Menu
Test blu-ray

La Maison des étrangers

BLU-RAY - Région B
ESC Editions
Parution : 2 / 11 / 2016

Image

Pour cette première édition mondiale de La Maison des étrangers en Blu-ray, ESC a utilisé le transfert qui a servi de base à son DVD paru en 2014, visiblement la seule restauration HD disponible à ce jour pour laquelle on regrettera tout d'abord que la Fox se soit contentée de scanner le film sans pousser plus avant le nettoyage numérique. Résultat : des images légèrement instables, encore abimées de griffures verticales (plus ou moins importantes), de points blancs, de taches, etc. En revanche, il y a peu de choses à redire du scan HD, pas forcément de récente facture mais somme toute très correct. Il offre une bonne définition, un niveau de détail convaincant, un grain préservé et des contrastes souvent honnêtes. Les plans truqués (fondus) sont logiquement en retrait, plus doux, moins détaillés. Si de nombreuses scènes ont un rendu relativement plaisant, il nous faut préciser que cette impression ne se vérifie pas toujours sur l'ensemble du film. La Maison des étrangers a subi une restauration photochimique il y a maintenant plus de dix ans, effectuée à partir d'un copie imparfaite, de qualité souvent correcte (de nombreuses scènes ne posent pas spécialement de problèmes) mais avec une pellicule à l'émulsion encore très fragile. Conséquence : les contrastes sont affaiblis, désormais très instables, avec des pulsations régulières du niveau de noir, essentiellement visibles dans certaines scènes sombres ou de nuit. Un autre souci, plus sérieux, intervient pendant les deux premières bobines du film. Sans doute à cause d'un état de dégradation avancée, celles-ci ont dû être remplacées par un élément intermédiaire qui n'était malheureusement pas d'une qualité équivalente. Cette source alternative semble avoir subi des difficultés de tirage en laboratoire : le trait est un peu flou, presque dédoublé, avec un qualité de détail très en deçà du reste du film, même si le grain de la pellicule est encore perceptible. Ce problème, déjà présent sur le DVD américain sorti en 2006, mériterait donc une sérieuse mise à jour. Cela ne dépend malheureusement pas de l'éditeur français...

Pour illustrer ce test, plusieurs comparatifs:

DVD Fox (2006) vs. DVD ESC (2014) :         #1               #2                 #3                 #4

DVD Fox (2006) vs. Blu-ray ESC (2016) :         #1               #2                 #3                 #4

DVD ESC (2014) vs. Blu-ray ESC (2016) :           #1               #2                 #3                 #4

Son

Comme pour l'image, la qualité du son (VO uniquement) est un peu limitée, tributaire du matériel d'origine. Le spectre sonore est plutôt réduit, avec un rendu minimal mais encore très correct. Peu d'amplitude, des saturations jamais très éloignées et un souffle léger et discret, avec quelques petits craquements, trahissent le passage des années. Signalons quelques sautes de son, inhérentes à la qualité des bobines utilisées, et quelques oublis de sous-titres (certaines répliques importantes peuvent ne pas être traduites) où les "è" sont remplacées par des "ê".

Suppléments

Entretien avec Olivier Père (30 min - 1080i)
Le directeur du cinéma d'Arte France évoque La Maison des étrangers, un Mankiewicz éclipsé par l'énorme succès de Chaînes conjugales sorti quelques mois plus tôt. Grand amateur de ce "film extraordinaire", qu'il trouve injustement méconnu, Olivier Père évoque la mise en scène "d'une grande virtuosité", sophistiquée et élégante, et analyse certaines thématiques du scénario comme les rapports entre le passé et le présent (l'utilisation de flash-back chers à Mankiewicz) ou le lien entre le père et le fils, soulignant que le rapport des frères rappelle également la rivalité qui existait entre Joseph L. Mankiewicz et son frère Herman, célèbre scénariste. On parle également du casting, notamment Edward G. Robinson ("acteur génial qui n'a jamais été mauvais") ou l'acteur de théâtre Luther Adler, ici dans "un de ses plus grands rôles". Olivier Père finit par évoquer les nombreuses similitudes avec la saga du Parrain de Francis Ford Coppola : des points communs avec l'histoire familiale, la description du milieu italo-américain ou le personnage féminin qui en est exclu.

En savoir plus

Taille du Disque : 34 978 794 048 bytes
Taille du Film : 25 305 169 920 bytes
Durée : 1:41:25.537
Total Bitrate: 33,27 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 29,97 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 29973 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1580 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 23,148 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 29 novembre 2016