Tucker (Francis Ford Coppola - 1988)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
John Anderton
Vintage
Messages : 7655
Inscription : 15 avr. 03, 14:32
Localisation : A bord de l'Orca, au large d'Amity

Messagepar John Anderton » 12 déc. 07, 23:37

Pour moi, l'un des meilleurs films de Coppola, ce TUCKER...
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
Kevin95
Footix Ier
Messages : 17661
Inscription : 24 oct. 04, 16:51
Localisation : Devine !

Messagepar Kevin95 » 13 déc. 07, 07:44

MJ a écrit :Dommage que la décennie 70's de Coppola, même s'il s'agit à mon sens de sa plus puissante, éclipse souvent le reste de sa carrière.

On même temps, quand on voit les bombes que le père Francis a réalisées durant cette décennie, la comparaison s'avère être difficile.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)

Avatar de l’utilisateur
Boubakar
Mécène hobbit
Messages : 48003
Inscription : 31 juil. 03, 11:50

Re: Tucker (A man & his dreams)

Messagepar Boubakar » 12 sept. 09, 13:40

Découvert hier soir (à ce sujet, le Z1 est bien fichu, malgré quelques baisses de sons subites), et je rejoins les avis positifs ; c'est vraiment génial !
Et porté par une performance fabuleuse de Jeff Bridges (vraiment touchant en sorte d'utopique, et quand arrive le procès...), qui nous fait vraiment croire à ce personnage qui veut créer LA voiture américaine. D'ailleurs, il y a une scène que je trouve formidable ; c'est celle où, devant les souscripteurs, il les fait patienter alors que la présentation de la Tucker tarde à arriver (en coulisses, on voit celle-ci prendre feu ! :lol: ).

Et il n'est pas impossible de voir dans ce film une espèce de portrait de Coppola, homme qui a toujours voulu avoir un coup d'avance, mais qui se heurtait à l'incompréhension, au mépris, ce qui rend le film encore plus intéressant ! :)

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13056
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Tucker (Francis Ford Coppola)

Messagepar Demi-Lune » 12 sept. 09, 20:28

Sous-titres français, sur le zone 1 ?
Sinon, hâte de découvrir ce Coppola, d'autant que l'immense Storaro assure la photo. :P

angel with dirty face
Six RIP Under
Messages : 4606
Inscription : 7 mars 07, 22:23

Re: Tucker (Francis Ford Coppola)

Messagepar angel with dirty face » 12 sept. 09, 20:41

Demi-Lune a écrit :Sous-titres français, sur le zone 1 ?
Sinon, hâte de découvrir ce Coppola, d'autant que l'immense Storaro assure la photo. :P

Pas de sous-titres français sur le zone 1...

Jack Carter
Certains l'aiment (So)chaud
Messages : 20402
Inscription : 31 déc. 04, 14:17
Localisation : Dans le cerveau de Dale Cooper

Re: Tucker (Francis Ford Coppola)

Messagepar Jack Carter » 12 sept. 09, 21:27

aura-t-on un jour un zone 2 chez nous ??

Coppola et les editeurs français, c'est quand meme un grand mystere :| (sortez-nous Tucker, The Conversation, Outsiders, Coup de coeur !!!!)

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13056
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Tucker (Francis Ford Coppola, 1988)

Messagepar Demi-Lune » 8 févr. 10, 10:28

ImageImageImage

Enfin découvert, grâce à la la bonne VF du dvd zone 1 qui, soit dit en passant, propose une image recadrée (le film a apparemment été tourné en Scope mais le format sur le dvd est du 2.00... Storaro nous a refait le coup d'Apocalypse Now Redux !). Eh bien, malgré le concert de louanges des pages précédentes, je dois avouer que j'ai été un peu déçu. La mise en scène de Coppola n'est pas à blâmer : elle se révèle, une fois de plus, en totale adéquation avec le sujet qu'elle traite. Enjouée, rapide, virevoltante, à l'image du personnage de Preston Tucker, éternel optimiste aux rêves démesurés, et fourmillante d'idées de mise en scène réjouissantes (par exemple, les conversations téléphoniques où les interlocuteurs sont en fait au sein d'un même décor). L'énergie sans faille de la réalisation capte ainsi un peu de la "folie" des années 40. La photographie de Vittorio Storaro (qui avait déjà illuminé, dans tous les sens du terme, Apocalypse Now et Coup de Coeur) est un festival de couleurs chaudes et pimpantes, tandis qu'aux décors, Dean Tavoularis, autre fidèle comparse de Coppola, crée une reconstitution très réaliste des années 40/50. Le casting est excellent. Bien avant les frères Coen, Jeff Bridges trouvait ici un de ses plus grands rôles. Tucker, portrait chaleureux d'un homme qui, après avoir vécu son rêve à fond, fondé sa compagnie, pénétré dans la cour des grands, contrôlé la plus grande des usines, et accouché d'une création novatrice et acclamée, connaît la chute et la disgrâce, se lit également comme le miroir vertigineux de la vie et de la carrière de Coppola. Même si ce dernier s'en défend, le parallèle entre le destin de ces deux hommes visionnaires, sans cesse entourés de leur famille, épaulés par elle (le fils de Tucker qui travaille sur les voitures de son père ; Gio Coppola qui travaille sur les films de son père), obsédés par leur création au point d'en devenir irritables, apparaît comme une évidence. Cette lecture quasi autobiographique que l'on peut faire du film en fait, en réalité, son intérêt premier. Car en soi, cette histoire pleine de bons sentiments sur un constructeur de voitures qui tente d'imposer sa vision contre vents et marées est certes intéressante, mais loin d'être extraordinaire. La tonalité "familiale" de Tucker, son aspect lisse*, évoquent peut-être le style de Capra, notamment lors de la scène finale du procès, mais personnellement, me rappellent surtout que c'est le George Lucas de la fin des 80's (c'est-à-dire, prenant moins de risques) qui parraine le projet : Coppola voulait faire de son film une comédie musicale sombre, mais Lucas n'accepte de financer le film qu'à condition que ce ne soit ni musical, ni sombre [Stéphane Delorme, Francis F. Coppola, Le Monde/Cahiers du Cinéma]. En résulte par conséquent un film propret, dont le ton insouciant et optimiste finit sur le long terme par lasser quelque peu, et qui est intéressant plus pour l'autoportrait en filigrane de l'aventure Zoetrope que pour l'aventure Tucker. Même si le film est indéniablement réussi, cela ne reste, pour moi, qu'un "petit" (et j'insiste sur les guillemets parce que la barre est quand même haute) Coppola.

* Par exemple, les crises de colère de Preston Tucker, qui devient alors quelqu'un de franchement antipathique, sont toujours rapidement contournées, ce qui prive le personnage d'une réelle profondeur. Pourtant, sa rencontre avec Howard Hughes, lui aussi victime de ses rêves obsessionnels, aurait pu donner une belle idée de "contamination". En outre, la famille Tucker impose à Coppola de passer sous silence la liaison extra-conjugale du personnage joué par Jeff Bridges.

Avatar de l’utilisateur
Rick Deckard
Assistant opérateur
Messages : 2006
Inscription : 6 janv. 08, 18:06
Localisation : Los Angeles, 2049

Re: Tucker (Francis Ford Coppola, 1988)

Messagepar Rick Deckard » 1 oct. 18, 13:54

13 ans d’écart entre Christian Slater qui joue le fils aîné et Joan Allen qui joue sa mère ! :shock: :lol: Quand le jeunisme hollywoodien tourne au ridicule …

(Let’s hope I didn’t open Aunt Dora’s Box :wink: )

Sinon le blu-ray qui vient de sortir est magnifique. (mais pas de stf)
Image

Avatar de l’utilisateur
Watkinssien
Etanche
Messages : 14635
Inscription : 6 mai 06, 12:53
Localisation : Xanadu

Re: Tucker (Francis Ford Coppola, 1988)

Messagepar Watkinssien » 1 oct. 18, 15:14

Rick Deckard a écrit :13 ans d’écart entre Christian Slater qui joue le fils aîné et Joan Allen qui joue sa mère ! :shock: :lol: Quand le jeunisme hollywoodien tourne au ridicule …

Ernest Borgnine a bien joué le rôle du père de Kirk Douglas dans The Vikings alors qu'il avait un an de moins que lui... :wink: Tout est possible... 8)
Image

Mother, I miss you :(

Avatar de l’utilisateur
Pomponazzo
Electro
Messages : 802
Inscription : 24 déc. 10, 12:11
Localisation : au fond à gauche

Re: Tucker (Francis Ford Coppola - 1988)

Messagepar Pomponazzo » 1 oct. 18, 18:22

Et douze ans entre Sean Connery et Harrison Ford, c'est pourtant passé comme une lettre à la Poste :wink:
Pretty, prettty, pretttty good.

Avatar de l’utilisateur
Rick Deckard
Assistant opérateur
Messages : 2006
Inscription : 6 janv. 08, 18:06
Localisation : Los Angeles, 2049

Re: Tucker (Francis Ford Coppola - 1988)

Messagepar Rick Deckard » 1 oct. 18, 18:49

Dans le cas de Tucker je trouve que ça ne fonctionne pas. L’actrice fait beaucoup trop jeune, trop mince pour avoir quatre enfants dont l’aîné à l’âge d’entrer à l’université. Ce n’est pas tant un problème de différence d’âge des acteurs que de crédibilité physique.
Image

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87007
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Tucker (Francis Ford Coppola - 1988)

Messagepar Jeremy Fox » 28 févr. 19, 07:11

Chronique classikienne signée Claude Monnier : test du Bluray Lions Gate par Jean-Marc Oudry.

Avatar de l’utilisateur
odelay
Producteur
Messages : 9515
Inscription : 19 avr. 03, 09:21
Localisation : A Fraggle Rock

Re: Tucker (Francis Ford Coppola - 1988)

Messagepar odelay » 28 févr. 19, 07:50

Pomponazzo a écrit :Et douze ans entre Sean Connery et Harrison Ford, c'est pourtant passé comme une lettre à la Poste :wink:

Et les trois ans entre Marthe Villalonga et Guy Bedos dans un Éléphant ça ne surprend personne ? :mrgreen:

Sinon je me le prendrais bien ce Lions Gate qui a l'air bien sympa, mais il suffira que je le fasse pour ESC annonce une édition

Avatar de l’utilisateur
tenia
Le Choix de Sophisme
Messages : 22157
Inscription : 1 juin 08, 14:29

Re: Tucker (Francis Ford Coppola - 1988)

Messagepar tenia » 28 févr. 19, 09:27

Ah tiens, j'ai découvert le film (avec Miss Tenia) grâce au BR anglais, et c'était très bien. Ce n'est pas forcément exceptionnellement mémorable non plus, mais les 2h passent à toute vitesse. C'est peut-être un peu superficiel par endroit, et se finit de façon somme toute assez abrupte, mais c'est mené d'une main de maître à un rythme impeccable.