Menu
Test blu-ray

Johnny Guitar

BLU-RAY - Région A
Olive films
Parution : 20 / 9 / 2016

Image

Johnny Guitar nous arrive dans une nouvelle restauration 4K par l'intermédiaire de l'éditeur américain OliveFilms. Précisons immédiatement que ce Blu ray est zoné A, la lecture n'est pas autorisée avec un lecteur non dé-zoné.

Le format 1.66
L'un des intérêts de cette nouvelle édition, c'est le format 1.66 attribué à Johnny Guitar. Il est probable que ce film n'a plus été vu dans ce format large depuis sa sortie en salles en 1954. Rappelons que dès 1953, les studios américains ont pris la décision que tous les films couleurs devaient être tournés en favorisant le format large pour concurrencer la télévision. Comme toutes les salles de cinéma n'étaient pas encore équipées d'un écran adéquat, le cadreur devait s'assurer que le format 1.37 en open matte restait exploitable (absence de micro dans le champ, ou haut de décors non visible). Johnny Guitar est sorti en France en DVD en 2000 chez les Editions Montparnasse au format 1.33. Le comparatif ci-dessous nous permet d'apprécier les différences de cadrage. Si l'utilisation du format 1.66 enlève naturellement de l'image en haut et en bas, il n'était pas vraiment normal que le format 1.33 se voit amputer d'une partie de l'image à droite (le rocher derrière Sterling Hayden ou bien l'épaule gauche de Ward Bond dans la deuxième capture ont pratiquement disparu du cadre). Quel cadrage paraît le plus harmonieux sachant que les deux sont valables ? A chacun de se faire sa propre idée. Pour ma part, la redécouverte du film au format 1.66 a sensiblement changé ma perception de celui ci, j'ai toujours pensé que Johnny Guitar était un film hors norme de par ses cadrages étranges et les couleurs saturées à la limite du kitsch des éditions précédentes, et je découvre maintenant un film formellement assez classique.

Dvd Editions Montparnasse (format 1.33)

Blu ray Olive Signature (format 1.66)

Dvd Editions Montparnasse ( format 1.33)

Blu ray Olive Signature (format 1.66)

Le générique de début
L'édition française proposait le générique de Johnny Guitar incrusté sur un étrange fond bleu, et on pouvait se douter qu'il n'était pas d'origine. La nouvelle restauration montre le générique du film avec en fond un plan en extérieur, ce qui nous parait plus en adéquation avec les pratiques de l'époque.

Générique de Johnny Guitar tel qu'il est proposé sur le dvd des Editions Montparnasse:

Générique du film tel qu'il est présenté sur le Blu Ray Olive Signature

 

La restauration et l'étalonnage
La restauration 4K est tout à fait probante. L'image est correctement nettoyée, et le grain ne souffre pas de manipulation. L'étalonnage paraît bien plus naturel et équilibré que sur le vieux DVD Montparnasse. Notre comparatif ci-dessous indique que le master vidéo utilisé pour ce DVD était étalonné trop magenta (le visage de Joan Crawford), c'était une pratique courante il y a une vingtaine d'années. Durant cette période, l'éthique et le respect de l'oeuvre n'étaient pas vraiment une préoccupation pour les techniciens/étalonneurs. Fort heureusement, cette période est révolue.
Comparatif 

Son

La version originale, unique piste audio proposée, est assez plaisante. Le souffle y est absent, les craquements et autres plop sonores ont été supprimés. Le moment le plus agréable de cette bande sonore est sans conteste la chanson Johnny Guitar écrite et interprétée par Peggy Lee et superbement mise en musique par Victor Young, le mixage est excellent et les instruments se détachent parfaitement. Si vous possédez une bonne installation sonore, profitez de ce moment magique.

Suppléments

Introduction par Martin Scorsese (4 min - SD avec upscale)
Le fil conducteur de ces bonus est incontestablement l'enthousiasme de la critique française pour Johnny Guitar. Ce que n'omet pas de nous rappeler Martin Scorsese dans cette courte introduction. Il évoque également  les raisons pour lesquelles le film fut totalement incompris à sa sortie aux Etats-Unis.

Johnny Guitar, a western like no other (17 min - HD)
Quatre critiques et enseignants évoquent, tour à tour, ce qui différencie Johnny Guitar des autres westerns. L'analyse de la mise en scène de Nicholas Ray par Miriam Bale est très intéressante, car elle permet de comprendre pourquoi Johnny Guitar doit être vu sur un grand écran, bien que ce soit un western d'intérieur.


Johnny Guitar, a feminist western ? (15 min - HD)
Les mêmes intervenants expliquent le caractère androgyne du personnage de Vienna et de par sa sexualité en apparence débridée, pourquoi ils voient en Johnny Guitar un western féministe avant l'heure.

The Hollywood  blacklist and Johnny Guitar (10 min - HD)
Walter Bernstein est un scénariste américain black-listé dans les années 50, il était l'ami de Ben Maddow, scénariste supposé de Johnny Guitar. Philip Yordan est crédité au générique comme étant le seul auteur du scénario du film de Nicholas Ray, mais celui-ci n'aurait été qu'un prête-nom. Dans ce module, Larry Ceplair et Walter Bernstein évoquent cette période douloureuse que fut la chasse aux sorcières et les nombreux sous-entendus qui la dénoncent dans Johnny Guitar. Un sujet passionnant qui mériterait plus que 10 minutes.


Free Republic (6 min - HD)
Ce module est abusivement sous-titré: Herbert J. Yates and the story of Republic  Pictures, Mais peut-on réellement prétendre raconter l'histoire d'un studio comme Republic Pictures en 6 minutes ?

My friend, the american friend (11 min - HD)
Le producteur Chris Sievernich et l'ancien étudiant Tom Farrell, ont bien connu Nicholas Ray dans les derniers jours de sa vie. Ils évoquent ici leur collaboration sur les derniers travaux cinématographiques du cinéaste américain, dont le célèbre Nick's Movie co-réalisé par Wim Wenders.


Commentaire audio de Geoff Andrew
Geoff Andrew est un critique britannique émérite, collaborateur du magazine Sight and Sound. En France, il est fait Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres pour sa contribution au cinéma français. Ce fin connaisseur du cinéma de Nicholas Ray livre un commentaire fort intéressant, bien que manquant parfois de spontanéité. Il semble lire son commentaire sans jamais improviser.

Johnny Guitar: the first existential western
Livret de 8 pages rédigé par Jonathan Rosenbaum. Une analyse pointue du film de Nicholas Ray par un critique américain collaborateur des Cahiers du Cinéma.

Bande annonce originale (3 min - HD)
Les couleurs ont viré, l'image est à la limite du monochrome, les rayures sont multiples, mais louons l'effort de l'éditeur de proposer cette bande-annonce en HD et visiblement sans upscale.

En savoir plus

Disc Title: Johnny_Guitar
Disc Size: 48 861 899 175 bytes
Protection: AACS
BD-Java: Yes
Playlist: 00003.MPLS
Size: 33 529 989 120 bytes
Length: 1:49:58.008
Total Bitrate: 40,65 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 35000 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1780 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1558 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Subtitle: English / 66,494 kbps

Par Jean-Marc Oudry - le 24 décembre 2016