Menu
Critique de film
Le film

Cargaison dangereuse

(The Wreck of the Mary Deare)

Partenariat

Analyse et critique

C’est à Alfred Hitchcock et à son scénariste Ernest Lehman que devait au départ échoir l’adaptation du roman de Hammond Innes. Ils décidèrent de renoncer afin de pouvoir tourner La Mort aux trousses (North by Northwest). Bien leur en a pris, nous livrant au passage un chef-d’œuvre insurpassable en matière de film d’espionnage. Il paraît évident qu’aux mains de ces deux hommes, Cargaison dangereuse aurait certainement eu plus d’éclat. Il est néanmoins étonnant qu’il ne soit pas resté plus célèbre car voir s’affronter, dans un très beau cinémascope, deux monstres sacrés comme Charlton Heston (qui sortait du tournage éprouvant de Ben-Hur) et Gary Cooper demeure un plaisir constant d’autant plus que ce film d’aventure à suspense se révèle être une belle surprise malgré une mise en scène qui aurait mérité d’être moins impersonnelle. Michael Anderson, cinéaste assez moyen qui est loin de nous avoir laissé des souvenirs impérissables, signe ici sûrement l’un de ses meilleurs films, très classique mais rondement mené et remarquablement bien écrit.

Au cours d’une violente tempête dans la Manche, John Sands qui dirige une société de renflouage monte à bord du Mary Deare, un cargo ‘fantôme’ qui semble en perdition. Il y découvre un homme étrange et sur la défensive, le Capitaine Patch, apparemment détenteur d’un lourd secret. Peu de temps après, Patch fait expressément échouer son bateau sur des récifs réputés dangereux. Pour quelles raisons ? Il ne veut pas immédiatement les dévoiler à son compagnon d’infortune mais il lui fait promettre de ne rien dire à ses futures juges en échange de sa vie qu’il a sauvé alors qu’il essayait d’accoster. (Heston : “Give me one reason I should trust you” ; Cooper “When you were dangling on the end of a rope over the side of the ship, you trusted me. Now, I'm on the end of a rope. Do I have to beg you, Mr. Sands?").

Nous n’en dirons pas plus afin de ne pas déflorer une intrigue à l’atmosphère prenante et terriblement bien construite par l’écrivain Eric Ambler et qui tient en haleine jusqu’à la dernière minute passant du film catastrophe au film de prétoire avant de se clore en thriller d’action maritime. Gary Cooper venait de se faire opérer d’un cancer et la fatigue se lisait sur son visage surtout que les conditions physiques de tournage furent assez difficiles ; mais cet état de fait renforce la performance de l’acteur qui décèdera l’année suivante. Charlton Heston fait jeu égal avec la star vieillissante et l’on peut affirmer que les deux acteurs rivalisent ici de talent, le jeune Richard Harris venant compléter le trio gagnant dans le rôle de l'ordure de service ; quant à George Duning, il signe une nouvelle fois un score vraiment brillant alors que Joseph Ruttenberg nous concocte une photographie splendide surtout dans la première partie de tempête nocturne. Les effets spéciaux et maquettes n’ont pas spécialement vieillis et la tripotée de ‘guest stars’ britanniques (Michael Redgrave, Alexander Knox, Emlyn Williams, Cecil Parker) renforce notre plaisir. Bref, vous auriez tort de bouder cette Cargaison dangereuse, non inoubliable mais éminemment agréable.

En savoir plus

La fiche IMDb du film
Par Erick Maurel - le 15 novembre 2006