Jean-Jacques Beineix

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Swan
Au poil soyeux
Au poil soyeux
Posts: 32185
Joined: 12 Apr 03, 15:00
Location: The Swanage

Jean-Jacques Beineix

Post by Swan »

EDIT DE LA MODERATION:

Vous pouvez jeter un oeil aux topics dédiés à

La lune dans le caniveau (1983)
37°2 le matin (1986)

et à la discussion entamée ici (topic "Que sont-ils devenus?")


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Pour les amateurs des années 80 : Dark Star organise une nuit consacrée à Jean-Jacques Beinex le 12 Mai au Grand Rex

"-FLASH BACK pour les 20 ans de 37°2 le matin.

Béatrice Dalle et Jean-Hugues Anglade, les acteurs principaux du film, seront nos invités et parleront de cette épopée au coté de JJ Beineix

- MASTER CLASS DU REALISATEUR (90 min)

- PROJECTION de 37°2 le matin, version intégrale

Puis PROJECTIONS dans la nuit de La lune dans le caniveau et d’IP5 de JJ Beineix"

Tarif : 15 € - 12 € en tarif réduit.

Notons que les Nuits Master Class sont appelées à devenir un évennement
récurent.

Accessoirement, 37°2 le Matin sortira en DVD collector le 17 Mai.
Image
Image
"One Day There'll Be a Place for Us"
Super Seb le Bat Coco
Artist from Outer Space
Posts: 36115
Joined: 13 Apr 03, 18:41
Location: Sous la fontaine de Genève...

Post by Super Seb le Bat Coco »

avec la carte UGC c'est comment ?
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 20782
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Post by Nestor Almendros »

Super Seb le Bat Coco wrote:avec la carte UGC c'est comment ?
Ca ne devrait pas fonctionner je pense, vu qu'il s'agit d'une nuit entière et d'un évènement à part dans la programmation du ciné.
Super Seb le Bat Coco
Artist from Outer Space
Posts: 36115
Joined: 13 Apr 03, 18:41
Location: Sous la fontaine de Genève...

Post by Super Seb le Bat Coco »

Nestor Almendros wrote:
Super Seb le Bat Coco wrote:avec la carte UGC c'est comment ?
Ca ne devrait pas fonctionner je pense, vu qu'il s'agit d'une nuit entière et d'un évènement à part dans la programmation du ciné.
ah... je n'irai pas, 15 euros :| c'est follement...
Spoiler (cliquez pour afficher)
roupillant
kyle reese
3D Maximal
Posts: 9791
Joined: 13 Apr 03, 13:53
Location: Back to real life !

Post by kyle reese »

J'aurais largement préféré un autre Jean-Jacques ...
Le cinéma de celui-ci viellit très mal je trouve.
There is something very important that we need to do as soon as possible.
What's that?
Fuck !
frédéric
1st Degree
Posts: 12974
Joined: 28 Aug 04, 18:49
Location: Une galaxie lointaine, très lointaine

Post by frédéric »

IP 5, sur France 3 à 20h55, le jeudi 9 Novembre.
Blogs Perso, Cinéma de Minuit : http://cineminuit.fr.over-blog.com/

Cinéma Actuel : http://sallesobscures2.over-blog.fr/

"And Now Mr Serling"
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 48737
Joined: 31 Jul 03, 11:50
Liste DVD

Re: Notez les films de juillet 2009

Post by Boubakar »

Diva (Jean-Jacques Beineix, 1980)

Première approche avec le cinéma de beineix, et ça commence plutôt mal : j'ai trouvé ça quasiment raté.
Le "quasiment" vaut pour les acteurs, Gérard Darmon et Dominique Pinon en tête (ce dernier aurait pu faire un bon Terminator ! :lol: ), mais rien dans le film ne m'a intéressé, et, artistiquement, c'est le film "eighties" par excellence ; il y a constamment des néons (bleutés de surcroit), la musique synthétique qui est une horreur (le pompon étant lors de la poursuite en métro), sans compter une certaine tendance à faire des scènes de garage (à la fin, en particulier). Et la fin est presque parodique (
Spoiler (cliquez pour afficher)
le meurtre de Darmon par balles est comique, tellement l'acteur joue faux en se tenant le dos sur des blessures qui n'apparaissent pas, même sur son blouson ! :lol: )
. Tout ça pour dire que ce film me parait terriblement vieillot, à la fois dans ce qu'il montre et ce qu'il dit. :?
Nomorereasons
Dédé du Pacifique
Posts: 5151
Joined: 29 May 07, 20:19

Re: Notez les films de juillet 2009

Post by Nomorereasons »

Boubakar wrote:artistiquement, c'est le film "eighties" par excellence ; il y a constamment des néons (bleutés de surcroit), la musique synthétique qui est une horreur (le pompon étant lors de la poursuite en métro), sans compter une certaine tendance à faire des scènes de garage (à la fin, en particulier). :?
Bouba, si c'est du thème satien de Vladimir Cosma que tu parles, c'est juste qu'on n'est pas d'accord, mais pas la peine de fouetter un chat.

Par contre, et je ne m'adresse pas à toi en particulier, je ne comprends pas cette assimilation systématique des eighties avec la laideur et le ringard, c'est une tendance générale qui me dépasse.
bronski
Touchez pas au grisbi
Posts: 17419
Joined: 23 Feb 05, 19:05
Location: location

Re: Master Class Jean-Jacques Beinex au Grand Rex

Post by bronski »

Pas d'autre sujet sur Beinex? Revu 37.2 le matin, Beinex est un maniériste, les couleurs flashy eighties sont superbes ainsi que le cadrage et la mise en scène. J'ai vu une discussion sur le forum sur la mauvaise réputation des 80's (et de Beinex), il n'en est rien. Au fait, special eighties sur Arte cet été (Queen, Depeche Mode, Michael Jackson/Prince, L'été Meurtrier, Diva, etc.).
User avatar
7swans
Nuits de Sheen...
Posts: 7582
Joined: 17 Feb 06, 18:50

Re: Master Class Jean-Jacques Beinex au Grand Rex

Post by 7swans »

bronski wrote:Pas d'autre sujet sur Beinex?
Il y a une faute dans l'intitulé du topic. C'est Beineix.
Si tu fais une recherche en Beineix, tu auras peut etre plus de réponses (ou pas...).

Edit : Rapide la modération! JJ a retrouvé son "i" manquant dans le nom du topic.
There's no such thing as adventure. There's no such thing as romance. There's only trouble and desire.
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 48737
Joined: 31 Jul 03, 11:50
Liste DVD

Re: Jean-Jacques Beineix

Post by Boubakar »

IP5, l'île aux pachydermes (1992)

Plus connu comme étant le dernier film d'Yves Montand, je me rappelle d'une certaine fronde contre Beineix, accusé de l'avoir "tué", ou du moins accéléré sa disparition. Il faut dire que Montand est très émouvant dans cet homme venu de nulle part, plus profond qu'il n'y parait, et qui va apprendre la vie aux deux petits jeunes qui le suivent sans arrêt.
Dans le film, il passe à travers plusieurs palettes, étant soit espiègle, soit grave, soit triste, je le trouve épatant, et prenant de sacrés risques pour un homme de son âge (comme les deux scènes où, presque nu, il va nager dans une rivière glacée, et celles où il court, dont la fin pressent ce qui va lui arriver dans la réalité). Et il y a quelque chose de très surprenant à un moment donné ; on a vraiment l'impression de le voir rajeunir quand il arbore un costume trois pièces, et rasé de près, tel qu'il était dans ses films des années 70. Dans le commentaire audio, Beineix rapporte une anecdote de Montand selon quoi ça serait l'un des films où il aura été le plus mis à nu ; ainsi, la phrase dite à Colette Renard, "Je suis nul en amour" est très étrange venant de la part d'un homme ayant séduit quelques-unes des plus belles femmes de son temps.
Contrairement à Diva, je trouve le film un peu moins vieilli, esthétiquement, mais il reste assez intéressant à voir, rien que pour le plaisir de voir Yves Montand dans un si beau rôle.

Mais le film souffre d'un gros défaut ; Olivier Martinez y joue, et absolument inexpressif comme il nous le prouvera plus tard, mauvais comme un cochon, à part la scène finale où il dégage (enfin) un peu d'émotions. C'est un comble, alors que son jeune partenaire, Sekkou Sall, est assez touchant.
Comme quoi, il ne faut pas désespérer d'un réalisateur, je trouve son film réussi ! :lol:
User avatar
nobody smith
Monteur
Posts: 4652
Joined: 13 Dec 07, 19:24

Re: Jean-Jacques Beineix

Post by nobody smith »

Image

Je dois dire qu’après cette troisième incursion dans la filmo de Beineix, il s’avère que je suis assez client de son cinéma. J’adhère pourtant facilement aux défauts qu’on impute régulièrement à ses réalisations. Sur certains aspects, ça a effectivement très vieillit (Diva) et c’est par moment très crispant (37°2 le matin, vu uniquement dans sa version longue). Toutefois, je ne suis pas insensible à l’ambition formelle dont il fait preuve et surtout à la générosité qui se dégage de ses œuvres. A mon sens, c’est ce qui met Beineix largement au-dessus d’un Luc Besson dont le style n’a généralement pas dépassé une certaine platitude. IP5 ne fait ainsi que confirmer ce que je tenais déjà pour acquis. J’ai donc été parfois énervé face à certains moments qui flirte avec la philosophie de bazar, notamment lors de certaines phases d’apprentissage qui utilise la nature comme vecteur. Il se dégage heureusement une véritable richesse dans le propos à l’image de l’excellente prestation d’Yves Montand qui, comme le note Boubakar, passe par un large panel d’émotions. Le film transporte entre humour, tendresse et ridicule avec une telle profusion et croyance dans le medium que l’ennui ou le détachement ne s’installent jamais.
"Les contes et les rêves sont les vérités fantômes qui dureront, quand les simples faits, poussière et cendre, seront oubliés" Neil Gaiman
Image
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14349
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Jean-Jacques Beineix

Post by Demi-Lune »

Image Image Image

Diva (1980)
Comme Subway de Luc Besson, autre grand film culte français des années 1980 : assez fascinant à regarder pour son ambiance esthétique (ou comment faire de Paris une ville totalement irréelle et fantasmée), mais d'une pénible inconsistance. Les choses s'arrangent très légèrement dans la seconde heure où le semblant d'intrigue commence à se réveiller, mais l'impression dominante reste que tout ceci sonne hélas désespérément creux et que les ambitions du "cinéma du look" n'auront malheureusement jamais été que formelles. J'ai eu envie de baffer certains comédiens - l'horripilante Thuy Ann Luu la première - tant la médiocrité de leur jeu est patente, ou, comme l'a souligné Boubakar, se révèle involontairement comique (la fusillade finale dans le garage avec Darmon qui se tord de douleur). Les méchants (avec un Dominique Pinon en pré-Terminator à l'oreillette - Cameron aurait-il vu le film ? :lol: ) renvoient à un style de bande-dessinée qui prend tout son sens quand on sait que Jean Van Hamme est co-scénariste du film ; cependant, malgré ce parti-pris, au milieu de certaines idées qui décontenancent - par exemple, le charismatique Bohringer qui nous tartine des pensées zen sur une baguette de pain avec un tuba sur la tête -, dissimule mal une vacuité narrative d'autant plus paradoxale qu'il y a au moins deux ou trois intrigues parallèles dans ce film. Les personnages sont totalement schématiques, traités par dessus la jambe, les dialogues sont d'une pauvreté navrante. Et pourtant... comme Subway, je n'arrive pas à être trop sévère. Parce que, d'une part, Beineix fait preuve d'une maîtrise technique certaine, particulièrement visible dans les scènes de course-poursuite. D'autre part parce que quelques séquences atmosphériques et bleutées (Bohringer assis à même le sol face à son immense puzzle, un métronome aquatique face à lui) ont, je l'avoue, tendance à me fasciner.
User avatar
origan42
Décorateur
Posts: 3766
Joined: 2 Feb 07, 17:22

Re: Jean-Jacques Beineix

Post by origan42 »

Je reste sur une telle révélation, une telle fascination de ce film (Diva) auquel j'avais mis les 5 étoiles du chef d'oeuvre, que j'ai peur aujourd'hui de le revoir et d'être déçu.
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22305
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Re: Jean-Jacques Beineix

Post by cinephage »

origan42 wrote:Je reste sur une telle révélation, une telle fascination de ce film (Diva) auquel j'avais mis les 5 étoiles du chef d'oeuvre, que j'ai peur aujourd'hui de le revoir et d'être déçu.
Le film a indéniablement vieilli, tant il se voulait à l'avant-garde d'une certaine approche cinématographique, et porte avant tout les caractéristiques de son époque. Mais je lui trouve un charme dont il ne s'est jamais départi, une stylisation ludique, certes outrancière, mais par là-même assez charmante dans son audace.
En tout cas, je n'ai pas vraiment été déçu par la révision de ce film.
Obviously the world is not a wish-granting factory (The fault in our stars, Josh Boone, 2014)
Pour caler mes bennos