James Bond 007 : Sujet général

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980...

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 86064
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: James Bond 007 : Sujet général

Messagepar Jeremy Fox » 7 nov. 16, 11:37

Alexandre Angel a écrit :On ne s'y amuse pas , l'heure est grave, c'est du sérieux, on est pas là pour se taper le cul par terre et ça devient un tantinet hiératique.

Spectre est pourtant bien moins solennel que Skyfall je trouve.

Avatar de l’utilisateur
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Messages : 6336
Inscription : 18 mars 14, 08:41

Re: James Bond 007 : Sujet général

Messagepar Alexandre Angel » 7 nov. 16, 11:39

M'ouais, c'est pas hyper-flagrant :|

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 86064
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: James Bond 007 : Sujet général

Messagepar Jeremy Fox » 7 nov. 16, 11:43

Alexandre Angel a écrit :M'ouais, c'est pas hyper-flagrant :|

Pour les avoir revu à la suite le même jour, pour moi c'est le jour et la nuit. L'un est fun, l'autre pas ; l'un est solennel, l'autre pas. En gros après Skyfall, j'ai cru revivre ! :mrgreen:

Mais encore une fois, ça semble être sacrément subjectif de ce point de vue aussi :wink:

Avatar de l’utilisateur
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Messages : 6336
Inscription : 18 mars 14, 08:41

Re: James Bond 007 : Sujet général

Messagepar Alexandre Angel » 7 nov. 16, 11:44

On en sort pas :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 17926
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: James Bond 007 : Sujet général

Messagepar Rick Blaine » 7 nov. 16, 11:48

Je n'attends pas vraiment d'un Bond de me taper le cul par terre ceci dit. La franchise n'a jamais été comique. Elle est par période plutôt légère (l’ère Roger Moore pour faire simpliste), mais je n'ai jamais ris à gorge déployée. Les Thimothy Dalton sont très sérieux (je les trouve même très austères pour ma part), les premiers Sean Connery sont aussi plutôt sérieux.
Chez Mendes, il y a une noirceur assez inédite pour la série mais le fait que le ton ne soit pas à la rigolade ne me semble pas être ce qui les distingue le plus des autres films.

Avatar de l’utilisateur
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Messages : 6336
Inscription : 18 mars 14, 08:41

Re: James Bond 007 : Sujet général

Messagepar Alexandre Angel » 7 nov. 16, 11:57

Rick Blaine a écrit :Je n'attends pas vraiment d'un Bond de me taper le cul par terre ceci dit.

Ne prends pas ça au pied de la lettre :) . Il y a d'une manière générale le fil rouge de l'humour, un certain détachement, une connivence entretenue qui me semblent faire défaut ces derniers temps. Même dans le violent Permis de tuer, cette décontraction est présente par endroits, ainsi que dans le pourtant inhabituellement émouvant Au service secret...
En fait, si je crevais un abcès perso, je dirais que ça devient un peu prétentieux. Cela dit, je préfère de beaucoup les deux derniers à Quantum of Solace.

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 17926
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: James Bond 007 : Sujet général

Messagepar Rick Blaine » 7 nov. 16, 12:02

Alexandre Angel a écrit :Même dans le violent Permis de tuer, cette décontraction est présente par endroits,

Je ne la ressent pas pour ma part, est-ce du au jeu de Dalton, au scénario ou a un ensemble de cause je ne sais pas mais je trouve ce film très "raide", à aucun moment décontracté, beaucoup plus solennel même dans le ressenti que les Mendes.

Tout cela est effectivement très subjectif.

Cololi

Re: James Bond 007 : Sujet général

Messagepar Cololi » 7 nov. 16, 20:18

Jeremy Fox a écrit :
Cololi a écrit : et conchie Quantum et Skyfall

Toi et la nuance.

C'est vrai que ce n'est pas précisément ton sentiment, mais je n'ai pas pesé le mot sur le moment.
A présent libre à toi de penser que je suis incapable de nuance ...

Avatar de l’utilisateur
Max Schreck
David O. Selznick
Messages : 14777
Inscription : 13 août 03, 12:52
Localisation : Hong Kong, California

Re: James Bond 007 : Sujet général

Messagepar Max Schreck » 14 nov. 16, 11:30

Skyfall, Sam Mendes, 2012
La séquence générique oscille entre ridicule (course de moto sur les toits d'Istanbul) et captivante intensité (affrontement ferroviaire). Sur ces bases plutôt prometteuses, on aurait pu s'attendre à retrouver un Bond revanchard, mais le personnage se retrouve assez vite à rentrer dans le rang, avec des motivations peu convaincantes (patriotism, really ?). Le film m'a semblé après coup passer un peu à côté de son potentiel, puisqu'il va d'une certaine façon raconter une lutte fratricide pour l'amour d'une mère. J'ai été assez étonné du côté relativement épuré du scénario, où les enjeux sont réduits comme peau de chagrin (un méchant vite trouvé, et son plan basique à déjouer). Tout ça serait passionnant si la caractérisation se montrait inspirée. Bardem est assez amusant, mais au-delà de son statut de hacker tout-puissant on ne ressent jamais vraiment sa dimension menaçante, régulièrement entouré de sbires interchangeables et suicidaires qui sortent de sa poche au bon moment. De son côté, Bond affiche un cynisme toujours appréciable, mais le traitement du personnage m'est apparu un peu trop superficiel (on veut quand même nous faire toucher du doigt une félure originelle avec son retour au manoir familial). Mais le pire c'est certainement ce Q d'une fadeur assez incroyable, et dont la compétence n'est même pas mise en valeur (on est au MI6 face à un mission prioritaire et le gars semble tout seul devant son écran géant)...

Mis comme ça à plat, tous ces éléments auraient pu en d'autres mains aboutir à un spectacle consternant. Pourtant, je crois n'avoir à aucun moment boudé mon plaisir, emporté par le rythme du film, et la variété de ses situations. Car la maestria du metteur en scène est bien au rendez-vous, enchaînant des séquences souvent visuellement réjouissantes (le corps à corps dans la tour de Shanghai, l'assaut final envahi par la nuit). S'il fallait néanmoins comparer, je pense que dans la série des Craig, on reste quand même ici en-dessous de Casino royale qui, même s'il a son lot de défaut, reste encore celui qui a bénéficié du scénario le plus riche, et qui ne manque pas de cœur.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...

Avatar de l’utilisateur
hellrick
David O. Selznick
Messages : 12473
Inscription : 14 mai 08, 16:24
Liste de DVD
Localisation : Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: James Bond 007 : Sujet général

Messagepar hellrick » 14 nov. 16, 15:20

Un bien amusant épisode la série Timeless (le quatrième) envoie les héros voyageurs du temps durant la seconde guerre mondiale pour éviter une explosion nucléaire. Ils reçoivent l'aide de Ian Fleming et, à leur retour, constate que leur aventure a modifié le continuum et permis un Bond supplémentaire dans la filmo de Connery: Weapon of choice

Image


Pas mal de références évidemment, c'est très fun. Et lorsque Fleming drague l'héroine on a droit à un "never" auquel il répond "never say never" avant qu'un de nos héros n'ajoute "again".

Voilà c'était pour dire du bien de cette série de SF sans prétention mais divertissante à souhait :wink:
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image

Avatar de l’utilisateur
Supfiction
David O. Selznick
Messages : 13978
Inscription : 2 août 06, 15:02
Localisation : Have you seen the bridge?

Re: James Bond 007 : Sujet général

Messagepar Supfiction » 14 nov. 16, 15:25

Jeremy Fox a écrit :13- Octopussy : John Glen 1983

On a été un peu sévère pour John Glen, témoin son deuxième opus que je réévalue et qui est finalement très 'classieusement' réalisé. Aidé par des nappes musicales onctueuses de John Barry et une photographie soyeuse (à l'image des tissus hindous), ce pourrait être l'épisode le plus doux de la franchise. Intrigue peu intéressante mais scénario parfaitement bien construit, réussissant à ne pas s'éparpiller (Inde et Allemagne) et sachant doser action, romance et tout le reste. Ce qui au final donne un film avançant à son rythme, très agréable à regarder et dont les séquences mouvementées, parsemées avec parcimonie, s'avère efficacement mises en scène. Quelques fautes de goûts impardonnables parmi les pires de la franchise (Tarzan), un générique pas top mais au final un bon James Bond avec quelques acteurs convaincants tels Maud Adams, James Bond Girl plutôt attachante. Une bonne surprise.

6.5/10

Vu ce week-end pour la première fois depuis sa découverte (partielle ?) à la télévision enfant, je n'en avais gardé que quelques images flash en tête tel-que le clown assassiné et Maud Adams dans un palais de maharadjah.
C'est effectivement un Bond moyen, agréable à regarder mais sans morceau de bravoure, pratiquement sans gadget (juste un pauvre stylo à l'acide) mais alors par contre certainement le James Bond le plus graveleux. L'opus le plus proche d'Austin Powers tant on a l'impression que Roger Moore ne pense qu'à ça dès qu'une femme approche. La palme étant lorsqu'il fait un gros plan d'une paire de seins dans l'atelier de Q.

Avatar de l’utilisateur
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Messages : 22217
Inscription : 13 avr. 03, 13:27
Localisation : Aux trousses de Fantômas !

Re: James Bond 007 : Sujet général

Messagepar Commissaire Juve » 14 nov. 16, 15:58

Max Schreck a écrit :Skyfall, Sam Mendes, 2012

... on reste quand même ici en-dessous de Casino royale qui, même s'il a son lot de défaut, reste encore celui qui a bénéficié du scénario le plus riche, et qui ne manque pas de cœur.

Quand on parle du loup. Je me suis refait Casino Royale ce week-end. Je ne l'avais pas revu depuis neuf ans. J'ai trouvé que les scènes de baston (la première en particulier) avaient très bien vieilli. Le reste -- la partie de Poker* en particulier -- m'a fait bâiller comme au premier jour. Film sympa malgré tout. Avec des longueurs (2h26 quand même).

* en réalité : je me suis carrément endormi pendant cette séquence.

Supfiction a écrit :. L'opus le plus proche d'Austin Powers tant on a l'impression que Roger Moore ne pense qu'à ça dès qu'une femme approche...

:lol: Austin Powers rulzzz !
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...

Avatar de l’utilisateur
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Messages : 6336
Inscription : 18 mars 14, 08:41

Re: James Bond 007 : Sujet général

Messagepar Alexandre Angel » 15 nov. 16, 13:18

Max Schreck a écrit : S'il fallait néanmoins comparer, je pense que dans la série des Craig, on reste quand même ici en-dessous de Casino royale qui, même s'il a son lot de défaut, reste encore celui qui a bénéficié du scénario le plus riche, et qui ne manque pas de cœur.

C'est vrai. C'est celui vers lequel je reviens le plus facilement même si je suis pas très fan de l'ouverture façon Yamakazi.

Avatar de l’utilisateur
The Boogeyman
Machino
Messages : 1494
Inscription : 25 juil. 13, 14:45
Localisation : Antartica - 1982

Re: James Bond 007 : Sujet général

Messagepar The Boogeyman » 28 nov. 16, 17:44

Me voilà lancé dans l'intégrale James Bond à mon tour. Le tout en Blu-ray... Enjoy !

Image

James Bond 007 contre Dr No / Terence Young (1962)
- Dr. NO

Revoir Dr. NO aujourd'hui, à l’aune des 23 films qui ont suivi tend à lui donner une place un peu à part dans la saga. La «mythologie cinématographique» n’est pas encore totalement définie. Les gadgets n’ont pas encore fait leurs apparitions, pas de scènes pré-générique,...
Sean Connery cherche ses marques, donnant une interprétation très en force, parfois même trop au point de flirter avec le ridicule, à l’image de cette discussion entre Bond, Leiter et Quarrel dans le Club de Pus-Feller où Sean, tout en tension, semble prêt à tout casser autour de lui alors que ses deux acolytes lui exposent simplement des faits de l’enquête. Mais le scénario propose déjà les bases de l’ironie dont est capable le personnage dans les situations plus légères et qui se développera dès le film suivant.
La menace invisible est vraiment le méchant le plus intéressant de cette première aventure là où sa forme physique, le Docteur Julius No, fait un piètre antagoniste peut aider par ses dialogues, la scène du repas qui avec le temps est presque devenue «une parodie des parodies» et un affrontement final très fade en plus d’être rapidement expédié. La mygale en beaucoup moins de temps de présence est beaucoup plus effrayante et s’attribue la scène la plus saisissante du film.
L’intrigue et la réalisation jouent la carte de l’efficacité pour palier au manque de moyens. Sean est tour à tour séduisant, violent, ironique,... Une belle entrée en matière, bien que mitigé sur la derniere partie sur l’île (surtout dans l’antre du Docteur)

Le Générique :
Chanson - Pas d’interprète pour ce premier générique mais Le Thème de Monthy Norman suivi de 2 partitions aux sonorités Caribéenne. La rupture au milieu du générique surprend un peu.
Visuel - Voilà un générique que n’aurait pas renié Saul Bass. Simple, graphique, efficace et tout en rythme.

LA James Bond Girl :
Plutôt que Ursula Andress, et son célèbre Bikini, qui en plus de n’avoir pas grand chose à jouer dans l’intrigue joue particulièrement mal (son interprétation de «l’effroi», au moment où Bond tue un garde au couteau dans la rivière, est tout à fait effroyable), je retiens Zena Marshall dans le rôle de la secrétaire Mselle Taro, sa sortie de la salle de bain qui est bien plus mémorable et sa scène avec Sean Connery toute en humour et sensualité prenant fin dans un crachat.

LA réplique :
«Bond. James Bond.»

LA scène :
Une partie de Chemin de fer. Une main anonyme distribue des cartes à une ravissante brune qui semble perdre. Agacée, elle surenchérit, perd de nouveau, demande de nouvelles plaques... la voix du donneur se fait pour la 1ère fois entendre, demandant le nom de la demoiselle sous couvert d’un compliment. Cette dernière lui retourne sa question...
Clope au bec, Smoking impeccable, Sean Connery apparaît... Une réplique et un visage gravés dans l’Histoire.
Dernière édition par The Boogeyman le 8 déc. 16, 12:04, édité 1 fois.
" Accélère minouche !" - Michel Poiccard /// “When you have to shoot shoot don't talk” - Tuco Benedicto Pacifico Juan Maria Ramirez /// "Alors tu vois où elles nous ont menées tes ondes négatives, tu devrais avoir honte.” - Oddball dit Le Cinglé /// "Wake up !... Time to die" - Leon Kowalski /// "C'est quoi minouche ?" - Patricia Franchini

Avatar de l’utilisateur
The Boogeyman
Machino
Messages : 1494
Inscription : 25 juil. 13, 14:45
Localisation : Antartica - 1982

Re: James Bond 007 : Sujet général

Messagepar The Boogeyman » 28 nov. 16, 17:55

Image

Bons baisers de Russie / Terence Young (1963)
- From Russia with Love

Véritable introduction de ce qui sera «la charte» de la saga Bondienne pour les 5 décennies suivantes, Sean Connery trouve le ton juste entre décontraction, classe, ironie, et sévérité. Son duo avec Pedro Armendariz (Ali Karim Bey) fait des merveilles et permet de fissurer l’attitude austère du personnage de Bond. L’antagoniste en la personne d’un simple sidekick de l’organisation SPECTRE interprété par Robert Shaw est plus violent et charismatique que feu Dr. NO.
Ce qui frappe dans cette 2ème aventure, c’est cette ambiance Hitchcockienne parsemée tout du long, à commencé par l’intrigue qui expurgée de ces atours Bondien n’aurait pas fait tache dans la filmographie de Sir Alfred. La rencontre secrète entre Bond et Tania dans l’église, leur face à face sur le bateau, le double jeu des protagonistes... semblent tout droit sortis de Vertigo, et bien sûr la confrontation entre Bond et l’hélicoptère qui est un décalque de la confrontation Cary Grant et l’avion dans La Mort aux trousses... Mais on est avant tout dans un James Bond movie et la Blonde platine manipulatrice, psychopathe,... si chère à Mr. Hitchcock devient ici une ingénue transie totalement soumise à son homme, sorte de pied de nez. Et de la dérision le film n’en manque pas. Terence Young offre un savoureux clin d’oeil à la scène de l’arrivée à l’aéroport dans Dr. NO, en y reprenant quasiment les mêmes cadrages... mais emmenant la scène dans une toute autre direction. L’écoute de la bande de la description de la machine Lektor dans le bureau de M avec Miss Moneypenny est particulièrement drôle.
Plus vivant, plus ambitieux, un Sean Connery à l’aise dans son smoking. Et un voyage en train de toute beauté.

Le Générique :
Chanson - Pas d’interprète non plus, mais on fait véritablement connaissance avec John Barry.
Visuel - La touche sexy est définitivement adoptée. La simplicité est efficacité, quoique pas toujours très lisible.

LA James Bond Girl :
Eunice Gayson qui reprend son rôle de Sylvia Trench (la joueuse de Chemin de fer, et de golf, dans Dr. NO) qui s’essaye ici a un tout autre sport selon les dires d’un batelier qui passait par là et sujet d’une pique à l’attention de Bond dont Moneypenny a le secret.

LA réplique :
«She should have kept her mouth shut.»

Lancé par un James Bond grivois suite à l’assassinat d’un tueur à gage qui tentait de fuir par une trappe découpée dans un panneau publicitaire. Ledit panneau illustré d’un énorme visage féminin et la trappe se trouvant dans la bouche de la demoiselle

LA scène :
L’introduction. La première de la saga.
James Bond aux aguets, pistolet en main. Son poursuivant est sûr de lui, méthodique et fait même preuve de nonchalance. Telle une mouche dans une toile d’araignée James Bond se retrouve acculé et tombe dans le «fil». James Bond est mort... ou pas. Bien qu’efficace, la scène arrive trop tôt dans la saga. Le genre de scène qui a un plus fort impact quand le personnage est bien ancré dans l’inconscient collectif.

CLASSEMENT :

1 • Bons baisers de Russie (1963)
2 • James Bond 007 contre Dr No (1962)
Dernière édition par The Boogeyman le 8 déc. 16, 12:07, édité 2 fois.
" Accélère minouche !" - Michel Poiccard /// “When you have to shoot shoot don't talk” - Tuco Benedicto Pacifico Juan Maria Ramirez /// "Alors tu vois où elles nous ont menées tes ondes négatives, tu devrais avoir honte.” - Oddball dit Le Cinglé /// "Wake up !... Time to die" - Leon Kowalski /// "C'est quoi minouche ?" - Patricia Franchini