Hurlements (Joe Dante - 1981)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14680
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Hurlements (Joe Dante, 1981)

Post by Demi-Lune »

Image Image Image

J'ai revu Hurlements avec plaisir hier soir... il ne vaut pas à mon avis le film génial de Landis qui crée quand même un malaise lancinant que renforcent les trouées d'humour noir ; mais le film de Joe Dante est un travail assez habile, assez curieux dans sa construction (ça commence comme un polar glauque, avant de prendre la tangente vers un cadre forestier et aéré, et ne virer à l'horreur qu'au bout d'une heure). J'aime bien ce que faisait Dante dans les années 1980, de très bonnes, voire excellentes, séries B qui dénotent en permanence un vrai savoir-faire artisanal, au sens noble du terme, et un regard cinéphile cultivé et incisif. J'ai redécouvert la mise en scène de ce film, qui est efficace et intelligente, en plus d'être formellement très soignée (la photo est très chouette). Je n'ai pas fait marche arrière pour vérifier, mais je crois qu'il y a par exemple cette superbe idée technique intervenant après l'attaque de Dee Wallace dans le sex-shop... elle discute avec ses collègues, tous les personnages sont cadrés en gros plan, et quand la caméra revient sur le visage de la jeune femme une dernière fois, l'image se floute, pivote lentement vers la droite en plan-séquence, l'image fait le point et montre un meuble, et le lent panoramique, qui embrasse le salon d'une maison, s'achève sur la même Dee Wallace, qui dort dans son canapé. C'est-à-dire que Dante installe une ellipse temporelle et géographique en plan-séquence, sans qu'on percute vraiment, car le plan-séquence commence sur le gros plan du visage de l'actrice, éclairé de rouge comme s'il s'agissait bien de la scène de conversation dans la rue. J'ai trouvé ça brillant. Et ce n'est qu'un exemple parmi d'autres, entre travelling compensé à la Jaws, science habile du tempo et du montage, trucage de cartoon pratiquement indécelable, etc. Le reproche que je ferai malheureusement à Hurlements, c'est de commencer sur des chapeaux de roues et de laisser traîner les choses pendant une bonne demi-heure. Cela donne, certes, une attente et une tension qui rendent l'intrusion de l'horreur dans la cabane puis dans le bureau plus percutante encore. Mais je trouve quand même qu'il y a un problème de rythme important, que le film fait trop longtemps du surplace. Les choses se débloquent forte heureusement et Rob Bottin peut alors s'en donner à cœur joie... très beaux trucages mécaniques, même si ma préférence va là encore au Landis (on a dans le Landis l'impression effroyable que c'est vraiment plausible). Bref, du bon travail, honnête et habile, et une conclusion émouvante même si le maquillage est moyennement convaincant.
Mr-Orange
Assistant(e) machine à café
Posts: 142
Joined: 22 Jan 13, 17:10

Re: Hurlements (Joe Dante, 1981)

Post by Mr-Orange »

C'est un excellent film, très De Palmien. Cela a peut-être un peu vieilli mais ça apporte le charme à l'effet très "cheap" bien reconnaissable du cinéma des années 80. Le film peut se diviser en une partie : une première où l'horreur est suggérée et une seconde où elle est montrée. La première sur les traumatismes de la reporter, le mystère de l'assassin décédé disparu ainsi que l'arrivée dans le mystérieux campus est excellente, avec beaucoup de tension, un peu mieux que la deuxième, néanmoins très bonne et qui entre dans le vif du sujet, seulement l'effet suggéré sur la lycanthropie de la première partie m'a plus plus, plus fasciné, alors qu'à partir d'une quarantaine de minutes nous sommes face à l'horreur pure.
En tout cas, j'assume dire que c'est un grand film du genre, peut-être ce qui se trouve de mieux, avec un thème de Pino Donaggio sublime qui, comme je le disais auparavant, rappelle beaucoup De Palma et le mystère des troubles de ses personnages, accompagnée d'une mise en scène kitch mais savoureuse. Et puis le dernier hurlement de désespoir, accompagné de pleurs, d'une personne complètement transformée tournant les yeux vers l'homme qu'elle aime afin qu'il abrège cette horreur clôt tragiquement et superbement le film. Une vraie pépite.
Nouveau sur ce site.
Outerlimits
Assistant opérateur
Posts: 2741
Joined: 26 Apr 08, 23:24

Re: Hurlements (Joe Dante, 1981)

Post by Outerlimits »

Je l'ai découvert au début des 80s en VHS. Je n'avais pas apprécié ; j'avais trouvé la 1ère heure trèèès longue, et le final, où un des persos se transforme en "boule de poils" sur le plateau télé, assez ridicule.
Comble : j'avais trouvé que les SFX du grand Rob Bottin étaient amoindris car très mal mis en valeur par la caméra (la scène de transformation notamment, exagérément surdécoupée, et filmée sous tous les angles possibles).
Il y avait néanmoins une réelle ambiance dans le film, renforcée par une très belle photographie.

Il faudrait que je lui redonne sa chance.
julien
Oustachi partout
Posts: 9045
Joined: 8 May 06, 23:41

Re: Hurlements (Joe Dante - 1981)

Post by julien »

Je l'ai découvert il n'y a pas longtemps. Je l'avais encore jamais vu mais j'ai pas était tellement emballé moi aussi. L'histoire se révèle assez peu passionnante à suivre et trop de scènes s'étirent en longueurs. Par contre le film anticipe pas mal j'ai l'impression cette mode des petites séries B fantastiques post-Roger Corman, à l'esthétique eighties très prononcée, comme Le Loup garou de Londres, La Compagnie des Loups, The Beast Within, Shud etc. Pour l'époque, le film devait sans doute présenter des aspects visuels intéressants, même si les effets ont maintenant pas mal vieillit, faute à un budget qu'on imagine très réduit. La fin par contre est assez mordante, et là on retrouve bien l'humour caustique à venir du réalisateur. Dommage finalement qu'il n'est pas davantage recentré l'action autour du monde des médias et des studios de télévision, ce qui aurait était un bon prétexte à une vision décapante du milieu. Toute la longue partie dans le bois est assez terne.
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.
Mr-Orange
Assistant(e) machine à café
Posts: 142
Joined: 22 Jan 13, 17:10

Re: Hurlements (Joe Dante, 1981)

Post by Mr-Orange »

Outerlimits wrote:Je l'ai découvert au début des 80s en VHS. Je n'avais pas apprécié ; j'avais trouvé la 1ère heure trèèès longue, et le final, où un des persos se transforme en "boule de poils" sur le plateau télé, assez ridicule.
Comble : j'avais trouvé que les SFX du grand Rob Bottin étaient amoindris car très mal mis en valeur par la caméra (la scène de transformation notamment, exagérément surdécoupée, et filmée sous tous les angles possibles).
Il y avait néanmoins une réelle ambiance dans le film, renforcée par une très belle photographie.

Il faudrait que je lui redonne sa chance.
Ah tiens bizarrement contrairement à beaucoup je préfère la première heure : des mystères dans le campus, l'assassin au visage mystérieux et sa disparition...
Nouveau sur ce site.
mannhunter
Laspalès
Posts: 16314
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Hurlements (Joe Dante, 1981)

Post by mannhunter »

frédéric wrote:la scène clé du film est une stupéfiante scène de transformation qui dure au moins dix minutes
Le BR français doit être cut alors...
Helena
Electro
Posts: 973
Joined: 29 Jun 13, 02:35
Location: ...

Re: Hurlements (Joe Dante - 1981)

Post by Helena »

C'est mon film horrifique culte. Je ne l'ai pas revue depuis quelques années car il me terrifie vraiment. Je l'ai vue la première fois à 6 ans, avec ma grande soeur... le soir même je faisais des cauchemars, je voyais la scène ou Robert Picardo se transformait et j'avais peur qu'il se trouve dans les toilettes de ma chambre...bes quoi j'étais petite... la même année j'avais peur le soir que le T-Rex de Jurassic Park était dans notre jardin, mon père devait m'aimer à mes 6 ans. Bref le film est terrifiant, même aujourd'hui. Joe Dante arrive à distiller le mystère et le côté malsain nécessaire au film. La grande force du film en dehors de la réalisation et de l'approche du réalisateur, c'était les maquillages et les trucages de Rob Bottin, sincèrement ils sont magnifiques et quand on voit les trucages en question, on se dit qu'il sera difficile pour les autres réalisateurs d'avoir mieux dans un film de lycans et c'est le cas. Le final est bien dans le ton des autres oeuvres du réalisateur alors que l'introduction, bien que sur la même thématique, est vraiment glauque. Bref je ne vais pas proposer de critique car je n'ai pas vue le film depuis quelques années, mais il reste mon film fétiche du réalisateur. Un must.
"Esotika, Erotika, Psicotika."
Outerlimits
Assistant opérateur
Posts: 2741
Joined: 26 Apr 08, 23:24

Re: Hurlements (Joe Dante - 1981)

Post by Outerlimits »

La suite de "Hurlements", très prochainement sur les écrans.

Image
mannhunter
Laspalès
Posts: 16314
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Hurlements (Joe Dante - 1981)

Post by mannhunter »

Image