Menu
Test dvd

Au fil de l'eau

DVD - Région 2
Wild Side
Parution : 22 / 5 / 2007

Image

Wild side présente le film dans des conditions optimales, rendant justice à sa très belle photographie noir et blanc. Difficile de dire si les contrastes ont été poussés, n’ayant pu découvrir le film en salles. Le master a été restauré et nettoyé au mieux. La compression est pour ainsi dire quasi invisible si on excepte peut-être quelques fourmillements dans les noirs des ciels lors de scènes nocturnes. La définition est irréprochable. Le quasi sans fautes.

Son

Version originale anglaise correcte. Certains dialogues sont difficilement compréhensibles et le sous-titrage manque de précision. Certaines parties de répliques ne sont pas traduites, d’autres sont victimes d’une traduction correcte mais trop littéraire. Rien de franchement préjudiciable cependant.

Suppléments

Disque 1

-  Filmographie de Fritz Lang
-  Galerie de photos réparties en 30 "Photos de tournage" et 25 "Photos de plateau" de bonne qualité.
- Liens internet : www.wildside.fr, www.wildbunchdistribution.com, www.wildside-lemagasin.com, www.gebekafilms.com, www.wildside.fr/blog.

Disque 2

- Fritz Lang par William Friedkin (+/- 47 min, VOSTFR) : Document rare et passionnant, cet entretien enregistré les 21 et 24 février 1975 (Lang devait décéder le 2 août 1976) est d’autant plus inestimable que, de l’aveu même du maître à la fin de l’entretien, il détestait donner des interviews estimant que ses films devaient parler pour lui. Les deux hommes évoquent au travers d’une discussion plaisante, sans langue de bois et bourrée d’anecdotes personnelles, diverses périodes de la vie et de la carrière du maître. De la découverte du cinéma par Lang dans un café terrasse à Bruxelles vers 1917 à la guerre des tranchées où il fût plusieurs fois blessé et à son retour à Vienne. De son contrat avec la Decla-bioscop d’Erich Pommer en tant que Dramaturg à sa rencontre avec Goebbels. Lang revient sur ses débuts à la réalisation, explicite tout au long de l’entretient sa philosophie, notamment en matière de criminalité et de morale avec la notion de « fléau social ». La discussion tourne principalement autour de Metropolis dont il n’aimait pas la morale sous-jacente, La Femme sur la lune sur lequel on avait voulu lui imposer le parlant, M, le maudit et Le Testament du Dr Mabuse. Il n’y est fait à aucun moment mention de House by the River.

- Entretien avec Pierre Rissient (25 min 30 sec VF) : Erudit ayant bien connu Lang, Rissient s’étend longuement sur les raisons de l’invisibilité de House by the River (des raisons de droits sur le roman n’ayant jamais été renouvelés) et explique comment le film est revenu à la surface grâce à des collectionneurs et à son acharnement (Rissient ayant renégocié les droits avec Herbert au cas où une copie était retrouvée). Il explique pourquoi Lang n’aimait pas ce film et raconte une série d’anecdotes sur le réalisateur, comme cette manie de noter à la minute près les événements de la journée suite au décès accidentel de sa première épouse. Un entretien passionnant mais entrecoupé, tout comme l’entretien avec Brion, d’extraits totalement inutiles du film puisque qu’ils n’illustrent aucunement le propos.

- Entretien avec Patrick Brion (26 min VF) : Moins passionnant que Rissient, Brion explique comment il a découvert le film à la Cinémathèque Royale de Belgique et revient également, mais avec moins de précision, sur les démêlés du film, la perte des droits par Republic Pictures… Brion situe le film parmi les œuvres ouvertement influencées par la psychanalyse de Lang et met en parallèle divers films du réalisateur pour mettre en évidence l’analyse psychologique voire psychanalytique que Lang imprimait à ses films. Il livre ensuite une analyse personnelle du film, décortiquant divers aspect techniques ou narratifs voire scénaristiques. Il s’attarde notamment sur le principe de l’élément déclencheur qui va faire basculer l’histoire. Il resitue enfin Lang dans le système des studios et par rapport à d’autres réalisateurs qui lui étaient contemporains, mettant également l’accent sur la personnalité de Lang et sur la différence de méthode de travail entre l’Allemagne et les Etats-Unis. Un entretien intéressant, même si on a connu Brion plus passionnant.

- Une partie DVD-rom contenant le scénario original du film ainsi que 5 pages de notes manuscrites par Fritz Lang tous deux en anglais et en pdf.

Par Christophe Buchet - le 21 avril 2007