Menu
Test blu-ray

Panique à Needle Park

BLU-RAY - Région B
Carlotta
Parution : 22 / 6 / 2016

Image

Douze ans après une première édition en DVD, Carlotta propose désormais Panique à Needle Park en haute définition au sein de sa nouvelle collection de coffrets "ultra collector". Le film a été récemment restauré en 2K sous la supervision et l'approbation du réalisateur Jerry Schatzberg. Le résultat est extrêmement convaincant : l'image est immaculée, les cadres sont stables, la définition et le niveau de détail sont excellents - les gros plans impressionnent. Bien que les plans (en extérieurs notamment) aient été régulièrement filmés en longue focale, avec une profondeur de champ réduite, les défauts de mise au point sont pourtant rares. Coup de chapeau à l'opérateur ! C'est une évidence, le film adopte une forme très simple, très documentaire et assez brute que la présence massive d'un grain fin restitue fidèlement. Aucun souci d'encodage : le fameux David MacKenzie a encore frappé, avec un débit vidéo maitrisé et gonflé à bloc. On soulignera que le contraste est parfois irrégulier, souvent correct mais de temps en temps un peu insuffisant (avec des noirs trop clairs) : les restaurateurs ont choisi de respecter l'étalonnage d'origine sans le modifier. Nous avons fait un petit comparatif avec la précédente édition en DVD, le résultat est très intéressant. Au-delà du léger recadrage, du gain de définition et de détail (sans surprise, il reste néanmoins spectaculaire) et de la présence enfin satisfaisante du grain, vous remarquerez immédiatement un net changement d'étalonnage. La photographie est plus froide en HD, avec cette sensibilité particulière dans les bleus, typique des scans récents. C'est un nouvel (et très bon) exemple des politiques de restauration qui ont drastiquement changé de point de vue en quinze ans. On vise désormais une très grande fidélité à la photographie d'origine alors qu'auparavant - et c'est flagrant ici - elle était abondamment retouchée pour apparaître plus agréable, plus douce et saturée. Désormais, on a vraiment l'impression de regarder un film tourné sur pellicule, tel qu'il a été pensé.

comparatif 1           comparatif 2           comparatif 3           comparatif 4

Son

Comme pour l'image, le bande-son du film est d'une grande sobriété : aucune musique et un rendu très épuré. Cette impression est renforcée par une VO en DTS-HD Master Audio mono sobre, mais claire et précise. Les dialogues sont intelligibles et les ambiances nuancées. Le son a été totalement nettoyé, on ne relève aucune saturation ou souffle parasite (excepté, légèrement, pendant les prises de son direct, ce qui est tout à fait normal). La version française paraît encore plus sobre, la faute à une restitution très limitée des bruits d'ambiance. Si le son est un peu plus couvert, l'ensemble ne souffre d'aucune imperfection réellement impactante.

Suppléments

Ce troisième coffret "ultra collector", limité et numéroté à 2 000 exemplaires, propose Panique à Needle Park en Blu-ray ainsi que sur deux DVD (dont un pour le film). Les suppléments du Blu-ray reprennent ceux de l'édition DVD parue chez Carlotta en 2004. A cette occasion, le réalisateur Jerry Schatzberg s'était longuement prêté au jeu de l'interview : jamais avare en souvenirs et anecdotes, le cinéaste racontait son histoire artistique et se révélait tout simplement passionnant.

Dans Jerry photographe (18 min - 4/3 - SD gonflé en 1080p) le réalisateur revient sur ses débuts, une carrière finalement très éloignée de celle à laquelle ses parents l'avaient peut-être destiné (dans le monde de la fourrure) et qu'il embrassa avec passion. Des petits boulots (photographier des bébés) aux portraits de célébrités pour Vogue ou Life Magazine (les Beatles, Andy Warhol ou Fidel Castro), cette success story ne sera qu'une première étape, un tremplin vers une carrière plus artistique et ambitieuse.

Jerry cinéaste (22 min - 4/3 - SD gonflé en 1080p) raconte la production de Portrait d'une enfant déchue, son premier film. Après onze ans de photographies, ce fut "un nouvel élan dans la vie". Il apprit le cinéma sur le tas (car il ne connaissait pas toutes les techniques) et devint "un jeune réalisateur à 40 ans". Les choses s'accélèrent avec son second projet, Panique à Needle Park pour lequel il doit se battre afin d'imposer Al Pacino, petite célébrité du théâtre mais inconnu sur grand écran. Il parle du tournage, de ses méthodes de travail, la liberté donnée aux acteurs (beaucoup d'improvisation et peu de prises), et de son immersion dans le milieu des toxicomanes pour s'imprégner de l'ambiance et mieux fondre sa mise en scène dans le style documentaire.

Al & Jerry (10 min - 4/3 - SD gonflé en 1080p) évoque la relation avec Al Pacino, "un talent inexplicable, de la magie à l'état pur", et les acteurs de théâtre qui "savent tout faire". Schatzberg en dit un peu plus sur la façon dont il a imprégné ses acteurs dans l'histoire et l'univers de la drogue, comment s'est passé le tournage avec la future star du Parrain.

Jerry à Cannes (6 min - 4/3 - SD gonflé en 1080p) ressemble là aussi à une sorte de success story. Repéré par Pierre Rissient avec son premier film, Portrait d'une enfant déchue, Schatzberg est sélectionné à Cannes avec Panique à Needle Park. Kitty Winn remportera le Prix d'interprétation. Ce fut la première d'une longue série de participations au prestigieux festival : pas plus tard que l'année suivante, Schatzberg reviendra avec L'Epouvantail qui raflera la Palme d'or...

Cinq scènes commentées par le réalisateur (21 min - 4/3 - SD gonflé en 1080p)
Confortablement installé dans une salle du Balzac, à Paris, Jerry Schatzberg revoit quelques moments de Panique à Needle Park. Il explique certains choix de mise en scène, le résultat "très naturel et sincère", ou loue les qualités d'improvisation et d'inventivité d'Al Pacino ("il se sentait à l'aise et a pris des risques").

Vous trouverez enfin la bande-annonce originale, non restaurée (2 min 52 - 4/3 - SD gonflé en 1080p).

Le coffret, illustré par les anglais de Telegramme, comprend également un livre de 200 pages : La vie sur grand écran. C'est d'abord une petite déception car il ne s'agit pas d'une publication inédite en France (ou en tout cas pas entièrement), comme l'était le premier livre de la collection, un récit du tournage de Body Double par Susan Dworkin. En lançant cette luxueuse série de coffrets avec une pareille pépite (le livre de Susan Dworkin est juste excellent), Carlotta a mis la barre très haut. Suffisamment, en tout cas, pour se sentir un peu frustré devant le livre consacré à Panique à Needle Park, un assemblage d'articles et d'archives autour du film. Mais passé ce premier sentiment, force est de constater que l'ensemble est heureusement très intéressant, l'éditeur ayant pris soin de réunir un contenu solide, large panel d'analyses et de témoignages. On trouve par exemple plusieurs articles publiés dans Positifde très beaux textes de Michel Ciment (en 1971) et Vincent Amiel (en 2000) qui sondent "un récit qui ne se plie pas au simple réalisme" et louent "l'univers très personnel" du réalisateur. Un entretien avec Jerry Schatzberg, mené à l'époque par Michel Ciment, revient sur son parcours atypique, la production de ses deux premiers films et sa mise en scène qui tend à "retrouver le sentiment de la vie à l'écran". Vincent Paul-Boncour, de Carlotta, a rencontré il y a quelques mois Adam Holender, le directeur de la photographie du film, l'occasion d'aborder le style visuel de Panique à Needle Park (en partie inspiré par La Bataille d'Alger pour son réalisme) et sa collaboration avec le réalisateur ("nous avons trouvé un langage commun"). Le livre comprend également des photos de tournage, des clichés du Festival de Cannes, quelques archives fournies par Schatzberg (télégrammes, lettre, critiques presse) et la traduction du dossier de presse américain. On y trouve des portraits et entretiens avec les acteurs, de nombreux détails sur la fabrication du film. Les anglophones pourront décortiquer des pages du scénario original annoté, qui n'a malheureusement pas été traduit.

Notez enfin que Panique à Needle Park sort également en Blu-ray dans une édition simple, sans le livre, et avec pour seul complément la bande-annonce en HD.

En savoir plus

Taille du Disque : 42 589 781 686 bytes
Taille du Film : 32 195 165 568 bytes
Durée : 1:49:38.697
Total Bitrate: 39,15 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 34,94 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 34942 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 1.0 / 48 kHz / 1104 kbps / 24-bit (DTS Core: 1.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 1.0 / 48 kHz / 1060 kbps / 24-bit (DTS Core: 1.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 18,315 kbps
Subtitle: French / 0,019 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 20 juin 2016