Menu
Test blu-ray

Mississippi Burning

BLU-RAY - Région B
Arte Editions et L'Atelier d'images
Parution : 17 / 3 / 2020

Image

Le négatif de Mississippi Burning a été scanné en 4K mais restauré en 2K, si le résultat est plutôt satisfaisant il n'atteint pas le niveau d'excellence d'Angel Heart, autre film d'Alan Parker restauré il y a peu mais, en Grande-Bretagne. Pour la restauration de Mississippi Burning, la reproduction du grain semble indiquer l'utilisation d'un scanner hybride. Ces scanners analysent la pellicule en temps réel, donc à 24 images/sec, et sont  plus rapides que les scanners non hybrides utilisés pour les restaurations de prestige aux USA, alors que les labos européens utilisent quasiment systématiquement des scanners non hybrides, quel que soit le film concerné. Ce qui donne souvent cette impression que les restaurations de fonds de catalogue européens sont plus soignées. Fermons cette parenthèse, ce Blu-ray est une présentation très satisfaisante du film d'Alan Parker qui, comparé au précédent transfert HD édité par Twilight Time, apporte certaines améliorations notables sans être définitives. Les hautes lumières sont mieux représentées (comparatifs 1 et 3), le gain en précision dans les détails de haute fréquence est souvent appréciable (comparatif 4). L'image est assez lumineuse et bien contrastée, et présente une saturation chromatique élevée (peut-être un peu trop). La compression AVC reste perfectible, surtout dans les hautes lumières où le grain ne semble pas toujours homogène, mais pas au point de perturber le visionnage.

Comparatif 1  Comparatif 2  Comparatif 3  Comparatif 4  Comparatif 5

Son

La version originale est un mixage stéréo d'origine de bonne facture, assez dynamique et plaisant à l'écoute, avec un bon équilibre entre les basses et les aigus. Les ambiances sont retranscrites avec précision, un peu mieux que pour la version française qui est, elle aussi, en stéréo et qui présente sensiblement les mêmes qualités en terme de dynamique. Précisons que les deux mixages sont censés être Dolby Surround, si vous activez le décodage Dolby vous devriez obtenir des effets 4.0 - mais je doute que cela apporte quelque chose (non testé).

Suppléments

Commentaire audio d'Alan Parker
Un panneau au début de ce commentaire exprime les regrets de l'éditeur de ne pas avoir été en mesure de fournir un sous-titrage français. Alan Parker s'exprime dans un anglais assez fluide, ce qui peut permettre à un certain nombre d'entre nous de capter tout ou partie de ses propos - et justifier le choix de l'éditeur de maintenir ce commentaire sans sous-titrage, sans l'excuser complètement. Le réalisateur délivre les informations avec parcimonie, occasionnant quelques blancs plus ou moins longs. Le film abordant un sujet sensible (la ségrégation dans un Etat du Sud), il prend le temps de préciser les éléments fictionnels et ceux inspirés par des faits réels (l'assassinat de trois activistes par le KKK). Sinon, les précisions concernent souvent son impressionnant casting de seconds rôles comme Brad Dourif, R Lee Ermey (le sergent major instructeur de Full Metal Jacket) et Frances McDormand. Précisons que l'essentiel des propos tenus par Alan Parker dans ce commentaire est majoritairement repris dans les interviews du cinéaste qui suivent. Ces suppléments vidéo sont tous sous-titrés en français.

Interview d'Alan Parker (10 min - HD)
Extraite de Cinéastes des années 80, une série d'entretiens de cinéastes emblématiques de cette période, réalisée par Jean-Pierre Lavoignat et Christophe D'Yvoire et diffusée sur la chaine OCS en 2019, il s'agit donc de la suite de l'entretien proposé sur le Blu-ray UHD d'Angel Heart. Ici le réalisateur évoque l'accueil mitigé du film par certains leaders de la communauté afro-américaine, reprochant au film de relater un événement qui implique deux défenseurs des droits civiques blancs, en d'autres termes c'est parce que deux Blancs ont été assassinés que les auteurs se sont intéressés à la ségrégation. Même si ces critiques le touchent, Alan Parker pense que son film aura été utile en ayant permis de raviver le débat de manière intense dans les médias américains. Il aura également inspiré un journaliste d'investigation qui, suite à la vision du film, mènera une enquête plus approfondie qui conduira à un nouveau procès et une nouvelle condamnation pour les auteurs du crime.

Les coulisses du tournage (7 min - SD)
Dans cette interview, Alan Parker se défend d'avoir réalisé un film tourné vers le passé. Pour lui, le racisme est toujours d'actualité dans la société américaine, et pas seulement, celui-ci étant également bien présent en Angleterre et en France. Ces propos datent de 1988 et ont été enregistrés sur le plateau de Mississippi Burning. Ce court document propose également des interviews de Willem Dafoe et Gene Hackman. Chacun évoque son personnage respectif et sa manière de travailler.


En souvenir de Mississippi Burning (9 min - HD)
Dans cette interview tournée en 2015, Willem Dafoe explique avoir été séduit par l'histoire racontée par le film, plus que par son personnage sans relief et peu séduisant d'agent du FBI. L'acteur exprime son respect et son attachement au réalisateur Alan Parker. Il nous révèle également quelques frictions entre le réalisateur et Gene Hackman, ce dernier doutant que le réalisateur britannique puisse être un fin connaisseur des droits civiques américains. Enfin il apporte un regard assez critique sur la manière dont le FBI de J.Edgar Hoover géra le problème KKK dans les années 60, celui-ci préférant le contrôler dans ses débordements plutôt que d'entrer dans une opposition frontale.

A travers la tempête (20 min - HD)
Cette interview d'Alan Parker est antérieure de deux années au premier entretien proposé dans ces suppléments. Le réalisateur revient ici sur la genèse du film et l'écriture du scénario, un simple mélange de faits réels et d'enquête policière souhaité par le studio et écrit par Chris Gerolmo. Alan Parker explique avoir voulu y intégrer un peu plus de rigueur historique, et approfondir sa connaissance des Etats du Sud en parcourant en long et en large l'Alabama et le Mississippi pour repérer les lieux de tournage possibles. Puis il aborde le choix des deux comédiens principaux, Gene Hackman et Willem Dafoe, deux comédiens à la technique très différente - le premier étant de formation classique, l'autre venant du théâtre expérimental new-yorkais. Une partie particulièrement intéressante de cette interview concerne le studio Orion, créé par des anciens du studio United Artists. Alan Parker vante le mérite de ses créateurs d'avoir voulu en conserver la philosophie première, la liberté de création pour le réalisateur. Cette liberté qui est aujourd'hui perdue dans le cinéma américain, selon le réalisateur de Mississippi Burning...

Etat de siège (16 min - HD)
Dans cette interview très instructive, le scénariste Chris Gerolmo revient de manière sincère sur l'écriture du scénario de Mississippi Burning. Il décrit les éléments fictifs du scénario, comme le personnage joué par Frances Mc Dormand (pour son premier grand rôle) dont la fonction est romanesque. Si la base de cette histoire est réelle, il convient que les faits décrits dans le film ne sont pas toujours exacts, ce qui fut beaucoup reproché à Mississippi Burning à sa sortie (en une du Time).

La bande-annonce originale (2 min - SD)

En savoir plus

Disc Title: Mississippi burning
Disc Size: 42,766,865,325 bytes
Size: 29,165,279,232 bytes
Length: 2:06:55.524
Total Bitrate: 30.64 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 25031 kbps / 1080p / 23.976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz /  1676 kbps / 16-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz /  1509 kbps / 16-bit)
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz /  1645 kbps / 16-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz /  1509 kbps / 16-bit)
Audio: English / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz /   384 kbps / DN -31dB
Subtitle: French / 0.714 kbps
Subtitle: French / 46.959 kbps

Par Jean-Marc Oudry - le 17 mars 2020