Menu
Test dvd

Voyage à deux

DVD - Région 2
Carlotta
Parution : 6 / 12 / 2005

Image

Très beau travail de Carlotta, dont le DVD sert à merveilles les couleurs chaudes et pimpantes de Christopher Challis (chef op’ attitré de Stanley Donen mais aussi de La Vie privée de Sherlock Holmes, Quand l’inspecteur s’emmêle, Les Contes d’Hoffman et… Top Secret). Ressorti il y a 5 ans au cinéma, le film pâtissait d’une copie un peu terne. Il retrouve une nouvelle jeunesse sous la houlette de Carlotta, dont le travail sur le master et sur la compression ne souffre aucune critique (excepté quelques fourmillements sur la dernière bobine). Orfèvre des variations chromatiques et des contrastes généreux, Donen serait ravi de voir son chef-d’œuvre gratifié d’un tel traitement.

Son

Du tout bon là encore, avec un mono d’origine propre et clair. Comme à l’accoutumée, nous vous recommandons évidemment la VO, d’autant que la VF semble un peu étouffée, notamment dans les ambiances. En VO, rien à signaler : harmonieux mélange des dialogues, des sons d’ambiance et de la musique d’Henri Mancini. Nickel.

Suppléments

A noter avant toute chose un packaging décevant, tant dans sa version à l’unité qu’en coffret (pas pratique du tout à ranger qui plus est). Opter pour une bichromie sur un film aussi coloré relève de la faute de goût majeure, rendant l’objet franchement tristoune. Les menus sont déjà beaucoup plus dans le ton…

Commentaire de Stanley Donen
(VOSTF) - 111’
Toujours vivant aujourd’hui (82 ans), Donen nous gratifie d’un commentaire enjoué et érudit - sans que l’on sache toutefois vraiment à quelle époque il fut enregistré. Le cinéaste revient sur son travail avec les acteurs, la manière dont il réussit à convaincre Audrey Hepburn de tourner le film, auquel elle ne croyait pas au départ, ses relations avec Finney qui, lui n’était non plus, n’était pas persuadé de pouvoir jouer dans un film "à l’américaine"… Il enchaîne sir sa fructueuse collaboration avec Frederic Raphael (qu’il avait découvert en voyant Tout ou rien, tiré de son premier script), sa francophilie, ses relations avec la 20th Century Fox (seul studio assez courageux pour produire le film, considéré comme trop arty à la lecture du script) et mille autres anecdotes sur la réalisation du film - ses cadrages, effets de montage, de durées de plans (la scène du coucher de soleil, tournée en temps réel à deux caméras)... Même si de grandes plages de silence parsèment le film au long des deux heures de commentaire, voilà un bonus indispensable et rare, parfois même bouleversant (la scène d’adultère, qui semble réveiller de douloureux souvenirs chez le cinéaste).

Récit de voyage (5’)
Courte introduction au film. Cinq petites minutes certes, mais remplies d’infos pertinentes qui raviront les fans du film. D’Henry Mancini, qui considérait sa BO comme la plus réussie de sa carrière à Maurice Binder, réalisateur du générique et spécialiste des intros de James Bond, voici une mine de petites anecdotes et de remises en perspectives instructives.

Virages de mode (11’)
Ne vous laissez pas rebuter par la perspective d’un documentaire consacré aux costumes du film. La journaliste Laure Gonthier revient sur l’importance de la mode dans Voyage à deux, tant comme repère narratif que symbole d’une époque en pleine mutation. Elle insiste par ailleurs sur les liens muse / égérie qui unissaient Audrey Hepburn et Hubert de Givenchy et la petite révolution intime que constituait ce film pour la star, obligée de coopérer avec la fine fleur de la mode de l’époque.

Souvenirs de voyage
(25’)
Tout aussi intéressant, peut être un peu plus fastidieux (les 25 minutes sont un peu longuettes) que les deux autres bonus toutefois. Interview de Frederic Raphael, qui évoque l’écriture du scénario, sa part non négligeable d’autobiographie et son travail avec Stanley Donen. Aurait mérité de durer une dizaine de minutes de moins, mais l’ensemble reste passionnant.
Par Ronny Chester - le 19 octobre 2005