Menu
Test dvd

Electra Glide in Blue

DVD - Région 2
Wild Side
Parution : 8 / 6 / 2009

Image

La qualité de l’édition proposée par Wild Side est très proche de celle du MGM Zone 1 jusqu’ici seule disponible. Le master n’est pas exempt de quelques défauts dus à l’usure, mais l’ensemble est tout à fait satisfaisant. Le transfert est de très bonne tenue, la définition plus que correcte, la luminosité et les contrastes bien dosés. Petite ombre au tableau : un léger grain numérique, surtout visible sur les fonds clairs ainsi que des couleurs qui paraissent parfois un peu ternes.

Son

La bande-son française manque vraiment de dynamique. Voix et ambiances sont étouffées et certains dialogues en deviennent même difficiles à saisir. Tout est aplani, écrasé, sans relief. La piste anglaise, même si elle manque encore de peps, est bien plus satisfaisante. Les dialogues et les ambiances ressortent bien mieux, et la musique est mixée avec plus de bonheur. Les deux pistes sont par ailleurs propres, sans souffle ni craquements.

Suppléments

Présentation du film par Jean-Baptiste Thoret (13’)
Comme on était en droit de l’attendre du grand spécialiste du cinéma américain des années 70, cette présentation est de bout en bout passionnante. Thoret semble réparer le manque de son livre somme, qui n’évoque pas du tout Electra Glide in Blue, en resituant parfaitement le film dans son contexte historique et esthétique. Il évoque le travail de Conrad Hall, l’influence de John Ford et le rapport qu’entretient le film de Guercio avec Easy Rider.

Introduction de James William Guercio (9’)
Guercio, plutôt loquace en comparaison du commentaire audio, raconte la genèse du film, son plaisir à apprendre le cinéma avec des vétérans du septième art, se délecte du récit des difficultés rencontrées pour produire et réaliser le film tout en restant visiblement blessé par les attaques subies lors de la sortie.

Commentaire audio de James William Guercio
Guercio se révèle être ici un piètre contributeur. Il avoue d’ailleurs ne pas être très à l’aise à l’idée de parler de son film et rien malheureusement ne vent le contridire. Peu d’éléments intéressants à se mettre sous la dent au long de ces deux heures qui paraissent pour le coup interminables. Quelques anecdotes de tournage sans grand intérêt sont ainsi égrénées sur un ton monocorde par Guercio. De longues plages de silences entrecoupent ces prises de parole laborieuses. Certes, on apprend des choses sur le tournage et sur la composition de la musique, mais le tout aurait pu être resséré en une interview d’une quinzaine de minutes.

Bande-annonce d’époque (3’)

Galerie de photos
Par Olivier Bitoun - le 28 novembre 2009