Les tops 2023 des Classikiens (Ciné/VOD)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Paroju
Doublure lumière
Posts: 586
Joined: 24 Jul 20, 13:32

Les tops 2023 des Classikiens (Ciné/VOD)

Post by Paroju »

Pour respecter la tradition et faire plaisir à tchi tcha (qui a changé sa signature pour l'occasion), vous pouvez proposer votre top 10 (ou plus) des sorties ciné/vod.

Ce classement ne concerne que les films sortis au cinéma en France en 2023 ( sur la base de cet agenda ) ainsi que les films sortis directs en vidéo en France (DTV) ou en VOD en France sur la base de cet autre agenda.
Pour faire plus simple, les films éligibles sont les mêmes que ceux de ce topic

La règle :
- un top classé dans l'idéal de 10 titres (avec un minimum de 5 pour être pris en compte dans le classement final) : 1 point pour le dixième/ 10 points pour le premier (55 points distribués)
ou
- 11 titres non classés : 5 points chacun (55 points distribués)

Pour ceux qui postent un classement puis qui le modifient par la suite, n'oubliez pas de me le signaler sur le forum ou par MP.

Qui pour succéder à Licorice Pizza ? Les votes sont ouverts.

Vous pouvez retrouver les anciens tops de fin d'année (lien direct vers classement final) :
2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
Années 10-19
Last edited by Paroju on 2 Dec 23, 20:59, edited 1 time in total.
Torrente wrote: 29 May 22, 22:08 Bon sinon, #pas_touche_à_Paroju!
User avatar
nunu
Electro
Posts: 962
Joined: 20 Apr 23, 16:02

Re: Les tops 2023 des Classikiens (Ciné/VOD)

Post by nunu »

SI on prend l'agenda mis en lien, les ressorties sont signalées. Est-ce qu'elle comptent ?
« Quand des hommes, même s’ils s’ignorent, doivent se retrouver un jour, tout peut arriver à chacun d’entre eux, et ils peuvent suivre des chemins divergents, au jour dit, inexorablement, ils seront réunis dans le cercle rouge. »
User avatar
Karras
Howard Hughes
Posts: 15199
Joined: 15 Apr 03, 18:31
Liste DVD
Location: La cité du Ponant

Re: Les tops 2023 des Classikiens (Ciné/VOD)

Post by Karras »

Top au 09/02

01 -The Quiet Girl
02 - Le Capitaine Volkonogov s'est échappé
03- Les herbes sèches
04 - Past Lives
05 - Killers of the Flower Moon
06 -16 ans
07 -La Conférence
08 - Winter Break
09 -About Kim Sohee
10 -Nostalgia


Et aussi :
Limbo -Trenque Lauquen (part 1 & 2), Radio Metronom, Burning Hearts (Ti mangio il cuore) , Babylon, Tár, La Famille Asada, Le Retour des hirondelles, La Syndicaliste, The Whale, De Grandes espérances, Dalva, Dernière nuit à Milan, Élémentaire, Master Gardener, Les Ombres persanes, Fermer les yeux (Cerrar los ojos), Anatomie d'une chute, Fremont, The Fabelmans,...
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 99247
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Les tops 2023 des Classikiens (Ciné/VOD)

Post by Jeremy Fox »

1- The Fabelmans : Steven Spielberg
2- Chien de la casse : Jean-Baptiste Durand
3- Anatomie d'une chute : Justine Triet 2023
4- Je Verrai toujours vos visages : Jeanne Henry
5- Oppenheimer : Christopher Nolan
6- Le Procès Goldman : Cedric Kahn
7- Yannick : Quentin Dupieux
8- Divertimento : Marie-Castille Mention-Schaar
9- Nostalgia : Mario Martone
10- 16 ans : Philippe Lioret
User avatar
tchi-tcha
Cadreur
Posts: 4152
Joined: 19 Oct 21, 01:46
Location: momentanément indisponible

Re: Les tops 2023 des Classikiens (Ciné/VOD)

Post by tchi-tcha »

Paroju wrote: 1 Dec 23, 19:46 Pour respecter la tradition et faire plaisir à tchi tcha
Merci :mrgreen:

Du coup :

Image


1. Killers of the Flower Moon (Martin Scorsese)
2. Anatomie d'une chute (Justine Triet)
3. Le règne animal (Thomas Cailley)
4. Barbie (Greta Gerwig)
5. Les feuilles mortes ((Aki Kaurismäki)
Spoiler (cliquez pour afficher)
tchi-tcha wrote: 19 Oct 23, 17:41 J'en sors, donc note à chaud.
Pour l'instant ce sera juste : oh p*tain, dire qu'il a failli finir sur une plate-forme :shock:

Killers of the Flower Moon 9/10

Je veux le revoir.
Je vais le revoir.
Longtemps.
Souvent.
Grand film.
tchi-tcha wrote: 19 Oct 23, 01:25
Anatomie d'une chute 7,5/10

Œuvre importante et impressionnante, mais qui passe néanmoins de justesse à côté du titre de "grand film" en dépit d'une Palme d'Or sans doute pas moins légitime qu'une autre. Anatomie d'une chute reprend les codes des films de procès en les expurgeant de leur théâtralité jusque dans sa mise en scène qui se refuse elle aussi aux effets de manche, au risque d'apparaître trop froide ou trop strictement fonctionnelle (alors que la scène de la dispute, par exemple, montre qu'elle est parfaitement capable de monter en tension). Et si le film refuse les réponses simples aux questions complexes (comme son accusée peut l'être farouchement au tribunal), Triet et Harari ne peuvent pas s'empêcher de glisser quelques vérités à l'occasion, leurs vérités (le coucou d'Arthur Harari en critique à la télé, amusant mais balourd). Un film que je n'ai pas spontanément envie de revoir là tout de suite, mais vers lequel il faudra bien revenir parce qu'une seule vision n'est clairement pas suffisante pour faire le tour de la richesse de son écriture et de son interprétation.
tchi-tcha wrote: 25 Oct 23, 23:14
Le règne animal 7,5/10

Très jolie fable à la Kafka - si sa Métamorphose était un récit optimiste. Un peu comme si les survivalistes des Combattants allaient au bout de leur logique dix ans plus tard : muter pour mieux survivre. Parfois les effets visuels piquent les yeux, c'est vrai, mais il y a suffisamment de qualités par ailleurs pour passer outre.
tchi-tcha wrote: 4 Aug 23, 03:31
Barbie 7,5/10

Greta Gerwig joue à la poupée Barbie-Réalisatrice avec des accessoires fournis par Warner, elle se montre à l'aise dans cet exercice hautement casse-gueule sans y perdre sa personnalité. Étonnant et ludique.

Pas très subtil quand il traite des états d'âme de sa poupée en appelant le vrai monde à la rescousse pour parler patriarcat et charge mentale, c'est son point faible. D'autant que ce féminisme de façade ne fait pas illusion. C'est le cahier des charges du fabricant qui veut nous prouver que son produit phare n'est pas ringard mais révolutionnaire et inspirant depuis sa création, tout ça dans l'espoir de relancer les ventes.
On pourrait reprocher à Greta Gerwig de jouer le jeu, de rester dans les clous au lieu de les tordre et de les détourner. Bah... si elle s'y était attaquée frontalement, au mieux le film serait retourné dans l'enfer des projets en développement, au pire on aurait embauché une autre réalisatrice plus conciliante à sa place. Gerwig avait de nettement moins gros sabots avec Les Filles du Docteur March, il est vrai.
Alors oui, elle se permet d'égratigner les grands patrons de Mattel, mais ce n'est pas au vitriol donc c'est bon pour leur image (vous voyez, ils savent faire preuve d'auto-dérision), et Will Ferrell est parfait dans l'exercice.
(En plus on convoque la créatrice des poupées Barbie, c'est bien la preuve qu'on reste respectueux.)
Alors oui, elle fait dire à une ado tout le mal qu'elle pense de ce jouet stéréotypé et du consumérisme. Mais comme à la fin l'ado change d'avis, ça renforce le projet : dé-ringardiser la poupée et prouver qu'elle est un vecteur d'émancipation féminine (= ACHETEZ NOS POUPÉES :idea: ).
Bref, Greta Gerwig joue le jeu de son employeur.

Et c'est justement ce qui contrebalance l'exercice : Greta Gerwig joue. Elle s'amuse, elle joue à la poupée, elle teste les limites sans les dépasser mais elle les teste quand même. Elle le fait avec autant d'humour et d'intelligence que de gourmandise, pour un résultat régulièrement épatant.
Entre le monde de Barbieland factice mais plein de vraies trouvailles, entre des morceaux de comédie musicale réjouissants (la bataille des Ken), avec un humour qui joue sur plusieurs registres (premier degré, sous-entendus, distanciation, dérapages poétiques ou absurdes), avec un sens du rythme qui empêche de trouver le temps trop long (même si la partie dans le monde réel est un ventre mou), Gerwig prend un plaisir visible et communicatif dans l'exercice, dans lequel elle se montre parfaitement à l'aise.
La poupée avec laquelle elle joue n'est pas la poupée docteur ou la poupée exploratrice, Greta Gerwig joue avec une Barbie réalisatrice. Son jouet est un produit Mattel, la collection complète des accessoires est fournie par Warner, elle ne cherche pas à les casser comme une sale gosse, elle s'amuse beaucoup... et moi aussi. En clair, j'ai passé un très bon moment devant ce surprenant Barbie, projet pourtant hautement improbable et peu enthousiasmant à la base. Décidément, j'apprécie beaucoup cette réalisatrice.

Et j'apprécie aussi beaucoup Margot Robbie, pour la deuxième fois en deux films après Babylon. Ça commence à faire beaucoup.
(la dernière réplique du film est grandiose :mrgreen:)
tchi-tcha wrote: 25 Oct 23, 23:14
Les feuilles mortes 7,5/10

J'avais découvert Kaurismäki avec J'ai engagé un tueur, et rien n'a fondamentalement changé depuis. Sans ses téléphones portables, sans cette radio qui égrène les crimes de guerre russes en Ukraine, sans ces extraits de The Dead Don't Die du Kaurismäki américain, c'est un film qui aurait pu être diffusé au Ciné-Club de Claude Jean-Philippe du temps d'Antenne 2. Chez un autre ce serait gênant, mais retrouver le cinéma du finlandais inchangé et intact m'a réjoui. En plus le film se termine sur un clin d'œil, je ne pouvais qu'en sortir séduit.
Image

...Il n'est pas passé loin :

6. Misanthrope (Damián Szifrón)
Spoiler (cliquez pour afficher)
tchi-tcha wrote: 1 May 23, 03:02
Misanthrope 7/10

Une bonne surprise, une série B au sens noble du terme, et un film assez sombre dans lequel tout le monde est soit désespéré soit cynique - jolie idée de titre français au passage.
tchi-tcha wrote: 1 May 23, 02:41 Parfois il est plus simple de dire ce qu'un film n'est pas plutôt que ce qu'il est : Misanthrope n'est pas un sous-Seven.

Les rouages de l'enquête (les gens qui la mènent, l'environnement dans lequel il la mènent) sont plus passionnants que la traque elle-même. Fatalement, comme nous ne sommes ni dans Zodiac ni dans La Nuit du 12, il va bien falloir tôt ou tard arrêter l'assassin, la dernière partie sera donc au choix décevante ou déceptive.

Au risque de sonner cliché en écrivant ça, Damián Szifrón apporte le regard d'un cinéaste étranger sur l'Amérique de 2023, un état des lieux qui passe par l'intelligence du scénario ou d'un dialogue, sans se sentir obligée d'asséner son message (pas trop en tout cas). Et même si tout n'est pas parfait dans la mise en scène (comme si, après huit ans de sevrage, le réalisateur voulait trop en faire pour montrer ce dont il est capable), il regorge de moments de cinéma réussis, tout ce qui se passe au centre commercial par exemple est remarquable.

Bref, oui la fin est un cran en dessous (mais ce n'est pas grave), oui Ben Mendelsohn fait du Ben Mendelsohn (mais cette fois-ci c'est au service de son personnage), non ce n'est pas un sous-Seven, et oui ça vaut le coup d'œil. J'allais ajouter qu'il est surprenant de voir en salles en 2023 un polar comme je n'aurais plus cru Hollywood capable d'en produire, mais il faut nuancer : il a été écrit par un argentin et co-produit par son interprète principale qui s'est fait davantage remarquer pour son militantisme écolo que pour ses cartons au box-office. Donc oui Hollywood est toujours capable de produire ce genre de films, mais à la marge.

(et la BO est signée Carter Burwell, y'a pire)

Image

...Et les Doigts d'Honneur sont :

Doigt d'Honneur d'Or : Expend4bles ((Scott Waugh)
Spoiler (cliquez pour afficher)
tchi-tcha wrote: 17 Oct 23, 00:51 Octobre 2023 : Film du mois

Expendables 4 1,5/10

Plus qu'un film, un doigt d'honneur.
tchi-tcha wrote: 17 Oct 23, 00:43
Image

C'est moche et fauché (les studios bulgares devraient refaire les peintures de leurs fonds verts, sans rire c'est vraiment dégueulasse), l'embryon de scénario qui sert de prétexte n'est ni écrit ni à écrire et s'en fout ouvertement, et les responsables des bastons colleront un procès au réalisateur quand ils verront ce qu'il reste à l'écran de leur boulot. Mais qu'importe, ce qui fait le charme de la série c'est son casting, alors parlons-en :

- Les petits nouveaux se la jouent badass et cool mais n'ont pas l'air de bien comprendre qu'ils ne sont que des faire-valoir pour les anciens (oui, même le chanteur de variétés 50 Cent et l'artiste de cirque Tony Jaa ont des bonnes têtes de perdreaux de l'année naïfs comme tout persuadés que ce film leur ouvrira les portes d'Hollywood).
- La badass girl en chef ressemble à Megan Rain, l'actrice porno qui ressemble à Megan Fox... Ah zut... M*rde, c'est bien Megan Fox... Chienne de vie, chienne de chirurgie esthétique.
- Dolf Lundgren coule le peu de capital sympathie qu'il lui restait (il ne fait même pas semblant d'être content d'être là).
- Andy Garcia sort de sa retraite en espérant que personne ne le reconnaitra, mais il est tellement déprimé par son rôle de big boss de la CIA que son visage trahit le twist dès sa première apparition (Spoiler : "Avec ma tronche et mes biceps, vous imaginez bien que je ne peux jouer que le méchant traître. En plus, je croyais qu'on tournait aux Bahamas mais en fait c'était en Bulgarie. La lose totale, quoi."). Pourtant à une époque ce n'était pas un mauvais acteur.
- Jason Statham traverse le film comme à son habitude (il a tourné dans Le Transporteur 2, dans The Meg ou chez Uwe Boll, alors un de plus ou de moins...).
- Après avoir fait sa diva en quittant le projet pour "divergences artistiques" avant de revenir sur sa décision, c'est finalement Sylvester Stallone qui s'en sort le mieux dans l'histoire. Il faut dire qu'il a tout compris : Spoiler : son personnage fait le mort durant l'essentiel du film.

Bref, plus qu'un film, Expend4bles est un doigt d'honneur. Que de chemin parcouru depuis le premier épisode.

Image
Le couple star du film
tchi-tcha wrote: 18 Oct 23, 01:00 On peut revenir deux secondes sur la plus grosse imposture du film ?
J'ai nommé Sylvester Stallone himself.

Tous les twists du film sont faisandés, c'est un fait. Quand Andy Garcia déboule en essayant de rouler des mécaniques et de dire des gros mots, on sent d'emblée que ça ne colle pas (il n'est clairement pas à l'aise en clone du Kurt Russell des Fast & Furious). Donc il a une bonne tête de traître, ce que la suite des évènements confirmera. Quand Jason Statham offre un couteau à Megan Fox, même elle devine qu'il cache un traceur. Elle n'est donc pas surprise quand il vient à son secours, lui expliquant qu'elle n'était pas dupe et que cela faisait partie du plan (trop forts, les scénaristes).

Quand Stallone s'écrase, on se dit tout de suite qu'il a mis en scène sa disparition, ce qui se confirme lors du dernier acte. Sauf que lorsqu'il réapparait et qu'il balance ses explications avec un je-m'en-foutisme éhonté (c'est digne d'un Fast & Furious ou d'un Saw mais il ne fait pas le plus petit effort pour y croire), il faut se rendre à l'évidence : Stallone a collé sa tronche sur les affiches, il a pris son chèque, mais il n'a rien branlé pendant la quasi-totalité du film. Le mec s'est tout simplement barré, laissant Statham, une actrice porno et une bande de kékés se démerder tous seuls :shock:
(même John Carpenter en télétravail n'aurait pas osé)

C'est quand même lui qui avait réalisé et co-écrit le premier Expendables. Dix ans plus tard il s'en cogne royalement et ouvertement. Confortablement avachi dans le siège de mon multiplexe, ça m'a fait mal aux fesses.

(au passage, je comprends mieux la mine constipée de Dolph Lundgren : sans son pote, il se faisait chier en Bulgarie)
Doigt d'Honneur d'Argent : Thanksgiving : la semaine de l'horreur (Eli Roth)
Spoiler (cliquez pour afficher)
tchi-tcha wrote: 30 Nov 23, 22:01
Novembre 2023 : film du mois

Thanksgiving : la semaine de l'horreur 2/10

À la fois slasher au premier degré et pastiche rigolard de slasher, un héritier de Scream débarrassé de la mythologie de la saga de Wes Craven qui aurait remplacé sa dimension méta par une critique saignante du consumérisme américain. Et avant tout une œuvre du tâcheron irrécupérable Eli Roth, peut-être le pire rejeton tarantinien en activité, même pas fichu de tenir une caméra, encore moins d'être assez roublard pour faire illusion, et dont le film est aussi antipathique que les crétins qui s'y font massacrer (si on pouvait arrêter de qualifier d'inventifs les meurtres dès que le tueur utilise autre chose qu'un couteau, ce serait gentil, merci). Patrick Dempsey y est aussi doué comme comédien qu'Eli Roth comme réalisateur, Gina Gershon devrait plutôt faire un procès à son chirurgien esthétique au lieu de tourner (même brièvement) dans une telle ânerie, et Rick Hoffman résume bien l'esprit du film dans l'immanquable scène post-générique (Spoiler : le comédien adresse un doigt d'honneur à la caméra à la fin d'une prise).
Je comprends mieux à présent ce que ressent une dinde invitée au menu de Thanksgiving.

Image
Nota : sur ce gif, Gina Gershon est la femme à gauche de l'image, pas la dinde.
Doigt d'Honneur de Bronze : L'Exorciste du Vatican (Julius Avery)
Spoiler (cliquez pour afficher)
tchi-tcha wrote: 1 Jun 23, 03:21
L'Exorciste du Vatican 1/10

Une pénible bondieuserie qui recopie bruyamment L'Exorciste, avec un joker de poids qui transforme cette purge en nanar miraculeux : Russell Crowe. Sorte de Don Camillo exorciste rigolard, il illumine chaque scène de sa présence en disant au démon "même pas peur." Clairement très mauvais mais franchement réjouissant.
User avatar
Paroju
Doublure lumière
Posts: 586
Joined: 24 Jul 20, 13:32

Re: Les tops 2023 des Classikiens (Ciné/VOD)

Post by Paroju »

nunu wrote: 1 Dec 23, 20:34 SI on prend l'agenda mis en lien, les ressorties sont signalées. Est-ce qu'elle comptent ?
Non que les premières sorties en effet.
Torrente wrote: 29 May 22, 22:08 Bon sinon, #pas_touche_à_Paroju!
Alistar
Stagiaire
Posts: 3
Joined: 27 Jan 22, 01:23

Re: Les tops 2023 des Classikiens (Ciné/VOD)

Post by Alistar »

Pour ma part :

1. Babylon
2. Beau is Afraid
3. Suzume
4. Anatomie d'une Chute
5. The Whale
6. Killers of the Flower Moon
7. Love Life
8. Misanthrope
9. Pearl
10. About Kim Sohee
User avatar
Paroju
Doublure lumière
Posts: 586
Joined: 24 Jul 20, 13:32

Re: Les tops 2023 des Classikiens (Ciné/VOD)

Post by Paroju »

Paroju wrote: 1 Dec 23, 19:46 Pour respecter la tradition et faire plaisir à tchi tcha
Alistar wrote: 3 Dec 23, 22:05 1. Babylon
tchi-tcha wrote: 20 Feb 23, 20:39 Zut, le pipi-caca Babylon grand gagnant en 2023 ?
Décidément, ce forum ne me mérite pas.
:mrgreen:
Torrente wrote: 29 May 22, 22:08 Bon sinon, #pas_touche_à_Paroju!
User avatar
tchi-tcha
Cadreur
Posts: 4152
Joined: 19 Oct 21, 01:46
Location: momentanément indisponible

Re: Les tops 2023 des Classikiens (Ciné/VOD)

Post by tchi-tcha »

Dix mois plus tard et avec dix mois de maturité supplémentaire, la durée du Marvin Scorcese faisant office de repoussoir pour beaucoup, je miserai plutôt sur The Fabelmans grand gagnant.

Ce qui ne changera rien à ma conclusion : ce forum ne me mérite pas. J'avais très largement préféré son cousin Armageddon Time et, en dehors du moment où son fils lui montre les scènes coupées de son film de vacances, j'ai beaucoup de mal avec le jeu de Michelle Williams chez Spielberg.

Bah, on verra bien à la publication des résultats le... le... le... euh...
On a jusqu'à quand pour voter/modifier son vote, déjà ?
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 54388
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Les tops 2023 des Classikiens (Ciné/VOD)

Post by Flol »

Jeremy Fox wrote: 1 Dec 23, 21:18 (vive le cinéma français)
Mon top 10 n'est pas encore finalisé (il me reste encore pas mal de films de 2023 à voir d'ici la fin de l'année), mais pour le moment, 6 films sur 10 viennent de chez nous. :o
User avatar
Alibabass
Assistant opérateur
Posts: 2546
Joined: 24 Nov 17, 19:50

Re: Les tops 2023 des Classikiens (Ciné/VOD)

Post by Alibabass »

C'est vrai qu'il y avait de quoi être tolérant envers le cinéma Français ... enfin un certain cinéma Français. Vive les excentriques.
User avatar
Paroju
Doublure lumière
Posts: 586
Joined: 24 Jul 20, 13:32

Re: Les tops 2023 des Classikiens (Ciné/VOD)

Post by Paroju »

tchi-tcha wrote: 4 Dec 23, 00:02 Dix mois plus tard et avec dix mois de maturité supplémentaire, la durée du Marvin Scorcese faisant office de repoussoir pour beaucoup, je miserai plutôt sur The Fabelmans grand gagnant.
I am not authorised to read this forum :(
Torrente wrote: 29 May 22, 22:08 Bon sinon, #pas_touche_à_Paroju!
User avatar
tchi-tcha
Cadreur
Posts: 4152
Joined: 19 Oct 21, 01:46
Location: momentanément indisponible

Re: Les tops 2023 des Classikiens (Ciné/VOD)

Post by tchi-tcha »

Paroju wrote: 4 Dec 23, 18:35
I am not authorised to read this forum :(
Dis à la modération que tu viens de la part de Flol, c'est un nom qui ouvre bien des portes dans le milieu du cinéma 8)
User avatar
Tina Quintero
Doublure lumière
Posts: 606
Joined: 21 Nov 18, 01:20

Re: Les tops 2023 des Classikiens (Ciné/VOD)

Post by Tina Quintero »

Pour le moment je propose ces 11 films, sans ordre - sauf le premier, quand même [au passage, quel dépit qu'il ne soit édité qu'en DVD, en Espagne comme en France].
Une bonne année pour le cinéma européen, je me suis même un peu forcée pour citer quelques films sortant du continent.
Pas encore vu Trenque Lauquen. Liste à revoir sans doute d'ici un mois.

Fermer les yeux de Víctor Erice
Anatomie d'une chute de Justine Triet
Chien de la casse de Jean-Baptiste Durand
Le Ciel rouge de Christian Petzold
Les Feuilles mortes d'Aki Kaurismäki
Goutte d'or de Clément Cogitore
Killers of the Flower Moon de Martin Scorsese
Nostalgia de Mario Martone
Retour à Séoul de Davy Chou
Nos Soleils de Carla Simón
Tár de Todd Field
User avatar
innaperfekt_
Assistant(e) machine à café
Posts: 270
Joined: 3 Dec 23, 16:38

Re: Les tops 2023 des Classikiens (Ciné/VOD)

Post by innaperfekt_ »

Jeremy Fox wrote: 1 Dec 23, 21:18 2- Chien de la casse : Jean-Baptiste Durand
Pourquoi ce film si haut, par curiosité ? J'ai pas réussi à trouver une critique sur le forum de ta part ou de quelqu'un d'autre.