Menu
Test blu-ray

Le Passé ne meurt pas

BLU-RAY - Région A, B, C
Elephant Films
Parution : 21 / 10 / 2014

Image

Easy Virtue est l'un des neuf films muets réalisés par Alfred Hitchcock que le British Film Institute a choisi de restaurer au cours d'une vaste opération entamée en 2011. Si les titres jusque-là présentés possèdent un matériau en bon état, il n'en va visiblement pas de même pour tous les films. C'est le cas d'Easy Virtue qui apparaît comme un survivant en comparaison de The Lodger et Downhill, lorsqu'on le découvre en Blu-ray. Mis à part le générique et les intertitres qui ont été refabriqués pour l'occasion en utilisant les polices de caractère d'origine, le film a été restauré à partir des seuls éléments encore existants : des copies de réduction en 16mm (et non en 35mm comme indiqué par les sous-titres) trouvés en Angleterre, aux Etats-Unis, en Australie et aux Pays-Bas. Il a fallu jongler avec ces sources de qualité très relative (usées par le nombre conséquent de projections) pour choisir à chaque fois les meilleurs éléments de chaque scène. Les différences se remarquent parfois, comme pendant le diner chez la famille Whittaker. On note qu'il peut manquer quelques photogrammes dans les mouvements et que la présentation du film est incomplète. Il manque environ 2 000 pieds de pellicule par rapport à certaines copies en moins bon état qui peuvent, par exemple, circuler sur le net. Le métrage manquant ne correspond probablement pas à de véritables parties de l'histoire mais plutôt à des dizaines, voire des centaines de petites coupes disséminées au cours du film.

Techniquement, si l'image est à peu près stable, elle souffre malgré tout d'un tremblement permanent (et d'une légère déformation) dans certaines zones. L'origine en 16mm ne fait pas de miracle : la définition est totalement dépassée, absolument pas aux normes de la HD. Même si l'on perçoit du grain, il reste épais comme le trait. L'image a été nettoyée de ses points blancs mais la copie reste très abimée, parsemée de légères rayures et de taches. Les blancs sont brûlés et les contrastes font ce qu'ils peuvent : les noirs ne sont pas assez profonds mais c'est un moindre mal vu la qualité de l'ensemble. Enfin, signalons que l'on a dupliqué de façon régulière un certain nombre de photogrammes pour coordonner la vitesse de défilement originale aux normes actuelles. Néanmoins, le master proposé est de nouveau encodé en 1080i. Une mauvaise habitude (récurrente) de l'éditeur.

La présentation de cette version restaurée par le BFI a le mérite d'exister et c'est la première fois que le film est disponible sur support numérique en France. Il vaut le coup d'oeil, ne serait-ce que pour certaines caractéristiques du style hitchcockien qui apparaissent déjà. Mais, soyons francs : si la sortie du film en DVD était attendue, une édition en Blu-ray n'était pas du tout justifiée.

Son

Le film ne bénéficie d'aucun accompagnement musical.

Suppléments

Le film est proposé à la fois en Blu-ray et en DVD, leur contenu est identique.

Comme c'est désormais la tradition pour cette collection anglaise éditée par Elephant Films, Easy Virtue est accompagné par les interventions de Jean-Pierre Dionnet. Pendant sa présentation du film (5 min - 1080i), il revient essentiellement sur l'équipe du film, techniciens comme acteurs, et énumère certains passages marquants de leur filmographie. Il s'embrouille parfois dans cette période muette, notamment quand il parle de la scène de la standardiste en mentionnant Ivor Novello qui, s'il jouait bien dans The Lodger et Downhill, ne participe pas au Passé ne meurt pas.

Jean-Pierre Dionnet rempile avec Hitchcock 9 (9 min - 1080i), une sorte de portrait de Hitchcock et de son style émergeant à travers "neuf bonnes raisons" de voir les neuf films de sa période muette qui ont survécu. C'est une sorte de présentation d'une collection dans la collection qui sera sans doute peu à peu disponible chez l'éditeur, au fur et à mesure de l'avancement des restaurations supervisées par le British Film Institute.


Hitchcock : aux origines du suspense (24 min - SD - VOST) est un documentaire britannique produit en 2000, consacré à la période anglaise du réalisateur. Racontée par des historiens, biographes ou collaborateurs (dont le futur réalisateur Roy Ward Baker), l'ensemble est très classique mais néanmoins fourni. Si l'on parle encore et toujours de certaines scènes désormais célèbres (le plafond transparent de The Lodger par exemple), des apparitions du réalisateur (même Jean-Pierre Dionnet y a fait allusion) ou de sa relation avec Alma Reville, le documentaire retrace le parcours passionnant d'une figure légendaire du cinéma avec quelques titres-phares comme Les 39 marches ou Une femme disparaît. Des anecdotes plus personnelles permettent également de connaître un peu plus l'homme, entre professionnalisme et excentricités.

On trouve enfin une galerie de photos, cette fois en grand format et en HD, mais il n'y en a que deux... C'est mieux que rien ! On trouve aussi un certain nombre de bandes-annonces des collections initiées par l'éditeur autour du cinéma anglais, présentées par l'inépuisable Jean-Pierre Dionnet : HitchcockPowell-PressburgerCarol ReedAlexander Korda, films fantastiques, drames et mélodrames historiques, policiers...

En savoir plus

Taille du Disque : 16 811 350 816 bytes
Taille du Film : 11 727 202 752 bytes
Durée : 1:07:31.680
Bitrate Vidéo Moyen : 22,1 Mbps
Total Bitrate : 23,16 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 22109 kbps / 1080i / 25 fps / 16:9 / High Profile 4.1

Par Stéphane Beauchet - le 22 octobre 2014