Menu
Test blu-ray

La Planète des vampires

BLU-RAY - Région B
La Rabbia / M6 vidéo
Parution : 6 / 12 / 2017

Image

La Planète des vampires a été restauré en 4K à partir du négatif original 35mm (Eastman Kodak Color) par le laboratoire Fotocinema, à Rome. On notera tout d'abord la grande stabilité des éléments utilisés puisqu'on ne relève aucune pulsation de contraste ou de luminosité, ni de dérive chromatique. C'est une très bonne chose d'autant plus qu'un grand soin a été porté au rendu des couleurs. Mario Bava oblige, il était primordial de restituer au mieux son univers pop et coloré : l'étalonnage a été supervisé par son fils, le réalisateur Lamberto Bava (à l'époque assistant-réalisateur sur La Planète des vampires), en prenant pour référence une copie positive 35mm prêtée par la Cineteca Nazionale. Le résultat, très réussi, bénéficie de contrastes équilibrés (parfois légèrement teintés de vert, à l'intérieur du vaisseau) et d'une colorimétrie à la fois nuancée dans les tons et éclatante dans la saturation. Le scan 4K offre une image essentiellement précise dans les gros plans, qui semblent plus soignés. La netteté sera parfois affaiblie par quelques plans truqués et surtout des problèmes réguliers de mise au point au moment de la prise de vues : la faible profondeur de champ n'a pas facilité les choses (un mauvais réglage est courant) et il était visiblement d'usage à l'époque de ne pas modifier la mise au point en cours de plan malgré des déplacements d'acteur ou de caméra (l'image peut ne pas être 100 % nette sur une longue prise). Si le grain a été conservé, il semble souvent moins précis qu'espéré pour une restauration 4K (probablement un choix effectué au moment de la restauration). Précisons que la copie est totalement nettoyée et que l'encodage est extrêmement solide, avec un débit vidéo stratosphérique qui ne se laisse pas déborder devant les nombreux plans de brume (élément assez compliqué à restituer).

La Planète des vampires a été précédemment édité en DVD par Artus Films, en 2014. Un DVD qui tenait plutôt bien la route mais qui ne soutient plus la comparaison aujourd'hui avec cette nouvelle restauration 4K : jamais les couleurs n'avaient paru si saturées, le film si coloré.

comparatif DVD Artus Films (2014) vs. BR La Rabbia/M6 (2017) : 1    2   3    4    5

On peut en dire de même avec le Blu-ray américain sorti chez Kino Lorber en 2014. La restauration 4K gagne en informations dans le cadre et surtout en rendu des couleurs, moins systématiquement en précision.

comparatif BR Kino (2014) vs. BR La Rabbia/M6 (2017) :   6 7 8 9 10 11 12

Son

La bande-son italienne mono a été également restaurée, dans un total respect du matériau d'origine. L'ensemble, à peine couvert, et malgré un léger souffle ponctuel, s'avère très propre. On ne relève pas de saturation ou de sifflantes, les dialogues sont très clairs et les ambiances (sons électroniques, musique) sont plutôt bien restitués. La version française est un doublage plus récent, aux voix (trop) cristallines et aux ambiances un peu trop écrasantes et manquant de précision. Mais cela remplit suffisamment le contrat et satisfera les allergiques aux VO.

Suppléments

La Planète des vampires est présenté dans un très beau digipack comprenant le Blu-ray et le DVD, ainsi qu'un livret de 40 pages illustrées, pour moitié, d'affiches et de photos. Outre un entretien avec Lamberto Bava qui se souvient de quelques anecdotes de tournage et se demande ce qu'aurait fait son père de la technologie des images numériques, on retiendra surtout deux textes trop brefs mais très intéressants (et anonymes). Le premier retrace le parcours de Mario Bava, "un réalisateur vraiment en avance sur son temps" qui "entraîne ses spectateurs vers des territoires inexplorés, dans une sorte de rêve collectif." Touche-à-tout de génie, Mario Bava imposera l'épouvante gothique made in Italy (avec Le Masque du démon) et posera les bases du giallo. L'autre texte raconte quelques secrets de la production du film : l'écriture, le casting (Barry Sullivan, "vétéran trop âgé pour les impératifs physiques du rôle"), le "vrai petit miracle" des décors créés à partir de rien, "l'alliage à parts égales entre space opera et horreur viscérale."

Le film est accompagné de plusieurs suppléments :


Planet Bava (37 min - 1080i)
Bien aidé par Christophe Gans, au savoir encyclopédique et à la passion contagieuse, ce documentaire de Yves Montmayeur présente La Planète des vampires et son réalisateur Mario Bava, "héritier d'une tradition" dont le style influencera le cinéma moderne. A propos du film, Nicolas Winding Refn est extrêmement enthousiaste ("un des meilleurs films Pop Art jamais créé") mais également cinglant lorsqu'il crie au pillage en pensant à Alien, de Ridley Scott, et à ses nombreux points communs. Le documentaire évoque aussi bien l'art artisanal et inventif de Mario Bava (quand "la pauvreté [des moyens] devient un style") que sa polyvalence sur un plateau lorsque, également responsable de la photographie, il "sculpte un univers avec de la brume et de la lumière." Les souvenirs de Lamberto Bava (fils du réalisateur), du producteur Fulvio Lucisano ("le dernier des autodidactes") ou du costumier de La Planète des vampires nous replongent brièvement dans la fabrication de ce "film de science-fiction intelligent" destiné aux amateurs d'"art créatif". Un supplément qui dévoile pas mal d'éléments de l'intrigue, à voir impérativement après le film si vous voulez profiter, vous aussi, de ce "trip psyché-métallique"...


La Planète des vampires en Super 8 (17 min - SD - 4/3)
Comme sur le Blu-ray des Flics ne dorment pas la nuit, voici l'occasion de voir le film en Super 8. Si vous étiez équipés d'un projecteur dans les années 60 et 70, vous pouviez vous faire une petite projection chez vous avec cette bobine de 17 minutes présentant La Planète des vampires en version condensée. Il s'agit d'un document en allemand, non sous-titré, ce qui limitera forcément le temps de visionnage pour les non germanophones...


On trouve également deux bandes-annonces d'époque, non sous-titrées : la version allemande (2 min 10 - SD) et la version américaine (2 min 10 - SD). En guise de version française, La Rabbia a ajouté la bande-annonce de la version restaurée (54 s - 1080p - VOSTF), sortie en salle en 2016.

En savoir plus

Taille du Disque : 38 723 639 700 bytes
Taille du Film : 28 722 186 240 bytes
Durée : 1:29:28.541
Total Bitrate: 42,80 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 38,81 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 38819 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 938 kbps / 16-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 16-bit)
Audio: Italian / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 868 kbps / 16-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 16-bit)
Subtitle: French / 0,505 kbps
Subtitle: French / 19,031 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 22 décembre 2017