Les films d'espionnage

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Harkento
Assistant opérateur
Posts: 2716
Joined: 12 Oct 11, 18:05
Liste DVD
Location: Lyon

Re: Les films d'espionnage

Post by Harkento »

hellrick wrote:Out of Control assure nettement mieux le divertissement parce qu'il laisse la Gina cogner de la racaille quasi non stop et c'est beaucoup plus fun.
Rhaa ! Pas tant que ça en fait, je pensais qu'il y aurait plus d'action et de baston sur ce film. Le réal s'occupe presque plus de son histoire (qui, au passage, n'est pas dégueu !) mais niveau scène d'action, j'ai été clairement frustré ! :(
Edouard
Accessoiriste
Posts: 1713
Joined: 24 Oct 14, 09:28

Re: Les films d'espionnage

Post by Edouard »

Tutut wrote:Je me suis un peu emmerdé sur Piégée de Soderbergh, la mise en scène est sympa, l'histoire quelconque et l'actrice principale manque de subtilité dans son jeu, je me demande si c'était voulu ou pas.
Pareil.
Vu au cinéma à sa sortie.
Je n'irai pas jusqu'à le mettre dans ma catégorie beau mais chiant mais plutôt dans de beau mais vain.
La réalisation m'a beaucoup plu, les acteurs livrent tous de bonnes prestations (Michael Douglas surclassant tous les autres quand même) mais l'histoire est d'une banalité affligeante.
J'avais plus eu l'impression d'assister à un exercice de style qu'à un film.
C'est un peu comme si Soderbergh s'était lancé le défi de réaliser un film d'action, pour voir s'il en était capable. La réponse est oui, son film est très classe. L'emballage est très beau, certes, mais dès que l'on commence à gratter un peu, on voit qu'il n'y a rien derrière, cela sonne creux. Il a trop privilégier la forme sur le fond et cela nuit beaucoup à son film. Et c'est bien dommage.
Image
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17844
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Les films d'espionnage

Post by Kevin95 »

Je vous trouve bien durs, il est quand même super sympa à regarder ce Haywire.

De manière général j'aime bien les derniers films de Soderbergh (même s'il m'en manque quelques-uns au compteur) et cette "exercice de style" reste (à mon avis) plus agréable à regarder que ceux de ses débuts (très et par moment trop appliqués). On sent plus de distance avec la forme et par conséquent plus de légèreté dans le traitement du sujet (très banal il est vrai) le tout sans tomber dans un second degrés lourdaud (les suites Ocean).

Perso, je n'échange pas Haywire contre deux Traffic... :fiou:
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
Edouard
Accessoiriste
Posts: 1713
Joined: 24 Oct 14, 09:28

Re: Les films d'espionnage

Post by Edouard »

Kevin95 wrote:Perso, je n'échange pas Haywire contre deux Traffic... :fiou:
Alors que je considère Traffic comme son meilleur film et un chef d'oeuvre, tout court, il est sans doute normal que nos avis divergent (et c'est énorme) sur Piègée.
Image
Tutut
Machino
Posts: 1105
Joined: 17 Feb 08, 20:27
Location: Toujours jamais là

Re: Les films d'espionnage

Post by Tutut »

Kevin95 wrote:Je vous trouve bien durs, il est quand même super sympa à regarder ce Haywire.
Oui, mais franchement, le manque de charisme de Gina plombe pas mal le film, à la limite j'aurais préféré une beauté froide peu expressive à la Michiko Nishiwaki.

Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89927
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Les films d'espionnage

Post by Jeremy Fox »

Danger immédiat (Clear and Present Danger) : Philip Noyce 1994

Troisième aventure de Jack Ryan et une nouvelle fois plutôt agréablement surpris. Cette fois, on parle de l'Amérique du Sud et des cartels de la drogue, des commandos paramilitaires mis en place secrètement par la Maison Blanche pour les démanteler. Le scénario est plutôt plaisant à suivre et le film, sans être original, se regarde sans aucun ennui d'autant que Phillip Noyce réussit de très bonnes scènes d'action comme ce morceau de bravoure du guet-apens dans les rues de Bogota d'une redoutable efficacité. Et puis on retrouve avec plaisir Willem Dafoe, Joaquin de Almeida... Harrison Ford est un peu en retrait, son personnage n'est pas très charismatique mais je dois avouer que je suis assez bon spectateur pour cette franchise en fin de compte. Un mélange divertissant de film d'espionnage et de film d'action.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89927
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Les films d'espionnage

Post by Jeremy Fox »

Un homme très recherché (A Most Wanted Man) de Anton Corbijn 2014

Moi qui trouve souvent les scénarios des films d'espionnage trop complexes pour mon petit cerveau, l'adaptation de John Le Carré par Andrew Bowell est au contraire d'une immense fluidité. Et du coup, voilà que je me retrouve à trouver le film de Corbijn bien trop lisse et banal même si l'histoire au départ est assez belle, celle de ce musulman qui n'a rien demandé à personne autre que de se construire une nouvelle vie en Occident et qui se retrouve, par la faute d'un salaud de père, au milieu d'une rivalité entre services d'espionnage et qui en fera les frais. Les dix dernières minutes rappellent un peu la somptueuse réussite de The American ; mais c'est trop peu dans l'ensemble pour ce film certes stylé et bien interprété mais un peu fade et moyennement captivant.
Helena
Electro
Posts: 973
Joined: 29 Jun 13, 02:35
Location: ...

Re: Les films d'espionnage

Post by Helena »

Survivor de James McTeigue
Image

Une employée du Département d’État américain, mutée à l’ambassade américaine à Londres, voit tous ses collègues mourir dans un attentat. Devenue la cible de tueurs et accusée de crimes qu'elle n'a pas commis, elle se lance dans une folle cavale...

P'tit film sans prétention qui ne remplit pas totalement son office, mais qui reste divertissant et intéressant tout du long. Le film entre assez vite dans son sujet avec une menace terroriste omniprésente qui pour nous apparait assez confuse, notamment dans les motivations de plusieurs personnages, tout cela disparaissant progressivement pour nous donner des informations supplémentaires sur les personnages en question. Le truc c'est que plus on en apprend sur eux et plus on se pose des questions. En effet, il y a une introduction qui nous montre des islamistes et donc la menace du film, sauf qu'ensuite on nous présente un scientifique qui veut se venger des américains sans lien avec les islamistes, mais en lien avec un homme d'affaires qui veut se faire de l'argent sur une pseudo attaque terroriste et qui va être aidé par un traitre qui sera en lien avec les terroristes... il ne pouvait pas faire plus étrange... bon s'il y a un tueur à gages interprété par l'excellent Pierce Brosnan qui entre dans la partie et qui a ses propres motivations. Tu ajoute à cela notre héroïne interprétée par l'excellente Milla Jovovich, ainsi qu'une spécialiste en informatique et un boss qui veut bien faire... ah et j'oubliais l'inspecteur de police incarné par le très bon James D'Arcy... bref il y a du peuple et même si certains apparaissent et disparaissent selon les besoins, on peut dire que le réalisateur arrive à les faire vivre. Outre les différents liens entre les personnages, c'est la tension tout le long qui nous tient en haleine, sincèrement on ne sait jamais vers quoi on se dirige et même si on sait par avance que cela va bien se finir, il y a assez d'éléments pour nous tenir en haleine. La course poursuite dans la gare est excellente et joue très bien avec les décors, il y a quelques sfx impressionnants, notamment celui ou l'horloger utilise le gaz. Le cadre londonien est excellent comme toujours, d'ailleurs je suis déçue que le film change de cadre pour revenir aux USA. J'aime bien une partie du film ou Milla ne fait que fuir, elle ne se bat pas une seconde et ça fait plaisir, bon à la fin le scénariste change le tout et c'est assez dommage. Bon le réalisateur n'évite pas certaines idées de mauvais goût comme ce passage flash-back sur les Tours Jumelles par exemple, ou bien de multiplier les pistes sans se soucier du réalisme du tout? il y a aussi quelques dialogues dignes d'un Steven Seagal. Après la mise en scène est efficace, il y a certaines idées qui font plaisir comme présenter l'univers de l'horloger et qui pour moi est vraiment classe. Le casting est excellent, Milla est excellente en agent du gouvernement, Pierce Brosnan a la classe comme souvent et au final ce n'est jamais ennuyant. Il mérite un 6/10.
"Esotika, Erotika, Psicotika."
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Les films d'espionnage

Post by AtCloseRange »

Le début est tellement idiot que je n'ai pas insisté.
Brosnan a aussi sorti un autre film d'espionnage récent, The November Man qui ne vaut guère mieux.
C'est vraiment du DTV peu reluisant.
Image
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Posts: 33320
Joined: 9 Oct 03, 21:39
Location: Helvetica

Re: Les films d'espionnage

Post by Colqhoun »

Ah tiens j'avais pas fait attention que c'était James McTeigue aux commandes.
Il est passé de protégé des Wachowski à has-been avant l'heure (un peu comme Brosnan qui avait entamé sa transformation post-james bond avec pas mal de talents avant de commencer à enquiller les croûtes).
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Les films d'espionnage

Post by AtCloseRange »

Colqhoun wrote:Ah tiens j'avais pas fait attention que c'était James McTeigue aux commandes.
Il est passé de protégé des Wachowski à has-been avant l'heure (un peu comme Brosnan qui avait entamé sa transformation post-james bond avec pas mal de talents avant de commencer à enquiller les croûtes).
The Raven, ça n'était déjà pas brillant.
Image
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17844
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Les films d'espionnage

Post by Kevin95 »

Image

MISSIONE APOCALISSE (Guido Malatesta, 1966) découverte

L'agent 087 était peinard en gratte-papier dans une contrée lointaine, il aura fallu qu'un vilain vienne menacer le monde pour que notre brave fonctionnaire prenne des galons et voyage autour du monde tout en couchant avec tout ce qui bouge (de sexe féminin, mais si on lui demande gentiment notre homme n'est pas contre). Pourtant 087 est tiède dans cette affaire, pas forcement emballé à voir le visage de l'acteur peu expressif, blasé avant de rouler une paloche et tristoune de mettre une mandale à un sbire d'Eduardo Fajardo (le bad guy de Django sans son écharpe). Sans doute que l'ami a compris la supercherie et que le monde offert en première classe se résume à une sélection approximative de stock-shots d'actualité et de trois planches italiennes tapissées aux couleurs du pays dans lequel notre agent secret évolue. Pourtant, Guido Malatesta à la réal applique avec professionnalisme les ficelles du cinéma populaire, sans grand fracas mais avec du charme, tandis que Francesco De Masi à la musique se fait plus pop qu'à l’accoutumé. Non, vraiment monsieur l'agent vous êtes difficile. Quand on pense au final que ces chers italiens vous ont gratiné, un combat contre le méchant dans un décor absent, quasiment abstrait, où sans le vouloir le film bascule dans de la S.F. bien ravagée. Stock-shot d'un bombardement, le mot fin. C'était sympa, avouez-le 087 !

Image

ESPIONNAGE À HONG KONG (Jürgen Roland, 1962) découverte

Techniquement c'est de l'eurospy mais artistiquement ça devient plus compliqué. On serait plus dans un croisement entre le film noir à tendance exotique (type Macao de Josef von Sternberg) et l'héritable hitchcockien de North by Northwest. Quant à l'influence de 007, l'affaire est réglée puisque Dr. No et ce film datent de la même année, 1962. C'est donc dans un Hong-Kong de carton-pâte que se déroule l’enquête d'un journaliste bien coiffé (cousin teuton de Tintin) et de sa coéquipière vaguement amoureuse afin de d'expliquer la mort d'un copain et de mettre la main sur un micro-film. Les couleurs caressent la rétine, le rythme n'est pas déprimé et le charme de la série B à l'ancienne marche sur ses deux jambes. En un mot, on y est bien. Cela n'empêche pas la surprise, notamment face à une violence parfois sadique, menée de main de maitre par un Horst Frank qui joue les salopards avec une gourmandise et un calme jouissifs (sacrés allemands !) Une romance un peu cul-cul certes (les niaiseries sont monnaie courante outre-Rhin) mais du cinéma de quartier pêchu et nourrissant.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Re: Les films d'espionnage

Post by Max Schreck »

Jeremy Fox wrote:Un homme très recherché (A Most Wanted Man) de Anton Corbijn 2014

Moi qui trouve souvent les scénarios des films d'espionnage trop complexes pour mon petit cerveau, l'adaptation de John Le Carré par Andrew Bowell est au contraire d'une immense fluidité. Et du coup, voilà que je me retrouve à trouver le film de Corbijn bien trop lisse et banal même si l'histoire au départ est assez belle, celle de ce musulman qui n'a rien demandé à personne autre que de se construire une nouvelle vie en Occident et qui se retrouve, par la faute d'un salaud de père, au milieu d'une rivalité entre services d'espionnage et qui en fera les frais. Les dix dernières minutes rappellent un peu la somptueuse réussite de The American ; mais c'est trop peu dans l'ensemble pour ce film certes stylé et bien interprété mais un peu fade et moyennement captivant.
Fade c'est le terme. J'ai pas suivi Corbijn depuis son très beau Control, mais je ne vois vraiment pas la plus-value de sa patte de clipeur dans ce film. Je n'ai pas non plus lu le roman de Le Carré ici adapté. Et alors que la plupart de ses adaptations ont réussi à conserver la richesse de ses intrigues et surtout ce talent à mêler l'humain à des enjeux géopolitiques profonds, ici on reste tristement en surface. Personnages sans aucun background, situations pratiquement dénuées de suspense avec des héros qui ne sont pratiquement jamais mis en échec, jusqu'à une conclusion limite bâclée. Même Philip Seymour Hoffman n'a pas grand chose à jouer, à part tirer un peu la tronche suite à un vague trauma d'une mission précédente (qui sera d'ailleurs désamorcé avec une totale désinvolture). Ça se suit certes sans ennui, parce qu'on pense constamment qu'à un moment ou à un autre, les personnages se retrouveront avec des bâtons dans les roues, mais même pas. Sans grand intérêt.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...