche pour le sortir des intérieurs Art déco où évoluent Jenny (Françoise Rosay) et ses clients. Il insuffle de la vie et de la vérité saisies en extérieur – La gare du Nord, le canal de l’Ourcq, le trottoir au pied d’un immeuble où chante le jeune Mouloudji. Il nous balade dans Paris, où il tournera régulièrement. La réalité parait plus palpable. Dès son premier film, Carné abolit les distances, son regard balayant les diverses strates de la société, du comptoir des petits bistrots aux riches messieurs libidineux, du chanteur des rues au gigolo et consort.

On l’aura compris, ce n’est pas la ligne mélodramatique du film qui en fait son intérêt : Jenny s’efforçant de cacher ses activités à sa fille et son amour pour un gigolo dont Danielle s’éprendra à son tour. Ce qui est passionnant, c’est d’observer la naissance de l’univers d’un jeune cinéaste. Pour exemple, les dialogues, les intonations, le jeu d’Albert Préjean et de Lisette Lanvin sur le pont du canal de l’Ourcq font écho à une scène du Quai des brumes entre Gabin et Morgan. Les rôles du Dromadaire, de l’Albinos, de Florence esquissent une galerie de personnages atypiques et formidablement croqués.

Pour en savoir plus notamment sur la genèse du film et des thématiques récurrentes dans l’œuvre de Carné, je vous renvoie au bonus de l’édition Gaumont : Marcel Carné, la chance du débutant » (25’) : Documentaire inédit avec les participations de Philippe Morisson, journaliste, et de Didier Griselain, auteur de Françoise Rosay : une grande dame du cinéma français.
J’ai parcouru rapidement à la médiathèque l’ouvrage de David Chanteranne : Marcel carne, le môme du cinéma français qui m’a paru très documenté.
"Il faut vouloir saisir plus qu'on ne peut étreindre." Robert Browning.
" - De mon temps, on pouvait cracher où on voulait. On n'avait pas encore inventé les microbes." Goupi
Mains Rouges.

Mes films du mois :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Jan 21 : Cousin Jules
Fev 21 : Midnight special
Mar 21 : Nanouk l'esquimau
Avr 21 : Garden of stones
Mai 21 : Fellini Roma
joe-ernst
Décorateur
Posts: 3741
Joined: 20 Mar 06, 15:11
Location:

Re: Marcel Carné (1906-1996)

Post by joe-ernst »

Frances wrote: 19 May 21, 10:43 J’ai parcouru rapidement à la médiathèque l’ouvrage de David Chanteranne : Marcel carne, le môme du cinéma français qui m’a paru très documenté.
A fuir : une vaste paraphrase des mémoires de Carné, Ma vie à belles dents ! J'ai bien regretté cet achat.
Image

We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars. Oscar Wilde.
L'hyperréalisme à la Kechiche, ce n'est pas du tout mon truc. Alain Guiraudie
User avatar
Frances
Assistant opérateur
Posts: 2819
Joined: 3 Oct 12, 20:24

Re: Marcel Carné (1906-1996)

Post by Frances »

Ah, j'ignorais. Effectivement, toujours préférer l'original.
"Il faut vouloir saisir plus qu'on ne peut étreindre." Robert Browning.
" - De mon temps, on pouvait cracher où on voulait. On n'avait pas encore inventé les microbes." Goupi
Mains Rouges.

Mes films du mois :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Jan 21 : Cousin Jules
Fev 21 : Midnight special
Mar 21 : Nanouk l'esquimau
Avr 21 : Garden of stones
Mai 21 : Fellini Roma
User avatar
cineberry
Accessoiriste
Posts: 1710
Joined: 15 Aug 09, 14:11

Re: Marcel Carné (1906-1996)

Post by cineberry »

Le drôle de drame de Marcel Carné, très beau documentaire à revoir sur arte.tv jusqu'au 2 septembre :
https://www.arte.tv/fr/videos/098127-00 ... cel-carne/
User avatar
cinéfile
Accessoiriste
Posts: 1646
Joined: 19 Apr 10, 00:33
Location: Bourges

Re: Marcel Carné (1906-1996)

Post by cinéfile »

cineberry wrote: 18 Jul 21, 21:24 Le drôle de drame de Marcel Carné, très beau documentaire à revoir sur arte.tv jusqu'au 2 septembre :
https://www.arte.tv/fr/videos/098127-00 ... cel-carne/
Le réalisateur du documentaire (excellent, en effet) en parle ci-dessous :