Legend (Ridley Scott - 1985)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Boubakar
Mécène hobbit
Messages : 48003
Inscription : 31 juil. 03, 11:50

Messagepar Boubakar » 7 juil. 07, 14:51

Jihl a écrit :Finalement j'ai très peur de revoir Les duellistes que j'adorais aussi, mais que je n'ai pas revu depuis 20 ans...

Si tu peux, revoie-le !! Il est toujours aussi fort (et que dire de la qualité de l'interprétation et des décors) :wink:

Avatar de l’utilisateur
Beck
Mytho Boy sans spoiler
Messages : 5016
Inscription : 23 févr. 07, 11:54
Localisation : alif-lam-mim

Messagepar Beck » 7 juil. 07, 15:05

Ah? Moi il m'a un peu lassé la dernière fois que je l'ai vu, mais par contre, c'est vrai que la fin est toujours aussi grandiose (avec le combat dans la fôret qui est magnifique), et puis il n'y a toujours rien à dire au niveau de la mise en scène et du jeu des acteurs.
Donc comme te le dis Boubakar, si tu peux, revoies-le ;)
Image

Avatar de l’utilisateur
frédéric
1st Degree
Messages : 12830
Inscription : 28 août 04, 18:49
Localisation : Une galaxie lointaine, très lointaine

Messagepar frédéric » 7 juil. 07, 20:04

Faudrait quand même une édition dvd digne de ce nom en zone 2 de ce film que j'aime beaucoup.
Image

Blogs Perso, Cinéma de Minuit : http://cineminuit.fr.over-blog.com/

Cinéma Actuel : http://sallesobscures2.over-blog.fr/

"And Now Mr Serling"

Avatar de l’utilisateur
Boubakar
Mécène hobbit
Messages : 48003
Inscription : 31 juil. 03, 11:50

Re: Notez les films /Novembre 2009

Messagepar Boubakar » 16 nov. 09, 11:27

Colqhoun a écrit :et me suis mis Legend de Ridley Scott.

Je ne sais pas quelle version tu as regardée, mais le Director's cut, en Z1, du film est vraiment très bon.

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 43124
Inscription : 14 avr. 03, 11:21

Re: Notez les films /Novembre 2009

Messagepar Flol » 16 nov. 09, 11:31

Colqhoun a écrit :Le film m'a aussi permis de redécouvrir la musique de Jerry Goldsmith que j'ai mis tant de temps à finalement apprécier. L'entendre à nouveau, cette fois-ci accompagnée par les images n'a fait que me confirmer à quel point Goldsmith était grand.

Et c'est seulement maintenant, en novembre 2009, que tu t'en rends compte ?! :o

Avatar de l’utilisateur
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Messages : 33320
Inscription : 9 oct. 03, 21:39
Localisation : Helvetica

Re: Notez les films /Novembre 2009

Messagepar Colqhoun » 16 nov. 09, 11:32

Ben j'ai le vieux z2 sorti y a 12'000 ans... rien de particulier.
Mais ce z1 director's cut me fait de l'oeil depuis un moment... mais bon, sur la director's cut, on se tape tangerine dream ou ils ont quand même eu l'intelligence de laisser Goldsmith ?

Et c'est seulement maintenant, en novembre 2009, que tu t'en rends compte ?! :o

Nan mais ça faisait un moment que j'avais pas vu le film et que j'avais pas vu de film avec Goldsmith à la musique.
"Give me all the bacon and eggs you have."

Avatar de l’utilisateur
Anorya
Laughing Ring
Messages : 11859
Inscription : 24 juin 06, 02:21
Localisation : LV426

Re: Notez les films /Novembre 2009

Messagepar Anorya » 16 nov. 09, 11:34

Dommage pour L'île, ce que tu en dit m'inquiète car le film m'intéresse beaucoup.

Pour Legend, si je me souviens bien, l'histoire est des plus simplistes, il prend véritablement le parti-pris, qui fut très critiqué et l'est encore aujourd'hui, de livrer un conte au premier degré mais la naïveté (à première vue) du conte ne permet-elle pas par là-même de livrer une vision de l'imaginaire ? Ton avis fait plaisir à lire parce que j'ai gardé de l'enfance une certaine vision de Legend qui n'a pas dû varier d'un iota depuis le temps. J'ai juste peur d'être déçu comme le fait de revoir les goonies (dans mon souvenir de gosse un film génial, après récent visionnage un film sympathique mais moins grand que je le voyais). Et surtout, le plan de la licorne, souvent vu et revu dans Blade Runner, remis dans son contexte initial (enfin, façon de parler car Blade Runner a été fait avant --1982 pour Legend qui date de 1985) tient-il bien la route ? :o

edit : punaise 4 personnes d'un coup pendant que j'écris à Colqhoun. Soit je suis lent à la détente, soit ma connection est pourrie. :shock:
Image

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13056
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Notez les films /Novembre 2009

Messagepar Demi-Lune » 16 nov. 09, 11:48

La partition de Goldsmith n'est-elle pas réservée au seul director's cut ? Car sur le collector zone 1 (que je n'ai pas encore regardé), il me semble que c'est la B.O. de Tangerin Dream qui accompagne la version ciné. La version director's cut fait une vingtaine de minutes de plus.
Anorya a écrit :J'ai juste peur d'être déçu comme le fait de revoir les goonies (dans mon souvenir de gosse un film génial, après récent visionnage un film sympathique mais moins grand que je le voyais).

Pareil. :| Lors de sa rediffusion pour les fêtes de fin d'année, l'an dernier ou il y a deux ans, je m'étais empressé de revoir ce film culte qui avait bercé mon enfance et dont je pouvais aisément réciter toutes les répliques ("Eh Mickey, t'as envie d'aller au pipiroom ?"). Cruelle désillusion : s'il demeure un divertissement tout à fait recommandable (et fonctionnant beaucoup sur la fibre nostalgique), Les Goonies est devenu naïf à mes yeux, je n'y ai plus retrouvé la magie que je venais inlassablement y chercher lorsque j'étais gosse... je voyais tous ses défauts (rythme, situations pataudes) et plus ses qualités. Ce jour-là, je fus très triste.
Dernière édition par Demi-Lune le 16 nov. 09, 11:59, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Messages : 33320
Inscription : 9 oct. 03, 21:39
Localisation : Helvetica

Re: Notez les films /Novembre 2009

Messagepar Colqhoun » 16 nov. 09, 11:56

Anorya a écrit :Dommage pour L'île, ce que tu en dit m'inquiète car le film m'intéresse beaucoup.

ça m'intéressait énormément moi aussi, mais là je devenais fou devant ma télé. Je tâcherais de le terminer un de ces jours.

J'ai juste peur d'être déçu comme le fait de revoir les goonies (dans mon souvenir de gosse un film génial, après récent visionnage un film sympathique mais moins grand que je le voyais).

Tout pareil, mais là je crois l'avoir encore plus apprécié que la première fois.

Et surtout, le plan de la licorne, souvent vu et revu dans Blade Runner, remis dans son contexte initial (enfin, façon de parler car Blade Runner a été fait avant --1982 pour Legend qui date de 1985) tient-il bien la route ? :o

Ben le truc c'est que j'ai toujours vu Blade Runner sans le plan de la licorne, du coup j'ai de la peine à dire.. je ne sais même pas de quel plan il s'agit à dire vrai.
"Give me all the bacon and eggs you have."

Le prisonnier
Assistant opérateur
Messages : 2609
Inscription : 3 sept. 03, 13:45
Localisation : Le village

Re: Notez les films /Novembre 2009

Messagepar Le prisonnier » 16 nov. 09, 13:07

Demi-Lune a écrit :La partition de Goldsmith n'est-elle pas réservée au seul director's cut ? Car sur le collector zone 1 (que je n'ai pas encore regardé), il me semble que c'est la B.O. de Tangerin Dream qui accompagne la version ciné. La version director's cut fait une vingtaine de minutes de plus.

Effectivement, le zone 1 collector contient en "bonus" sur le deuxième disque la version ciné sortie aux États Unis avec la B.O. de Tangerine Dream. Le director's cut sur le premier DVD, réalisé spécialement pour cette édition utilise la B.O. de Jerry Goldsmith, voulue à l'origine par le réalisateur et utilisée sur le montage européen sorti en salle. Montage européen qui n'est disponible que sur le DVD zone 2 pas collector du tout, lui.

Durée des différentes versions:
  • montage européen = 1h34
  • montage US = 1h30
  • director's cut = 1h54

Donc pour résumer: sur le collector Z1, director's cut avec la musique de Jerry Goldsmith et U.S. theatrical version avec la musique de Tangerine Dream, plus tout plein de bonus (dont un clip de Brian Ferry, quand même :uhuh: ); sur le Z2 rien que le montage ciné sorti en salles en Europe avec la musique de Jerry Goldsmith ! (et une maigre bande annonce)

On peut avoir les deux :D

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13056
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Legend (Ridley Scott - 1985)

Messagepar Demi-Lune » 13 avr. 10, 20:47

ImageImageImage

Dans un monde imaginaire où la paix et l'harmonie sont maintenues grâce à la magie d'un couple de licornes, vivent la princesse Lily et Jack, un jeune homme pour qui la nature semble ne pas avoir de secret. Dans cette contrée, le démon Darkness, tapi dans l'obscurité, n'attend qu'une occasion pour s'emparer des licornes et les tuer, ce qui engendrera une nuit éternelle. Les gobelins, ainsi que l'amour que Jack porte à sa princesse lui seront d'une grande aide. Jack, avec l'aide de lutins et d'une fée capricieuse, devra tout faire pour rétablir ce qu'il a contribué à détruire, et ce avant qu'il ne soit trop tard...

ImageImageImage

Après trois superbes œuvres (dont deux incontournables monuments du cinéma, Alien et Blade Runner), Ridley Scott souhaite réaliser un dernier film atemporel avant de s'orienter vers des histoires plus contemporaines. Son choix s'oriente vers le scénario de Legend, écrit par William Hjortsberg, qu'il souhaitait porter à l'écran depuis longtemps. C'est en effet durant le tournage de son premier film, Les Duellistes (1977), que Scott a l'idée de réaliser un conte après qu'un de ses projets, Tristan et Iseut, soit tombé à l'eau (il produira des décennies plus tard le film de Kevin Reynolds). Il envisage alors de faire un pur film d'Art. Mais redoutant que le public ne le suive pas, il préfère alors se consacrer au tournage d'Alien (1979). Il retire de son échec à mener à bien le projet Dune une grande frustration qui lui redonne envie de se plonger dans son idée de conte de fées cinématographique. La lecture des frères Grimm et de nombreux autres contes littéraires l'amène à élaborer un fil narratif, basé sur un jeune ermite, transformé en héros, se battant contre le Seigneur des Ténèbres pour sauver sa princesse bien-aimée et un monde plongé dans une malédiction hivernale. Bien que la trame soit identique au résultat final, Scott préfère cependant trouver pour Legend un vrai scénario original. Il tombe sur des écrits de William Hjortsberg, lequel a déjà commis quelques scénarios pour des projets à petit budget ne s'étant pas concrétisés, et lui propose d'écrire une histoire merveilleuse. Le hasard voulut que le scénariste était déjà en train d'en rédiger une. Il accepte donc. Les deux hommes élaborent un conte de fées dans la tradition classique du genre, étudient scrupuleusement La Belle et la Bête de Cocteau pour leur inspiration. En 1981, alors que Scott s'apprête à commencer le tournage de Blade Runner, le scénario, alors vaguement intitulé Legend of Darkness, demeure approximativement bâti autour des visions que Scott veut à tout prix coucher : des licornes, une quête, une épée et une armure magiques. Au fur et à mesure, cette quête, trop ambitieuse et coûteuse sur le papier, est considérablement élaguée pour demeurer focalisée sur la trame principale. Au bout de 15 révisions de script, Universal décide de produire le film pour un budget de 24,5 millions de dollars. Au vu du résultat et de la tournure que prendra ensuite sa carrière jusqu'à Gladiator (malgré un sympathique Black Rain et un malade 1492), on se dit que l'on tient là le dernier grand film de Ridley Scott avant une dramatique période de vaches maigres. Précédé d'une réputation peu flatteuse, désavoué par son réalisateur lui-même pendant des années, Legend est pourtant une réussite, une formidable réussite même. A l'instar de Blade Runner, autre œuvre maudite de Scott des années 1980, le film connut un insuccès public et critique et le remontage des producteurs. Il fait cependant progressivement l'objet d'un culte. Si les Européens eurent une version moins charcutée que les Américains, le director's cut permet aujourd'hui de savourer pleinement la vision de Scott, et d'apprécier à sa juste valeur ce splendide conte.

ImageImageImage

Pour faire sobre, je dirai que Legend est le meilleur conte cinématographique que j'ai pu voir jusqu'ici. On sait que Scott est un grand formaliste, et qu'il prépare intensément ses films en opérant des recherches, notamment dans la peinture, pour aiguiller ses collaborateurs vers le rendu qu'il désire. Legend est peut-être l'aboutissement le plus impressionnant de cette démarche artistique, tant chaque plan respire une beauté plastique sans commune mesure. Imprégné de part en part de toute l'imagerie féérique inhérente au genre (on y trouve, pelle-mêle, une princesse virginale, un preux chevalier unidimensionnel, des lutins, des gobelins, une fée, une forêt enchanteresse, des licornes, des marécages, des monstres...), le film est une compilation d'images renversantes captées par le chef op' Alex Thomson (Excalibur, Labyrinthe, L'Année du Dragon, Alien 3), aussi bien influencées par les fulgurances esthétiques des années 1980, que par le symbolisme de Gustave Moreau ou d'Odilon Redon, ou plus ostensiblement les Pré-Raphaélites anglais, fascinés par le Moyen-Age, ses figures romanesques et les explosions de couleurs. Ridley Scott se réclame publiquement des influences graphiques de Disney - à qui il avait d'abord proposé le film, sans succès car visuellement trop sombre -, notamment Blanche-Neige et Fantasia. La naïveté de l'histoire (mais en adéquation avec le registre dans lequel elle s'inscrit pleinement et superbement) a fait dire que le film n'était qu'un album creux de belles images. Ce serait faire preuve de mauvaise foi de nier que Scott ne sacrifie pas un peu le fond au profit de la forme ; mais je pense, personnellement, qu'il s'agit précisément de l'essence du film que de tendre vers une quasi abstraction scénaristique (il ne s'agit ni plus ni moins du sempiternel affrontement entre le Bien et le Mal) et une magnificence plastique totale. On peut trouver le récit très linéaire et très bateau, mais je ne crois pas qu'un conte se doit d'être d'une complexité lynchéenne pour être réussi. Comme disait Roy Neary, une grosse partie de l'implication émotionnelle du spectateur provient de ce déferlement formel et musical ahurissant, ininterrompu. D'autant que, sous le vernis de cette linéarité, se repèrent quelques traits propres à l'univers du cinéaste, en tête desquels cette sorte de fascination pour les personnages démiurgiques (Tyrell dans Blade Runner, Darkness dans Legend) et pour les rapports tourmentés entre le Père et le Fils (Blade Runner, Gladiator). D'ailleurs, l'intérêt manifeste de Scott envers la figure du Diable dessine une représentation maline suave et envoûtante comme il le faut, mais aussi plus développée et plus nuancée que le couple de héros, lequel ne reste qu'au stade de canon traditionnel du genre. Darkness est le héros scottien par excellence, ce surhomme (qui, selon les films, se sait ou qui s'ignore, comme par exemple Balian d'Ibelin dans Kingdom of Heaven) habité d'une pensée obsessionnelle comme pouvait l'être Roy Batty vis-à-vis de ses origines ou Christophe Colomb vis-à-vis de ses thèses géographiques, se situant à sa manière "par-delà le bien et le mal", comme dirait Nietschze. Seigneur des Ténèbres, Darkness est en effet tributaire du royaume des vivants pour exister, un Royaume des Cieux où règne bonté et innocence, et réciproquement. D'ailleurs, ne tombe-t-il pas amoureux d'une mortelle contre toute attente ?

ImageImageImage

La réussite de Legend n'est pas que formelle. Elle est aussi musicale. La partition de Jerry Goldsmith est un véritable chef-d'oeuvre. Si Ridley Scott et Alex Thomson, son directeur photo, empruntent à divers courants picturaux, c'est à Ravel, Debussy ou Dukas, à tout un pan de la musique classique française du début du XXe siècle (Daphnis et Chloé, La Mer, La Valse, Prélude à l'après-midi d'un faune, L'Apprenti sorcier...), que Goldsmith rend hommage dans cette écriture symphonique d'une richesse incroyable, dans laquelle l'orchestre, les chœurs ou les sonorités aux synthés se mêlent avec une rare aisance. La scène de la valse entre Lili et son double maléfique, suivie de l'apparition de Darkness, constitue peut-être à ce titre le point d'orgue du film, tant la mise en scène, le jeu sur les lumières, la musique, s'associent en totale alchimie pour un moment de pure grâce. Malheureusement, il devait être écrit quelque part que les collaborations Scott/Goldsmith seraient malchanceuses. Après avoir évacué une bonne partie de son travail musical sur Alien, Scott se voit contraint de faire un très fâcheux compromis auprès d'Universal, laquelle désire surfer sur la mode et voir Legend accompagné d'une musique synthétique 80's : le chef-d'oeuvre de Goldsmith passe donc à la trappe aux États-Unis, les copies distribuées étant accompagnées d'une partition du groupe électro allemand Tangerine Dream. Pourquoi cette décision ? Parce que les projections-test** aux USA se sont révélées assez mauvaises, le public restant de marbre face à cette histoire de licornes, de princesse et de Diable aux cornes géantes. Scott raccourcit encore : 95 minutes, puis 89. Le public européen percute mieux que les Américains, lesquels doivent attendre 1986 pour voir débouler un montage proprement US de Legend, affublé spécialement de la musique de Tangerine Dream. La partition de Goldsmith est conservée pour la version européenne, plus longue. Le compositeur est néanmoins dégoûté de l'expérience. Il faut dire que largement plus qu'à son habitude, il a travaillé sur cette composition, véritable poème symphonique d'une richesse étourdissante : en général il compose en six à dix semaines, ici en six mois. Il ne retravaillera plus jamais avec Ridley Scott, qui n'hésite pas aujourd'hui à reconnaître que son travail était idéal pour Legend. La comparaison avec le score d'une mollesse désespérante et surtout sans le moindre génie de Tangerine Dream fait très, très mal. Ce n'est pas tant qu'il soit connoté 80's qu'il jure totalement avec la beauté enivrante des fulgurances de Scott. Voir Legend avec la B.O. de Tangerine Dream, c'est comme regarder la scène du meurtre sous la douche de Psychose sans les couinements de Bernard Herrmann (lesquels n'étaient pas prévus au départ) : c'est tout bonnement impossible et impensable. Parce que dans un exemple comme dans l'autre, le cinéaste et le compositeur se sont trouvés, se sont compris et ont fusionné leur art pour un résultat totalement et parfaitement symbiotique. Il ne fait aucun doute que Legend se doit d'être découvert avec la B.O. de Goldsmith ; les allusions picturales et musicales européennes du film ont sans doute échappé au public américain (il suffit de lire les commentaires assassins sur Amazon.com à l'encontre de la B.O. de Goldsmith pour se rendre compte que la daube synthétique de TD était sûrement beaucoup "facile" à appréhender pour les US que les citations raveliennes de Goldsmith).

ImageImageImage

Rendons enfin hommage au somptueux travail des décorateurs du film. Ces derniers, investissant les studios 007 à Pinewood (Scott avait été ébloui par les forêts de séquoias de Yosemite, en Californie, mais avait dû se résigner au fait de ne pouvoir tourner en extérieurs), ont su créer des décors forestiers immenses et impressionnants, avec ou sans neige, et un palais des ténèbres étouffant. Gigantisme semble être le maître-mot de l'entreprise placée sous la direction d'Assheton Gorton, un décorateur que Ridley Scott voulait déjà à son service pour Alien et Blade Runner. Les panoramiques-tests dans les bonus donnent une idée de l'ampleur de ce travail : immensité des arbres, clairières fleuries, cottage, rivière, bassin surmonté d'un pic rocheux... on doit se pincer pour croire que tout ceci est créé en studio. Peut-être l'un des plus beaux travaux décoratifs de l'Histoire du cinéma, d'autant plus impressionnant qu'il a dû subir un grave incendie durant le tournage. Et, bien sûr, ne pas oublier le boulot accompli par le grand Rob Bottin... Scott le voulait déjà pour Blade Runner. Bottin avait déjà dit oui à Carpenter pour son film d'horreur en Antarctique. Après les trucages miraculeux de The Thing, le bonhomme est à nouveau abordé par Scott. Bottin voit dans le scénario de Legend l'opportunité de donner totalement libre cours à son imagination (même si, d'un commun accord avec le réalisateur, une grosse réduction du nombre de créatures est opérée par commodité). Le travail reste astronomique : le maquilleur affirme que Legend est à cette époque le film rassemblant la plus grande équipe de maquillage de l'Histoire du cinéma. Bottin nous sort de son imagination débridée l'une des créatures les plus impressionnantes du ciné fantastique : l'impérial seigneur des Ténèbres, Darkness, un monstre à l'étrange sensualité, croisement entre le Joker et le Minotaure. Là où l'idiote version US nous le montrait dès les premières secondes, son apparition dans la version finale, traversée du miroir onirique payant son tribut à Cocteau (qui avait inspiré les prémices du projet), demeure un grand moment de pelloche. C'est bien de ce Diable dont on se souvient, de sa voix profonde, de ses cornes démesurées et de ses manières élégantes, grâce au jeu magnétique d'un Tim Curry qui souffrit pas mal de l'imposante durée de maquillage nécessitée pour son personnage, et du poids des prothèses. Cela ne veut pas dire que Mia Sara et Tom Cruise soient mauvais pour autant - en bonne princesse et en bon chevalier au cœur pur, leur jeu candide est tout à fait logique, quoiqu'on en dise. Mais ! Le film n'est pas parfait pour autant. AtCloseRange parlait des gobelins comme des Ewoks, et il n'a pas tellement tort. L'humour est un peu forcé, très naïf, quelque peu balisé. Disons que Scott aurait pu tendre vers un spectacle plus sombre encore, plus radical, moins familial... et se permettre quelques touches d'ambiguïté dans le caractère de ses deux héros.

ImageImageImage

Pour résumer : la plastique, les gigantesques décors, la musique, l'atmosphère, les créatures (putain, Darkness, quoi !), les éclairages, sont tout bonnement ahurissants. Niveau esthétique, ça cloue le cul. A mon sens, les 2h de Legend enterrent sans difficulté les 12h de version longue de la trilogie indigeste de Peter Jackson. Recommandé, en n'oubliant pas qu'à la base, il s'agit d'un conte merveilleux, et que cette démarche est pleinement assumée.

* Les copies projetées à Orange County font 113 minutes, c'est-à-dire la durée actuelle du director's cut. Mais Scott avait déjà dû couper, de son propre chef, un premier montage qui faisait alors 125 minutes.
Dernière édition par Demi-Lune le 19 avr. 12, 14:23, édité 4 fois.

Avatar de l’utilisateur
boulgakov
Machino
Messages : 1038
Inscription : 8 févr. 08, 08:17
Localisation : Paris

Re: Legend (Ridley Scott - 1985)

Messagepar boulgakov » 13 avr. 10, 21:07

Moi je préfère la caverne de la rose d'or... aahh Alessandra Martinez/Fantagaro.

Edit: ça faisait bien 10 ans que j'avais pas entendu cette musique...

http://www.youtube.com/watch?v=uZdI4jhuTac

c'est fou comme la première partie ressemble à une musique de twin peaks.

Edit 2: ben, je savais pas que c'était lamberto bava qui réalisait...
Mathématiques : dessèchent le coeur

Avatar de l’utilisateur
Jericho
Cadreur
Messages : 4437
Inscription : 25 nov. 06, 10:14

Re: Legend (Ridley Scott - 1985)

Messagepar Jericho » 14 avr. 10, 14:46

Niveau esthétique, ça cloue le cul. A mon sens, les 2h de Legend enterrent sans difficulté les 12h de version longue de la trilogie indigeste de Peter Jackson.

C'est quand même osé de faire la filiation ou la comparaison !
Les films ont beau appartenir au même genre, je vois pas trop le rapport tant les parti pris sont différents !

Sinon pour en revenir à Legend, j'aime bien, c'est pas le Ridley Scott que je préfère (je l'ai découvert trop tardivement pour avoir une quelconque nostalgie), mais il a sa place dans ce qu'il a fait de mieux.
Mais c'est clair que visuellement ça arrache la rétine, même si ça fait un peu trop tournage en studio par moments, c'est sublime.

Ayant le dvd collector zone 1, j'ai vu deux versions du film: le montage européen (pas présent sur cette édition) et le director's cut.
J'ai pas encore osé regarder le montage U.S il parait que c'est pas terrible, peut être plus tard, par curiosité...
Image

Avatar de l’utilisateur
Frank Einstein
Régisseur
Messages : 3158
Inscription : 18 janv. 07, 23:28
Localisation : Dans la lune

Re: Legend (Ridley Scott - 1985)

Messagepar Frank Einstein » 14 avr. 10, 19:55

Jericho a écrit :
Niveau esthétique, ça cloue le cul. A mon sens, les 2h de Legend enterrent sans difficulté les 12h de version longue de la trilogie indigeste de Peter Jackson.

C'est quand même osé de faire la filiation ou la comparaison !
Les films ont beau appartenir au même genre, je vois pas trop le rapport tant les parti pris sont différents !

Sinon pour en revenir à Legend, j'aime bien, c'est pas le Ridley Scott que je préfère (je l'ai découvert trop tardivement pour avoir une quelconque nostalgie), mais il a sa place dans ce qu'il a fait de mieux.
Mais c'est clair que visuellement ça arrache la rétine, même si ça fait un peu trop tournage en studio par moments, c'est sublime.

Ayant le dvd collector zone 1, j'ai vu deux versions du film: le montage européen (pas présent sur cette édition) et le director's cut.
J'ai pas encore osé regarder le montage U.S il parait que c'est pas terrible, peut être plus tard, par curiosité...

Et bien, perso, je suis totalement d'accord avec la comparaison de demi-lune ! :mrgreen:

Même si je sais qu'il y a forcément un effet nostalgie puisque je l'ai vu à sa sortie au cinéma (et ça a été un des chocs esthétiques les plus importants de ma vie de spectateur), c'est pour moi Le véritable film de référence sur le monde féérique et l'héroïc-fantasy.
Et la musique de Goldsmith en est un des magnifiques éléments. Et comme je l'avais dit ailleurs, ma BO préférée du compositeur. L'équivalent de "Obsession" de Bernard Herrmann : un véritable poème symphonique qui aurait toute sa place dans une salle de concert.

Bien sûr, il est presque méconnu en France puisque je pense qu'il est sorti trop tôt et n'y a pas été montré dans une version équilibrée.
Il suffit de comparer la séquence de la rencontre avec la sorcière (la plus belle de l'histoire du cinéma) pour comprendre :
- dans le montage européen vu en France, et disponible sur le zone 2, elle est expédié en quelques plans et c'est comme cela qu'il y a une "bizzarerie" dans les déplacements du fameux bouclier entre les mains du chevalier Jack.
- dans le montage du director's cut inédit et disponible sur le zone 1, la séquence est plus longue, laissant toute la place aux dialogues et la "bizarrerie" disparaît. Le bouclier a toute son utilité et le montage est magistral.

C'est à peu près dans l'ensemble du film que le montage européen a sabré des plans, voulant certainement accélérer l'histoire. Il manque presque une demi-heure de film ! C'est un total saccage et c'est vraiment en voyant le director's cut que l'on apprécie enfin l'utilité du montage voulu au départ par Ridley Scott.

Quant au montage US, mieux vaut l'oublier... et la musique de Tangerine Dream itou. Elle peut être considérée comme responsable de l'échec du film aux States.
Image

"Il est toujours préférable d'être un faux-méchant que d'être un faux-gentil. (Le faux-gentil est souvent un vrai méchant)". J.-L. Fournier

Avatar de l’utilisateur
Jericho
Cadreur
Messages : 4437
Inscription : 25 nov. 06, 10:14

Re: Legend (Ridley Scott - 1985)

Messagepar Jericho » 14 avr. 10, 20:06

Et bien, perso, je suis totalement d'accord avec la comparaison de demi-lune !

T'es d'accord avec ce qu'il dit ou ce serait plutôt à propos de la pertinence de la comparaison ?
On peut trouver la trilogie de Peter Jackson longue et chiante comme la mort (ce qui n'est pas mon cas), mais quand je regarde Legend à aucun moment je pense au Seigneur des anneaux et vice versa.

Il suffit de comparer la séquence de la rencontre avec la sorcière (la plus belle de l'histoire du cinéma) pour comprendre :
- dans le montage européen vu en France, et disponible sur le zone 2, elle est expédié en quelques plans et c'est comme cela qu'il y a une "bizzarerie" dans les déplacements du fameux bouclier entre les mains du chevalier Jack.
- dans le montage du director's cut inédit et disponible sur le zone 1, la séquence est plus longue, laissant toute la place aux dialogues et la "bizarrerie" disparaît. Le bouclier a toute son utilité et le montage est magistral.

J'adore cette séquence, d'ailleurs la première fois que j'ai vu le film (montage européen) j'ai été déçu de voir que ce passage fut vite expédié. Heureusement, la director's cut donne plus de place et de cohérence à ce personnage !
Image