Julien Duvivier (1896-1967)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Tommy Udo
Producteur
Posts: 8666
Joined: 22 Aug 06, 14:23

Re: Julien Duvivier (1896-1967)

Post by Tommy Udo »

Flavia wrote:
Tommy Udo wrote: C'est vrai que Gina Manès, c'est une catastrophe. Et il n'y a pas que dans LA TÊTE D'UN HOMME... :mrgreen:
Je crois que tu seras agréablement surprise par DAVID GOLDER. C'est nettement mieux :wink:
C'est ballot, je l'ai pas celui-là :mrgreen: le prochain, sans doute, Le Golem.
Le Golem, il est super rare. Une seule diff. au CDM il y a une vingtaine d'année, et depuis... plus rien^^
J'attends ton avis^^
User avatar
Flavia
My Taylor is rich
Posts: 3646
Joined: 4 Jun 11, 21:27

Re: Julien Duvivier (1896-1967)

Post by Flavia »

Avec plaisir Tommy.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Julien Duvivier (1896-1967)

Post by AtCloseRange »

Déçu par Marie-Octobre compte-tenu de sa réputation.
Des qualités d'interprétation pour sûr et une certaine tension dans ce jeu du chat et de la souris mais contrairement à beaucoup, j'ai trouvé la mise en scène de Duvivier assez peu inventive (quand on pense à ce que Lumet fera dans un espace encore plus réduit dans 12 Hommes en Colère et je ne parle pas de ce qu'un Hitchcock en aurait fait - je pense notamment à la scène où ils expliquent tous ce qu'ils ont fait le soir en question, très lourde avec uniquement des dialogues). La distribution, je la trouve très disparate avec des jeux qui ne s'accordent pas toujours ensemble. Ce n'est pas que les acteurs ne sont pas bons, ce sont des pointures mais pas franchement convaincu entre autres par Dalban ou Ventura qui semblent venir d'un autre film.
Enfin bon, un huis clos convenable (le côté whodunit) mais c'est loin d'être parmi les meilleurs Duvivier que j'ai vu.
Image
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 16312
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Julien Duvivier (1896-1967)

Post by Supfiction »

kiemavel wrote:
Tommy Udo wrote: Ah oui, je suis d'accord avec toi, mais ces deux-là c'est déjà (quasi) certain :) Apparemment, Panique arrive en décembre :)
Pour Un carnet de Bal, j'attends une annonce de JS. Sait-on jamais ?
Quant à Pepe-le-Moko, je crois qu'il est chez StudioCanal...
Ah bon, parce que La fin du jour, c'est de la gnognote peut-être ? :wink: …surtout que ce très grand film fait partie des 2 -l'autre étant bien sûr La belle équipe- a être toujours inédits en DVD (et partout je crois, pas seulement en France) alors que Panique et David Golder (lcj), Un carnet de bal (Gaumont à la demande), Pépé le Moko (Studio canal), etc…sont tout de même dispo, certes souvent dans des éditions "peut mieux faire". C'est surement signalé ailleurs mais Criterion sort en novembre un coffret consacré à Duvivier (…in the thirties)
Je n'avais pas répondu à ça. Dans La fin du jour il y a des passages excellents, mais le film est pour moi surtout une succession de numéros d'acteurs (Michel Simon et Louis Jouvet en premier lieu). Ce n'est pas du niveau des formidables La Belle équipe et Panique, des films au scénario intelligent et au propos (politique) fort.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Julien Duvivier (1896-1967)

Post by AtCloseRange »

Je trouve La Fin du Jour bien supérieur à Panique.
Il faut dire que j'adore Monsieur Hire et que découvrir Panique ensuite avait été forcément décevant.
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89950
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Julien Duvivier (1896-1967)

Post by Jeremy Fox »

AtCloseRange wrote:Je trouve La Fin du Jour bien supérieur à Panique.
Il faut dire que j'adore Monsieur Hire et que découvrir Panique ensuite avait été forcément décevant.
Tout pareil ; tout du moins aux souvenirs de leurs découvertes respectives.
Quand à Hire/Panique, le roman de Simenon qui les a inspiré est un des plus puissants de toute son œuvre (que j'ai lu en intégralité).
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 16312
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Julien Duvivier (1896-1967)

Post by Supfiction »

AtCloseRange wrote:Je trouve La Fin du Jour bien supérieur à Panique.
Il faut dire que j'adore Monsieur Hire et que découvrir Panique ensuite avait été forcément décevant.
Je n'ai pas vu Monsieur Hire mais j'imagine que le personnage joué par Michel Blanc y a plus d'importance (et plus de mystère ?) que dans la version originale.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89950
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Julien Duvivier (1896-1967)

Post by Jeremy Fox »

Supfiction wrote:
AtCloseRange wrote:Je trouve La Fin du Jour bien supérieur à Panique.
Il faut dire que j'adore Monsieur Hire et que découvrir Panique ensuite avait été forcément décevant.
Je n'ai pas vu Monsieur Hire mais j'imagine que le personnage joué par Michel Blanc y a plus d'importance (et plus de mystère ?) que dans la version originale.
Il est de toutes les séquences si je me souviens bien.
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8451
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Re: Julien Duvivier (1896-1967)

Post by Strum »

Il y a dans la Fin du Jour un des plus beaux travellings que je connaisse. De mémoire, la nuit, la caméra avance dans le couloir ; elle s'arrête aux portes et l'on entend alors les rêves et les espoirs déçus des comédiens dormeurs. Une belle idée de cinéma, une idée que n'aurait pas renié un Mankiewicz la décennie d'après. Le plus émouvant des Duvivier sans doute.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89950
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Julien Duvivier (1896-1967)

Post by Jeremy Fox »

La Bandera par Justin Kwedi, au programme ce jour du festival lumière à Lyon.
lecoinducinéphage
Electro
Posts: 983
Joined: 12 Aug 05, 21:42

Re: Julien Duvivier (1896-1967)

Post by lecoinducinéphage »

"Jamais je ne voudrais faire partie d'un club qui accepterait de m'avoir pour membre." (Groucho Marx)
User avatar
tenia
Le Choix de Sophisme
Posts: 24136
Joined: 1 Jun 08, 14:29

Re: Julien Duvivier (1896-1967)

Post by tenia »

Strum wrote:Il y a dans la Fin du Jour un des plus beaux travellings que je connaisse. De mémoire, la nuit, la caméra avance dans le couloir ; elle s'arrête aux portes et l'on entend alors les rêves et les espoirs déçus des comédiens dormeurs. Une belle idée de cinéma, une idée que n'aurait pas renié un Mankiewicz la décennie d'après. Le plus émouvant des Duvivier sans doute.
J'ai profité du festival Lumière pour le voir, et plus que le plus émouvant, je l'ai surtout trouvé absolument hilarant. C'est d'un humour fin, parfois cynique, qui tombe très rarement à plat, notamment grâce à la gouaille de Michel Simon.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89950
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Julien Duvivier (1896-1967)

Post by Jeremy Fox »

Justin Kwedi a chroniqué Panique à l'occasion de sa sortie chez Tf1 Video en Bluray.
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8451
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Re: Julien Duvivier (1896-1967)

Post by Strum »

tenia wrote:J'ai profité du festival Lumière pour le voir, et plus que le plus émouvant, je l'ai surtout trouvé absolument hilarant. C'est d'un humour fin, parfois cynique, qui tombe très rarement à plat, notamment grâce à la gouaille de Michel Simon.
Il y a plusieurs scènes assez drôles en effet, ce qui ne nuit pas au caractère émouvant du film, bien au contraire.
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Julien Duvivier (1896-1967)

Post by Thaddeus »

Image



Poil de carotte
Beaucoup de personnages de Duvivier sont des boucs émissaires, non pas d’une fatalité abstraite comme chez Carné, mais d’une malveillance plus quotidienne, plus diffuse, dispersée au gré des regards d’autrui. Toujours leur intégrité première est niée par une société qui prétend leur imposer de l’extérieur une identité factice : c’est le drame de Poil de carotte, privé de son nom même et réduit à n’être que l’enfant martyr d’un foyer démoli. En adaptant brillamment l’ouvrage cocasse et douloureux de Jules Renard, le cinéaste concentre de grandes qualités de mise en scène et d’écriture (cadrages serrés, plans longs, personnages dessinés d’un trait ferme, maîtrise du découpage), et rappelle avec tendresse, tact et poésie que peu de sujets sont aussi poignants que celui du manque d’amour parental. 5/6

La bandera
À bien des égards le film peut être considéré comme une matrice par son pêle-mêle de thèmes, de lieux, de situations, d’éléments qu’il suffira de développer. Le folklore parigot du prologue puis l’exotisme colonial qui traverse la médina marocaine constituent le filigrane de Pépé le Moko. Le meurtrier en fuite évoque celui de Quai des Brumes, il s’engage dans la Légion étrangère comme dans Gueule d’Amour. La solidarité des réprouvés et les allusions à l’Espagne seront reprises dans La Belle Équipe. Mais c’est bien le poids de la fatalité qui dénote au mieux la personnalité de l’auteur, ce climat lourd imposant au héros une errance dans un monde où chaque espoir recèle une menace, où chaque visage peut être celui d’un traître, et qui oppose à la truculence des personnages une forme d’amertume désenchantée. 4/6

La belle équipe
Avec Le Crime de Monsieur Lange, voici sans doute la cristallisation la plus explicite des aspirations du Front Populaire. Mais sous un vernis vaguement rousseauiste, derrière l’histoire de ces cinq amis chômeurs qui montent une ginguette et donnent forme à leur utopie en mariant travail et plaisir, se développe un concentré d’amertumes, d’abord en contre-chant discret puis en mélodie majeure. La fête a beau diluer les barrières sociales, le vin délier les langues et dégourdir les jambes, la mélodie de l’accordéon se marier aux arbres du bord de l’eau, l’amitié finira par se briser sur l’action de la garce absolue interprétée par Viviane Romance – du moins dans la version originale voulue par Duvivier. Le film a vieilli mais son déroulement mélodramatique, à la fois pastoral et unanimiste, conserve un certain éclat. 4/6

Pépé le moko
Chronique d’un désastre annoncé, noir mélodrame colonial qui se nourrit au romantisme exotique de la pègre, le film frappe d’abord par sa simplicité : simplicité de la trame policière (un jeu du chat et de la souris), de l’histoire d’amour, de l’étude du milieu. Sorte de Scarface dans la Casbah, c’est une œuvre nerveuse, tendue, au scénario rectiligne, où se révèle toute une fascination pour les ambiances interlopes, et où des personnages vigoureusement typés s’habillent de tics de langage pittoresques, de dialogues échangés comme dans une partie de ping-pong. C’est aussi un répertoire complet des figures du film noir à la française, qui a offert à Gabin, Œdipe faubourien trahi par une femme du monde, un de ses rôles les plus fameux, et qui véhicule un univers social à la mélancolie poisseuse, cerné par la fatalité. 5/6

Un carnet de bal
Que sont mes soupirants devenus ? Telle est la question que se pose une jeune veuve pressentant la lente calcification de son existence. L’occasion pour le cinéaste d’aligner les rencontres mémorables, servi par des acteurs cinq étoiles : Françoise Rosay en mère folle de douleur, Harry Baur en prêtre désabusé, Louis Jouvet jouvetisant avec génie, jusqu’à Pierre Blanchar en médecin avorteur à l’œil mort, survivant avec sa mégère fielleuse au milieu d’une décharge – scène hallucinante que les cadrages obliques font glisser vers l’expressionnisme célinien. Et si les épisodes souriants avec Raimu et Fernandel allègent l’âpreté du périple, c’est un véritable champ de ruines que traverse l’héroïne, le cimetière des illusions de sa jeunesse. Quand le raffinement de la forme rime avec la mélancolie sans retour du propos. 5/6

La fin du jour
La vieillesse est un naufrage, mais Duvivier a le tact d’en exprimer le pathétisme avec une truculence qui n’en altère jamais la gravité. Remarquable portraitiste de groupes et de communautés, il excelle à dépeindre le quotidien d’une maison de retraite où une bande de cabots rivalisent d’aigreurs et de bassesses, où les rivalités attisent les jalousies et où les alliances se font et se défont pour le meilleur et pour le pire. Le monde qu’il décrit est bel et bien rattrapé par le crépuscule, les regrets douloureux des pensionnaires exsudant le souvenir d’un temps révolu qui file entre les doigts, d’amours fanées qui jamais plus ne refleuriront. Les dialogues de Charles Spaak, associés aux flamboyants numéros de Jouvet, Simon et Francen, parachèvent la douce-amertume de cette œuvre aussi cocasse que désespérée. 5/6

Panique
Il suffit de quelques scènes au cinéaste pour faire le tour de la question posée par le roman de Simenon, qu’il adapte quarante ans avant Leconte : le monde est composé de lâches, de médisants, de criminels… et de filles dangereuses. Il constitue un piège pour qui n’a pas les moyens de se montrer agressif, un milieu de bassesse généralisée où l’on est seul, où l’on se ment, où l’on parade et où, quand les groupes se forment, la haine se renforce : la foule a un visage hideux lorsqu’elle réclame une victime expiatoire. Peintre minutieux de la noirceur humaine, Duvivier dresse sous un ciel de plomb et dans les décors sordides d’un quartier populaire son tableau le plus pessimiste et le plus désespéré. Michel Simon est quant à lui remarquable en exclu misanthrope, victime de sa maladresse et de ses sentiments. 5/6

La fête à Henriette
En montrant deux auteurs en quête de personnages et de situations, le cinéaste fait entrer le virus dissociant du pirandellisme en action. Évoquer artificiellement des sensations par des procédés devant aider à clore le récit, ouvrir par l’acuité du regard et fermer par l’utilisation de "trucs" souvent associés à des thèmes mélodramatiques : il cherche le scénario qui lui permette d’intégrer ces deux tendances, d’en exprimer le conflit essentiel. Virtuosité rose (le couple qui danse) et virtuosité noire (la poursuite) désignent ainsi la polarité constitutive d’une histoire que l’on reste libre de prendre au premier degré ou au contraire de considérer comme parfaitement illusoire, mais pas plus que tout film imposant sa réalité sans que l’on en soit jamais tout à fait dupe. Un divertissement enlevé, charmant et malicieux. 4/6

Voici le temps des assassins
Davantage encore que la mère vipérine maniant le fouet ou que l’ex-épouse maquerelle et toxico, c’est bien la jeune manipulatrice au visage d’ange et à l’âme diabolique qui s’avère ici la pire des garces, le pivot d’un véritable complot féminin d’où le protagoniste sortira moralement anéanti. Figure stable en apparence, Gabin est pourtant déchiré par sa fragilité de colosse aux pieds d’argile, son innocence de victime que consument lentement le venin, la duplicité, la vénalité de celle qu’il aime mais qui n’en veut qu’à son argent. Sans aucune concession à un moralisme attendu et adoucissant, Duvivier plonge au plus profond des entrailles du mal, délivre un joyau assez hallucinant de férocité et de noirceur, et peint d’une main de fer les gouffres d’une nature humaine vouée au malheur et à la destruction. 5/6
Top 10 Année 1956

Marie-octobre
À la veille de l’éclosion de la Nouvelle Vague, villipendeuse acharnée d’une "Qualité française" honnie, Duvivier réunit les plus grands acteurs hexagonaux de son époque et livre comme le baroud d’honneur d’un artisanat millimétré, fondé sur l’attention au fait signifiant et entretenant une tension dramatique sans une seconde de relâche. Unité de lieu (le salon d’un manoir), de temps (une soirée de retrouvailles entre anciens résistants qui tourne au whodunit et au procès), d’action (un entortillement de suspicions, de doutes et de voltes-faces sur le mode accusation-défense) : le débat moral, captivant comme un huis-clos policier et interprété avec une verve délectable, offre à ces Neuf hommes et une femme en colère tout ce qu’il faut d’ambigüité, de jeux de conversion, de ripostes et de rebondissements. 5/6


Mon top :

1. Voici le temps des assassins (1956)
2. Pépé le moko (1937)
3. La fin du jour
4. Marie-octobre (1959)
5. Un carnet de bal (1937)

De l’abondante carrière de Duvivier, qui s’étale sur près de cinq décennies et charrie des commandes, des œuvres de circonstance, des triomphes et des échecs, je ne connais à ce jour que ces quelques films emprunts de réalisme poétique et chargés d’un pessimisme profond. Ce cinéma est sans illusion, parfois cocasse et souvent cruel, doté d’un véritable sens de la tragédie. On peut se demander aussi s’il n’est pas franchement misogyne, car faire le plus souvent de la femme une bitch sans scrupules par qui le drame arrive, ça interpelle un peu.
Last edited by Thaddeus on 5 May 19, 12:44, edited 8 times in total.