Menu
Test blu-ray

Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais... elle cause !

BLU-RAY - Région All
Gaumont
Parution : 24 / 2 / 2016

Image

Le transfert HD de Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas... mais elle cause ! reste honnête mais ne figurera pas parmi les grandes réussites des Blu-ray Gaumont. Il n'est certes pas aidé par une photographie assez plate, à l'étalonnage souvent hétérogène. Le master proposé ici est fidèle à ces caractéristiques : colorimétrie parfois changeante d'un plan à l'autre sur les teintes chair, dérives jaunâtres ponctuelles (notamment pendant les plans truqués ou dans les noirs), contrastes irréguliers, parfois très bien équilibrés mais qui montrent des faiblesses dans le plan suivant. Par rapport au type de pellicule utilisé, l'image devait posséder un niveau de grain beaucoup plus important. Mais une réduction de bruit un peu trop accentuée sur une grande partie du film rend l'ensemble finalement assez doux, la qualité du piqué et du détail semblant être limité, à l'origine. Et comme pour toutes les restaurations Gaumont, l'image est immaculée et d'une grande stabilité.

Son

La piste française est très convaincante, respectueuse du mixage d'époque. Aucun souffle ne vient déranger le visionnage, l'ensemble est extrêmement propre et évite les saturations.

Suppléments

L'éditeur a repris la majorité des suppléments sortis dans l'édition DVD de 2008. Il manque malheureusement à l'appel "La leçon de cinéma de Michel Audiard", une interview de 9 min.

Qui c'est qui fait gros panpan à la poporte? (13 min - SD - 4/3)
Ce module assez court, mais rempli d'anecdotes très intéressantes, donne essentiellement la parole à Jean-Marie Poiré, co-scénariste du film. Souvent au bord du fou rire lorsqu'il se rappelle l'époque du tournage, le futur réalisateur des Visiteurs parle du rôle des femmes dans les films de Michel Audiard et notamment d'Annie Girardot, qu'il "adorait comme actrice". Il livre également quelques anecdotes sur Audiard, "le faux paresseux" ou le séducteur. Ses propos sont entrecoupés d'extraits d'interviews télévisées de Michel Audiard ou du casting, au moment de la sortie du film.

Entretien avec Annie Girardot (8 min - SD - 4/3)
Filmée en 2002, l'actrice se souvient avec émotion de son premier film avec Michel Audiard. Avec un phrasé nerveux et parfois confus, elle raconte son plaisir devant ces dialogues écrits sur mesure qui tranchaient radicalement avec ses oeuvres dramatiques précédentes. Elle y a découvert l'irremplaçable pouvoir de faire rire. Annie Girardot dévoile également l'attirance du réalisateur pour sa personne, qu'elle n'a appris qu'après sa mort et qu'elle semble presque regretter, à demi-mot. Une relation qui aurait sans doute été exceptionnelle, selon elle.


Viennent ensuite des courts modules produit en association avec Philippe Durant, journaliste et spécialiste de la galaxie Michel Audiard. Le petit Audiard illustré par l'exemple (SD) explique en une minute certains mots ou expressions utilisés dans les dialogues d'Audiard et mis en images de façon amusante. On nous propose ici cinq  mots seulement (tels "gourance", "louf" ou "Chandernagor", l'un des mots préférés d'Audiard) mais on peut en retrouver régulièrement sur les DVD et Blu-ray Gaumont des films dialogués par Michel Audiard. Les apophtegnes du p'tit cycliste (4 min - SD) est un condensé de bons mots à propos du mariage, à travers une dizaine de films.


On trouve enfin la bande-annonce (4 min 06 - 1080p) amusante et ludique où Michel Audiard nous présente Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais... elle cause dans des situations qui jouent avec des scènes du film.



 

En savoir plus

Taille du Disque : 22 588 474 434 bytes
 Taille du Film : 19 242 774 528 bytes
Durée : 1:18:56.000
Total Bitrate: 32,50 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 29,99  Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 29999 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 857 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Subtitle: English / 34,478 kbps
Subtitle: French / 39,440 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 1 mars 2016