Menu
Test blu-ray

L'Escadron noir

BLU-RAY - Région B
Sidonis / Calysta
Parution : 28 / 3 / 2019

Image

Sidonis poursuit l'exploration du Catalogue Republic, dont il a récemment acquis certains titres, avec ce western de Raoul Walsh présenté dans le même master qui fut édité par les Américains d'Olive en 2013, à savoir une restauration techniquement un peu datée, loin d'être optimale parfois, mais tout de même satisfaisante. C'est une restauration qui n'a pas bénéficié d'un traitement numérique poussé, se basant essentiellement sur une copie photochimique d'une grande propreté (à quelques rayures verticales près) et d'assez bonne qualité - même si on finit par sentir l'usure de la pellicule en s'approchant de la fin du film : l'image est, notamment, à peu près stable dans sa première moitié, plus tremblotante ensuite. Les noirs, parfois un peu clairs, souffrent rarement de pulsations, et ne pénalisent pas des contrastes globalement corrects et un beau noir & blanc. Le scan HD offre une image un peu douce, avec une finesse du trait honnête, mais sans plus, et un niveau de détail qui limite sensiblement la précision des textures. Le grain reste assez discret dans un ensemble qui apparaît un tout petit peu lisse, sans doute une faiblesse du master d'origine. L'encodage ne montre que quelques rares faiblesses, un peu de banding (postérisation) dans certains aplats, comme des ciels. Cette présentation de L'Escadron noir est un upgrade significatif, à défaut d'être irréprochable, donc, et plutôt spectaculaire par rapport à la précédente édition du film en France, comme vous pouvez le constater avec le comparatif ci-dessous :

DVD Editions Montparnasse (2002) vs. Blu-ray Sidonis (2019) :  1  2  3  4  5  6

Son

La version originale est de bonne facture, avec des voix assez claires et des ambiances encore présentes. Pas de sifflantes ou de saturations marquées, mais un très léger souffle et quelques infimes craquements d'usure. Grosse plus-value par rapport au DVD sorti au début des années 2000, Sidonis a déniché une version française d'époque, à la qualité surprenante, totalement nettoyée et dénuée de souffle, avec des sifflantes modérées et un mixage plutôt équilibré.

Suppléments

Présentation de Bertrand Tavernier (35 min - 1080i)
Le cinéaste, fidèle à la collection western de Sidonis, revient longuement sur L'Escadron noir, western à la réputation mineure "un peu injuste". Il raconte tout d'abord le studio Republic qui fut spécialisé dans les sérials et les westerns de série, et dont John Wayne fut "la seule vraie vedette" malgré des films globalement peu intéressants. Tavernier analyse ensuite cet Escadron noir qui exploite "la nouvelle personnalité de Wayne", star en devenir (il vient de faire La Chevauchée fantastique), au jeu retenu et juste, qui ne retrouvera malheureusement plus Raoul Walsh par la suite. Tavernier remarque également que, parallèlement aux scènes "de bonne humeur et de vitalité", le film adopte une distance certaine avec la réalité historique : il regrette une vision tempérée du "Sud impitoyable" qui détourne et édulcore certains événements dramatiques de la guerre de Sécession et absout presque l'un de ses pires personnages, Quantrill (qui inspirera celui incarné par Walter Pidgeon). Tavernier revient enfin sur quelques bons artisans du studio Republic, comme les frères Lydecker, génies des effets spéciaux.

Présentation de Patrick Brion (12 min - 1080i)
Autre fidèle de la collection, l'historien et créateur du Cinéma de Minuit revient sur L'Escadron noir de manière très générale, resituant d'abord le film dans cette époque où le genre redevenait intéressant, où les grands westerns se multipliaient après une décennie qualitativement assez pauvre. Parlant de L'Escadron noir, il évoque "un film curieusement composé", avec une palette d'acteurs très différents mais parfaitement réunis par Raoul Walsh et un scénario solide. Projet ambitieux pour la firme Republic, L'Escadron noir est "un film très intelligent (...) mais historiquement assez suspect", comme le raconte Patrick Brion pour quelques changements précis entre la réalité et la fiction, évoquant également la figure du franc-tireur Quantrill au cinéma.

Hormis une bande-annonce des futures sorties de l'éditeur, on ne trouve ni la bande-annonce du film, ni galerie de photos.

En savoir plus

Taille du Disque : 30 903 144 836 bytes
Taille du Film : 20 640 522 240 bytes
Durée : 1:33:27.476
Total Bitrate: 29,45 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 23,97 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 23976 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1818 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1829 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 1,220 kbps
Subtitle: French / 43,838 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 23 mars 2019