Menu
Test blu-ray

Un carnet de bal

BLU-RAY - Région A, B, C
Gaumont
Parution : 7 / 12 / 2016

Image

Un carnet de bal a été restauré en 2K par le laboratoire Eclair à partir du négatif original nitrate 35mm. Le résultat est plus qu'honorable, encore perfectible mais tout à fait conforme avec l'ancienneté d'un film qui va tranquillement fêter ses 80 ans. Le matériau d'origine, encore en assez bon état, présente quelques imperfections, un challenge qu'Eclair a pu remplir aussi bien que possible en utilisant un "marron" (premier élément intermédiaire tiré à partir du négatif) afin de pallier des dégradations ponctuelles, comme l'absence de photogrammes qui provoque des sautes dans les mouvements, un problème qui n'a pu être complètement corrigé et qui persiste encore à plusieurs reprises. Le grain fin n'a (pour une fois) pas été estompé numériquement et donne un très bon rendu argentique, plutôt homogène sur l'ensemble du film. La bonne restitution du grain permet de constater que la qualité du trait, parfois un peu doux, n'est pas une conséquence d'un lissage numérique mais bien une caractéristique propre au négatif. Durant la majeure partie du film, heureusement, la définition est plutôt bonne, mais régulièrement tempérée par des défauts de mise au point au moment du tournage, accentués par une profondeur de champ souvent réduite. Des flous périphériques peuvent aussi apparaître à cause des défauts optiques créés par les objectifs utilisés sur les caméras : la zone de netteté peut être très réduite. Les brefs plans truqués (fondus) montés dans le négatif sont issus d'un contretype (ou internégatif) et sont d'une qualité un peu en retrait. Ce sera la même chose avec les plans d'avalanche, à la texture épaisse et retouchée, qui sont issus de stock shots. Eclair a choisi de respecter au mieux les caractéristiques d'origine du film, sans en dénaturer les défauts : certains visages sont parfois très éclairés, à la limite de la surexposition, tels qu'ils ont été photographiés à l'époque. Et on a reproduit fidèlement les dégradés de gris et de noirs tels qu'ils apparaissent en projection - avec des conséquences légèrement différentes sur un écran domestique : des noirs malheureusement un tout petit peu trop clairs, qui laissent parfois passer des artefacts de compression (macro-blocs, banding) heureusement assez rares et discrets.

Son

L.E. Diapason a fait un très beau travail de restauration sur la bande sonore du film, malgré les limitations techniques de l'époque. Les voix sont très claires et les ambiances assez présentes, malgré un mixage assez épuré et un spectre limité. On sent parfois un léger souffle, mais rien qui n'entame la qualité du rendu des prises de son direct.

Suppléments

La valse noire de Duvivier (25 min - 1080i)
Interrogé par Pierre-Henri Gibert, on retrouve Eric Bonnefille, spécialiste du réalisateur (déjà croisé dans les suppléments de La Belle équipe ou Voici le temps des assassins), qui revient assez précisément sur Un carnet de bal. Il évoque par exemple l'inspiration du projet (Jean Giraudoux, Céline), la personnalité difficile de Duvivier et ses rapports compliqués avec l'équipe, le segment "disparu" qui n'a sans doute jamais été tourné, la première collaboration avec Louis Jouvet et Raimu, ou la musique "à l'envers" de Maurice Jaubert...

C'est peut-être une nouvelle tendance, et c'est tant mieux : Gaumont propose des archives de l'ORTF retrouvées à l'INA (13 min - SD upscalé en 1080i). A l'occasion d'une diffusion du film à la télévision en 1973, Armand Panigel a interviewé Marie Bell et Françoise Rosay qui évoquent leur collaboration avec les comédiens d'Un carnet de bal (ce qui nous vaut, par exemple, une imitation furtive de Raimu par Françoise Rosay). Quelques temps avant la mort du scénariste, Panigel s'était également entretenu avec Henri Jeanson qui parle ici du réalisateur Julien Duvivier, "un homme que personne ne pouvait duper".

Bande-annonce (3 min 59 - SD upscalé en 1080p). Il s'agit ici d'une version intermédiaire, sans les titres et les commentaires.

En savoir plus

Taille du Disque : 43 104 187 936 bytes
Taille du Film : 33 194 379 264 bytes
Durée : 2:10:13.000
Total Bitrate: 33,99 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 29,99 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 29999 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 848 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1316 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Subtitle: English / 31,977 kbps
Subtitle: French / 35,542 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 27 décembre 2016