Stanley Donen (1924 - 2019)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Jack Carter
Certains l'aiment (So)chaud
Posts: 22632
Joined: 31 Dec 04, 14:17
Location: Dans le cerveau de Dale Cooper

Re: Stanley Donen

Post by Jack Carter »

Folie Folie sortira chez nous en dvd le 2 septembre chez Elephant Films :wink:

edit : 7 octobre finalement
Last edited by Jack Carter on 29 Aug 14, 09:19, edited 1 time in total.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89950
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Stanley Donen

Post by Jeremy Fox »

Jack Carter wrote:Folie Folie sortira chez nous en dvd le 2 septembre chez Elephant Films :wink:
Un avis sur ce film ?
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Stanley Donen

Post by AtCloseRange »

j'ai tenté de m'infliger C'est la Faute à Rio et ça a été au-dessus de mes forces.
Un naufrage.
Il faudrait que je revoie d'ici peu Riches et Célèbres, soap pas déplaisant dans mon souvenir.
Image
User avatar
odelay
Mogul
Posts: 10269
Joined: 19 Apr 03, 09:21
Location: A Fraggle Rock

Re: Stanley Donen

Post by odelay »

AtCloseRange wrote: Il faudrait que je revoie d'ici peu Riches et Célèbres, soap pas déplaisant dans mon souvenir.
Par contre ton souvenir te fait défaut quant au réalisateur, ce n'est pas Donen mais Cukor (ou alors Robert Mulligan qui avait commencé le film) :)
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Stanley Donen

Post by AtCloseRange »

odelay wrote:
AtCloseRange wrote: Il faudrait que je revoie d'ici peu Riches et Célèbres, soap pas déplaisant dans mon souvenir.
Par contre ton souvenir te fait défaut quant au réalisateur, ce n'est pas Donen mais Cukor (ou alors Robert Mulligan qui avait commencé le film) :)
Oups, la bavure :oops:
Image
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17845
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Stanley Donen

Post by Kevin95 »

AtCloseRange wrote:j'ai tenté de m'infliger C'est la Faute à Rio et ça a été au-dessus de mes forces.
Un naufrage.
Je viens de commander le DVD. :|
Spoiler (cliquez pour afficher)
Bon 4e, mais quand même.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Stanley Donen

Post by AtCloseRange »

en même temps, ça doit pouvoir se savourer comme un bon Max Pécas
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
Image
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17845
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Stanley Donen

Post by Kevin95 »

AtCloseRange wrote:en même temps, ça doit pouvoir se savourer comme un bon Max Pécas
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
Tant que c'est au niveau d'un bon Philippe Clair... :fiou:
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89950
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Stanley Donen

Post by Jeremy Fox »

User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 15935
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: Stanley Donen

Post by Profondo Rosso »

Un Jour à New York (1949)

Image

Trois marins de la Navy, Gabey (Gene Kelly), Chip (Frank Sinatra) et Ozzie (Jules Munshin), débarquent à New York pour une journée de permission. Ils ont 24 heures pour profiter de la ville et comptent bien les mettre à profit pour faire des rencontres. Ils font d'abord la connaissance d'une conductrice de taxi, Brunhilde Esterhazy (Betty Garrett) et de Claire Huddesen (Ann Miller), étudiante en histoire. Gabey, qui a brièvement rencontré Ivy Smith (Vera-Ellen), la « Miss Métro » du mois, et en est tombé amoureux, entraîne ses deux compères et les deux jeunes femmes dans une course effrénée à travers la ville afin de la retrouver.

Amis et complices sur les scènes de Broadway puis chorégraphes de génie pour le cinéma, Stanley Donen et Gene Kelly faisaient conjointement leur début à la mise en scène sur Un Jour à New York. Adapté de la comédie musicale éponyme jouée à Broadway en 1944, le film marque les retrouvailles de Gene Kelly et Frank Sinatra qui avaient partagés l'affiche dans une œuvre assez proche Escale à Hollywood (1945). Sans atteindre les hauteurs du fameux Chantons sous la pluie (1952) à venir, Un Jour à New York est un divertissement sacrément euphorisant. Trois marins en permission Gabey (Gene Kelly), Chip (Frank Sinatra) et Ozzie (Jules Munshin), débarquent à New York pour une journée de permission. L'illusion de la journée culturelle est expédiée le temps d'une scène d'ouverture passant en revue les quelques monuments marquants, les rencontres galantes suscitant plus l'intérêt de notre trio.

Le film un constant contraste entre la nature provinciale attachante de nos héros avec l'indépendance et l'urbanité de leur conquête féminine. Ce seront constamment elle qui mèneront le jeu de la séduction, la drôlerie du marivaudage reposant sur leur côté entreprenant s'opposant à l'innocence des marins. Les numéros les plus décalés reposent sur cette aspect l'excellent numéro Come Up to My Place entre la femme taxi Brunhilde Esterhazy (Betty Garrett) lourdement insistante pour se retrouver seule avec un Frank Sinatra dépassé, le tout dans une chorégraphie heurtée à l'intérieur d'une voiture. De même l'anthropologue Claire Huddesen (Ann Miller) déclarera son amour pour les hommes des cavernes en prenant les devants avec Ozzie, Ann Miller se montrant aussi sexy que virtuose dans la séduction agressive. La vraie émotion naîtra lorsque cette assurance féminine reposera sur une illusion, plaçant l'homme et la femme dans une vulnérabilité similaire. Ivy Smith (Vera-Ellen), "Miss Metro" et objet de la quête de Gene Kelly simule ainsi une vie mondaine et une assurance de façade alors qu'elle est elle aussi une provinciale solitaire et perdue dans ce New York trop vaste. On la découvre d'abord dans le fantasme intimidant que s'en fait Gene Kelly dans l'étourdissant numéro dansant Miss Turnstiles Ballet où elle symbolise la figure féminine parfaite, mondaine, intelligente, sportive et femme d'intérieur avec une égale aisance. La vraie rencontre tout en candeur maladroite montrera pourtant avec une belle émotion le caractère doux qui rapproche les deux amoureux sans qu'ils ne se l'avouent vraiment. La mélancolie s'invite même le magnifique numéro A Day in New York, d'une sensualité folle dans le rapprochement dansé entre Gene Kelly et Vera-Ellen. Si le couple entre Ann Miller et Jules Mushin n'existe que par l'humour, l'émotion saura magnifique s'inviter pour Frank Sinatra et Betty Garrett sur le morceau You're Awful et ses irrésistibles contrepoints musicaux où l'injure devient déclaration d'amour et où Sinatra étincèle.

Le final sobre et efficace relance la boucle tout en distillant une sobre émotion pour ces adieux, le temps s'étant arrêté pour notre plus grand plaisir le temps de ces 24 heures de permission. 4,5/6
kiemavel
Assistant opérateur
Posts: 2104
Joined: 13 Apr 13, 09:09

Re: Stanley Donen

Post by kiemavel »

Découvert il y a longtemps au cinéma Mac Mahon avec le même jour : Beau fixe sur New-York...Une bonne journée ! Je l'ai revu depuis via le DVD zone 1 ou 2 (j'ai les deux) et une chose m'a agacé ; c'est une fois de plus la paresse du traducteur qui n'a pas respecté le niveau de langage (en quelque sorte) de ce film aux dialogues allusifs un peu coquin (à la mode 1949). Les sous titres français restent très en dessous de la qualité des dialogues originaux et ils m'avaient aussi semblé plus sages, le pire étant les chansons (sans doute difficiles à traduire cela dit)
User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 15935
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: Stanley Donen

Post by Profondo Rosso »

Oui ça m'a frappé surtout sur morceau You're awful de Sinatra où c'est pas mal atténué mais il y a aussi des jeux de mots intraduisible comme l'expression you"re so so.
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Stanley Donen

Post by Thaddeus »

Image



Un jour à New York
Le jour se lève sur la Grosse Pomme, un docker sifflote sur les quais, trois marins déboulent avec la ferme intention de conquérir la ville et de se lever des mignonnes. Et la dynamique endiablée de l’aventure annihile vite toute résistance. D’un délirant numéro de danse cromagnonique devant un squelette de dinosaure à une réunion étoilée au sommet de l’Empire State, d’une poursuite en taxi cartoonesque à la résolution finale, poudrée d’embrassades et de magie, le charme opère. Voir un tel film c’est respirer le parfum d’une époque révolue : l’Amérique et le cinéma ont changé, la perm’ est finie, il est à nouveau six heures du matin à Brooklyn, mais cette fois où sont les marins qui prennent la relève ? Dix-sept ans plus tard, les joyeuses Demoiselles de Rochefort paieront leur tribut à cet archétype du genre. 4/6

Mariage royal
Pitch plus simple, tu meurs : un frère et une sœur qui se produisent ensemble dans une revue découvrent chacun l’amour pendant un voyage à Londres, effectué à l’occasion du mariage de la future Elisabeth II. Là-dessus, ne reste à Donen qu’à prouver la justesse infaillible de son doigté, à Fred Astaire qu’à déployer son invention autour d’une simple idée de pantomime ou d’un seul accessoire, et à Jane Powell qu’à affirmer l’énergie de sa personnalité comique. Le scénario a beau tenir de la carte postale et son développement du déroulé narratif le plus convenu, il y a de quoi se laisser divertir par la gaieté de l’ensemble, le jeu saturé des couleurs et l’originalité de certains numéros dont au moins un (la danse du héros sur les murs et les plafonds) relève de l’étonnant tour du force. 4/6

Chantons sous la pluie
Mêmes ingrédients, mêmes procédés, une trame à peine plus consistante, et cette fois l’état de grâce absolu. Difficile de parler de l’un des films les plus célèbres du monde sans aligner les lieux communs. Aspirée par le tourbillon de folie qui souffla sur Hollywood lors de l’arrivée du parlant, l’œuvre se retourne sur le passé du cinéma en riant, magnifie un goût du théâtre, un esprit mousseux, des préciosités décoratives, une inclination euphorique à la fête, une bondissante et communicative joie de filmer, une explosion de couleurs, de gags et d’acrobaties tout en évitant le luxe ostentatoire et les ballets pharaoniques. Donald O’Connor fait littéralement les pieds au mur, Cyd Charisse glisse sur le sol, robe verte haut fendue sur des jambes admirables, Gene Kelly patauge dans les flaques d’eau… L’enchantement. 5/6
Top 10 Année 1952

Les sept femmes de Barberousse
Devant cette impétueuse ménagère de la ville venant mettre de l’ordre dans la vie rustre de sept gaillards au fond des bois, on se croit d’abord dans une relecture de Blanche-Neige à la sauce western chanté et dansé. La suite revisitera le légendaire enlèvement des Sabines dans un florilège de couleurs pétantes (robes et chemises arc-en-ciel) et d’acrobaties spectaculaires. On mesure souvent (uniquement ?) la réussite d’une comédie musicale à l’impact de ses agencements et de son dynamisme visuel. De ce point de vue ce projet personnel de Stanley Donen remplit son office, culminant dans une réunion villageoise virant à la destruction de masse. Mais l’opérette sylvestre souffre aussi d’une mièvrerie indécrottable (l’éternelle tare du genre) qui amoindrit régulièrement son charme. 3/6

Beau fixe sur New York
Retour des trois soldats d’Un Jour à New York, pour une suite dont le ton amer et sarcastique tranche sur son époque. Sur le plan de la production six ans ont passé – le temps est long pour un genre qui amorce déjà son déclin. Le postulat est assez grinçant, donc original, qui fait des retrouvailles entre camarades après dix ans de séparation l’objet d’une sévère désillusion, de macérations moroses, d’allégations cafardeuses et mesquines, complètement à rebours de l’ode attendue à l’amitié (avant que la pirouette finale ne remette les choses dans le droit chemin). Si l’on ajoute à cela que la télévision-spectacle a prend savoureusement pour son grade et que la drôlerie tient du décalage entre les conventions et leur traitement, cette comédie musicale affiche suffisamment d’atouts pour emporter l’adhésion. 4/6

Drôle de frimousse
Difficile de résister aux attraits scintillants de ce musical conçu exactement en fonction du cinéma et de son langage, de la caméra et de ses possibilités. Les ballots d’étoffe bigarrés signés Givenchy, les danses de couleurs saturées, les agencements guillerets de formes s’inspirant du photographe Richard Avedon, les images gelées magnifiant Jo en maints endroits de la région parisienne (séquence sublime) imposent une richesse d’invention constante. Mais à la fin, tandis que la palette chromatique se synthétise en un blanc neutre d’une harmonie parfaite, une interrogation survient : l’histoire de cette petite libraire moderne et philosophe qui oublie son indépendance intellectuelle et devient cover-girl de conte de fées, en quête du prince charmant, ne serait-elle pas d’un conservatisme un tantinet réac ? 4/6

Charade
Roger Thornill s’est égaré. À peine sorti de l’échafaudage en trompe-l’œil créé autour de lui par Hitchcock qu’il se découvre empêtré dans de nouveaux embrouillaminis policiers, cette fois baignés par le climat pétillant et charmeur d’une comédie gracieuse, aussi élégante qu’un film de Blake Edwards. D’ailleurs Roger tombe sur Audrey Hepburn qui, ne sachant pas où donner du cœur, ne recherche plus ses diamants sur le canapé mais est pourchassée par trois hommes qui essaient de mettre la main sur 250.000 dollars. S’engage une course-poursuite haletante et romantique, feignant d’endosser les habits du suspense pour mieux le désamorcer par le quiproquo et rayonner de drôlerie (à moins que ce ne soit l’inverse). Brillant, sophistiqué, cinégénique, le marivaudage est pour le moins délectable. 5/6

Arabesque
Dès les spirales monochromes et les dessins géométriques du générique de Maurice Binder, on comprend que le couvert de Charade est remis, avec au menu pastiche d’espionnage, duo de charme lancé dans une rocambolesque aventure, intrigue aux petits oignons accumulant chausse-trappes, faux-semblants et coups de théâtre. La cuisine est aussi relevée, son dosage peut-être plus savoureux encore. Sur un rythme trépidant, le divertissement s’offre un exercice de haute virtuosité qui multiplie optiques extravagantes et perspectives déformées, surimpressions et images floues, jeux de reflets et lumières irisées à la croisée des swinging sixties et des débuts du psychédélisme, qui nous balade entre les apparences et les identités et affole les curseurs d’élégance, de malice et de glamour. Un régal. 5/6
Top 10 Année 1966

Voyage à deux
Une certaine définition du bonheur. Donen perpétue un plaisir du mouvement quasi abstrait, un instinct enivrant des rimes et des enchaînements, des éléments d’un lyrisme improbable qui ne forment pas la trame d’un jeu gratuit ou d’une intrigue prétexte mais participent au contraire d’une vision enchantée du monde (et donc empreinte de nostalgie), à la mesure exacte des sentiments des deux héros. Avec cet éblouissant puzzle conjugal, cette évocation kaléidoscopique d’une aventure amoureuse (flirt, idylle, maturité égoïste, solitude, adultère, retour vers l’autre), il transfigure la comédie romantique et jugule l’extrême séduction par une acuité, une amertume et une gravité dignes des plus grands chroniqueurs du couple. Quant à Audrey Hepburn et Albert Finney, merveilleux d’alchimie, ils brillent de tout leur immense talent. 5/6
Top 10 Année 1967


Mon top :

1. Voyage à deux (1967)
2. Chantons sous la pluie (1952)
3. Arabesque (1966)
4. Charade (1963)
5. Drôle de frimousse (1957)

Célèbre pour sa collaboration avec Gene Kelly, ce maître de la comédie (musicale, mais pas que) est un technicien virtuose doublé d’un remarquable conteur, dont les talents de magicien, l’humour piquant, le romantisme moelleux ont durablement marqué le cinéma américain de son époque.
Last edited by Thaddeus on 15 Jan 19, 22:46, edited 5 times in total.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89950
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Stanley Donen

Post by Jeremy Fox »

Chronique de Un Jour à New York à l'occasion de sa ressortie en salles par Swashbuckler Films.
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8806
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Stanley Donen

Post by Alexandre Angel »

Jeremy Fox wrote:Chronique de Un Jour à New York à l'occasion de sa ressortie en salles par Swashbuckler Films.
Totalement en phase avec la chronique. J'ai vu cette copie restaurée dans une salle remplie de gens enchantés il y a tout juste un mois. Parmi les menus défauts, il y a ce racisme anti-moche dont Alice Pearce fait les frais mais Gene Kelly se rattrape in fine en mode : "je suis sûr que tu trouveras chaussure à ton pied" ou quelque chose comme ça :wink: