Menu
Test blu-ray

Vivre

BLU-RAY - Région B
Wild Side
Parution : 27 / 4 / 2016

Image

Pour son ambitieux projet autour d'Akira Kurosawa, Wild Side n'a eu accès qu'à un matériau de qualité limitée, la restauration d'origine n'ayant pas été poursuivie au-delà d'un scan HD vieillissant. La définition est plutôt douce mais d'un niveau honnête, avec un léger grain, un peu épais, qui n'a heureusement pas été gommé. Le négatif original ayant disparu, la restauration s'est donc appuyée sur une copie au degré d'usure conséquent. Le premier travail de l'éditeur a consisté à effectuer un nettoyage numérique, sommaire mais efficace, qui a permis d'atténuer un grand nombre de salissures et d'impuretés, sans toutefois gommer l'ensemble des très nombreuses rayures qui marquaient la pellicule. On constatera surtout une gestion des contrastes très problématique : il y a une instabilité permanente du niveau de noir qui donne à l'ensemble un effet de pellicule voilée. Ce défaut, compliqué à corriger et coûteux à mettre en oeuvre, n'a malheureusement pas été traité. C'est le point noir de ce transfert.

          comparatif BR Wild Side / DVD Film Office 1                  comparatif BR Wild Side / DVD Film Office 2

Wild Side offre ici une bien meilleure présentation du film par rapport aux DVD sortis en France en 2003 et 2008 chez Film Office puis Opening. Cependant, porté par cette très belle idée de cycle Kurosawa - les années Toho, l'éditeur a passé trop d'années sur la remise aux normes de ses titres, laissant à la concurrence le temps de faire aussi bien, voire mieux. Vivre est ainsi sorti il y a à peine quelques mois chez les américains de Criterion dans un nouveau master 4K. Leur image possède désormais une meilleure gestion du grain et de la définition. Le problème de contraste est à peu près résolu, avec des noirs cette fois beaucoup plus profonds. La pellicule a été nettoyée mais de fines rayures continuent d'apparaître.

            comparatif Blu-ray Wild Side / Criterion 1                 comparatif Blu-ray Wild Side / Criterion 2

Son

La piste originale japonaise se montre tout à fait représentative de l'époque à laquelle est sorti le film, avec un spectre sonore assez réduit, un peu couvert et des saturations rapidement atteintes. L'éditeur a effectué un nettoyage convaincant, ôtant tout souffle ou bruit de fond : le rendu est donc propre et clair, ce qui reste le plus important.

Suppléments

Le film est présenté dans un très beau digibook contenant le Blu-ray et le DVD du film. Notez qu'un supplément indiqué au verso (une présentation par Jean Douchet) n'est disponible sur aucun des disques.

Le critique et historien Charles Tesson répond doublement présent dans cette édition de Vivre pour laquelle il a d'abord rédigé un livret d'une soixantaine de pages abondamment illustrées. Il resitue le film dans le parcours du réalisateur (qui fait ici son retour à la Toho, fort du succès international de Rashômon) et livre une profonde et pertinente analyse de l'écriture, du jeu de Takashi Shimura (son "corps hébété, coupé du vivant") comme de la mise en scène (les liens "de vitre à vitre"). Il développe une réflexion sur les différents mouvements dans le film, celui de la fête puis le retour à l'action qui donnera un sens à la vie du personnage, tout en restant critique et même parfois surpris ("curieux film qui préfère accompagner les morts plutôt que le dernier mouvement d'un vivant"). Eminent spécialiste d'Akira Kurosawa, Charles Tesson n'oublie pas de relier certains éléments de Vivre aux autres oeuvres du cinéaste (les motifs récurrents de l'escalier et du couloir, par exemple), et cite ses multiples références (le "souffle inspiré du cinéma de Capra").

Vivre par Charles Tesson (35 min - 1080i) est un longue entretien mené par Giordano Guillem. Loin de se répéter, Tesson se montre au contraire précis, passionné, enthousiaste et livre une nouvelle analyse de ce "premier film-somme", "aboutissement du Kurosawa d'après-guerre" qui réunit tous les styles et esthétiques jusque-là abordés par le réalisateur. Tesson s'attache aux détails (l'importance du métier, les figures récurrentes comme les flashbacks, les arrière-plans et les amorces dans le plan, en contrepoint, ou le sens du décor architectural) comme à l'ensemble du film, n'hésitant pas, là aussi, à relier Vivre aux autres oeuvres du cinéaste (et la tendance du "Kurosawa russe" de cette époque). Un éclairage passionnant.

On trouve enfin la bande-annonce du film (3 min 31 - SD - 4/3)

En savoir plus

Taille du Disque : 42 392 082 328 bytes
Taille du Film : 33 740 414 976 bytes
Durée : 2:23:12.625
Total Bitrate: 31,41 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 27,96 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 27969 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: Japanese / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1808 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 21,328 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 22 avril 2016