Menu
Test dvd

Law and Order

DVD - Région 2
Sidonis / Calysta
Parution : 28 / 11 / 2018

Image

En préambule, l'éditeur nous avertit que malgré la restauration de cette seule copie disponible, celle-ci reste très perfectible et s'en excuse. Nous voilà donc prévenu et heureusement puisque, en effet, le confort de visionnage n'est pas vraiment de la partie. Outre le fait que le master soit abîmé et pas très stable, les noirs sont bouchés, la définition laisse sacrément à désirer et un léger effet de peigne vient s'inviter du fait d'une compression pas forcément non plus au top. Ceci étant dit, la rareté de cette oeuvre nous oblige à ne pas être trop exigeant, le film ainsi proposé n'étant pas non plus trop irregardable comme ce fut parfois le cas chez certains éditeurs comme Bach Films ou Zylo ; les nombreux admirateurs du western de Cahn seront même probablement très heureux qu'il soit enfin édité dans des conditions pas trop catastrophiques. A signaler que l'éditeur nous propose le film en 16/9 4/3, sans donc aucun recadrage ; ceux qui possèderaient encore un téléviseur cathodique devront juste régler les paramètres de diffusion pour avoir le film non déformé.

Son

Une seule version sonore est proposée, le film n'ayant jamais été doublé en français. La version originale fait son âge et les oreilles ne sont pas non plus à la fête, la restauration effectuée n'ayant pas pu effacer les nombreux outrages du temps dont une saturation parfois pénible. A signaler des sous-titres français imposés.

Suppléments

Au lancement du DVD apparaissent les habituelles annonces de l'éditeur concernant cette fois leurs sorties de novembre et décembre 2018. Comme suppléments, outre les présentations du film par Bertrand Tavernier et Patrick Brion, Sidonis a eu la bonne idée d'inclure l'un de ses remakes, le très divertissant Quand la poudre parle de Nathan Juran avec Ronald Reagan dans le rôle du shérif interprété dans le film d'Edward L. Cahn par Walter Huston. Le film était sorti à l'unité chez l'éditeur en 2011 et nous avions écrit sa chronique ici même. Pour en revenir aux présentations, Patrick Brion intervient durant un peu plus de 8 minutes, débutant par une présentation de l'année 1932, s'appesantissant ensuite sur la prolifique carrière du réalisateur, n'abordant ce film "dur" qu'à plus de la moitié de son intervention. Bertrand Tavernier revient sur ce western méconnu en France avec beaucoup plus de passion pendant une durée excédant les 35 minutes. Il parle à son propos d'un des grands westerns des années 30, "un film qui en 1932 anticipe sur toute une série de films que l'on a qualifiés de sur-westerns" bien avant Le Train sifflera trois fois. Il revient ensuite longuement sur la genèse du film en commençant par parler du roman à l'origine du scénario qu'il avait lui même édité en France, livre écrit par W.R Burnett qu'il écrivit juste après Little Caesar. Lui aussi survole rapidement la carrière de l'ex-monteur qu'était Edward L. Cahn avant, au bout d'une bonne vingtaine de minutes, de s'arrêter exclusivement sur le film qui nous concerne ici. "Une ambiance oppressive où domine un sentiment de claustrophobie" ; "un film dépouillé... âpre... sans aucun pittoresque... extrêmement juste et quasi documentaire." Tavernier termine son intervention par l'explication de l'apport principal de John Huston au scénario, qui n'est autre que la fabuleuse séquence de la pendaison d'Andy Devine.

Par Erick Maurel - le 9 novembre 2018