Menu
Test blu-ray

Le Prisonnier d'Alcatraz

BLU-RAY - Région B
Wild Side
Parution : 6 / 6 / 2018

Image

Le Prisonnier d'Alcatraz n'était jusqu'alors disponible en France que sous la forme d'un DVD, édité en 2004 par MGM. Le comparatif ci-dessous permet d'évaluer le saut qualitatif, incontestable et appréciable, en même temps qu'il donne une idée des commentaires indispensables sur cette édition Wild Side.

Comparatif DVD 2004 / Blu-Ray 2018 n°1
Comparatif DVD 2004 / Blu-Ray 2018 n°2

C'est que, toute évaluation étant (en particulier dans le domaine de la vidéo) relative, il faut également saluer qu'entretemps, le film de John Frankenheimer était sorti en Haute-Définition aux Etats-Unis, d'abord chez Twilight Time en 2014, puis chez Olive début 2018. Un comparatif sur captures nous autorise à penser qu'il s'agit du même master en 1.66 qui a été ici utilisé, lequel appelle quelques remarques.

D'abord d'ordre général : ce master déjà ancien (à l'échelle trépidante des standards HD) est convenable, notamment en termes de propreté, de stabilité ou de granulation, mais il manque parfois de finesse, de profondeur ou d'homogénéité : certains gros plans sont superbes, mais d'autres plans plus larges sont d'une définition plus incertaine, et cela peut parfois être perçu à l'intérieur d'une même séquence. Notons également l'utilisation dans le film de plans de sources externes (par exemple des stock-shots) dont le passage à la HD n'est pas toujours heureux. Relevons enfin une très légère perte d'images sur les côtés par rapport au DVD.

Ensuite, il convient de noter que, dans la cohérence de ses sorties depuis quelques années (et dont nous avons déjà fait la remarque ici), l'éditeur français Wild Side a posé sa patte sur ce master en accentuant, parfois assez considérablement, les contrastes. Le rendu, au premier regard plus dynamique (les blancs de chez Twilight ou Olive paraissent, en comparaison, bien laiteux), offre en réalité une perte importante à l'écran, avec en premier lieu des noirs bouchés et uniformes, dans lesquels se noient les détails. La photographie du film s'en trouve accentuée dans ses contrastes, quitte à perdre en naturalisme et à gagner en artificialité (ce qui, ceci étant, n'est pas complètement incohérent avec certains choix formels de Frankenheimer).

Son

Le mixage DTS-HD de la version originale est extrêmement satisfaisant : le film étant essentiellement confiné en lieux clos, il ne faut pas s'attendre à un dynamisme phénoménal, notamment au niveau des sons d'ambiance, mais ceux-ci sont élégamment restitués et s'équilibrent parfaitement avec les dialogues murmurés ou avec la partition d'Elmer Bernstein.

La version française possède moins de relief et fait globalement un peu plus datée, avec quelques trahisons mineures dans les dialogues, mais s'avère satisfaisante malgré tout.

Suppléments

Sur le disque, outre une bande-annonce d'époque, un seul supplément inédit (les éditions américaines ne proposaient guère plus, sinon des commentaires audio de critiques ou d'historiens) : Une illusion de liberté (27 min - HD). Le cadreur Richard H. Kline relate le tournage du film, en insistant notamment sur le travail d'équipe à l'oeuvre ici, ou sur les difficultés rencontrées avec le dressage des oiseaux. Certes pas inintéressant (on a particulièrement apprécié les explications autour du choix des focales, toujours signifiant chez Frankenheimer), mais un peu long.

Conformément à la tradition de ces coffrets collectors, le principal morceau de choix est un ouvrage d'un peu plus de 200 pages, très abondamment illustré, et dans lequel on trouve un texte inédit (sur 42 pages) de Doug Headline (co-fondateur de Starfix), intitulé Au-delà des grilles : soutenu par des documents d'archives et de nombreuses informations historiques, l'auteur parle du tournage du film (notamment des difficultés rencontrées auprès de l'administration pénitentiaire) mais revient surtout sur la personnalité du véritable Robert Stroud, qui a inspiré le film mais qui était probablement assez différent, en réalité, du portrait qu'en dressent Lancaster et Frankenheimer. Le texte est plutôt riche et assez plaisant, mais il demeure encore un peu noyé au milieu des photos, et il faut parfois tourner trois pages simplement pour poursuivre une phrase...

En savoir plus

Taille du Disque : 42 855 823 360 bytes
Taille du Film : 37 099 603 968 bytes
Durée : 2:28:41.968
Total Bitrate: 33,27 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 16-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 16-bit
Subtitle: French 

Par Antoine Royer - le 18 juillet 2018