Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22830
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Messagepar AtCloseRange » 10 juin 12, 11:41

Watkinssien a écrit :
AtCloseRange a écrit :Dirk Diggler découvre que la pub, c'est une escroquerie :shock:
Les bras m'en tombent...


Ah au fait, AtCloseRange, toi qui es un ardent détracteur des en....ages de mouche, comme le coup des "agrafes", il faut signaler que le toujours insupportablement incompétent Eric Neuhoff a halluciné qu'en 2093 on porte encore des tongs...

:uhuh:

Bah voilà, on n'en avait pas parlé ici. Comme quoi, c'est un film riche en symboles.
Mais j'l'aime bien Neuhoff même (surtout?) quand il dit n'importe quoi (ah, sa critique du dernier Carax à Cannes).
Image

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13056
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Messagepar Demi-Lune » 10 juin 12, 11:47

50 pages ! :D

Avatar de l’utilisateur
Rick Deckard
Assistant opérateur
Messages : 2004
Inscription : 6 janv. 08, 18:06
Localisation : Los Angeles, 2049

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Messagepar Rick Deckard » 10 juin 12, 12:30

Combien d'agraffes ? :mrgreen:
Image

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Messagepar riqueuniee » 10 juin 12, 12:36

Ce n'et pas tant les agrafes qui ont gêné que la scène dans son ensemble. Elle contient des incohérences et semble avoir été tournée juste pour instaurer un suspense supplémentaire. Sinon on ne les aurait pas plus remarquées qu'on n'a remarqué les tongs . Sauf erreur, avant l'allusion à la critique de Neuhoff, personne n'a parlé de ça dans ce topic.

Avatar de l’utilisateur
julien
Oustachi partout
Messages : 9045
Inscription : 8 mai 06, 23:41

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Messagepar julien » 10 juin 12, 13:27

Strum a écrit :Mais comme je l'ai déjà dit plus haut, le traitement compte plus que le thème, et à ce compte là, celui de Prometheus n'est certes pas satisfaisant.


Heureux de te l'entendre dire mon cher. Même ceux qui ont bien aimé le film n'ont pas manqué de relever l'inconsistance du scénario et les nombreuses incohérences qui jalonnent le film. On est tous d'accord pour dire que le film recèle de nombreuses idées et des thématiques très intéressantes mais comme elles sont traitées de façon bâclées et absolument puériles, ça fout tout en l'air la construction dramaturgique du film qui dés lors, s'apparente plus à une chasse au casimir dans l'espace qu'à un préquel d'Alien digne de ce nom. On sent bien d'ailleurs que le film est principalement ciblé pour la tranche d'âge des jeunes de 13-17 ans. Mon principal reproche pointait très précisément sur ce point là et non sur des petits détails, comme ceux évoqués précédemment, qui relèvent pour moi de l'ordre de l'anecdotique.
Dernière édition par julien le 10 juin 12, 14:29, édité 1 fois.
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.

Avatar de l’utilisateur
tenia
Le Choix de Sophisme
Messages : 22131
Inscription : 1 juin 08, 14:29

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Messagepar tenia » 10 juin 12, 14:29

julien a écrit :On est tous d'accord pour dire que le film recèle de nombreuses idées et des thématiques très intéressantes mais comme elles sont traitées de façon bâclées et absolument puériles, ça fout tout en l'air la construction dramaturgique du film qui dés lors, s'apparente plus à une chasse au casimir dans l'espace qu'à un préquel d'Alien digne de ce nom. On sent bien d'ailleurs que le film est principalement ciblé pour les jeunes de 13-17 ans. Mon principal reproche pointait très précisément sur ce point là et non sur des petits détails, comme ceux évoqués précédemment, qui relèvent pour moi de l'ordre de l'anecdotique.


Globalement, je pense qu'on peut dire que le traitement n'est tout simplement pas à la hauteur des ambitions, et parler de potentiel inutilisé / gâché.

Avatar de l’utilisateur
monk
Décorateur
Messages : 3599
Inscription : 21 juin 05, 09:55

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Messagepar monk » 10 juin 12, 14:32

50 pages. Ca partait bien mais je ne voulais rien lire pour ne pas être influencé mais c'était déjà trop tard ! Le premier avis, plutôt positif m'a donné une confiance énorme dans le film. mais 50 pages en 10 jours d'exploitations, ça aurait du me mettre la puce à l'oreille. S'il y a débat c'est que le film divise, et s'il divise c'est qu'il y a des choses qui fachent.
Et effectivement, il y en a.
Je n'ai pas tout lu, mais je pense que toutes les plus grosses incohérences sont déjà sorties, il n'est donc pas nécéssaire que j'en rajoute une couche (pourtant ça me démenge :mrgreen: ). Mais j'avais quand même envie de dire que le film est une préquelle à Alien et qu'on ne peut pas ne pas pointer ce qui gène la continuité. J'apprécie beaucoup que ce ne soit pas un film de la série directement et qu'il soit concentré sur les Ingénieurs plutôt que sur la bête. J'apprécie que le film ne s'arrête pas là où Alien commence, mais pour le reste...trop de choses fond que ça ne teint pas la route, intrinsèquement et dans la continuité. C'est très dommage, Scott est passé à coté de son sujet et de quelque chose.
Après, je me suis régalé sur pas mal de scènes, j'ai trouvé les effets spéciaux vraiment fantastiques, magnifiés par une superbe et très immersive 3D. Mais si j'achèterais le BR à un moment, ca sera juste pour me remettre quelques scènes et sans doute pas pour me replonger dans le film.

Avatar de l’utilisateur
Dirk Diggler
Machino
Messages : 1099
Inscription : 5 janv. 12, 18:51

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Messagepar Dirk Diggler » 10 juin 12, 14:33

AtCloseRange a écrit :Dirk Diggler découvre que la pub, c'est une escroquerie :shock:
Les bras m'en tombent...


Faire de la publicité, c'est rendre public, donc forcément insister sur les aspects positifs. Là, je ne reconnais même pas les aspects positifs de la bande annonce. Ça dépasse le mensonge par omission, qui est commun parce qu'inhérent à la pratique. C'est donc de l'escroquerie.

Jericho a écrit :Vu que cela m'est jamais venu à l'idée, je ne pensais vraiment pas que ça se faisait, je veux dire: critiquer un film en fonction de sa promo.
Quelle chance... Les classiques naphtalinés n'ont pas droit à ce type de jugement faussé.


Bien entendu qu'ils y ont droit. Quand on te ressort "Il était une fois en Amérique" en version longue ou "King Kong" en image remastérisée, on insiste bien sur l'aspect "le chef d’œuvre, en plus mieux".
Image

Avatar de l’utilisateur
Truffaut Chocolat
Rene Higuita
Messages : 5655
Inscription : 28 juil. 05, 18:33

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Messagepar Truffaut Chocolat » 10 juin 12, 15:20

La pub, c'est de l'escroquerie ?
Come on... vous êtes pas sérieux là ?

Avatar de l’utilisateur
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Messages : 14745
Inscription : 30 mars 09, 20:11

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Messagepar Père Jules » 10 juin 12, 16:10

monk a écrit :Après, je me suis régalé sur pas mal de scènes, j'ai trouvé les effets spéciaux vraiment fantastiques, magnifiés par une superbe et très immersive 3D.


Vu en 2D mais je n'arrive pas à comprendre que certains disent que la 3D n'apporte strictement rien et que d'autres, comme toi, louent au contraire sa grande qualité. Moi je veux bien, mais à quel moment ça dépote vraiment en 3D ?

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 86971
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Messagepar Jeremy Fox » 10 juin 12, 16:16

Père Jules a écrit :
monk a écrit :Après, je me suis régalé sur pas mal de scènes, j'ai trouvé les effets spéciaux vraiment fantastiques, magnifiés par une superbe et très immersive 3D.


Vu en 2D mais je n'arrive pas à comprendre que certains disent que la 3D n'apporte strictement rien et que d'autres, comme toi, louent au contraire sa grande qualité. Moi je veux bien, mais à quel moment ça dépote vraiment en 3D ?


Ca ne dépote pas vraiment puisqu'il ne semble justement pas qu'elle ait été faite pour ça ici ; elle est juste immersive comme le précise monk. Et c'est la première fois que la 3D arrive à me convaincre.

Avatar de l’utilisateur
monk
Décorateur
Messages : 3599
Inscription : 21 juin 05, 09:55

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Messagepar monk » 10 juin 12, 16:22

Père Jules a écrit :
monk a écrit :Après, je me suis régalé sur pas mal de scènes, j'ai trouvé les effets spéciaux vraiment fantastiques, magnifiés par une superbe et très immersive 3D.


Vu en 2D mais je n'arrive pas à comprendre que certains disent que la 3D n'apporte strictement rien et que d'autres, comme toi, louent au contraire sa grande qualité. Moi je veux bien, mais à quel moment ça dépote vraiment en 3D ?


La 3D reste pour moi un gadget dans le sens où elle n'est pas justifiée intrinséquement: le film n'est pas meilleur en 3D, ses défauts sont toujours là. Pour moi la 3D se justifie sur un film comme Pina qui est meilleur en 3D qu'en 2D. Mais par rapport aux autres expériences 3D que j'ai eu (fort peu nombreuses il faut l'avouer) ici je l'ai trouvée très immersive, car réelle, présente et constente; mais pas tape à l'oeil: elle potentialise les effets visuels mais rien n'a été fait spécifiquement pour la 3D, comme ce fut le cas dans Avatar par exemple. et rien ne m'énerve plus dans un film qu'un effet que je sens fait ostensiblement pour la 3D.

Avatar de l’utilisateur
tenia
Le Choix de Sophisme
Messages : 22131
Inscription : 1 juin 08, 14:29

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Messagepar tenia » 10 juin 12, 16:56

De la 3D à la Coraline, quoi (le seul film que j'ai vu en 3D et qui m'a convaincu).

Dirk Diggler a écrit :Ça dépasse le mensonge par omission, qui est commun parce qu'inhérent à la pratique. C'est donc de l'escroquerie.


Dans le cas de l'art, la subjectivité permettra toujours à ceux qui ont aimé de dire que "non c'est pas de l'escroquerie, il est très bien ce film."
Le vrai problème, c'est que dans le cas d'un album, on te permet d'écouter une ou 2 pistes, dans le cas d'un livre, on te permet de lire un ou plusieurs chapitres, mais le cas du cinéma, c'est un montage choisi condensé qu'on te balance (et dans certains genres comme la comédie, ça fait en général plus de mal que de bien, puisque c'est tellement Best of qu'une fois la BA vue, il n'y a plus rien d'intéressant).

A l'heure actuelle, je suis bien plus fan des extraits de plusieurs minutes que des BAs, devenues globalement assez mauvaises, et franchement trompeuses (je ne rappellerai pas le cas Drive), au moins autant que certaines jaquettes de vidéo (voir dernièrement la jaquette sin-citysée de Lucky Luke en Allemagne).

Avatar de l’utilisateur
Strum
n'est pas Flaubert
Messages : 8443
Inscription : 19 nov. 05, 15:35

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Messagepar Strum » 10 juin 12, 17:45

Mais qu'est-ce que c'est que cette histoire d'"escroquerie" ? :mrgreen: Jamais un film ne ressemble vraiment à sa bande-annonce. Une bande annonce est fabriquée par une société de marketing spécialisée pour faire vendre. Elle n'a pas vocation à résumer avec précision le ton ou l'objet d'un film tel que le conçoit le réalisateur. Si elle donne envie de voir le film, tant mieux, cela veut dire qu'elle atteint l'objectif qui lui a été assigné, qui est un objectif purement publicitaire et commercial. Ridley Scott n'a pas fait un grand film depuis 31 ans, depuis Blade Runner, imaginer que Prometheus allait être un chef-d'oeuvre sur la foi de sa bande annonce me parait quand même bien naïf. Et tirer argument d'un décalage entre bande-annonce et film pour critiquer ce dernier me parait bien peu pertinent. Scott n'est pas responsable du marketing de son film.

Par ailleurs, il n'y pas tant de différences que cela entre Prometheus et sa bande annonce, laquelle laissait augurer d'un film de SF et d'action. S'il y a en ce moment un film qui est totalement différent de sa bande annonce par le ton et le rythme, c'est le Cosmopolis de Cronenberg, pas Prometheus.

Avatar de l’utilisateur
Major Tom
Petit ourson de Chine
Messages : 19169
Inscription : 24 août 05, 14:28

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Messagepar Major Tom » 10 juin 12, 17:57

On parle de la suite qui se prépare dans les 50 pages précédentes? Parce que oui, il y a des chances que a se fasse. Noomi est partante en tout cas.

http://www.reviewer.fr/breves/cinema/13853/prometheus-2-noomi-rapace-prete-rempiler-suite.html


Ah ça fait peur, hein? :D

Image


Personnellement j'ai été vraiment outré par ce film. À un tel point que je me sens comme un mari trompé par une célébrité dont il voit le visage en couverture de magazine dans la rue où qu'il aille, rien qu'en revoyant l'affiche du film sur Yahoo ou Facebook... Ça a été dit plusieurs fois mais c'est bien le cas aussi à mes yeux, Prometheus est un pilote de série, et la news qui démarre mon post confirme que le cauchemar ne fera que commencer (je prie que non). Tôt ou tard on aura droit au reboot d'Alien de toute façon.
C'est un film où même les amateurs les plus indulgents concèderont quelques défauts, à cause de certaines scènes clairement "too much". Du coup, je lui accorde quelques qualités. :) Certes c'est plutôt joli tous ces instruments, ce vaisseau comme on les imaginait dans les films de SF des années 80 (ça a dû faire grandement plaisir à Demi-Lune), la façon de filmer... Au niveau interprétation, Noomi Rapace est excellente malgré les énormités qu'on lui fait jouer, Charlize Theron passe plutôt bien avec une certaine ambiguïté au départ (même si je me suis vite douté que ça/elle n'allait rien apporter à l'intrigue), et ça fait plaisir aussi de voir Fassbender (pas mauvais non plus) imiter Peter O'Toole dans Lawrence d'Arabie en en regardant quelques extraits. Le reste de la distribution (les scientifiques à deux balles) ne sert vraiment à rien, rien, rien, sinon se faire trucider (même les trois derniers de l'équipe qui décident -très facilement quand même- de faire une mission-suicide ne suscitent aucune sympathie, ça c'est fort).


Image


Niveau références cinématographiques, Alien revient toutes les dix minutes (avec beaucoup de nostalgie dans mes yeux), ça, c'est clair. On a cité en vrac Mission to Mars, Indy et le Royaume du crâne de cristal, ...et on en a (peut-être?) oublié une à laquelle j'ai immédiatement pensé pendant la projection, que j'ai oublié à la sortie et qui m'est revenue à cet instant où j'écris... c'est quand même le Stargate de Roland Emerich! Souvenez-vous: dans les deux films, nous avons une poignée de personnages (2 dans Prometheus, 3 dans Stargate) oubliés dans le vaisseau/temple... séparés du reste du groupe par une tempête... et il n'arrive évidemment que des bonnes choses à ceux qui sont enfermés au mauvais endroit. Prometheus n'a décidément que des bonnes références. Je ne suis pas très amateur de la série LOST (c'est un euphémisme), et donc l'erreur d'avoir embauché un de ses scénaristes est pour moi une évidence. Le mec pense en rebondissements: "Et si là on apprenait que la machine n'opère que les hommes?" (mais quels fumiers de machos les créateurs de cette machine, dis-donc) Ridley: "Ah merde, on est déjà à la page 203 du scénario et il reste 4 gus dont je ne sais que faire..." L'autre mec: "Et si l'autre revenait et les butait tous?" Ridley: "Ah ouais." Etc. À un moment donné, je voyais le mec en train d'écrire son scénario, faire ce que je viens d'écrire en fausses citations moqueuses. Je voyais les bouts de papiers avec des bouts d'histoires punaisés sur les murs, et le scénariste en train de jeter des fléchettes pour savoir quelle option choisir...
Par ailleurs, j'ai pu voir sur Facebook des critiques de pros qui circulaient, disant que ceux qui n'avaient pas aimé réfléchissaient trop à la parenté avec Alien, que c'était une erreur de voir en Prometheus le prequel direct d'Alien car il ne l'est en aucun cas, parce que la planète c'est "LV 223" alors que c'est "LV 426" à l'origine (donc le vaisseau en forme de croissant de Prometheus n’est pas celui qu'ils explorent dans le film de 79 et qui ne comporte qu’un seul Space Jockey à la cage thoracique défoncée, signe qu'il a donné naissance à un chestbuster donc un Alien, etc.) Mais bien sur que si, elle bien est là cette parenté, affichée dès le générique de début (faîtes la comparaison du générique d'Alien et de Prometheus, juste pour voir). Il ne s'agit peut-être pas du vaisseau que visitait l'équipe du Nostromo (Prometheus 2 révèlera certainement qu'un vaisseau-croissant a atterri sur "LV 426" ou bien tout simplement, comme ils rebootent la saga, dont tôt ou tard Alien, le huitième passager, ils peuvent déplacer l'action sur "LV 223". Tout cela ressemble un peu à de l'enculage de mouche, genre deux fans qui s'engueulent à la sortie du Comic Con: "Non j'te dis que c'est pas le même film, d'abord dans Star Strek 7, le type qui était blond est devenu brun dans le 12, et ça donne toute une autre signification..." Alors que si, des fois, ave cle recul, on peut se rendre compte qu'il y a un foutage de gueule qui s'est opéré, qu'un réalisateur a remis en scène le même film, pensant qu'en y alternant zones d'ombres, personnages nouveaux, et en faisant quand même un clin d'œil appuyé toutes les dix minutes aux fans, on y verrait que du feu.


Image


Enfin, il y a clairement un alien, dans ce qui se rapproche le plus de sa silhouette du film de 79, qui apparaît dans cette fin surréaliste (dans le mauvais sens) et qui s'avère en plus extrêmement moche plastiquement. Qu'il est loin le temps de la créature de Giger qui avait plus de classe. Une grande part de son mystère était qu'elle se retrouvait noyée durant tout le film de 79 dans l'ombre, et des cadrages et un montage subtils (à part la scène où elle faisait "coucou" au capitaine Dallas dans le couloir d'aération). Ici on passe bien de l'ombre à la lumière, mais 36 fois d'affilée en trente secondes, comme dans un clip, et on la voit très distinctement, en lumière crue, en attendant (avec jubilation peut-être pour certains fans, mais sans aucune surprise et avec alors un détachement du film pour tous les autres) qu'elle sorte sa deuxième paire de mâchoire... Ô surprise, elle est encore plus moche avec. La nature ne l'a décidément pas gâtée cette bébête-là...

Au final, 10 euros la place pour le voir ce truc, en plus en 2D, oui ça s'appelle une escroquerie mon vieux.

3/10 alors que j'apprécie Ridley Scott.
Dernière édition par Major Tom le 10 juin 12, 18:10, édité 1 fois.
Image
Clique ici... Image ...et ta vie va changer pour toujours