Menu
Critique de film
Le film

Les Clés du royaume

(The Keys of the Kingdom)

Partenariat

L'histoire

Un prêtre catholique écossais, l'abbé Chisholm, aux idées peu conventionnelles dans l'Angleterre divisée entre diverses confessions, est envoyé en Chine où il se refuse à convertir les Chinois à coup d'argent et de pressions mais par le seul rayonnement de son témoignage. Il traverse des années de guerre, d'épidémies et de disette, et gagne la confiance des habitants ainsi que celle des trois religieuses européennes qui sont envoyées pour l'aider, après la méfiance des débuts.

Analyse et critique


Les Clés du royaume s’inscrit dans un courant porté sur le "biopic" religieux alors en vogue au sein de la Fox. Un créneau lucratif et synonyme de prestigieuses récompenses, avec notamment l’Oscar du meilleur acteur pour Bing Crosby grâce à La Route semée d’étoiles de Leo McCarey (1944) et son seul Oscar de la meilleure actrice de Jennifer Jones pour Le Chant de Bernadette de Henry King (1943). Ce qui sauve ces entreprises des bons sentiments et de l’académisme inévitable, c’est éventuellement un regard de cinéaste singulier et surtout une prestation emphatique de l’acteur incarnant la figure religieuse - deux qualités que l’on trouve notamment avec le jeu habité de Jennifer Jones et la mise en scène inspirée de Henry King. C’est donc la démarche adoptée par Les Clés du Royaume, deuxième film tourné par Gregory Peck et premier rôle majeur pour l’acteur. Même si les exceptions sont nombreuses - Duel au soleil (1946) de King Vidor en tête -, Gregory Peck aura souvent incarné aux yeux du public une figure de sagesse et de droiture, ou du moins qui aspire à l’être. Cette identité filmique se forge donc dès ses débuts à travers ce personnage de prêtre en constante remise en question.


Dès les premières scènes du film, l’abbé Chisholm vieillissant semble en marge des codes ecclésiastiques de par ses idées peu conventionnelles, et heurte les préceptes du cardinal venu le superviser. La narration en flash-back dépeint donc son parcours depuis l’enfance et le phénomène qu’il constitue dans un monde binaire. Fils d’un père catholique - ce qui était le cas d’A.J. Cronin, l’auteur du roman qu’adapte le film - dans l’Ecosse protestante, il perdra tragiquement ses deux parents en raison justement de cette guerre de religions. Dès lors, Chisholm semble constamment adopter une distance, entre hauteur et hésitation face au monde qui l’entoure. On voit déjà la stature imposante et le charisme simple de Gregory Peck se révéler, mais associé à une gaucherie juvénile qui participe de l’indécision de son personnage. Animé de la vocation religieuse tout en étant amoureux de son amie d’enfance, Chisholm semble constamment incertain dans une société figée. C’est dans une contrée loin de ces clivages qu’il va s’accomplir, cette Chine où il est envoyé en mission. Même si l’on regrettera l’absence de vraie caractérisation fouillée des personnages chinois, tous sont respectueusement présentés et mettent en valeur la justesse du regard de Chisholm.


Chaque interaction avec les locaux sert ainsi dans l’immédiat ou à plus long terme l’absence de dogmatisme du héros dans l’exercice de sa religion. Face à deux "fidèles" dont la foi ne tient qu’à une possible rémunération, ce sera un rejet de sa part. Lorsqu’un mandarin dont il a soigné le fils veut se convertir par simple reconnaissance, ce sera également un refus poli. Tout comme sa vocation de prêtre sera un perpétuel apprentissage, il attend un même cheminement vers la foi de ses interlocuteurs. C’est cet équilibre entre la modestie du personnage et l’aura de Gregory Peck qui génère les moments les plus intéressants du film. Lorsque cet héroïsme quitte la sphère intime, le ton se fait nettement plus convenu, notamment lorsque Chisholm est pris entre deux feux lors d’une guerre politique locale. On sent comme une manière forcée d’ajouter une péripétie plus spectaculaire dans laquelle le subtil sauveur d’âmes doit devenir un héros d’action parce que, tout de même, il s’agit de capitaliser un minimum sur le physique imposant de Gregory Peck. La vraie émotion naît lorsqu’il s’élève au-dessus du dogme aveugle pour simplement exprimer la bonté et la compréhension de l’homme juste. La magnifique scène de mort de son ami Willie Tulloch (truculent Thomas Mitchell), incorrigible et rigolard athée, en témoigne : plutôt que soutirer un ultime salut et une conversion du mourant, Chisholm le laisse s’éteindre paisiblement sans forcer ses convictions.


Le parallèle avec le cardinal plus pédant joué par Vincent Price jouera aussi, la modestie et la dévotion de Chisholm exprimant un plus bel idéal de religion que celle embourgeoisée de cet alter ego négatif. Cela reste tout de même assez caricatural, et c’est une nouvelle fois sur le long terme et via la relation avec la nonne Maria-Veronica que s’exprimera le clivage de classe finalement en cours au sein de l’Eglise. La conversion selon Chisholm se fait ainsi en se mêlant humainement aux autochtones, la dévotion et le travail en commun en font un modèle auquel ressembler et suscitent la curiosité de son culte. La nonne exprime une Eglise hautaine, froide et inquisitrice cherchant à imposer plutôt qu’à intéresser à la religion. La narration prend ainsi le temps des années, des épreuves et de la maturité pour rapprocher les deux personnages. Si John M. Stahl se fait plus illustrateur qu’auteur - et loin de la vraie flamboyance et de l'intensité de ses grands mélodrames des années trente -, son talent à capturer l’intime reste intact et la sobriété de son approche correspond finalement à celle de son héros. Une jolie odyssée donc - qu’on aurait peut-être aimée plus exotique, cette Chine de studio étant assez terne - et la première marche vers les sommets d’une des plus grandes stars hollywoodiennes.


En savoir plus

La fiche IMDb du film
Par Justin Kwedi - le 25 avril 2017