Menu
Test dvd

Et vogue le navire...

DVD - Région 2
Gaumont
Parution : 17 / 5 / 2011

Image

Gaumont propose de superbes menus et a eu l'excellente idée de faire figurer le logo d'époque au lancement du film.
Suite à la restauration entreprise par les laboratoires Eclair, Gaumont nous délivre un DVD de toute beauté. La palette de couleurs assez froides de Giuseppe Rotunno est bien respectée et les effets de 'brouillard' ne souffrent aucunement d'une compression parfaitement bien gérée. Le master est de plus superbement défini. Il n'y a pas grand chose à reprocher à la copie qui nous est offerte.

Son

Au niveau du son, la piste encodée en mono 1.0 ne souffre d'aucun défaut non plus et ne manifeste quasiment aucun souffle disgracieux. Voilà donc une réussite de plus au compteur de l'éditeur français.

Suppléments

Les entretiens proposés en supplément, filmés à deux caméras dans leurs lieux respectifs (on appréciera le choix du décor dans lequel se trouve Giuseppe Rotunno ) et émaillés d'extraits du film, sont produits par Gaumont et réalisés par Dominique Maillet. En italien sous-titré français.

L'imagination au pouvoir - 22'02''
Entretien avec Tonino Guerra, scénariste de E la nave va et proche collaborateur de Fellini. Guerra précise l'historique du projet - dont il est l'initiateur - qui a donné naissance à E la nave va. « A travers un voyage en bateau, on a voulu raconter autre chose » affirme-t-il en insistant principalement sur le sentiment de mystère qui émane de cette œuvre dont il estime qu'elle fait partie des plus grandes réalisations du cinéaste. Fellini accordait énormément d'importance à la réflexion dans son lent processus de création, de même qu'à l'expressivité de la lumière ; et l'on n'est pas surpris d'appendre que les dialogues n'avaient quasiment aucune importance pour lui lors du tournage puisque toute son attention était portée sur le doublage dans ce domaine, moment où le film prenait une dimension supplémentaire. Le scénariste-ami de Fellini (Amarcord, Casanova, Ginger et Fred) s'exprime bien plus sur le maestro que sur le film lui-même et n'est pas avare en anecdotes amusantes et croustillantes sur leur relation privilégiée. A travers cette interview et l'évocation de quelques souvenirs, on ressent tout l'amour et la tendresse que porte Tonino Guerra pour Federico Fellini ; c'est ce qui fait le prix de ce court mais très attachant documentaire.

L'art du faux-semblant - 14'18''
Entretien avec Giuseppe Rotunno, directeur de la photographie de E la nave va et collaborateur attitré de Federico Fellini. Cet immense chef opérateur (Rocco et ses frères, Journal intime, Le Guépard, Satyricon, Ce plaisir qu'on dit charnel, Fellini Roma, Amarcord, All That Jazz, Popeye, La Cité des femmes, Les Aventures du baron de Münchhausen, Le Syndrome de Stendhal) évoque sa longue collaboration avec le maestro. Il retient ici l'importance accordée par Fellini au visage de l'acteur et son obsession quasi maladive d'échapper à la réalité dans sa mise en images. Bricoleur de génie, le cinéaste adoptait constamment l'imagination pure comme méthode de travail. Si Rotunno livre quelques anecdotes intéressantes sur la production d'Et vogue le navire, on aurait souhaité pourvoir bénéficier d'un entretien plus long pour en apprendre bien plus sur le travail de la photographie de ce maître italien de la lumière, de même que plus d'informations sur l'approche fellinienne de la photographie de cinéma. On reste hélas un peu sur notre faim.


Bande-annonce - 1'39''. La bande-annonce française (toute en musique) proposée ici est en excellent état. Elle axe sa promotion principalement sur le nom de Fellini, dont la simple évocation de ses films entrés dans l'histoire du cinéma suffit à susciter l'intérêt pour Et vogue le navire, nouvel opus du maestro.

Par Erick Maurel - le 20 juin 2011