Notez les films naphtas novembre 2012

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Notez les films naphtas novembre 2012

Messagepar riqueuniee » 3 nov. 12, 23:31

Singoalla (Christian-Jaque, 1950). L'histoire des amours tragiques d'un chevalier et d'une bohémienne, dans la Suède du Moyen-Age. Pas mal, mais un peu gâché par la VF. Parce que le film n'est pas 100 % français. Il est adapté d'un roman suédois (inspiré par une légende locale), et tourné (en Suède ?) avec une distribution essentiellement suédoise, sauf les rôles principaux (Michel Auclair, Louis Seigner, Henri Nassiet et Marie-Hélène Dasté), donc c'est pratiquement un film doublé qu'on voit. J'ai essayé de trouver des renseignements sur le film, on en trouve surtout sur une page wikipedia en suédois. J'ai quand même réussi à comprendre que le film a été tourné en 3 versions, une française, une anglaise et une entièrement suédoise, par la même équipe, seuls les rôles principaux changeant. Il est d'ailleurs possible que les scènes ne faisant pas intervenir les acteurs qui changent selon les versions n'aient été tournées qu'une fois.
Film diffusé à la Cinémathèque, dans le cadre d'un cycle "bohèmes" (en liaison avec une exposition sur le même thème au grand palais). Copie de qualité moyenne.

Avatar de l’utilisateur
Profondo Rosso
Howard Hughes
Messages : 15437
Inscription : 13 avr. 06, 14:56

Re: Notez les films naphtas novembre 2012

Messagepar Profondo Rosso » 5 nov. 12, 01:00

La falaise mystérieuse de Lewis Allen (1944)

Image

Dans les Cornouailles, Roderick Fitzgerald et sa sœur Pamela achètent, pour une somme dérisoire, une maison surplombant une falaise. Ils ont emménagés depuis peu quand ils s'aperçoivent que la demeure est hantée. La nuit venue, on y entend en effet les sanglots d'une femme...

Classique semble-il oublié de l'épouvante gothique, The Uninvited marquait l'incursion de la Paramount dans le genre plutôt investi alors par Universal et Fox. Le film adapte le roman éponyme de Dorothy Macardle mais à l'écran, on fait forcément le rapprochement avec le Rebecca d'Alfred Hitchcock dont on retrouve l'argument et de nombreuses reprises visuelles : demeure située sur les hauteurs d'une falaise et étant hantée par l'influence malfaisante de son ancienne maîtresse. Roderick Fitzgerald (Ray Milland) et sa sœur Pamela (Ruth Hussey) en vacances tombent pourtant sous le charme du cadre et de la demeure et s'étonneront du prix dérisoire qu’ils en obtiendront lorsqu'ils voudront l'acheter. La mise en place est parfaite en isolant discrètement la menace surnaturelle sous-jacente dans une pièce, ancien atelier de peinture de l'ancien propriétaire et où les signes avants coureur instaure l'angoisse avec un espace glacial en plein été, qui fane les fleur fraîchement cueilli et éveille la mélancolie de celui qui y reste trop longtemps (Milland qui joue un air romantique au piano qui devient peu à peu très triste). Plus tard, ce seront les sanglots nocturnes d'une femme qui viendront perturber les nuits des nouveaux habitants.

ImageImage

Le mystère ambiant de ces manifestations est également fort bien amené avec un lien qui se fait avec la jeune Stella (Gail Russell) fille de l'ancienne propriétaire suicidée des lieux et qui y a vécu dans son enfance. Attirée par la demeure, sa présence en accentue les actions surnaturelles et suggérant que son destin y est intrinsèquement lié. On navigue ainsi entre le murder mystery et l'épouvante plus prononcée sans choisir réellement. Cela ne pose pas de problème au départ tant le tout semble bien construit et surtout grâce à la direction artistique impeccable. Entre Peter Ibbetson et le postérieur L'Aventure de Madame Muir (auquel on pense beaucoup avec ce décor de l'atelier offrant une vue sur la mer) le brio de Charles Lang à la photo pour poser une ambiance surnaturelle n'est plus à démontrer et ici les jeux d'ombres opaque offre des moments fort angoissant et les effets spéciaux s'avère très inventifs pour illustrer les apparitions spectrale ou les phénomènes étranges toujours inattendus.

ImageImage

Le problème du film est de ne pas avoir de réelle montée en puissance dans l'angoisse. On accepte la désinvolture de Ray Milland au départ, les échanges piquants avec sa sœur et la romance naissante avec un Gail Russell qui dégage mystère et fragilité. Mais finalement ces incursions d'humour demeure dans le ton du film et finalement entrecoupée seulement par les scènes horrifiques pourtant réussies mais schizophrène avec la légèreté du reste : une séquence de spiritisme qui tourne court, l'appel maléfique vers la falaise et surtout cette belle idée qui relance le film avec la présence de non pas un mais deux fantômes aux intentions différentes.

ImageImage

Ce refus de franchir le pas de la terreur pure handicape un peu le film qui privilégie l'aspect enquête, le mystère se résolvant plus par des dialogues trop explicatif (le lien entre Stella et le fantôme) qui maintiennent finalement l'ensemble surtout à une réussite visuelle. L'ultime face à face entre Ray Milland et le fantôme malfaisant, fascinant à l'image mais frustrant par son ton presque comique est un peu à l'image du grand écart malheureux que propose le film et c'est dommage. Quand on voit les très dérangeants films d'épouvante réalisés à la même époque par John Brahm à la Fox (même le plus léger The Undying Monster est autrement plus inquiétant) c'est un peu du gâchis vu les qualités plastiques évidentes. 3,5/6

Avatar de l’utilisateur
daniel gregg
Producteur Exécutif
Messages : 7073
Inscription : 23 févr. 04, 23:31

Re: Notez les films naphtas novembre 2012

Messagepar daniel gregg » 5 nov. 12, 01:38

Tu confirmes qu'il y a seulement des sta sur ce Z2 uk ? :wink:

Avatar de l’utilisateur
Profondo Rosso
Howard Hughes
Messages : 15437
Inscription : 13 avr. 06, 14:56

Re: Notez les films naphtas novembre 2012

Messagepar Profondo Rosso » 5 nov. 12, 01:41

Oui uniquement VOSTA effectivement :wink: J'en attendais sans doute un peu trop un peu déçu donc même si ça se regarde largement.

Avatar de l’utilisateur
hellrick
David O. Selznick
Messages : 12583
Inscription : 14 mai 08, 16:24
Liste de DVD
Localisation : Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Notez les films naphtas novembre 2012

Messagepar hellrick » 5 nov. 12, 10:54

Profondo Rosso a écrit :Oui uniquement VOSTA effectivement :wink: J'en attendais sans doute un peu trop un peu déçu donc même si ça se regarde largement.


J'avais nettement plus aimé que toi :(
Pour la VOSTFrançais il faut se tourner vers le dvd espagnol chez Atelier 13 mais il est (je pense) uniquement dispo dans un coffret assez cher :wink:
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image

Avatar de l’utilisateur
Eusebio Cafarelli
Passe ton Bach d'abord
Messages : 7819
Inscription : 25 juil. 03, 14:58
Localisation : J'étais en oraison lorsque j'apprends l'affreuse nouvelle...

Re: Notez les films naphtas novembre 2012

Messagepar Eusebio Cafarelli » 6 nov. 12, 00:03

Les Enfants du Paradis

Ça faisait si longtemps que je ne l'avais pas vu ! Et bien... j'ai laissé tomber en cours de route :oops: ... ennui :(
Image

Avatar de l’utilisateur
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Messages : 22342
Inscription : 13 avr. 03, 13:27
Localisation : Aux trousses de Fantômas !

Re: Notez les films naphtas novembre 2012

Messagepar Commissaire Juve » 6 nov. 12, 00:13

Eusebio Cafarelli a écrit :Les Enfants du Paradis

Ça faisait si longtemps que je ne l'avais pas vu ! Et bien... j'ai laissé tomber en cours de route :oops: ... ennui :(


Mouahahaha ! :mrgreen: Les grands esprits se rencontrent...

Perso, je lui ai donné sa 4e (5e ?) chance... Je suis allé jusqu'au bout et... c'est encore raté. En fait, je pense ça vient surtout du casting : Arletty, ça va pour des rôles secondaires, mais tout un film sur ses épaules ; soupir ! :? Par ailleurs, je n'ai vraiment aucune sympathie pour le personnage de Baptiste (Barrault). Là, ça touche quasiment à la coulrophobie. Enfin, Maria Casarès, quel cafard !

Bref : je passe définitivement à mon voisin.

PS : concernant la restauration... mouarf ! J'ai vu qu'on était en plein dans les délires du temps... lissage à tout crin... misère de misère.
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...

Avatar de l’utilisateur
Eusebio Cafarelli
Passe ton Bach d'abord
Messages : 7819
Inscription : 25 juil. 03, 14:58
Localisation : J'étais en oraison lorsque j'apprends l'affreuse nouvelle...

Re: Notez les films naphtas novembre 2012

Messagepar Eusebio Cafarelli » 6 nov. 12, 00:49

Je n'ai pas été sensible à la poésie du film (datée...), ni au jeu des acteurs (Arletty ne joue pas, pour ce que j'en ai vu, et Barrault n'est bien qu'en mime...), j'ai laissé tomber à la fin de la première partie, mais je m'ennuyais déjà sévère...
Image

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22830
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: Notez les films naphtas novembre 2012

Messagepar AtCloseRange » 6 nov. 12, 01:17

Je l'ai revu la semaine dernière et si j'aime moins la deuxième partie, la première reste un joyau absolu de l'histoire du cinéma aux dialogues sublimes et à l'interprétation hors pair (Herrand, Brasseur, Arletty).
Mais bon, je peux comprendre qu'on y soit réfractaire vu que j'ai lourdement déchanté à la révision des Visiteurs du Soir il y a quelque temps que j'ai trouvé extrêmement figé (et puis Alain Cuny, quoi...).
Image

Avatar de l’utilisateur
Frances
Assistant opérateur
Messages : 2592
Inscription : 3 oct. 12, 20:24

Re: Notez les films naphtas novembre 2012

Messagepar Frances » 6 nov. 12, 08:50

Je viens de poster à propos des "enfants du paradis" sur le sujet du même nom. Pour moi ce film reste un pur enchantement...en faisant abstraction du jeu de Maria Casares me tape carrément sur les nerfs.
Ici le spectacle s'inspire de la réalité et la réalité se vit parfois comme l'un de ses grands drames Shakespeariens ou de plus modestes vaudevilles. La restauration est très perfectible, j'en conviens néanmoins ça ne m'as pas gâché le plaisir.

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87014
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Notez les films naphtas novembre 2012

Messagepar Jeremy Fox » 6 nov. 12, 08:52

Après avoir été émerveillé à sa découverte, je me range désormais du côté de ceux que le film ennuie ; cependant bien moins que Les Visiteurs du soir. :oops:

Avatar de l’utilisateur
Eusebio Cafarelli
Passe ton Bach d'abord
Messages : 7819
Inscription : 25 juil. 03, 14:58
Localisation : J'étais en oraison lorsque j'apprends l'affreuse nouvelle...

Re: Notez les films naphtas novembre 2012

Messagepar Eusebio Cafarelli » 6 nov. 12, 10:23

Ah j'ai toujours marché pour Les Visiteurs du Soir, mais c'est clairement l'effet Jules Berry !
Image

Avatar de l’utilisateur
monk
Décorateur
Messages : 3600
Inscription : 21 juin 05, 09:55

Re: Notez les films naphtas novembre 2012

Messagepar monk » 6 nov. 12, 14:56

Succinctement, 3 polars phychologiques des 70's: Klute de Alan Pakula, Night Moves de Arthur Penn et The long goobye de Robert Altman.

Il n'est pas forcément bon, ni satisfaisant de comparer des films a priori assez similaires, mais sans chercher à monter un podium, j'avais très envie de les voirs à la suite, principalement pour rester dans l'ambience, ce qui ne m'a pas empêcher des les apprécier pour leurs qualités intrinsèques.

Klute est le grand favori. Un film exemplaire en tout point (interprétation, mise en scène, photo, écriture...bam !), extrêmement dense et puissant malgré une certaine économie de mots. Le film me parait même essentiel tant il rassemble le meilleur de ce qui se fera dans la décénie qui lui fait suite. Enorme.

Night moves est vraiment dans la même veine, celle où l'évolution des personnages est plus importante que l'enquête elle même. Ici, cependant, l'enquête est plus complexe et donc prend plus de place, même si on reste dans le cadre d'une immersion maximale dans l'intimité des protagoniste. S'il est moins immédiatement impressionnant, le film n'en reste pas moins marquant. Là aussi l'économie de mots fait mouche, l’ambiance très sèche est très travaillée et le casting impeccable.

Le privé, chronologiquement coincé entre les deux est formellement très différent: le film est très bavard - enfin, Marlowe l'est ! Bien ce n'est en rien un reproche, c'est aussi très amusant et intéressant de l'entendre penser tout haut. La comédie par l'absurde y est très présente, malgré des personnages tragiques. L’ambiance y est aussi très travaillée et Altman offre quelques séquences magnifiques et fort bien pensées (la discussion entre Roger Wade et sa femme derrière la baie vitrée par exemple). L'intrigue peu dérouter un peu, je me suis longtemps demandé comment le film pouvait finir...en tout cas, il finit de très belle manière, la conclusion étant étonnante et m'a mis une bonne claque.

Trois films très emballants (même s'il y a différents niveaux) donc je garde, je garde et je garde.

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Notez les films naphtas novembre 2012

Messagepar Federico » 6 nov. 12, 15:53

Eusebio Cafarelli a écrit :Je n'ai pas été sensible à la poésie du film (datée...), ni au jeu des acteurs (Arletty ne joue pas, pour ce que j'en ai vu, et Barrault n'est bien qu'en mime...), j'ai laissé tomber à la fin de la première partie, mais je m'ennuyais déjà sévère...

Je comprends qu'on puisse s'ennuyer et en même temps je trouve ça triste... :?
Ce joyau que j'ai vu X fois et encore il y a quelques mois (j'ai le double DVD Gaumont) m'émerveille comme au premier jour et à chaque fois, j'en découvre des détails nouveaux. Le personnage d'Arletty me bouleverse et même si le filtrage de ses gros plans est un peu trop criant (pour les raisons que l'on sait), l'émotion n'en transparait pas moins. D'accord pour Casarès dont je n'ai jamais pu supporter le masque et le ton de tragédienne et pour Barrault 100 fois meilleur mime que comédien. Mais nom de nom, le reste, quel festival !!! :D
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
Eusebio Cafarelli
Passe ton Bach d'abord
Messages : 7819
Inscription : 25 juil. 03, 14:58
Localisation : J'étais en oraison lorsque j'apprends l'affreuse nouvelle...

Re: Notez les films naphtas novembre 2012

Messagepar Eusebio Cafarelli » 6 nov. 12, 17:15

Je ne devais pas être dans une bonne disposition d'esprit...
Image