Menu
Test dvd

La Maison du docteur Edwardes

DVD - Région 1
Criterion
Parution : 24 / 9 / 2002

Image

Ce transfert est proposée dans son format d'origine, 1.33:1. La définition générale est bonne. Le master est très propre et en dehors du générique de début, on ne remarque quasiment aucune griffure. Le contraste est bien géré, il offre aux scènes sombres un très beau rendu et les niveaux de gris sont parfaitement définis. Côté compression, Criterion nous offre encore un très bon travail, en dehors de la scène de montagne, on ne remarque aucun fourmillement. Bref, l’éditeur américain fait encore preuve de son savoir faire et offre à Spellbound un écrin de grande classe !

Son

La seule bande son proposée avec cette édition est anglaise et monophonique. De même que pour l'image, cette nouvelle numérisation s'avère très bonne. Le souffle est totalement absent, les dialogues toujours parfaitement intelligibles, les voix réalistes, et la partition de Miklos Rozsa ainsi restaurée retrouve toute sa beauté … Bref, c’est encore un très beau travail que nous propose ici Criterion; malheureusement on regrette encore qu’aucun sous-titres français ne soient proposés…

Suppléments

Mis à part le commentaire audio, l’ensemble de ces suppléments est réparti dans une section du DVD nommée "labyrinthe".

Production correspondence : Ce chapitre du DVD donne accès à une masse très complète de documents écrits. Très facile à lire, ils offre un accès à toutes les notes de productions : résumé du film, premiers jets des scénarios, résumé du roman écrit en 1927, lettres envoyés par des psychiatres à Selznick… etc. Cette somme d’informations, régalera les plus grands admirateurs du film.

Stills galery : Il s’agit ici de photos regroupées autour de thèmes : les affiches, les publicités, les photographies de plateau. On retiendra les clichés des cinémas londoniens, affichant sur des panneaux gigantesques les noms de Selznick, Hitchcock, Bergman et Peck… Manifestement, le film est sorti sur les écrans avec une énorme promotion !!

A nightmare ordered by telephone : Ce bonus est entièrement consacré à la fameuse séquence du rêve. Alternant texte et extraits de films, il fait référence à la genèse du projet ainsi qu’aux mythiques scènes perdues… Selon Ingrid Bergman, Dali et Hitchcock auraient tourné un rêve de près de vingt minutes (la séquence dure finalement 2’27 minutes) ! Mais selon des rumeurs plus solides, il apparaît que le rêve aurait été amputé de deux scènes. L’une d’elle décrit Constance se transformant en statue, celle-ci commence alors à se fissurer et des milliers de fourmis sortent par les interstices de la pierre ! Une comparaison est également faîte entre le travail réalisé par Dali sur Spellbound et la séquence d’ouverture d’ Un chien andalou de Luis Bunuel. Dans l’ensemble ce bonus est très intéressant pour ceux qui ne possèderaient pas le fameux livre "Hitchcock et l’art". Les connaisseurs remarqueront que de nombreux textes proposés sont issus de cet ouvrage qui n’est d’ailleurs pas crédité !

The theremin : Cette section est réservé au travail du compositeur Miklos Rozsa. On peut y écouter une longue interview (28 minutes) que le maître accorda à une station de radio. Cet entretien est découpé en chapitres et ne bénéficie malheureusement d’aucun sous-titre. On trouve également dans ce bonus des documents sonores et écrits sur ce fameux "Theremin" qu’utilisa Rosza. Cet instrument de musique à la sonorité étrange, est un boîtier électronique muni de deux antennes sensibles à la variation du champ électrique produit par la personne humaine. Il permet des effets de distorsion très angoissants qui ont sans doute comblé Sir Alfred.

Theatrical trailer : Il s’agit d’une copie très abîmée de la bande annonce originale du film. Utilisant le "cameo" d’Hitchcock (il sort de l’ascenseur de l’hôtel) elle promet au public qu’il se souviendra de ce jeune réalisateur !

Lux radio theater presents Spellbound : Ce bonus est incontestablement le plus insolite. Il contient une représentation radio de Spellbound : entre 1934 et 1955 (date d’avènement de la TV), la radio proposait des représentations de romans, films et pièces à succès. La version radio de Spellbound est interprétée par Alida Valli et Joseph Cotten. Découpée en chapitres elle permet de redécouvrir le texte dans un contexte inattendu.

Specific scene audio commentary : Commentaire de Maria Keane qui réalisa également celui de Notorious. A travers ses remarques elle émet quelques idées intéressantes sur le film, mais au final ce bonus n’est pas très intéressant au regard de tous les documents présentés dans la section "Labyrinthe". En effet elle reprend beaucoup d’éléments évoqués dans les autres suppléments et, de façon très universitaire, donne l’impression de lire les notes qu’elle a prises ici et là

Par François-Olivier Lefèvre - le 25 octobre 2002