Sur la route de Madison (Clint Eastwood - 1995)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Modérateurs : cinephage, Karras, Rockatansky

Avatar de l’utilisateur
Joshua Baskin
ambidextre godardien
Messages : 8771
Inscription : 13 avr. 03, 20:28
Localisation : A la recherche de Zoltar

Messagepar Joshua Baskin » 15 oct. 06, 14:53

Swan a écrit :Le roman était très loin d'être un modèle de sobriété.

J'avais même entendu dire que le livre était presque quelconque et que c'était vraiment l'adaptation que Clint en avait fait qui avait rendu le film exceptionnel.
Je n'avais pas donné mon avis sur le film mais c'est un pur chef d'oeuvre, un des rares films qui me boulverse au plus haut point.

Avatar de l’utilisateur
Watkinssien
Etanche
Messages : 14650
Inscription : 6 mai 06, 12:53
Localisation : Xanadu

Messagepar Watkinssien » 15 oct. 06, 16:19

L'un des plus beaux films de Clint Eastwood, sublime mélodrame, d'un classicisme somptueux et d'une délicatesse rare.
Le script du film a été remanié par Eastwood lui-même en étroite collaboration avec Steven Spielberg.

Le résultat est superbe.
Image

Mother, I miss you :(

Avatar de l’utilisateur
Julien Léonard
Duke forever
Messages : 11844
Inscription : 29 nov. 03, 21:18
Localisation : Hollywood

Messagepar Julien Léonard » 15 oct. 06, 17:26

Je l'ai vu pour le première fois il y a quatre ans... Pendant l'été, je faisais des achats DVD et j'étais dans ma période Clint Eastwood... Je venais de découvrir à la suite Dirty Harry, Magnum Force, The enforcer, Josey Wales hors-la-loi, Pale rider, L'épreuve de force, Les pleins pouvoirs... et je peux vous dire que ça m'a changé : j'ai compris que Eastwood avait aussi un côté merveilleusement tendre et doué de génie, particulièrement lors des séquences entre lui et Meryl Streep... J'ai adoré, c'est l'un des films de Clint que je préfère : un chef-d'oeuvre, sans aucune hésitation !! :wink:
Image

Avatar de l’utilisateur
Breezy
Passe ton bac d'abord
Messages : 8023
Inscription : 13 avr. 03, 17:30
Last.fm
YMDB
Localisation : Brigadoon

Messagepar Breezy » 15 oct. 06, 19:23

Joshua Baskin a écrit :J'avais même entendu dire que le livre était presque quelconque et que c'était vraiment l'adaptation que Clint en avait fait qui avait rendu le film exceptionnel.

Le mot "presque" est même carrement en trop. La lecture du livre ne fait qu'apprécier davantage le travail d'adaptation d'Eastwood , tant il parvient à transcender ce pauvre postulat de base.

Avatar de l’utilisateur
Lylah Clare
Machino
Messages : 1130
Inscription : 29 sept. 06, 20:22
Localisation : Erewhon

Messagepar Lylah Clare » 4 nov. 06, 19:13

Watkinssien a écrit :L'un des plus beaux films de Clint Eastwood, sublime mélodrame, d'un classicisme somptueux et d'une délicatesse rare.
Le script du film a été remanié par Eastwood lui-même en étroite collaboration avec Steven Spielberg.

Le résultat est superbe.

En effet.

Avatar de l’utilisateur
Magrit
Assistant(e) machine à café
Messages : 244
Inscription : 17 mai 06, 05:01
Localisation : Près d'une fenêtre, dans une Chambre avec vue

Messagepar Magrit » 4 nov. 06, 20:35

Encolpio a écrit :Sur la route de Madison est en revanche un chef-d'oeuvre de sensualité, de finesse, de retenue : un monument

Un film exceptionnel et bouleversant que j'avais mis sans hésitation sur mon TOP 100.

Claude Couillec
Doublure lumière
Messages : 437
Inscription : 30 mai 03, 11:57

Messagepar Claude Couillec » 5 nov. 06, 13:58

Watkinssien a écrit :L'un des plus beaux films de Clint Eastwood, sublime mélodrame, d'un classicisme somptueux et d'une délicatesse rare.
Le script du film a été remanié par Eastwood lui-même en étroite collaboration avec Steven Spielberg.

Le résultat est superbe.

D'où vient cette information ? Aucune trace de Spielberg dans les crédits sur IMDB. Richard Lagravenese est crédité du script.

Avatar de l’utilisateur
Watkinssien
Etanche
Messages : 14650
Inscription : 6 mai 06, 12:53
Localisation : Xanadu

Messagepar Watkinssien » 5 nov. 06, 19:13

Claude Couillec a écrit :
Watkinssien a écrit :L'un des plus beaux films de Clint Eastwood, sublime mélodrame, d'un classicisme somptueux et d'une délicatesse rare.
Le script du film a été remanié par Eastwood lui-même en étroite collaboration avec Steven Spielberg.

Le résultat est superbe.

D'où vient cette information ? Aucune trace de Spielberg dans les crédits sur IMDB. Richard Lagravenese est crédité du script.

Clint Eastwood l'a dit dans une interview, tout simplement, dans un de ces documentaires sur le réalisateur.
Image

Mother, I miss you :(

Avatar de l’utilisateur
Major Dundee
Réalisateur de seconde équipe
Messages : 5865
Inscription : 15 mai 06, 13:32
Localisation : Bord de la piscine de "Private Property"

Messagepar Major Dundee » 5 nov. 06, 19:18

Moi de toute façon, j'aime tellement Eastwood, quà chaque fois que je sors de la projection d'un de ces films je me dis toujours "C'est le plus grand director en activité"

Claude Couillec
Doublure lumière
Messages : 437
Inscription : 30 mai 03, 11:57

Messagepar Claude Couillec » 6 nov. 06, 01:15

Watkinssien a écrit :
Claude Couillec a écrit :
Watkinssien a écrit :L'un des plus beaux films de Clint Eastwood, sublime mélodrame, d'un classicisme somptueux et d'une délicatesse rare.
Le script du film a été remanié par Eastwood lui-même en étroite collaboration avec Steven Spielberg.

Le résultat est superbe.

D'où vient cette information ? Aucune trace de Spielberg dans les crédits sur IMDB. Richard Lagravenese est crédité du script.

Clint Eastwood l'a dit dans une interview, tout simplement, dans un de ces documentaires sur le réalisateur.

Merci.

Avatar de l’utilisateur
Max Schreck
David O. Selznick
Messages : 14782
Inscription : 13 août 03, 12:52
Localisation : Hong Kong, California

Messagepar Max Schreck » 29 mai 07, 13:50

Enfin découvert.

J'ai eu un peu peur des premières minutes, avec ce portrait des enfants un peu caricatural. Par la suite l'évolution du frère et de la soeur à la lecture des mémoires de leur mère conservera une certaine prévisibilité mais gagnera énormément en justesse et en sensibilité (superbe scène nocturne sur la rivière). J'oublie ces réserves pour recevoir en plein coeur l'histoire de ces quatres jours entre un homme et une femme. Quatre jours qui resteront comme un tisonnier brûlant planté dans le coeur jusqu'à la mort. Le pari était loin d'être évident pour ne pas tomber dans le mélo sirupeux. Eastwood filme le quasi-rien, un geste, un regard, une attente, une rencontre, une discussion qui se prolonge dans la nuit, entre complicité et malentendu. Les sentiments deviennent indéfinissables, l'érotisme et la compréhension qui peuvent naître entre deux être sont rendus avec une superbe subtilité. Cette chronique d'une passion m'a d'autant plus touché qu'elle évite la surdramatisation et n'amène jamais vraiment à juger ses personnages.

Million dollar baby m'avait grandement impressionné en montrant pour la première fois à ma connaissance le visage d'un Clint défait, en pleurs. Et j'ai découvert ici un acteur encore plus méconnaissable, un homme simple, qui a apparemment la maîtrise de son existence et qui va petit à petit être séduit puis complètement bouleversé par ses sentiments. L'acteur démontre une vérité de jeu tout simplement hallucinante, avec une économie de moyens admirable. Et puis on sent l'odeur, l'air et la chaleur de cette campagne, Clint en profitant pour faire partager son goût du blues et du jazz (argh, les ballades de Johnny Hartman).

Quel film !
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...

Avatar de l’utilisateur
Joseuvic
Doublure lumière
Messages : 386
Inscription : 30 juin 06, 09:04
Localisation : Pas loin de Bourville (76)

Messagepar Joseuvic » 4 août 07, 22:40

3€ en ce moment chez votre marchand de journaux.
L'occasion ou jamais de le découvrir.
C'est ce que je vais faire peut-être car je ne l'ai jamais vu.
L'avarice est le pire défaut qui existe, si on compte ses sous, on compte aussi ses sentiments.

Image

Avatar de l’utilisateur
LéoL
Electro
Messages : 972
Inscription : 30 août 07, 21:37

Re: Sur la Route de Madison (Clint Eastwood)

Messagepar LéoL » 26 sept. 08, 07:23

Quel chef d’œuvre. L’un des plus beau et plus triste film qu’il m’ait été donné de voir. Je n’avais pas pleuré depuis longtemps en regardant un film (ca me manquait de ne plus ressentir une émotion aussi forte devant un film) et la ce ne sont pas que les dernières minutes qui me font craquer mais bien toute la dernière demi-heure. Clint Eastwood et Meryl Streep sont tout simplement stupéfiants. Peu de mots pour exprimer tout l’enthousiasme que je pense de ce film mais je suis encore sous le choc.

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13056
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Sur la Route de Madison (Clint Eastwood, 1995)

Messagepar Demi-Lune » 13 janv. 12, 10:08

Grand moment d'émotion hier soir avec Sur la route de Madison, à peine entamé par une VF surprenante (Clint n'y a pas sa voix traditionnelle, celle qui double également Sean Connery : Jean-Claude Michel). Bénéficiant d'une mise en scène parfaite et d'un duo de comédiens magnifique, symbiotique (l'importance des gestes chez Streep est fascinante), une merveille de retenue atmosphérique qui dans son épure, son humilité totale, bouleverse par l'importance des petits riens, des refoulements, des rêves inaccomplis et inassouvissables, et ne simplifie jamais la complexité des comportements et des sentiments. Du grand cinéma américain classique comme je l'aime, d'une simplicité apparemment désarmante, mais qui recèle l'une des plus malheureuses passions qui soient. Je n'ai nullement été dérangé par la toute dernière partie qui pour moi est justement une sorte de parachèvement émotionnel (Streep âgée et la prise de conscience de ses enfants). Sur la route de Madison est une œuvre précise, équilibrée, aérienne, humaine, douloureuse, indolente mais jamais ennuyeuse, tout coule de source... ce n'est pas un secret, je n'aime pas franchement le cinéma d'Eastwood que je trouve régulièrement atrophié et lourd, mais là il était touché par la grâce.
Une réussite à laquelle n'est pas étrangère un certain Steven S., d'ailleurs... :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Tancrède
J'suis un rebelle, moi !
Messages : 1602
Inscription : 18 janv. 07, 11:12

Re: Sur la Route de Madison (Clint Eastwood, 1995)

Messagepar Tancrède » 13 janv. 12, 10:25

Demi-Lune a écrit :Grand moment d'émotion hier soir avec Sur la route de Madison, à peine entamé par une VF surprenante (Clint n'y a pas sa voix traditionnelle, celle qui double également Sean Connery : Jean-Claude Michel). Bénéficiant d'une mise en scène parfaite et d'un duo de comédiens magnifique, symbiotique (l'importance des gestes chez Streep est fascinante), une merveille de retenue atmosphérique qui dans son épure, son humilité totale, bouleverse par l'importance des petits riens, des refoulements, des rêves inaccomplis et inassouvissables, et ne simplifie jamais la complexité des comportements et des sentiments. Du grand cinéma américain classique comme je l'aime, d'une simplicité apparemment désarmante, mais qui recèle l'une des plus malheureuses passions qui soient. Je n'ai nullement été dérangé par la toute dernière partie qui pour moi est justement une sorte de parachèvement émotionnel (Streep âgée et la prise de conscience de ses enfants). Sur la route de Madison est une œuvre précise, équilibrée, aérienne, humaine, douloureuse, indolente mais jamais ennuyeuse, tout coule de source... ce n'est pas un secret, je n'aime pas franchement le cinéma d'Eastwood que je trouve régulièrement atrophié et lourd, mais là il était touché par la grâce.
Une réussite à laquelle n'est pas étrangère un certain Steven S., d'ailleurs... :mrgreen:

Oui enfin, les qualités que tu trouves, fort justement, à Sur la route de Madison (simplicité, précision, équilibre, retenue) ne sont pas vraiment celles du cinéma de Spielberg (qui en a d'autres).