Menu
Test blu-ray

Extreme préjudice

BLU-RAY - Région B
Studiocanal
Parution : 30 / 10 / 2019

Image

La collection « Make My Day ! » créé par le critique et historien du cinéma Jean-Baptiste Thoret permet de redécouvrir ou découvrir des films rares qui, pour la plupart, n’ont pas eu la chance d’avoir une distribution digne de ce nom. Grâce à StudioCanal qui possède un catalogue impressionnant de plus de 18 000 titres, pour la plupart jamais distribués depuis l’avènement du format DVD et Blu-ray, Jean-Baptiste Thoret a pu faire une sélection de films qui méritent d’être remis au goût du jour. C’est ainsi qu’on découvre ce numéro 17 : Extrême préjudice de Walter Hill. Quand on visionne dans les bonus la bande-annonce originale avec ses défauts, à savoir une image tremblante, souvent floue et avec pas mal de griffures et de points blancs, on constate heureusement une amélioration de la définition du film en Blu-ray, l’image y est plus stable et précise malgré le fait que la pellicule ne soit pas parfaitement nettoyée. Le grain cinéma a une forte présence, en particulier dans les séquences sombres, ce qui n’aide vraiment pas à obtenir de la netteté dans ces scènes déjà fort poussiéreuses ou enfumées. Car le film à un aspect poussiéreux indéniable ce qui est clairement un choix de réalisation qui ne donne malheureusement pas un avantage à la restauration en haute définition de ce titre. Le film obtient tout de même un meilleur contraste et des couleurs plus fidèles, même si les scènes sombres donnent parfois lieu à des noirs bouchés. Par ailleurs, il subsiste tout de même de nombreux plans flous, en particulier sur les plans larges comme les paysages, ce qui offre une profondeur de champ plutôt limitée.

Son

Le film propose deux mixages en DTS-HD Master Audio 2.0. Tout d’abord la piste audio anglaise d’origine avec sous-titres imposés, plutôt bien équilibrée entre les voix des acteurs, les bruitages du film et la bande-son signé Jerry Goldsmith et Ry Cooder. La bande-son française est celle d’époque, on reconnait par ailleurs certaines voix bien connues des années 90 telle que la voix de Bernard Tiphaine (Chuck Norris, entre autres) ou encore Patrick Poivey célèbre pour faire la voix de Bruce Willis. Au-delà de la présence de doubleurs de qualité et de répliques bien sympathiques, la VF est plutôt propre, mettant surtout en avant les voix et les musiques du film, les ambiances lors des explosions et des fusillades sont plus en retrait si on les compare avec celles de la version originale.

Suppléments

Préface de Jean-Baptiste Thoret (6 min - HD - 2019)
Il s’agit d’une présentation de la carrière de Walter Hill puis d’un résumé du film par le critique Jean-Baptiste Thoret, celui-là même qui a permis la ressortie et la restauration d'Extrême préjudice. Il aborde par ailleurs le rôle de ce film et en particulier de son réalisateur pour la génération suivante, chez laquelle le film d’action est dominé par des réalisateurs tels que James Cameron et John McTiernan. Un bon module d’avant-film pour vous immerger dans la fiction et vous resituer les conditions d’époque.

Extrême Préjudice revu par Walter Hill (57 min - HD - 2019)
Il s’agit d’une interview du réalisateur du film, Walter Hill, qui évoque longuement sa relation de travail avec Sam Peckinpah, en particulier sur la réalisation du film Guet-apens pour lequel il a écrit le scénario d’après le roman de Jim Thompson. Dans un second temps, il parle des productions des années 60 qui ont révolutionné la mise en scène du cinéma d’action, avec comme exemple en particulier Bullit de Peter Yates sur lequel il était réalisateur de second équipe. Il explique ensuite son parcours atypique dans le métier sans être passé par une école de cinéma et évoque ses influences, en particulier Sam Peckinpah, ce qui lui a souvent été reproché, car Walter Hill aime par-dessus tous les westerns et ne manque pas de parler de ses productions qui ont eu pour certaines un franc succès comme The Long Riders, ou, au contraire, n’ont pas bien fonctionné tels que Wild Bill ou Geronimo. Pour Extrême préjudice, il précise que le film avait eu peu de succès aux Etats-Unis contrairement au reste du monde. Mais après avoir réalisé une comédie intitulée Comment claquer un million de dollars par jour et Crossroads, un film pour enfants racontant les racines du blues, Walter Hill souhaitait revenir vers un film plus musclé et il fut contacté par Carolco qui venait d’acheter le scénario d'Extrême préjudice écrit par John Milius. Le film avec son thème paramilitaire était taillé pour surfer sur la vague des films à succès inspirés par le premier RamboMais Walter Hill était bien plus intéressé par le thème des Rangers, assez peu développé dans le scénario original, et concentra alors l’histoire sur la relation d’amitié entre un Ranger interprété par Nick Nolte et un trafiquant de drogue campé par Powers Boothe. Hill n’estime pas avoir fait un remake de La Horde sauvage, il précise par ailleurs que ce n’est pas si dégradant de réaliser un remake. Néanmoins, il reconnaît avoir fait quelques erreurs sur ce film, par exemple d’avoir tourné une fusillade finale un peu « too much » ou encore d’avoir tué le personnage interprété par Rip Torn beaucoup trop tôt. Ce long entretien apporte son lot d’informations intéressantes sur la carrière d’un cinéaste qui a beaucoup œuvré pour le cinéma d’action tel qu’on le connait aujourd’hui.

Walter Hill, un cowboy à Hollywood (21 min - SD - 2004)
Cette petite émission consacrée à Walter Hill, réalisée par Thomas Cazals, aborde dans un premier temps sa carrière et la réception de ses films en France. Ensuite il se consacre plus particulièrement au rapport à la violence de Walter Hill et à diverses thématiques propres à son cinéma tels que l’absence de personnages féminins forts et l’aspect western souvent présent - ce qui permet à cette émission de rebondir sur le sujet en apportant une explication du genre western. Extrême préjudice y est très brièvement commenté par trois intervenants, Noël Simsolo, Jean-Claude Missiaen et François Causse, mais aucun ne semble vraiment défendre la cause du film ou même celle du réalisateur. Il s’agit d’un supplément repris de l’édition DVD sortie en 2004 sous la collection « Série noire » de StudioCanal.

Bande-annonce originale du film (2 min 19 - SD - 1987)
Une bande-annonce "dans son jus" d’époque un peu trompeuse sur le vrai scénario du film, s'appuyant beaucoup sur un face-à-face Rangers contre militaires qui n’a finalement pas vraiment lieu dans le film.

(Le Blu-ray d'Extrême préjudice est aussi accompagné d’un DVD contenant le film et ses bonus en qualité DVD.)

Par Giuseppe Leone - le 3 décembre 2019