La Loi du silence/Le Faux coupable (A. Hitchcock 1953/1956)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13056
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: La Loi du silence / Le Faux coupable (Alfred Hitchcock)

Messagepar Demi-Lune » 5 déc. 10, 11:46

Image Image Image

J'ai revu le film et continue de penser mot pour mot ce que j'avais écrit plusieurs mois auparavant. Petit copier-coller, donc.
Le Faux Coupable (The Wrong Man, 1957)
Encore une fois, Hitchcock surprend en livrant un exceptionnel film noir proche du documentaire, au premier degré constant. Pas d'humour, peu de musique, apparition hitchcockienne inhabituelle, tournage quasi intégral dans un New York oppressant, histoire tirée de faits réels : tout concourt à faire du Faux Coupable une œuvre très particulière, presque radicale, dans la filmographie du Maître. Tourné dans un noir et blanc magnifique mais également malaisant, ce film réaliste nous présente le chemin de croix de Manny Balestrero, modeste contrebassiste qui, identifié comme étant un braqueur, se retrouve empêtré dans une situation aux accents kafkaïens, et se voit contraint de gérer fébrilement l'écroulement de tous ses repères (superbe séquence d'incarcération) et de son monde, son épouse perdant peu à peu la raison alors que les coups du sort s'acharnent contre lui (identification formelle, décès de témoins-clés, difficultés financières, etc.). L'interprétation anxieuse d'Henry Fonda renforce cet espèce de sentiment implacable, le film s'apparentant souvent à une longue marche funèbre dans laquelle les symboles - finalement fragiles - du rêve américain (emploi, respectabilité, vie conjugale...) se retrouvent dynamités par une malencontreuse méprise ; à ce titre, la représentation sans fard (style documentaire oblige) de la décrépitude du couple formé par Fonda et Vera Miles, l'épouse fidèle et effacée dont l'esprit s'effondre face à une culpabilité imaginaire, prend réellement aux tripes et propose une véracité inouïe. Dans les méandres labyrinthiques de la Justice, le salut de Manny ne viendra en définitive que d'un ironique miracle divin, illustré par cette idée géniale de la surimpression des visages de Fonda, alors en train de prier devant un portrait du Christ, et du véritable voleur. Je citerai d'ailleurs l'article classikien qui résume parfaitement la chose : "Comme si, lorsque l’institution judiciaire était dans une impasse, seule la Justice Divine pouvait sauver l’innocent". La tétanisante scène finale, dans laquelle Mme Balestrero reste insensible à l'issue heureuse de son mari et reste prostrée, est un crachat final sur les conventions hollywoodiennes, qui, malheureusement, perd de sa force avec l'apparition du carton final, qui nous révèle la guérison de ce personnage quelques temps après, offrant ainsi une fin heureuse, optimiste, à ce sinistre voyage. J'aurais vraiment adoré que Hitchcock aille jusqu'au bout de son entreprise de démolition en règle, et achève son film sur une note ambiguë, voire désespérée, quitte à prendre ses distances avec les faits originaux. Malgré cela, Le Faux Coupable reste un très grand film, peut-être plus difficile d'accès que d'autres monuments hitchcockiens de la même période, en tout cas une œuvre audacieuse et inspirée dont on sent l'influence sur les générations de cinéaste européens et américains de la Nouvelle Vague.

Avatar de l’utilisateur
Watkinssien
Etanche
Messages : 14635
Inscription : 6 mai 06, 12:53
Localisation : Xanadu

Re: La Loi du silence / Le Faux coupable (Alfred Hitchcock)

Messagepar Watkinssien » 5 déc. 10, 12:30

J'adhère assez à ce texte (encore une fois).
Le faux coupable est un drame judiciaire et psychologique toujours intéressant, à la mise en scène plus sobre qu'à l'accoutumée mais toujours aussi impeccable dans son resserrement violent autour de son protagoniste. Une réussite évidente, "malaisante", implacable.

Je préfère le deuxième titre de ce topic, dans la même optique d'approche. La loi du silence est un tour de force, car il part quand même d'une astuce dramatique invraisemblable pour en tirer l'essentiel, un mélodrame psychologique dense, sublimement filmé, avec un Montgomery Clift très impressionnant. Oeuvre majeure qui a gagné son droit à être réhabilitée au fur et à mesure des années.
Image

Mother, I miss you :(

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22830
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: La Loi du silence / Le Faux coupable (Alfred Hitchcock)

Messagepar AtCloseRange » 5 déc. 10, 12:42

Watkinssien a écrit :J'adhère assez à ce texte (encore une fois).
Le faux coupable est un drame judiciaire et psychologique toujours intéressant, à la mise en scène plus sobre qu'à l'accoutumée mais toujours aussi impeccable dans son resserrement violent autour de son protagoniste. Une réussite évidente, "malaisante", implacable.

Je préfère le deuxième titre de ce topic, dans la même optique d'approche. La loi du silence est un tour de force, car il part quand même d'une astuce dramatique invraisemblable pour en tirer l'essentiel, un mélodrame psychologique dense, sublimement filmé, avec un Montgomery Clift très impressionnant. Oeuvre majeure qui a gagné son droit à être réhabilitée au fur et à mesure des années.
Heureusement que tu es là!
Image

Avatar de l’utilisateur
Watkinssien
Etanche
Messages : 14635
Inscription : 6 mai 06, 12:53
Localisation : Xanadu

Re: La Loi du silence / Le Faux coupable (Alfred Hitchcock)

Messagepar Watkinssien » 5 déc. 10, 12:56

AtCloseRange a écrit :
Watkinssien a écrit :J'adhère assez à ce texte (encore une fois).
Le faux coupable est un drame judiciaire et psychologique toujours intéressant, à la mise en scène plus sobre qu'à l'accoutumée mais toujours aussi impeccable dans son resserrement violent autour de son protagoniste. Une réussite évidente, "malaisante", implacable.

Je préfère le deuxième titre de ce topic, dans la même optique d'approche. La loi du silence est un tour de force, car il part quand même d'une astuce dramatique invraisemblable pour en tirer l'essentiel, un mélodrame psychologique dense, sublimement filmé, avec un Montgomery Clift très impressionnant. Oeuvre majeure qui a gagné son droit à être réhabilitée au fur et à mesure des années.
Heureusement que tu es là!


Oui et c'est grâce à moi que Hitchcock est considéré comme un Maître, heureusement que j'étais là aussi...
Image

Mother, I miss you :(

Avatar de l’utilisateur
Hitchcock
Electro
Messages : 967
Inscription : 9 déc. 13, 13:34
Localisation : Londres

Re: La Loi du silence / Le Faux coupable (Alfred Hitchcock)

Messagepar Hitchcock » 2 janv. 14, 19:58

Demi-Lune a écrit :La tétanisante scène finale, dans laquelle Mme Balestrero reste insensible à l'issue heureuse de son mari et reste prostrée, est un crachat final sur les conventions hollywoodiennes, qui, malheureusement, perd de sa force avec l'apparition du carton final, qui nous révèle la guérison de ce personnage quelques temps après, offrant ainsi une fin heureuse, optimiste, à ce sinistre voyage. J'aurais vraiment adoré que Hitchcock aille jusqu'au bout de son entreprise de démolition en règle, et achève son film sur une note ambiguë, voire désespérée, quitte à prendre ses distances avec les faits originaux.

Tout à fait d'accord avec toi. C'est pour moi un des seuls défauts d'un excellent film qui est considéré à tort comme mineur. J'ai été très surpris par Hitchcock qui dénigrait le film (« Classons ce film dans les mauvais Hitchcock... ») dans les entretiens.

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87006
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: La Loi du silence/Le Faux coupable (A. Hitchcock 1953/1956)

Messagepar Jeremy Fox » 29 déc. 16, 08:00


Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87006
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: La Loi du silence/Le Faux coupable (A. Hitchcock 1953/1956)

Messagepar Jeremy Fox » 6 févr. 17, 07:58