Robert Redford

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
tenia
Le Choix de Sophisme
Posts: 24136
Joined: 1 Jun 08, 14:29

Re: Robert Redford

Post by tenia »

Peut-être plus encore que ses rôles (même si j'ai mes préférences, notamment L'arnaque que j'adore), j'ai été profondément impressionné par Et au milieu coule une rivière, que j'ai découvert l'année passée via sa ré-édition en Blu-ray. Je n'avais jamais été particulièrement attiré par le sujet de ce film (idem pour L'homme qui murmurait - je suppose que c'est là aussi une erreur -), mais quelle erreur de ma part, bon dieu, quelle erreur.
User avatar
Rockatansky
Le x20, c'est dangereux
Posts: 40881
Joined: 13 Apr 03, 11:30
Last.fm
Liste DVD

Re: Robert Redford

Post by Rockatansky »

Pour moi ses cinq premiers films sont des réussites avec deux très grands films (Et au milieu coule une rivière et L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux) après Bagger vance j'ai l'impression qu'il a un peu perdu son mojo.
Clear Eyes, Full Hearts Can't Lose !
« S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille ».
Erwin Panofsky
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89950
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Robert Redford

Post by Jeremy Fox »

Rockatansky wrote:Paradoxalement je le place bien plus haut en tant que réalisateur.
Gros faible aussi pour sa filmo en tant que cinéaste même si j'aime énormément l'acteur dont mes films préférés sont de loin Havana, Out of Africa et Jeremiah Johnson.
User avatar
la_vie_en_blueray
Régisseur
Posts: 3477
Joined: 30 Jan 17, 19:26

Re: Robert Redford

Post by la_vie_en_blueray »

j'aime beaucoup.

on sent le beau gosse ricain qui a su evoluer par ses rencontres (Fonda, etc) vers un cinema militant. Sans doute l'heritier de Lancaster sur ce point.
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8806
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Robert Redford

Post by Alexandre Angel »

Rockatansky wrote:Pour moi ses cinq premiers films sont des réussites avec deux très grands films (Et au milieu coule une rivière et L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux) après Bagger vance j'ai l'impression qu'il a un peu perdu son mojo.
J'avoue humblement n'avoir pas compris l'aura de L'Homme qui murmurait.. après l'avoir enfin vu. Peut-être le fait que la copie ne soit pas terrible a-t-il joué. Mais il ne m'en est rien resté :?
Je garde un souvenir plaisant de Milagro.
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 16312
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Robert Redford

Post by Supfiction »

Bagger vance est un tout petit film mais que j’apprécie beaucoup.
la_vie_en_blueray wrote:j'aime beaucoup.

on sent le beau gosse ricain qui a su evoluer par ses rencontres (Fonda, etc) vers un cinema militant. Sans doute l'heritier de Lancaster sur ce point.
Je ne vois pas bien de filiation avec Lancaster (acteur que je situe au sommet ce qui n’est pas le cas de Redford malgré la sympathie et le respect qu’il inspire).
Last edited by Supfiction on 8 Aug 18, 10:50, edited 1 time in total.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89950
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Robert Redford

Post by Jeremy Fox »

Alexandre Angel wrote:
Rockatansky wrote:Pour moi ses cinq premiers films sont des réussites avec deux très grands films (Et au milieu coule une rivière et L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux) après Bagger vance j'ai l'impression qu'il a un peu perdu son mojo.
J'avoue humblement n'avoir pas compris l'aura de L'Homme qui murmurait.. après l'avoir enfin vu. Peut-être le fait que la copie ne soit pas terrible a-t-il joué. Mais il ne m'en est rien resté :?
Moi c'est à sa sortie ciné que j'étais passé à côté. Sa revision fut une grosse bouffée d'émotion.
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8806
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Robert Redford

Post by Alexandre Angel »

Je retenterai :wink:
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Robert Redford

Post by Thaddeus »

Comme à mon habitude, ce récapitulatif ne se focalise que sur la carrière de réalisateur du bonhomme.


Image



(en italiques : films découverts en salle à leur sortie)


Des gens comme les autres
Le premier essai de Redford réalisateur a-t-il volé ses Oscars ? Certainement au regard de ses immenses concurrents ; nullement si l’on juge de la maturité et de l’acuité psychologique avec laquelle il explore les blessures secrètes d’une famille apparemment sans histoire. Par petites touches, il dresse le portrait subtil de cette bourgeoisie WASP qui n’a jamais cessé d’empreindre le système de valeurs américain : être performant, rester maître de soi, parvenir à sauver les apparences lorsque tout s’effrite derrière les façades aseptisées. Miné par la culpabilité et l’engourdissement affectif, l’adolescent trouvera dans la bienveillance du psy et l’amour désemparé du père le moyen de vaincre son mal de vivre, qu’entretiennent la distance glaciale et le ressentiment inconscient de sa mère. Un très beau film. 5/6
Top 10 Année 1980

Et au milieu coule une rivière
Tel un Jourdain qui coulerait au milieu de cette terre de vitesse et de violence qu’est devenue Hollywood, le troisième long-métrage de Redford est limpide, tranquille, sans anicroche – du cinéma de papa. Mais son but est louable et les moyens qu’il s’octroie pour y parvenir respectables : filmer beau et écolo, comme autrefois, avec voix off du narrateur et paysages en sépia pour évoquer le passé. La nostalgie d’une Amérique vraisemblablement idéalisée (celle des années 20), qui portait haut des valeurs essentielles (la foi, l’honneur, le respect de la parle donnée), colore un portrait de famille en demi-teintes qui, sans démériter, souffre d’une ataraxie un peu ronflante et gâche l’équation posée (virilité, nature, religion) par une volonté d’illustration appliquée n’évitant pas les facilités de l’académisme. 3/6

Quiz show
1956. Modeste juif de Brooklyn, le champion d’un jeu télévisé qui passionne les foules ne répond plus aux critères de popularité. Il faut le remplacer, et l’élu est un fils de bonne famille, beau comme une vedette de cinéma, cultivé, rassurant. On pouvait redouter la charge moralisatrice démolissant le cynisme du show-business ; on avait tort. Redford a su ne pas faire une diatribe contre la petite lucarne mais un débat questionnant l’éthique individuelle, l’Amérique et sa représentation : il raconte moins une arnaque qu’un système de propagande qui devait modifier pour toujours la perception d’un peuple sur lui-même et par le reste du monde. Peinture d’un milieu feutré et impitoyable, constat amer de l’injustice institutionnalisée et de l’irréductibilité des classes sociales, le film est une totale réussite. 5/6
Top 10 Année 1994

L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux
À nouveau Redford déclare sa flamme à Mère Nature et livre comme le B.A-ba de son éthique, réfractaire aux modes et aux paillettes. Grand bol d’air sain, cantique vivifiant aux grands espaces et à la transparence des sentiments, ce mélo un peu trop sage dilue sur deux longues heures quarante une rééducation physique et émotionnelle émaillée d’une love story impossible. Commençant dans la mort et la souffrance pour s’achever sur une promesse d’harmonie nouvelle, il dispense un chant sans âge sur le thème de la famille menacée et le retour au vieil Ouest, territoire finissant qui ne cesse de disparaître sous les yeux du cinéma, et poursuit une quête d’oxygène, de guérison et de rédemption morale dont les vertus apaisantes et volontairement désuettes dispensent un charme intermittent. 4/6


Mon top :

1. Des gens comme les autres (1980)
2. Quiz show (1994)
3. L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux (1998)
4. Et au milieu coule une rivière (1992)

Le sex symbol des années 70 n’est pas qu’un acteur (très) beau et charismatique, il est aussi devenu au fil des ans un réalisateur à contre-courant des modes, sans génie mais dont la conviction et la sobriété forcent la sympathie. Devant ou derrière la caméra Redford est le même : passeur lucide mais romantique d’une certaine idée de l’Amérique et de ses valeurs mythologiques. Ses deux meilleurs films sont formidables.
User avatar
El Dadal
Directeur photo
Posts: 5437
Joined: 13 Mar 10, 01:34
Location: Sur son trône de vainqueur du Quiz 2020

Re: Robert Redford

Post by El Dadal »

Je n'ai pas vu son premier film de réalisateur (j'aimerai une belle édition pour y remédier), mais mon préféré à ce jour est celui que tu n'as pas cité : The Milagro Beanfield War, un film qui tisse du lien social et émotionnel sans démagogie. Une petite perle de feel-good movie.
User avatar
Karras
Mogul
Posts: 11641
Joined: 15 Apr 03, 18:31
Location: La cité du Ponant

Re: Robert Redford

Post by Karras »

Le Guardian propose un top 10 de ses prestations en tant qu'acteur :

10. Brubaker (1980)
9. The Twilight Zone – “Nothing in the Dark” (1962)
8. Gatsby le Magnifique (1974)
7. Les experts (1992)
6. Les 3 jours du condor (1975)
5. All Is Lost (2013)
4. Les Hommes du président (1976)
3. Votez McKay (1972)
2. La descente infernale (1969)
1. Butch Cassidy and the Sundance Kid (1969)

Je ne connais pas cette descente infernale mais je confirme tout le bien que l'on peut penser de Votez McKay toujours brulant d'actualité.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Robert Redford

Post by AtCloseRange »

Karras wrote:Le Guardian propose un top 10 de ses prestations en tant qu'acteur :

10. Brubaker (1980)
9. The Twilight Zone – “Nothing in the Dark” (1962)
8. Gatsby le Magnifique (1974)
7. Les experts (1992)
6. Les 3 jours du condor (1975)
5. All Is Lost (2013)
4. Les Hommes du président (1976)
3. Votez McKay (1972)
2. La descente infernale (1969)
1. Butch Cassidy and the Sundance Kid (1969)

Je ne connais pas cette descente infernale mais je confirme tout le bien que l'on peut penser de Votez McKay toujours brulant d'actualité.
Y a pas Out of Africa, ce top est à chier.
Image
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 16312
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Robert Redford

Post by Supfiction »

Karras wrote:Le Guardian propose un top 10 de ses prestations en tant qu'acteur :

10. Brubaker (1980)
9. The Twilight Zone – “Nothing in the Dark” (1962)
8. Gatsby le Magnifique (1974)
7. Les experts (1992)
6. Les 3 jours du condor (1975)
5. All Is Lost (2013)
4. Les Hommes du président (1976)
3. Votez McKay (1972)
2. La descente infernale (1969)
1. Butch Cassidy and the Sundance Kid (1969)

Je ne connais pas cette descente infernale mais je confirme tout le bien que l'on peut penser de Votez McKay toujours brulant d'actualité.
La descente infernale n’est pas extraordinaire, je me demande pourquoi il se retrouve à cette place. Le film est assez mou de mémoire. Il passait régulièrement sur Paramount channel.
Redford est un acteur très apprécié mais en fait on ne peut pas dire qu’il ai une filmo si impressionnante et un rôle vraiment marquant.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Robert Redford

Post by AtCloseRange »

C'est peut-être bien son meilleur rôle et un de ses meilleurs films pourtant.
Image
User avatar
la_vie_en_blueray
Régisseur
Posts: 3477
Joined: 30 Jan 17, 19:26

Re: Robert Redford

Post by la_vie_en_blueray »

Coté années 70, il passe très loin derriere un D. Hoffman.

Mais il a fait qq films très populaires comme l'Arnaque.