Carol Reed (1906-1976)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Rick Blaine
Charles Foster Kane
Posts: 21586
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Carol Reed (1906-1976)

Post by Rick Blaine »

Décidément, il va falloir que je regarde ce coffret Lockwood.

J'en profite puisqu'on est sur le sujet Reed pour signaler la sortie en DVD en début de semaine de Outcast Of The Islands qui a un beau casting.
User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 16799
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: Carol Reed (1906-1976)

Post by Profondo Rosso »

Outcast of the Island (1952)

Image

En Malaisie, dans la seconde moitié du XIXe siècle, le Capitaine Lingard fait la connaissance d'un homme de mauvaise réputation, Willems, qui est rejeté par la communauté blanche. Il décide de lui donner une nouvelle chance en le recommandant à un commerçant. Mais Willems file à nouveau un mauvais coton. A cause de sa passion pour Aïssa, une indigène, il trahira ses bienfaiteurs et alliés.

Carol Reed réalise là une puissante adaptation du second roman de Joseph Conrad, Le Paria des iles. Dans cet ouvrage comme dans les plus célébrés Au cœur des ténèbres et Lord Jim, il est question d'un homme qui en s'enfonçant et se perdant dans la jungle y exacerbe les démons qu'il y a emmené avec lui. Dans Au cœur des ténèbres, Kurtz façonnait un monde à l'image de sa mégalomanie et de son dégoût la civilisation, Lord Jim y résolvait fatalement sa culpabilité et son besoin d'héroïsme. Willems, héros de ce Outcast of the Island s'enfoncera tout autant si ce n'est que le chaos qu'il sèmera n'est même pas animé par la noble cause des héros précités.

Image

Trevor Howard délivre une interprétation des plus intenses pour ce personnage méprisable. Willems est un homme peu digne de confiance et flambeur qui en quelques heures va tout perdre. Après un coup fourré de trop il perd sa place de bras droit d'un puissant importateur en Malaisie et est aussitôt quitté par sa femme et abandonné par ses "amis" qu'il a tant de fois méprisé et pris de haut. Une dernière chance lui est pourtant offerte lorsque son ancien mentor le Capitaine Lingard (Ralph Richardson) le prend sous aile et lui délivre le secret de sa réussite : la connaissance d'un périlleux raccourci pour une île isolée au milieu des récifs où il commerce et fait vivre une peuplade paisible. Laissé là pour se remettre d'aplomb, Willems va détruire ce paradis. Reed tout en conservant l'imagerie et le dépaysement souhaité pour un tel spectacle d'aventure instaure d'emblée un climat étouffant. La scène d'ouverture nous plonge dans cette atmosphère portuaire au cadre surchargé d'activité, de commerce de véhicules de population et de tentations. Notre héros flambeur ne peut que s'y perdre comme le montrera sa déchéance à venir. C'est une même logique qui anime Reed lorsque le récit se déroule ensuite dans l'île et sa communauté sauvage. Le réalisateur n'a de cesse de filmer en insert les jeux bruyants de la multitude d'enfants autochtones qui renvoi Willems tout d'abord à son isolement et ennui puis à l'obsession qui lui sera fatale, la belle et sensuelle Aissa, fille du chef local.

Image

Carol Reed filme longuement les déambulations communes, le jeu de cache-cache et les regards de plus en plus brûlant et insistant entre Willems et Aissa dans le quotidien de l'ile. Cet aspect étouffant prend un tour plus concret à travers le désir tenace de Willems renforcé par le mystère dégagé par la sensualité d'Aissa dont le mutisme suggère autant (et jusqu'au bout) un sentiment similaire qu'une forme de manipulation. La belle va en effet servir d'instrument pour faire trahir à nouveau tous ses principes à Willems, les chefs du village souhaitant communiquer le parcours du raccourci à d'autres commerçants et rompre ainsi l'équilibre instauré par Lindgard. Le cadre exotique devient donc une prison à ciel ouvert où seules les caresses d'Aissa parviendront à apaiser Willems, la relation entre eux étant plus dépeinte comme une addiction qu'une histoire d'amour. Hormis la figure de droiture incarnée par le Capitaine Lingard (Ralph Richardson parfait de noblesse bienveillante et grimé pour avoir l'apparence du vieux loup de mer alors qu'il avant encore la quarantaine) et sa fille jouée par Wendy Hiller, aucun personnage à sauver notamment l'ambitieux et détestable Almayer (Robert Morley). Les trois personnages étaient d'ailleurs les héros de La Folie Almayer, premier livre de Conrad qui forme une trilogie avec Le Paria des iles et La Rescousse paru bien plus tard.

ImageImage

Le film fait preuve d'une sensualité marquée pour illustrer la liaison entre Willems et Aissa, que ce soit les mouvements de cette dernière capturé dans toute leur lascivité durant ses activités ordinaires ou lorsque les amants s'abandonnent enfin à leu pulsions. Cela donnera un des plus beaux moments du film lorsque Willems n'en pouvant plus se dirige dans la nuit du côté de l'ile où vit Aissa, la cherchant du regard avant que la silhouette de celle-ci se dessine sous le pont d'une rambarde. L'on n'en verra guère plus (la censure anglaise veille) mais l'effet est diablement efficace et l'ellipse fait fonctionner l'imagination. Ainsi animée par ce seul attrait physique, cette relation est vue comme une malédiction (ce qui est explicitement souligné le temps d'un dialogue) qui va détruire le héros mais aussi tout ce qui l'entoure. La conclusion est d'une terrible noirceur à travers un saisissant échange entre Lingard et Willems qui n'aura même pas l'honneur d'une fin sacrificielle comme Kurtz ou Lord Jim. Bien au contraire, il sera condamné à errer dans le chaos qu'il a provoqué et désormais méprisé de celle qu'il a tant poursuivie. 5/6

Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93007
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Carol Reed (1906-1976)

Post by Jeremy Fox »

Pas encore de topic pour ce grand réalisateur anglais ?!
Voilà qui est fait avec la critique du film The Fallen Idol.
Profitons en pour remercier Justin Kwedi pour sa première contribution à classik :wink:
feb
I want to be alone with Garbo
Posts: 8870
Joined: 4 Nov 10, 07:47
Location: San Galgano

Re: Carol Reed (1906-1976)

Post by feb »

Bravo à Profondo Rosso pour cette première critique :wink:
Wagner
Assistant opérateur
Posts: 2258
Joined: 2 Oct 04, 19:21
Location: Dans le temps

Re: Carol Reed (1906-1976)

Post by Wagner »

De mémoire le DVD Criterion ne souffre pas d'une copie détériorée, après il ne s'agit que d'un DVD. A voir.
Image

Ego sum qui sum
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 21996
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Re: Carol Reed (1906-1976)

Post by Nestor Almendros »

On peut signaler également le topic de l'excellent Huit heures de sursis que j'attends impatiemment en blu chez nous...
"Un film n'est pas une envie de faire pipi" (Cinéphage, août 2021)
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93007
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Carol Reed (1906-1976)

Post by Jeremy Fox »

Nestor Almendros wrote:On peut signaler également le topic de l'excellent Huit heures de sursis que j'attends impatiemment en blu chez nous...
Me concernant, le plus beau film que j'ai vu de lui ; je le place même avant Le troisième homme
User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 16799
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: Carol Reed (1906-1976)

Post by Profondo Rosso »

Merci Feb :wink:, et alors Jeremy on ne consulte pas l'index réalisateur ? :mrgreen: Il y a bien un topic Carol Reed bien fourni en plus !

http://www.dvdclassik.com/forum/viewtop ... =2&t=23544
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93007
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Carol Reed (1906-1976)

Post by Jeremy Fox »

Profondo Rosso wrote:Merci Feb :wink:, et alors Jeremy on ne consulte pas l'index réalisateur ? :mrgreen: Il y a bien un topic Carol Reed bien fourni en plus !

http://www.dvdclassik.com/forum/viewtop ... =2&t=23544
Je me disais aussi :fiou: :oops: Fusion
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93007
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Carol Reed (1906-1976)

Post by Jeremy Fox »

Justin Kwedi nous parle aujourd'hui d'un des premiers films de Carol Reed : Week-End, sorti en DVD chez l'éditeur Elephant.
User avatar
tenia
Le Choix de Sophisme
Posts: 25823
Joined: 1 Jun 08, 14:29

Re: Carol Reed (1906-1976)

Post by tenia »

J'avais regardé l'intro de Dionnet sur L'héroique parade et trouvé ça très bien. Visiblement, ça a l'air qualitativement constant d'un film à l'autre, ce qui est sympa vu que c'est le seul bonus de chacun de ces films.

Ca m'a rappelé les présentations de 3-4 min sur les DVD HKV (genre les Baby Cart), au débit mitrailleuse et capables de ne pas rester en surface malgré une durée très faible.

C'est sympa de voir qu'il est possible de produire ces petites vidéos et d'apporter une plus value contextuelle de façon simple et concise.
Lev_Michkine
Stagiaire
Posts: 41
Joined: 4 Oct 13, 10:42

Re: Carol Reed (1906-1976)

Post by Lev_Michkine »

Jeremy Fox wrote:Justin Kwedi nous parle aujourd'hui d'un des premiers films de Carol Reed : Week-End, sorti en DVD chez l'éditeur Elephant.
Vu l'autre soir, j'ai trouvé ce film excellent; le mélange comédie-drame m'a charmé. La scène à la réception de l'hôtel par exemple a pour moi une grande valeur, tant comique que sur la réalité sociale de cette époque (chose dont je n'ai pas toujours très bien notion et que j'aime voir abordée au cinéma).
Un bémol pour la dernière partie, je ne rentre pas dans le détail parce que ça reste mineur, ça concerne davantage un moyen qu'une qualité cinématographique.
Par contre, il est précisé sur la fiche du film 86 minutes mais le lecteur n'en donnait que 82 (ce qui correspondrait à une version censurée). Quelqu'un aurait-il plus d'informations à ce sujet ?
Tutut
Machino
Posts: 1105
Joined: 17 Feb 08, 20:27
Location: Toujours jamais là

Re: Carol Reed (1906-1976)

Post by Tutut »

Image

Je suis tombé sur cette affiche, elle semble dire que Willems est la victime d'Aissa, ne voir le film que sous cet angle manque un peu de discernement. Je suppose que c'était l'argument de vente choisi à l'époque, sans parler du baiser.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93007
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Carol Reed (1906-1976)

Post by Jeremy Fox »

Toujours Justin Kwedi à l'ouvrage pour un autre des premiers films de Carol Reed : La grande escalade. Le test du DVD
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93007
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Carol Reed (1906-1976)

Post by Jeremy Fox »

Troisième et dernier Carol Reed sorti en cet été chez Elephant en DVD et Bluray, L'héroïque parade. Et c'est de nouveau Justin aux manettes.