Greta Garbo (1905-1990)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Frances
Assistant opérateur
Posts: 2819
Joined: 3 Oct 12, 20:24

Re: Greta Garbo (1905-1990)

Post by Frances »

feb wrote:J'aimerais au moins que les films manquants sortent en Warner Archive, ça serait toujours ça de pris. Sinon cette BA de Grand Hotel à du en ravir certains :mrgreen: Dommage que la BA originale de 31 soit perdue par contre...
Ne jamais juger un film sur un extrait ni sur une BA comme l'a dit très justement Cathy dans un autre topic. :wink:
"Il faut vouloir saisir plus qu'on ne peut étreindre." Robert Browning.
" - De mon temps, on pouvait cracher où on voulait. On n'avait pas encore inventé les microbes." Goupi
Mains Rouges.

Mes films du mois :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Jan 21 : Cousin Jules
Fev 21 : Midnight special
Mar 21 : Nanouk l'esquimau
Avr 21 : Garden of stones
Mai 21 : Fellini Roma
User avatar
Frances
Assistant opérateur
Posts: 2819
Joined: 3 Oct 12, 20:24

Re: Greta Garbo (1905-1990)

Post by Frances »

Tant qu'à commencer le coffret "Garbo" autant poursuivre :mrgreen:

Anna Karenine - Clarence Brown - 1935 - Greta Garbo, Fredric March, Basil Rathbone, Maureen O'Sullivan, Freddie Bartholomew.
Du roman fleuve de Tolstoï grouillant de personnages et montrant en parallèles l’évolution de deux couples Anna-Vronski / Kitty-Levine Clarence Brown choisit de se focaliser sur la relation Anna-Vronski avec en arrière plan un tableau amer de la société russe moralisatrice et hypocrite. Il ouvre d’ailleurs magnifiquement son film par un long travelling arrière - qu’il prolonge jusqu’au vertige - de la table des officiers regorgeant de victuailles. S’en suivent la scène de beuverie et du hammam pour nous convaincre de l’importance des liens virils qui unissent ces militaires. Huit minutes plus tard le visage d’Anna Karenine nous apparait à travers un nuage de fumée. Vision comme surgit d’un rêve prompte à chavirer le cœur de tous les hommes… à commencer par celui de Vronski (officier de la garde impériale). Le destin prend alors l’apparence de cet employé des chemins de fer qui annonce la fin tragique de l’héroïne. (Tolstoï dans sa première mouture du roman avait fait d’Anna Karenine une femme antipathique qui méritait la mort, convaincu par son sens moral qu’elle ne valait pas mieux). Anna, prisonnière d’un mari ambitieux et rigide finira par céder à Vronski. Superbe scène au montage et à l’esthétique parfaits où elle descend sur le quai avant que son futur amant ne la rejoigne. «- I’m going to take a of breath fresh air » dit-elle comme pour exprimer la volonté de sortir d’un univers qui l’étouffe avant de se diriger...
Image Image
vers un avenir lumineux et immaculé...
Image
Le destin se manifeste à nouveau (les employés de chemin de fer faisant tinter la cloche)…
Image Image
puis Vronski la rejoint (surgissant de nulle part)... (vision idéalisée) pour lui avouer son amour
Image Image
et de nouveau le train (les roues/répétition du motif) qui poursuit sa route vers son terme inexorable...
Image
et tragique (souligné par le fondu au noir).
Anna cèdera sans retenue à la passion, s’exposant aux critiques, mise au banc de la société et désormais privée de son fils qu’elle aime tant. Vronski loin de ses camarades et de la vie militaire finit par se lasser et Anna réalise la vanité de ses sacrifices. Anna Karenine est la tentative avortée de vivre au grand jour un amour pleinement assumé ; La condamnation sévère d’une femme libre et un rappel à l’ordre pour les éventuelles candidates à sortir du droit chemin. La mise en scène de Brown passe du très inspiré (le banquet, 1ere apparition de Garbo, scènes récurrentes du train et des gares, le travelling arrière quand son mari la chasse, la scène finale conçue en crescendo visuel et sonore parfaitement hypnotique) au plus conventionnel. La photographie de William Daniels donne à certaines scènes une vraie dimension onirique. Face à Garbo qui habite son rôle par tous les pores de la peau, Fredric March semble un peu en retrait, Basil Rathbone parfait dans le rôle du mari carriériste et rigide, le jeune Freddie Bartholomew touchant dans chacune des scènes qu’il partage avec sa mère et la ravissante Maureen O’Sullivan apporte une fraîcheur bienvenue et un charme indéniable au personnage de Kittie.
Dommage que le film de C. Brown soit si court ce qui le prive d’une véritable ampleur et réduit l’intrigue au strict nécessaire. Dommage qu'il lui manque le souffle qui fait vibrer les grandes oeuvres.
Last edited by Frances on 20 Jan 13, 20:20, edited 3 times in total.
"Il faut vouloir saisir plus qu'on ne peut étreindre." Robert Browning.
" - De mon temps, on pouvait cracher où on voulait. On n'avait pas encore inventé les microbes." Goupi
Mains Rouges.

Mes films du mois :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Jan 21 : Cousin Jules
Fev 21 : Midnight special
Mar 21 : Nanouk l'esquimau
Avr 21 : Garden of stones
Mai 21 : Fellini Roma
Filiba
Doublure lumière
Posts: 413
Joined: 5 May 12, 18:51

Re: Greta Garbo (1905-1990)

Post by Filiba »

Merci Frances, trés impressionnante analyse
j'ai aussi pris le coffret, je sais ce qu'il me reste à faire.
User avatar
Frances
Assistant opérateur
Posts: 2819
Joined: 3 Oct 12, 20:24

Re: Greta Garbo (1905-1990)

Post by Frances »

Filiba wrote:Merci Frances, trés impressionnante analyse
j'ai aussi pris le coffret, je sais ce qu'il me reste à faire.
Merci. Ca me fait plaisir de partager mais cette lecture n'engage que moi et n'est là que pour lancer des pistes de réflexion :wink:
Avec ce coffret tu as de quoi t'occuper quelques heures. :D
"Il faut vouloir saisir plus qu'on ne peut étreindre." Robert Browning.
" - De mon temps, on pouvait cracher où on voulait. On n'avait pas encore inventé les microbes." Goupi
Mains Rouges.

Mes films du mois :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Jan 21 : Cousin Jules
Fev 21 : Midnight special
Mar 21 : Nanouk l'esquimau
Avr 21 : Garden of stones
Mai 21 : Fellini Roma
feb
I want to be alone with Garbo
Posts: 8872
Joined: 4 Nov 10, 07:47
Location: San Galgano

Re: Greta Garbo (1905-1990)

Post by feb »

Comme Filiba, belle analyse Frances :wink:
Je trouve personnellement qu'Anna Karenina souffre de la comparaison avec Camille même si ce dernier a été tourné à la suite du film de Brown. Le film de Brown ne retrouve pas le souffle de la version muette (que j'adore), où Goulding s'appuie sur la photo de Daniels et propose une superbe histoire d'amour, et surtout le Vronsky de 1935 n'atteint pas celui de 1927, aidé il faut dire par la relation hors plateau des 2 acteurs :mrgreen: A chaque vision, je reste un peu à l'écart de l'histoire entre les 2 amants et j'ai du mal à croire à l'amour qui est censé lier ces 2 personnages....alors que dans la version muette, c'est vraiment un amour passionné qui transparait à l'écran avec la scène finale de la séparation comme point d'orgue à cette liaison.

Bonne continuation avec ce coffret, j'attends la prochaine critique :mrgreen:
Filiba
Doublure lumière
Posts: 413
Joined: 5 May 12, 18:51

Re: Greta Garbo (1905-1990)

Post by Filiba »

User avatar
Frances
Assistant opérateur
Posts: 2819
Joined: 3 Oct 12, 20:24

Re: Greta Garbo (1905-1990)

Post by Frances »

feb wrote:Comme Filiba, belle analyse Frances :wink:
Merci feb :D .Un grain de sable à l’édifice comme je me plais à le dire…trois fois rien en somme si ce n’est pour le plaisir de lancer la discussion et d’en voir surgir, parfois, des idées et des interprétations laissées de côté jusque là. J’ai parlé de la scène en gare de Bologoye parce qu’elle me semble parfaite et qu’elle résume en quoi ? Une minute trente, presque l’essentiel du film. Il eut été aussi intéressant d’aborder les scènes à mon goût également très réussies entre Anna et Sergei (Freddie Bartholomew), son fils. La complicité entre la mère et l’enfant est papable et leur relation est extrêmement touchante. De plus elle renforce la notion de sacrifice qu’Anna consent pour suivre son amant, qui en la quittant par lassitude l’abandonne à une vie désormais privée de toute forme d’amour. Garbo qui a rarement interprété une mère à l’écran endosse le rôle avec une justesse étonnante.
Image
Je trouve personnellement qu'Anna Karenina souffre de la comparaison avec Camille même si ce dernier a été tourné à la suite du film de Brown. Le film de Brown ne retrouve pas le souffle de la version muette (que j'adore), où Goulding s'appuie sur la photo de Daniels et propose une superbe histoire d'amour...,

Je n'ai encore jamais eu l'occasion de voir la version de 27. J'ai lu ici que l'accompagnement musical était gâché par les réactions de gamins assistant à la projection. Tu confirmes ?
...et surtout le Vronsky de 1935 n'atteint pas celui de 1927, aidé il faut dire par la relation hors plateau des 2 acteurs :mrgreen: A chaque vision, je reste un peu à l'écart de l'histoire entre les 2 amants et j'ai du mal à croire à l'amour qui est censé lier ces 2 personnages...
Entièrement d'accord. Une fois que Vronski à obtenu l'objet de ses convoitises et j'emploie objet à dessein, la passion censée l'habiter n'est pas des plus brûlantes, loin s'en faut. Du coup le film pâtit d'un manque de tension dramatique et provoque un déséquilibre palpable dans les scènes entre Garbo et March.
alors que dans la version muette, c'est vraiment un amour passionné qui transparait à l'écran avec la scène finale de la séparation comme point d'orgue à cette liaison.

Il me semble avoir vu la scène sont tu parles. Est-ce dans celle-ci qu'Anna rattrape Vronski et le couvre de baisers sachant qu'elle ne le reverra plus ?
Bonne continuation avec ce coffret, j'attends la prochaine critique :mrgreen:
Encore du travail en perspective...parce que pour bien faire les choses je devrai étoffer celle de la Reine Christine. :wink:
"Il faut vouloir saisir plus qu'on ne peut étreindre." Robert Browning.
" - De mon temps, on pouvait cracher où on voulait. On n'avait pas encore inventé les microbes." Goupi
Mains Rouges.

Mes films du mois :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Jan 21 : Cousin Jules
Fev 21 : Midnight special
Mar 21 : Nanouk l'esquimau
Avr 21 : Garden of stones
Mai 21 : Fellini Roma
User avatar
Frances
Assistant opérateur
Posts: 2819
Joined: 3 Oct 12, 20:24

Re: Greta Garbo (1905-1990)

Post by Frances »

Merci Filiba..."ce billet" tend à ridiculiser ces ventes aux enchères où l'on vend n'importe quoi du moment que c'est estampillé "ayant appartenu à". Un procédé qui n'a jamais eu mes faveurs tant j'ai toujours fait la différence entre les personnages incarnés par un acteur et l'être humain qu'il est dans la vie et respecté ce qui relève de sa vie privé.
"Il faut vouloir saisir plus qu'on ne peut étreindre." Robert Browning.
" - De mon temps, on pouvait cracher où on voulait. On n'avait pas encore inventé les microbes." Goupi
Mains Rouges.

Mes films du mois :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Jan 21 : Cousin Jules
Fev 21 : Midnight special
Mar 21 : Nanouk l'esquimau
Avr 21 : Garden of stones
Mai 21 : Fellini Roma
feb
I want to be alone with Garbo
Posts: 8872
Joined: 4 Nov 10, 07:47
Location: San Galgano

Re: Greta Garbo (1905-1990)

Post by feb »

Un grain de sable à l’édifice comme je me plais à le dire…trois fois rien en somme si ce n’est pour le plaisir de lancer la discussion et d’en voir surgir, parfois, des idées et des interprétations laissées de côté jusque là.
C'est le principal : pouvoir rebondir sur une critique, une remarque, donner envie de découvrir un film comme par exemple ici avec la comparaison possible entre les 2 versions d'Anna Karenine :wink:
Il eut été aussi intéressant d’aborder les scènes à mon goût également très réussies entre Anna et Sergei (Freddie Bartholomew), son fils. La complicité entre la mère et l’enfant est papable et leur relation est extrêmement touchante. De plus elle renforce la notion de sacrifice qu’Anna consent pour suivre son amant, qui en la quittant par lassitude l’abandonne à une vie désormais privée de toute forme d’amour. Garbo qui a rarement interprété une mère à l’écran endosse le rôle avec une justesse étonnante.
Justement dans la version muette, la relation entre Anna et son fils est bien plus forte que dans la version Brown. La scène où Garbo doit donner le bain à son fils avant de le quitter sous la contrainte de son mari est une des scènes marquantes de cette version de 27 :wink:
Spoiler (cliquez pour afficher)
ImageImageImage
Et elle montre une Garbo très à l'aise dans le rôle de mère tout comme dans Conquest ou encore dans la courte scène sur la plage dans The Single Standard.
Spoiler (cliquez pour afficher)
ImageImage
Je n'ai encore jamais eu l'occasion de voir la version de 27. J'ai lu ici que l'accompagnement musical était gâché par les réactions de gamins assistant à la projection. Tu confirmes ?
Oui je confirme : accompagnement musical très désagréable + réactions des gens dans la salle = film à voir en muet.
Il me semble avoir vu la scène sont tu parles. Est-ce dans celle-ci qu'Anna rattrape Vronski et le couvre de baisers sachant qu'elle ne le reverra plus ?
Oui c'est celle là. Ce n'est plus le couple Anna/Vronsky à l'écran mais le couple Garbo/Gilbert. C'est une superbe scène...
Encore du travail en perspective...parce que pour bien faire les choses je devrai étoffer celle de la Reine Christine. :wink:
Celui là par contre il n'y a rien à dire, c'est un des meilleurs de sa filmo parlante :D
User avatar
Frances
Assistant opérateur
Posts: 2819
Joined: 3 Oct 12, 20:24

Re: Greta Garbo (1905-1990)

Post by Frances »

Merci feb pour tes réponses...il faut que je mette la main sur "Love". Finalement c'est bien de s'attaquer à un coffret. Cela permet d'avoir une vision plus globale de l'oeuvre d'un acteur ou d'un réalisateur et de faire les liens qui s'imposent.

Un petit cadeau...que tu devrais apprécier et pour encourager les heureux possesseurs du coffret (je ne cite personne :fiou: ) à sauter le pas.

Watch ! (avec ou sans son...au choix)

"Il faut vouloir saisir plus qu'on ne peut étreindre." Robert Browning.
" - De mon temps, on pouvait cracher où on voulait. On n'avait pas encore inventé les microbes." Goupi
Mains Rouges.

Mes films du mois :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Jan 21 : Cousin Jules
Fev 21 : Midnight special
Mar 21 : Nanouk l'esquimau
Avr 21 : Garden of stones
Mai 21 : Fellini Roma
User avatar
onvaalapub
Machino
Posts: 1372
Joined: 28 Mar 11, 18:02
Location: Monument Valley

Re: Greta Garbo (1905-1990)

Post by onvaalapub »

Frances wrote:Merci feb pour tes réponses...il faut que je mette la main sur "Love". Finalement c'est bien de s'attaquer à un coffret. Cela permet d'avoir une vision plus globale de l'oeuvre d'un acteur ou d'un réalisateur et de faire les liens qui s'imposent.

Un petit cadeau...que tu devrais apprécier et pour encourager les heureux possesseurs du coffret (je ne cite personne :fiou: ) à sauter le pas.

Watch ! (avec ou sans son...au choix)
Spoiler (cliquez pour afficher)
Y'a pas à dire, elle est belle la Greta... Il faut vraiment que je prenne du temps pour continuer le coffret. Mais j'ai tellement de films à voir :( ou plutôt :D
Image
User avatar
Frances
Assistant opérateur
Posts: 2819
Joined: 3 Oct 12, 20:24

Re: Greta Garbo (1905-1990)

Post by Frances »

Anna Christie – Clarence Brown – 1930 – Greta Garbo, Charles Bickford,, Marie Dressler. Sans le slogan qui annonça « Garbo talks » il est douteux que le film soit passé à la postérité. S’il fallait que Garbo incarne un personnage d’origine suédoise pour justifier son accent il eut été facile par une habilité scénaristique de lui en créer un. Pourquoi porter à l’écran cette pièce de Eugene O’Neil poussiéreuse et rétrograde ? Jugez plutôt : un vieux marin alcoolique reçoit une lettre de sa fille pour lui annoncer qu’elle vient vivre auprès de lui. Confiée des années plus tôt à des fermiers de la famille, elle quitte finalement la Suède pour devenir infirmière puis prostituée. Dès le début le film de Brown s’enlise à cause d’une atmosphère poisseuse et de l’exposition trop soulignée de ces êtres misérables aux traits grossiers et sans nuances. Ici, les corps sont trop lourds de crasse et d’alcool, les regards trop appuyés, le tempo trop ralenti. La réalisation exploite peu les ressources du cinéma mais transpose le découpage de la pièce dans des décors figés. L’histoire progresse péniblement et on a du mal à croire à l’assemblage boiteux du couple père-fille et encore plus de mal à se convaincre qu’Anna s’amourache de ce marin rustre parmi les rustres qui la rejette violemment quand elle lui révèle son passé. Même si elle finira par épouser le boétien de service, Anna sera condamnée à vivre -comme sa mère- la solitude des femmes de marin. On a connu meilleur happy end. Garbo passe le test du parlant haut la main mais c’est bien là le seul intérêt du film.
Image
"Il faut vouloir saisir plus qu'on ne peut étreindre." Robert Browning.
" - De mon temps, on pouvait cracher où on voulait. On n'avait pas encore inventé les microbes." Goupi
Mains Rouges.

Mes films du mois :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Jan 21 : Cousin Jules
Fev 21 : Midnight special
Mar 21 : Nanouk l'esquimau
Avr 21 : Garden of stones
Mai 21 : Fellini Roma
feb
I want to be alone with Garbo
Posts: 8872
Joined: 4 Nov 10, 07:47
Location: San Galgano

Re: Greta Garbo (1905-1990)

Post by feb »

Les 3 premiers parlants de l'actrice, réalisés par Brown, sont malheureusement des films qui ont très fortement vieilli, où le style théatral transpire à l'écran (il faut voir Romance, on a du mal à croire que Brown se trouve derrière la caméra tant le film est statique, il n'y a que la photo de Daniels à sauver...quant à Inspiration il passe un peu mieux sans doute grâce à ses scènes extérieures qui donnent de l'air au film et ce n'est pas du luxe).
Je ne peux qu'être du même avis que toi Frances, exceptée là aussi la photo de Daniels, il n'y a rien à sauver. Par contre, comme tu as pris le coffret Signature US, je t'invite à regarder en bonus du DVD la version allemande réalisée par Feyder : si l'histoire est toujours la même et ne gomme pas les défauts que tu as relevés, la mise en scène du réalisateur est toute autre et je préfère très largement cette version (et le fait que Garbo parle allemand n'en est que plus agréable :mrgreen: ).
Je regrette sincèrement que le monsieur n'ait pas réussi à tourner un autre film par la suite car je pense que son travail s'adaptait parfaitement à l'actrice, il suffit de voir The Kiss qui fait oublier son scénario convenu par une mise en scène et une inventivité rare, propres aux derniers muets US.
User avatar
Frances
Assistant opérateur
Posts: 2819
Joined: 3 Oct 12, 20:24

Re: Greta Garbo (1905-1990)

Post by Frances »

Je suivrai ton conseil dès que je me serai armée de suffisamment de courage...pour affronter la version allemande :mrgreen:
Au vu de la carrière (assez courte) de Garbo je regretterais toujours que le choix ou le traitement des sujets qu'elle tourna manqua parfois de pertinence ou...n'ayons pas peur des mots...de qualité. Quand on prend en référence ses plus grandes réussites on ressent un peu l'impression de gâchis. :twisted:
Image
"Il faut vouloir saisir plus qu'on ne peut étreindre." Robert Browning.
" - De mon temps, on pouvait cracher où on voulait. On n'avait pas encore inventé les microbes." Goupi
Mains Rouges.

Mes films du mois :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Jan 21 : Cousin Jules
Fev 21 : Midnight special
Mar 21 : Nanouk l'esquimau
Avr 21 : Garden of stones
Mai 21 : Fellini Roma
feb
I want to be alone with Garbo
Posts: 8872
Joined: 4 Nov 10, 07:47
Location: San Galgano

Re: Greta Garbo (1905-1990)

Post by feb »

Frances wrote:Je suivrai ton conseil dès que je me serai armée de suffisamment de courage...pour affronter la version allemande :mrgreen:
Je te le conseille vivement car tu verras vraiment la différence avec la caméra de Feyder. Et puis l'actrice semble plus à l'aise avec son texte en allemand, comme si le fait de devoir jouer avec cette nécessité de faire ressortir son accent rendait son jeu moins agréable.
Au vu de la carrière (assez courte) de Garbo je regretterais toujours que le choix ou le traitement des sujets qu'elle tourna manqua parfois de pertinence ou...n'ayons pas peur des mots...de qualité. Quand on prend en référence ses plus grandes réussites on ressent un peu l'impression de gâchis. :twisted:
C'est ce qui différencie Garbo des 2 autres actrices majeures de la MGM :
- des rôles "exotiques" en rapport avec ses racines européennes : espagnole, russe, italienne, etc.
- pas de rôles de "working girl" qui cherchent à s'élever dans la société comme ce fut souvent le cas avec Crawford et qui plaisaient aux spectateurs.
- des relations tendues avec Mayer (du fait de ses envies de retour au pays) qui contrastent avec une Norma Shearer aidée par Thalberg.
- le besoin de faire tourner en continu l'actrice entre 27 et 32 pour profiter du filon (avant le break pré-Queen Christina à la suite duquel les tournages vont s'espacer) et de ce fait des choix pas forcément judicieux dans les scénarios.