Menu
Test blu-ray

Batman

BLU-RAY - Région A, B, C
Warner Home Video
Parution : 4 / 9 / 2019

Image

A l'occasion du trentième anniversaire du film de Tim Burton, Batman nous revient dans une restauration 4K flambant neuve, proposée en Blu-ray UHD/HDR 10 et en Blu-ray HD (disponible en France uniquement dans un coffret regroupant les deux films réalisés par Burton ainsi que ceux réalisés par Joel Schumacher, les films sont également disponibles en édition individuelle mais en Grande-Bretagne). Premier constat lorsque l'on compare ce nouveau transfert à celui de 2009, Warner a laissé de côté le format 1.77 pour proposer le film en 1.85. Deuxième constat, on note un changement d'approche très prononcé sur la colorimétrie. Le film, tourné en basse lumière, baigne dans une lumière bleutée qui n'existait pas sur le précédent master. Un rapide coup d'oeil sur le site Filmcolors.org qui propose des captures de copies 35 mm appartenant à la Library of Congress et à l'Academy Film Archive, et l'on constate sur les deux copies d'exploitation que ces effets bleutés tirant sur le cyan y sont bien présents. Warner a simplement voulu proposer ici un étalonnage non révisionniste, alors que le précédent édité en 2009 l'était manifestement. Les comparatifs 1 et 3, accessibles via les liens ci-dessous, mettent en évidence ces différences d'étalonnage en basse lumière. Le deuxième comparatif montre, quant à lui, une différence d'approche sur les carnations, beaucoup plus chaudes sur la nouvelle restauration.

Comparatif 1  Comparatif 2  Comparatif 3

Le piqué et la gestion du grain font également un bond spectaculaire comme le montre le pull de Kim Basinger, beaucoup mieux texturé. Nous serons un peu plus circonspects sur la gestion des contrastes. Que ce soit dans les basses ou les hautes lumières, le nouveau master HD semble perdre des informations, ainsi le contre-jour dans les cheveux de Kim Basinger semble saturer et écrêter. Ce qui nous amène à parler maintenant du disque UHD et de son HDR. Avec quelques modestes outils, nous avons converti l'image UHD/HDR en HD/SDR pour faciliter la comparaison (accessible via les liens ci-dessous). Le comparatif 4 montre un gain sensible dans les basses lumières sur le disque HDR, et le comparatif 5 montre que la version UHD/HDR récupère les informations perdues dans les cheveux de Kim Basinger dans  les hautes lumières.

Comparatif 4 en HD   Comparatif 5 en HD  Comparatif 5 en UHD

Le dernier comparatif est en UHD et montre le gain en résolution de ce nouveau transfert par rapport à celui de 2009.

Comparatif BR UHD/ BR HD 2009

Le HDR

Batman est un film dont l'action se déroule dans une ambiance urbaine et nocturne, développant de nombreuses lumières spéculaires qui se prêtent bien à l'utilisation du HDR. Le rendu est très convaincant, comme souvent chez Warner, et pas si révisionniste que ça si l'on part du principe que l'ancien master ne présentait pas la bonne colorimétrie et que le nouveau en HD/SDR tronque les basses et hautes lumières (par inadvertance ?). Nous finissons comme d'habitude en regardant de plus près les métadonnées inscrites sur le disque par la personne chargée de l'étalonnage HDR :

Mastering display luminance : min: 0.0050 cd/m2, max: 4000.0000 cd/m2
Il s'agit du type de moniteur utilisé pour cet étalonnage, et sa capacité à restituer les pics lumineux est de 4 000 nits.
Maximum Content Light Level : 1284 cd/m2
Les pics lumineux maximums atteignent 1 284 nits dans ce film (uniquement pour quelques spéculaires).
Maximum Frame-Average Light Level : 113 cd/m2
La luminosité moyenne maximum atteinte par l'image la plus lumineuse du film est de 113 nits. Cette moyenne est établie sur l'image active, les barres noires du format 1.85 ne sont pas prises en compte.

Pour ce test réalisé avec un vidéoprojecteur Sony VW760, la fonction de transfert a été établie de la manière ci-dessous et pour un  affichage 1 000 nits (sachant que ce projecteur ne dépasse pas les 300 nits, en fait).

Son

La version originale Dolby Atmos est un remix complet du film, et certains effets sonores y ont été modifiés ou ajoutés. Le résultat est pour le moins spectaculaire avec une ouverture sonore impressionnante, des infrabasses extrêmement présentes et une dynamique inédite pour la musique de Danny Elfman si l'on compare à la piste Dolby Digital 5.1 alternative présente sur le disque. Ce nouveau mixage est donc pour le moins chargé en effets sonores, ce qui peut lasser sur la longueur. Comparativement, la version française, qui est une piste stéréo mais Dolby Surround, paraît anémique et sans ouverture sonore.

Suppléments

Tous les suppléments décrits ci-dessous ont été créés en 2005, à l'occasion de la sortie en DVD d'un coffret anthologie. Ils ont tous été produits en SD 4/3. Ils sont sous-tirés en français, hormis le commentaire audio.

Commentaire audio de Tim Burton (VO non sous-titré)
On se souvient que Tim Burton à ses débuts était peu à l'aise dans l'exercice du commentaire audio. Ici il nous offre un commentaire très dense, riche en informations sur la conception de son film. Il se permet aussi quelques fantaisies comme une amusante imitation de Jack Palance. Il est très précis dans la description des personnages et les choix de casting, tout comme dans l'évocation des phases de pré-production (conception des décors et des costumes) et d'écriture. La fréquence des interventions tend à diminuer durant la deuxième heure de ce commentaire. Ce qui est plutôt compréhensible. Tim Burton fait quelques pauses durant les scènes d'action pour reprendre ses commentaires durant les scènes intimes avec les dialogues. Vers la fin, s'il admet volontiers une certaine influence visuel provenant de Fritz Lang et des productions Val Lewton, il juge celle-ci inconsciente et non issue d'une étude poussée de ces films ayant pour objectif d'imposer la déférence ou la référence comme un aspect essentiel de Batman.

Legends of the Dark Knight : l'histoire de Batman (40 min 39 - SD)
Ce document narré par Mark Hamill propose grâce à de multiples intervenants, écrivains et spécialistes des comics, de revenir sur la genèse de Batman alors qu'il n'était qu'un personnage de bande dessinée créé par Bob Kane. Celui-ci nous explique que l'une des principales influences pour son Batman était le Zorro de Fairbanks et sa double personnalité. Si les premiers comics sont nés à la fin des années 30, c'est après l'attaque de Pearl Harbor et l'entrée en guerre des Etats-Unis que leur développement s'est accéléré. Il est amusant d'apprendre que l'industrie des comics créa à la fin des années 40 un code d'autocensure (à l'image du Code Hays pour le cinéma) suite à la publication d'un livre écrit par un psychiatre au propos très négatif sur l'influence des comics sur les adolescents américains. Puis on évoque Frank Miller et la résurgence de Batman dans la BD au début des années 80. Il est dommage que ce document soit trop ancien pour évoquer l'effet de saturation que procure aujourd'hui l'exploitation du filon comics...



Sur le tournage avec Bob Kane (2 min 34 - SD)
Bob Kane est un dessinateur de comics, il est aussi l'un des créateurs de Batman. Dans ce court module, nous le retrouvons consultant sur le tournage du film de Tim Burton dans les studios de Pinewood en Grande-Bretagne. Quelques images impressionnantes des décors de Gotham City sont présentées dans ce module à l'intérêt néanmoins limité.

L'ombre de la chauve-souris est un document en trois parties distinctes :

Gothma City (17 min 46 - SD)
Producteurs et scénaristes abordent ici la genèse du film, de l'acquisition du scénario par le studio Warner jusqu'à la première implication du réalisateur choisi, Tim Burton, et la réécriture du scénario par celui-ci. Il est intéressant de voir comment ce jeune cinéaste a pris en main cette énorme production et a su l'adapter à son univers particulier.

L'orage se prépare (22 min 59 - SD)
Tim Burton explique ici ce qui l'a séduit dans le personnage de Batman : sa dualité, son caractère effacé et le côté sombre de sa personnalité. Le scénariste Sam Hamm explique la décision de ne pas intégrer le personnage de Robin, en respectant ainsi une certaine chronologie du comic originel, ce personnage n'y étant apparu qu'au numéro 38. Ensuite les producteurs abordent les choix de casting, dont celui peu évident au départ de prendre Michael Keaton pour interpréter Batman, la presse sérieuse craignant que le film tourne à l'adaptation irrespectueuse (un Batman de bazar en quelque sorte) ; mais le rusé producteur Peter Guber précise que cette polémique bénéficia au film par cette publicité involontaire. Il nous explique également que le choix de Jack Nicholson pour le rôle du Joker s'imposait à tous comme une évidence, ainsi pour ses concepteurs le film gagnait en respectabilité et en sérieux grâce à sa présence (à la manière de Marlon Brando dans Superman). Puis on nous apprend que le rôle de Vicki Vale devait être tenu par Sean Young mais qu'une chute de cheval quelques jours avant le début du tournage l'obligea à renoncer, elle fut donc remplacée par Kim Basinger. Un document riche en anecdotes.

La renaissance de la légende (30 min 59 - SD)
Si le deux premières parties abordaient la phase de pré-production, celle-ci plus longue évoque le tournage, la post-production et la toujours très importante phase de promotion. Le document commence donc en expliquant le choix de tourner en Angleterre dans les studios Pinewood (le tournage eut lieu en hiver à Londres où il fait nuit dès 4h de l'après-midi pour se poursuivre jusqu'à 5h du matin et le lever du jour, le film se déroulant essentiellement la nuit). On évoque assez rapidement la musique de Danny Elfman et la post-production du film, puis la campagne de marketing et les projections des premières bandes-annonces très attendues par les fans qui achetaient une place de cinéma de n'importe quell film uniquement pour voir le trailer de Batman puis sortaient sans voir le film pour lequel ils avaient acheté une place.



Batman, les héros et les méchants
Les modules suivant tentent de caractériser les différents personnages de Batman tels qu'ils apparaissent dans le comic book original, puis les auteurs et acteurs du film caractérisent les personnages selon leur propre interprétation. Un inventaire intéressant pour ceux qui ne connaissent pas la BD originelle, mais certains personnages comme Vicki Vale sont survolés de manière expéditive. Cette classification, très hollywoodienne, regroupe dans la Galerie de héros (tout est en SD): Batman (4'55") , Vicki Vale (1'55"),  Alexander Knox (1'35"), Commissaire Gordon (1'55") Harvey Dent (2'11")

La Galerie de méchants : Le Jocker (5'),  Bob the Goon (2'20")



Documentaires sur la production du film  (51' en SD)
La première partie de document est consacrée aux décors de Batman, réalisés dans un style Art déco des années 40 par le décorateur Anton Furst qui décédera tragiquement deux ans après le tournage du film. Les différents intervenants évoquent le choix de Pinewood en Angleterre, et l'on sera surpris d'apprendre que certains décors ont dû être improvisés et de manière économe par manque de budget.  Le deuxième module est consacré à la construction de la Batmobile, à l'origine elle devait être construite par Ford mais le délai de 6 mois demandé était beaucoup trop long, il fut donc décider de la construire en mode fait le toi-même à partir d'un chassis existant (les phares sont ceux d'une Honda Civic, et les feux arrières sont ceux d'une Ferrari). L'objet de fierté de l'équipe de décoration du film et qui fut également dessiné par Anton Furst. La suite est consacrée à la création des gadgets et du costume de Batman qui diffère totalement du look originel. L'avant dernier module est consacré au personnage du Joker avec des interviews de Nicholson et du chef maquilleur Nick Dudman. ici les intervenants évoquent dans le détail le look du Joker, le maquillage, la couleur des cheveux, le masque du sourire permanent. Le dernier module est consacré à la musique de Danny Elfman, finalement peu évoquée jusque-là sinon au travers du scepticisme des producteurs quant au choix de Danny Elfman comme compositeur, mais qui laissa vite place à l'enthousiasme de Peter Guber au fur et à mesure que le travail de composition avançait. L'autre élément intéressant abordé mais un peu trop rapidement ici, c'est la collaboration entre le compositeur et son orchestrateur au cinéma, on aurait aimé en savoir plus...


Storyboard : la séquence "Robin" intégrale (4'24")
Cette séquence propose un montage animé du storyboard d'une scène non tournée où devait apparaitre le personnage de Robin. Cette séquence a été dialoguée et sonorisée et propose un montage très habile de ce storyboard.


Trois clips de Prince  (en SD)
On retrouve dans une qualité technique assez moyenne, Partyman (4'), Scandalous (4'16") et Batdance (6'57")
Bande-annonce (1'44" en SD)


En savoir plus

Le Blu ray UHD
Disc Title: Batman™
Disc Label: BATMAN_1989
Disc Size: 80,345,097,153 bytes
Protection: AACS2
Playlist: 00800.MPLS
Size: 79,268,549,568 bytes
Length: 2:06:18.445
Total Bitrate: 83.68 Mbps
Video: MPEG-H HEVC Video / 69994 kbps / 2160p / 23.976 fps / 16:9 / Main 10 @ Level 5.1 @ High / 10 bits / HDR10 / BT.2020
Audio: English / Dolby TrueHD/Atmos Audio / 7.1 / 48 kHz /  3772 kbps / 24-bit (AC3 Embedded: 5.1-EX / 48 kHz /   640 kbps / DN -27dB)
Audio: English / Dolby Digital Audio / 5.1 / 48 kHz /   448 kbps / DN -27dB
Audio: French / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz /   192 kbps / DN -27dB / Dolby Surround
Audio: German / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz /   192 kbps / DN -27dB / Dolby Surround
Audio: Italian / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz /   192 kbps / DN -27dB / Dolby Surround
Audio: Spanish / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz /   192 kbps / DN -27dB / Dolby Surround
Audio: Chinese / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz /   192 kbps / DN -27dB / Dolby Surround
Audio: Spanish / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz /   192 kbps / DN -27dB
Audio: Czech / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz /   192 kbps / DN -27dB / Dolby Surround
Audio: Hungarian / Dolby Digital Audio / 5.1 / 48 kHz /   448 kbps / DN -27dB
Audio: Polish / Dolby Digital Audio / 5.1 / 48 kHz /   448 kbps / DN -27dB
Audio: Russian / Dolby Digital Audio / 5.1 / 48 kHz /   448 kbps / DN -27dB
Audio: Thai / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz /   192 kbps / DN -27dB / Dolby Surround
* Audio: Japanese / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz /   192 kbps / DN -27dB / Dolby Surround
Audio: English / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz /   192 kbps / DN -27dB / Dolby Surround
* Subtitle: Japanese / 13.702 kbps
Subtitle: English / 21.158 kbps
* Subtitle: Japanese / 32.047 kbps
* Subtitle: Japanese / 0.311 kbps
Subtitle: French / 17.820 kbps
Subtitle: German / 18.968 kbps
Subtitle: Italian / 18.099 kbps
Subtitle: Spanish / 18.664 kbps
Subtitle: Dutch / 17.942 kbps
Subtitle: Chinese / 15.300 kbps
Subtitle: Chinese / 16.506 kbps
Subtitle: Chinese / 16.180 kbps
Subtitle: Korean / 13.636 kbps
Subtitle: Spanish / 18.811 kbps
Subtitle: Arabic / 11.062 kbps
Subtitle: Czech / 16.307 kbps
Subtitle: Danish / 16.146 kbps
Subtitle: Finnish / 17.127 kbps
Subtitle: Hungarian / 19.474 kbps
Subtitle: Norwegian / 17.491 kbps
Subtitle: Polish / 18.268 kbps
Subtitle: Russian / 16.731 kbps
Subtitle: Swedish / 15.987 kbps
Subtitle: Thai / 18.854 kbps
Subtitle: French / 0.302 kbps
Subtitle: German / 0.233 kbps
Subtitle: Italian / 0.398 kbps
Subtitle: Spanish / 0.214 kbps

Le Blu ray HD
Disc Title: Batman™
Disc Label: BATMAN
Disc Size: 49,380,309,101 bytes
Protection: AACS
Playlist: 00800.MPLS
Size: 37,730,949,120 bytes
Length: 2:06:23.325
Total Bitrate: 39.80 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 30293 kbps / 1080p / 23.976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: English / Dolby TrueHD/Atmos Audio / 7.1 / 48 kHz /  3770 kbps / 24-bit (AC3 Embedded: 5.1-EX / 48 kHz /   640 kbps / DN -27dB)
Audio: English / Dolby Digital Audio / 5.1 / 48 kHz /   448 kbps / DN -27dB
Audio: French / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz /   192 kbps / DN -27dB / Dolby Surround
Audio: German / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz /   192 kbps / DN -27dB / Dolby Surround
Audio: Italian / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz /   192 kbps / DN -27dB / Dolby Surround
Audio: Spanish / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz /   192 kbps / DN -27dB
Audio: Thai / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz /   192 kbps / DN -27dB / Dolby Surround
* Audio: Japanese / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz /   192 kbps / DN -27dB / Dolby Surround
Audio: English / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz /   192 kbps / DN -27dB / Dolby Surround
Subtitle: English / 22.736 kbps
Subtitle: French / 19.132 kbps
Subtitle: German / 20.381 kbps
Subtitle: Italian / 19.410 kbps
Subtitle: Spanish / 20.181 kbps
Subtitle: Thai / 20.170 kbps
* Subtitle: Japanese / 14.394 kbps
* Subtitle: Japanese / 33.807 kbps
Subtitle: French / 0.326 kbps
Subtitle: German / 0.251 kbps
Subtitle: Italian / 0.431 kbps
Subtitle: Spanish / 0.567 kbps
* Subtitle: Japanese / 0.295 kbps

Par Jean-Marc Oudry - le 27 décembre 2019