Jerzy Skolimowski

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Cadichon
Bourriquet au carré
Posts: 352
Joined: 4 Sep 08, 17:57

Re: Jerzy Skolimowski

Post by Cadichon »

Je 'ai vu que "Deep end" et "Travail au noir" qui sont des purs chefs-d'oeuvre mais aussi des films qui mettent très mal à l'aise, surtout "Deep end". A déconseiller aux neurasthéniques.
Jihl
Doublure lumière
Posts: 584
Joined: 4 Mar 06, 23:06
Location: Louis Restaurant

Re: Jerzy Skolimowski

Post by Jihl »

Quatre nuits avec Anna (2008)

Vu dans un master correct diffusé sur C+ Cinéma. Je n'avais jamais vu de films de Skolimowski et j'avoue avoir été séduit. La mise en place du film peut être un peu déstabilisante (mais pas plus que chez Lynch par exemple), mais on finit par s'y retrouver assez rapidement et le film devient alors limpide.
Le film par son sujet, par la faible place laisser aux dialogues m'a fait penser à Kaurismaki et en particulier au magnifique Lumières du faubourg, mais avec une mise en image très différente, plus proche de Tarkovski ou de Sokourov pour certains plans.
Les interprètes et en particulier Artur Steranko sont excellents, le film est aussi parfois drôle, parfois violent, mais surtout émouvant.
Vivement conseillé. 7,5/10
bruce randylan
Mogul
Posts: 11518
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Jerzy Skolimowski

Post by bruce randylan »

Pour coller à l'actualité du festival Paris Cinéma et son hommage à Jerzy Skolimowski, je me suis fendu d'un dossier sur le cinéaste pour 1kult
Soit une présentation du réalisateur et trois critiques (Roi, dame, Valet ; la barrière et Essential Killing)
http://www.1kult.com/2011/07/01/special ... olimowski/

On l'interview aussi lundi matin donc si vous avez quelques questions, c'est le moment où jamais :D
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
Akrocine
Régisseur
Posts: 3283
Joined: 1 Apr 09, 20:38
Location: Arcadia 234

Re: Jerzy Skolimowski

Post by Akrocine »

Je viens seulement de découvrir le cinéaste avec Essential Killing, mais j'en ai tout de même quatre :

- Est-ce Vincent Gallo ou lui qui a eu l'idée
Spoiler (cliquez pour afficher)
de téter le sein de la femme avec son bébé?
:mrgreen:

- Que pense-t-il de voir ses films réédités en France chez Malavida et Carlotta (et en U.K chez BFI) ? A t-il participé de près ou de loin à la restauration ?
Est-il content de voir que son nom est toujours aussi connu depuis la sortie de son dernier film ?

- A t-il vu le film "Les Diamants de la Nuit" de Jean Nemec, si oui a t-il été une inspiration pour Essential Killing ?

- A t-il prévu de tourner un nouveau film prochainement, si oui de quoi parlera t-il ?
"Mad Max II c'est presque du Bela Tarr à l'aune des blockbusters actuels" Atclosetherange
bruce randylan
Mogul
Posts: 11518
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Jerzy Skolimowski

Post by bruce randylan »

Je comptais justement lui poser des questions sur l'improvisation dans ses films, les sorties DVDs se multipliant et bien-sûr ses prochains projets.

Merci, pour les diamants de la nuit (je n'ai pas encore vu mon DVD), les histoires ont en effet l'air d'avoir des similitudes. :D
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
ApOk
Assistant(e) machine à café
Posts: 264
Joined: 24 Aug 06, 14:10
Location: In the Land of Rape and Honey

Re: Jerzy Skolimowski

Post by ApOk »

Akrocine wrote:Je viens seulement de découvrir le cinéaste avec Essential Killing, mais j'en ai tout de même quatre :

- Est-ce Vincent Gallo ou lui qui a eu l'idée
Spoiler (cliquez pour afficher)
de téter le sein de la femme avec son bébé?
:mrgreen:
Vincent Gallo. Ou du moins il a insisté pour un point particulier : http://www.imdb.com/title/tt1561768/trivia
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 16258
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Jerzy Skolimowski

Post by Père Jules »

bruce randylan wrote: Merci, pour les diamants de la nuit (je n'ai pas encore vu mon DVD), les histoires ont en effet l'air d'avoir des similitudes. :D
Ça ne m'étonnerait pas du tout.
bruce randylan
Mogul
Posts: 11518
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Jerzy Skolimowski

Post by bruce randylan »

Avec plus d'un mois de retard :fiou:

Pas d'interview... Le père Jerzy l'a annulée à la dernière minute sans aucune explication. :( :?
Bien les boules mais je suis quand même allé voir 2 films que je n'avais toujours pas vu de sa filmographie

Haut les mains (1967-1981)

Le film qui sonna le départ de Skolimowski de la Pologne dont les autorité avait stoppé la production sous le coup de la censure. Presque 25 ans après, le réalisateur trouve l'occasion de le terminer en ajoutant un prologue où il se met lui-même en scène (la dernière fois qu'il se met en scène dans un de ses films il me semble).

Et le moins qu'on puisse dire, c'est que le résultat est très déstabilisant, expérimental pour ne pas dire totalement hermétique. Cette introduction de presque 20 minutes est vraiment douloureuse. Un bad trip aux effets agaçant, bourré de tics visuels des années 80 qui ont pris un sale coup de vieux. je n'ai strictement rien compris à ce que le cinéaste voulait aborder avec ce préambule qui enfonce les portes de l'artiste maudit auto-proclamé indépendant et avant-gardiste. C'était d'autant plus dur que la salle de cinéma n'avait pas de clim' et que la chaleur poussait à l'assouplissement. Ca a été une lutte de tous les instants...

Bon, heureusement le vrai film commence et si le propos demeure la encore très abstrait, c'est bien moins horripilant et agaçant. D'abord le noir et blanc est époustouflant. Skolimowski parvient à tiré parti de l'opposition entre le blanc (la lumière) et le noir (l'obscurité) pour questionner la psychologie de ses personnages qui forment un portrait peu reluisant d'une jeunesse coincé entre immobilisme de petit bourgeois et un désir de quitter leur cocon avec une naïveté immature. Le tout forme un exercice de style époustouflant visuel pour évoquer un discours social, politique, religieux...
Comme je disais, c'est vraiment abstrait au point qu'il est difficile de vraiment comprendre quelque chose... On ne peut vraiment pas parler d'un cinéma narratif ou émotionnel (encore que le dénouement soit brillant). Pour ceux qui ont vu la barrière, son précédent film, c'est absolument dans la continuité mais encore plus extrême ! Mais encore une fois visuellement, c'est travail d'orfèvre.

Enfin, bref, pour un film se déroulant presque entièrement dans un train, il n'est pas évident de raccrocher les wagons comme on dit...


Le succès à tout prix (1984)
C'est déjà bien plus abordable mais ça reste encore difficilement saisissable avec toujours un symbolisme très poussé, une narration en dehors des sentiers battus et des personnages loin d'être attachant mais le style est moins froid avec une cinématographie maitrisée (quelques mouvements de caméra complexes), un sens de l'humour voire de l'auto-parodie rafraichissant qui justement se moque de l'artiste aux concepts improbables et quelques passages forts poétiques.
En tout cas, le moins qu'on puisse dire c'est qu'il s'agit d'un film profondément personnel et autobiographiques dans la carrière du cinéaste qui évoque clairement la Pologne avec un désir de retrouver ses racines.
Il y a plein de chose à dire mais une vision n'est pas forcément suffisant et la mémoire a de quoi être obstrué par plein d'autres trucs en 6 semaines (surtout pendant ce marathon de Juillet entre l'ATG, les perles noires et Rosi). Pas facile d'êter cinéphile tous les jours :mrgreen:



Voilà, je n'ai plu que les eaux printanières à découvrir et j'aurai vu tous les Skolimowski :D
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
User avatar
Roy Neary
Once upon a time...
Posts: 51069
Joined: 12 Apr 03, 01:42
Liste DVD

Re: Jerzy Skolimowski

Post by Roy Neary »

UP !

DVDClassik met en ligne aujourd'hui sa chronique du formidable Deep End de Skolimowski. :)
On a de la chance, les DVD et Blu-ray édités par Carlotta font plus que rendre juste au film, ils sont superbes !
L'analyse de l'œuvre est signée par l'ami Phylute.

:arrow: Deep End
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90824
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Jerzy Skolimowski

Post by Jeremy Fox »

Découvert pas plus tard que ce Week-end et ce fut une très chouette découverte. Superbes acteurs et magnifique travail sur la couleur ; je file lire le texte
Joe Wilson
Entier manceau
Posts: 5463
Joined: 7 Sep 05, 13:49
Location: Entre Seine et Oise

Re: Jerzy Skolimowski

Post by Joe Wilson »

Deep End

Un objet fascinant : les couleurs sont en effet magnifiques, tant elles transcendent les émotions des personnages et créent une ambiance irréelle et fantomatique, proche du rêve. Je suis longtemps resté perplexe face au déroulement du récit, avec le ressenti d'une artificialité trop calculée, malgré l'intensité de l'obsession de John Moulder-Brown pour Jane Asher.
Mes réserves se sont cependant envolées pendant la dernière demie-heure, dès l'apparition de la neige. Une douleur jusqu'alors esquissée remonte à la surface, fébrile et lancinante....une légèreté troublante cède la place à une désillusion amère. La créativité de la mise en scène maintient un étrange état de grâce, la sensation d'un plongeon dans le vide.
Ainsi, Deep End offre le reflet d'une époque tout en se jouant des conventions et des attentes : la perception d'une angoisse longtemps évanouie exprime un malaise poignant car presque indéfinissable. L'adolescence ne peut que contempler ses propres regrets.
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90824
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Jerzy Skolimowski

Post by Jeremy Fox »

Grâce à l'éditeur Malavida qui édite les films, début d'un cycle Skolimowski sur DVDclassik avec Signes particuliers : Néant ; la suite, vendredi prochain
User avatar
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Posts: 19220
Joined: 26 Dec 04, 18:31
Location: sleeping in the midday sun...

Re: Jerzy Skolimowski

Post by gnome »

Jeremy Fox wrote:Grâce à l'éditeur Malavida qui édite les films, début d'un cycle Skolimowski sur DVDclassik avec Signes particuliers : Néant ; la suite, vendredi prochain
:D
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90824
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Jerzy Skolimowski

Post by Jeremy Fox »

Suite du cycle avec Walkover, datant de 1965
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17968
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Jerzy Skolimowski

Post by Kevin95 »

Jeremy Fox wrote:Suite du cycle avec Walkover, datant de 1965
Mon premier Skolimowski (vu en salles l'année dernière) je me souviens m’être endormis (chose qui ne m'arrive jamais au cinéma) après une demi-heure de projection avant de me réveiller cinq minutes avant la fin du film. Autant la mise en scène est impressionnante (le plan séquence au début du film est à ce titre assez bluffant) autant le récit et les comédiens sont assez mous. Mais vu qu'une poignées d'images de Walkower me reste en tête, je me demande si je ne vais pas redonner une chance au film.

Ceci étant dit, je dois ne pas être très réceptif au cinéma de Skolimowski puisque Deep End ne m'a pas fait plus d'effet que ça (un film agréable mais pas vraiment le chef d’œuvre qu'a vu à peu près tout le monde). A coté de ça j'ai énormément apprécié Essential Killing et je désire grandement découvrir Le Départ, wait and see.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)