Menu
Test dvd

Le Doulos

DVD - Région 2
Studiocanal
Parution : 24 / 1 / 2012

Image

La copie est propre et présente une bonne stabilité de l'image. La compression est dans l'ensemble très correcte, avec cependant quelques défauts sensibles lorsque la caméra se met en mouvement et des mouvances visibles sur certains fonds unis. Le noir est blanc est agréable et la gestion des contrastes est globalement satisfaisante, les multiples séquences plongées dans la nuit étant plutôt bien rendues.

Son

Une bande-son mono un peu étouffée et au mixage souvent défaillant. L'ensemble reste tout à fait audible mais accuse le temps, les passages musicaux présentant notamment des grésillements et des saturations.

Suppléments

Filmographies de Jean-Pierre Melville, Pierre Lesou, Jean-Paul Belmondo, Serge Reggiani et Jean Dessailly.

Affiches et photos
. Une vingtaine de photos d'exploitation dans une qualité assez médiocre.

Bande-annonce française (2min 07)
En mettant l'accent sur les visages et avec une voix off annonçant les prénoms des différents protagonistes, cette BA met l'accent sur l'importance des personnages dans l'univers policier du film.

Bande-annonce anglaise (1min 44)
Le montage est très proche de celui de la bande-annonce française, mais la voix off évacue la litanie des noms de personnages et la remplace par des phrases choc mettant l'accent sur l'aspect noir du film, gommant par là quelque peu la spécificité du film de Melville.

Présentation de Patrick Raynal (2 min)
Présentation du film par le directeur de collection de la collection Série noire de Gallimard. De manière simple, claire et efficace, Raynal plante en deux minutes le décor du film et le replace dans la carrière de Melville. On y apprend notamment que le cinéaste est resté très fidèle au roman de Pierre Lesou, l'adaptant ligne par ligne et ne modifiant que la fin qu'il a imaginée comme un hommage à Asphalt Jungle.

Interview de Jean-Pierre Melville (19 min 20)
Il s'agit d'un entretien de 1971 avec le cinéaste tiré de la série Cinéastes de notre temps. On retrouve Melville dans ses bureaux des Studios Jenner interprétant son rôle de businessman. Il raconte la création de ses studios et leur destruction par un incendie, nous emmène dans ses ruines, montrant où se trouvaient les plateaux, les salles de projection, ombre se déplaçant au milieu de ce studio fantôme hanté par les images du passé. Il parle ensuite des moments forts de la réalisation d'un film, ces moments solitaires de l'écriture et du montage, toujours au milieu de la nuit. Comme toujours dans cette émission, c'est un documentaire précieux, un témoignage fantastique sur le cinéaste et son univers, la réalisation du documentaire tentant d'épouser le monde intérieur du cinéaste, avec beaucoup de sensibilité mais aussi beaucoup d'humour. Melville est à la fois en constante représentation mais aussi très sincère lorsqu'il parle de son œuvre. Il joue pleinement le jeu et se révèle très loquace, ce qui achève de faire de cet entretien un bonus de tout premier choix.


A noter qu'il s'agit de la même édition que celle précédemment parue en octobre 2002 chez StudioCanal, avec simplement un nouveau packaging.

Par Olivier Bitoun - le 11 mai 2015