Menu
Test blu-ray

Les Hommes le dimanche

BLU-RAY - Région B
Tamasa
Parution : 21 / 5 / 2019

Image

Cette édition propose une restauration 2K datant de 2014, le film ayant été partiellement reconstruit à partir de copies provenant de différentes cinémathèques. Nous en avons pris l'habitude, le cinéma muet offre toujours des images d'une qualité remarquable dès lors qu'elles sont scannées numériquement en 2K ou 4K. Pas d'exception ici, la beauté des images est constante, que ce soit en termes de définition ou de contraste. Cette restauration avait déjà été éditée en Blu-ray chez Criterion, avec une différence notable, l'éditeur américain a converti le film en 60 images/seconde alors que le disque Tamasa est en 24 images /secondes, pour une durée équivalente de 74 minutes. Originellement, Les Hommes le dimanche a été tourné à 22 images/secondes pour que le film soit acceptable pour nos diffuseurs, le laboratoire a effectué une duplication d'une image toutes les onze images pour parvenir à la cadence de 24 images/s. L'éditeur Criterion a choisi une cadence plus élevée pour des questions de fluidité. Pour le reste, notre comparatif ci-dessous montre que si les éléments d'origine sont les mêmes, il existe une légère différence de cadrage entre les deux éditions et une relative supériorité du Blu-ray Tamasa sur celui de Criterion en terme de définition, au moins sur les trois premiers comparatifs.

Comparatif 1  Comparatif 2  Comparatif 3  Comparatif 4  Comparatif 5

Son

Pour cette édition, deux musiques d'accompagnement nous sont proposées en stéréo : Het Alliage Orchest, l'orchestre symphonique néerlandais offre une partition assez moderne et légèrement anachronique, on aime ou on n'aime pas (moi je n'aime pas). La deuxième, on la doit à Donald Sosin, un compositeur new-yorkais spécialisé dans le cinéma muet, il livre une partition au piano de facture classique et plus discrète que l'autre bande d'accompagnement.

Suppléments

A l'aveuglette (35 min - SD avec upscale)
Réalisé en 1931 par Eugen Schüfftan, ce court métrage parlant plein de légèreté et d'insouciance ne préfigure pas vraiment l'Allemagne nazie. Son style est assez proche de celui des Hommes le dimanche dont Schüfftan était le chef opérateur. Un cinéma improvisé et très inventif dans sa mise en scène et ses cadrages, et qui préfigure bien des années avant le néoréalisme et la Nouvelle Vague (on pense beaucoup à Jules et Jim à certains égards en voyant ce court métrage).

Week-end au Wannsee ( 30 min - SD avec upscale)
Tourné en 2000 et produit par la ZDF et Arte, cet excellent documentaire nous explique la reconstruction du film par l'intermédiaire de son auteur Martin Koerber. Le témoignage de Brigitte Busch (qui jouait le rôle de la disquaire dans le film) permet d'aborder le destin cinématographique des quatre comédiens non professionnels du film, qui tranche bien évidemment avec celui de l'équipe technique composée alors de futurs grands noms de la mise en scène comme Robert Siodmak, Edgar Ulmer, Fred Zinnemann et Billy Wilder. Le rôle de chacun est raconté par Curt Siodmak, qui  participa aussi à l'écriture et à la mise en scène de cet étonnant film qu'est Les Hommes le dimanche.


Un livret de 24 page
Rédigé par Pierre Eisenreich (écrivain et critique de cinéma pour la revue Positif), le premier chapitre regroupe les biographies des cinq futurs grands du cinéma mondial qui ont participé à la conception des Hommes le dimanche : Robert Siodmak, Edgar G. Ulmer, Fred Zinneman, Billy Wilder et Eugen Schüfftan. Cinq exilés qui fuiront le nazisme peu de temps après le tournage de ce film et qui feront carrière à Hollywood, chacun à sa manière. Le deuxième chapitre, ayant pour titre La nouvelle objectivité de l'invisible, traite de la thématique du film et de ses aspects d'avant-garde, que l'on peut rapprocher du néoréalisme, mais cette généalogie est à relativiser nous prévient Pierre Eisenreich qui préfère y voir un héritage du cinéma de Pabst (Loulou par exemple). Il termine ce chapitre en corrigeant le titre français du film, Menschen se traduirait plutôt par "les gens" et non pas "les hommes". Le titre anglais du film est d'ailleurs People on Sunday, qui est plus exact. Le titre français aurait donc dû être Les Gens le dimanche. Le dernier chapitre, L'expression des moeurs sociales, analyse les rapports entre les personnages masculins et féminins en-dehors de toute considération sociale, simplement en manipulant les mécanismes du désir.

En savoir plus

Disc Title: LES HOMMES LE DIMANCHE
Disc Size: 26 650 821 136 bytes
Protection: AACS
BD-Java: No
Playlist: 00001.MPLS
Size: 14 867 085 312 bytes
Length: 1:14:27.708
Total Bitrate: 26,62 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 24941 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: German / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz / 192 kbps / DN -4dB
Audio: German / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz / 192 kbps / DN -4dB
Subtitle: French / 2,766 kbps

 

Par Jean-Marc Oudry - le 12 septembre 2019