Menu
Test dvd

Je t'aime moi non plus

DVD - Région 2
Wild Side
Parution : 1 / 1 / 2006

Image

Quelques défauts minimes (tâches) au tout début, mais la copie est bonne dans l'ensemble, respectant la photographie voulue volontairement terne et délavée par Kurant et Gainsbourg.

Son

Une piste mono claire comme il faut, où musique et dialogues se détachent bien.

Suppléments

Présentation du film par Jane Birkin : la gardienne du temple évoque les circonstances du tournage et enfile les anecdotes (le titre imposé pour faire vendre, Hugues Quester assiégeant la rue de Verneuil pour décrocher le rôle…). Informatif, mais à vous de voir ou non l'ampleur shakespearienne du film relevée par mademoiselle Birkin.

Interview de Claude Berri : un entretien très bref, juste pour rappeler que Berri a aussi financé le film, aux côtés de Jacques-Eric Strauss. Rien de très informatif, donc.


Interview de Jacques-Eric Strauss : un court entretien d'époque pour la télévision (non daté, non identifié) où Strauss se dépeint en mogul dans sa propriété. L'ex-cadre de la Fox, le producteur du Clan des Siciliens, raconte son coup de cœur pour Gainsbourg après l'avoir vu dans une émission télévisée sur Jane Birkin. Rien de très informatif, donc.

Extrait de l'émission "Dix de der" (Gainsbourg et Bouvard) : c'est confirmé ici : Bouvard est bien le père spirituel de Fogiel et Ardisson, recevant pour ce talk-show François Chalais, Philippe Labro, Raymond Aron et une poignée de gens connus alors et désormais oubliés, d'horizons divers et souriant avec embarras à la caméra. Et Gainsbourg bien sûr, avec qui Bouvard livre leur cabotinage habituel d'époque, provocations marmonnées d'un côté, éternels commentaires faussement bonhommes sur le rasage approximatif de l'artiste de l'autre. Rien de très informatif donc, mais un marrant petit exercice de promotion qui n'a pas vieilli (sauf les habits).

Extrait de l'émission "Clap" : des critiques d'époque non identifiés discutent du film alors qu'un dessinateur humoristique gribouille derrière eux sur un paperboard. L'intérêt de cet extrait est de humer l'air de la période, de la réception du film, à entendre les questions gênées et hypocrites du présentateur ("nous allons voir des extraits du film que l'on PEUT vous montrer") et à voir le dessin final. Les critiques développent brièvement "la technique ratée du film" mais aussi les "émotions fortes" qui s'en dégagent par intermittence.

Une galerie de photos de tournage du film.

Bande-annonce du film

Les filmographies de Serge Gainsbourg, Jane Birkin, Joe Dalessandro.

Par John Constantine - le 13 septembre 2005