Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45980
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Post by Flol »

Alexandre Angel wrote:N'ayant pas le courage de me taper tout le topic, sérieux, Prometheus, qu'est-ce que ça vaut? :fiou: Un fan peut-t-il me répondre de manière synthétique? :D
Pas fan du tout, mais je te réponds quand même : c'est beau mais c'est con.
Je t'en prie.
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9043
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Post by Alexandre Angel »

Ratatouille wrote:c'est beau mais c'est con
Merci à toi et aux autres pour la synthèse!
Il y a du look, une invention visuelle plaisante, c'est divertissant........mais un peu con, oui
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11859
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Post by Anorya »

La fox a mis en ligne une vidéo qui résume directement qu'Alien Covenant est bien la suite directe de Prometheus et donc y fait ouvertement référence, plus que prévu.

BREF, SPOILERS.
Mais gros spoiler hein.
Et comme on dit, Haters gonna hate. Ou pas, on verra bien à sa sortie comment Scott a géré l'après Prometheus mais je ne pense pas que savoir ça et voir la vidéo va réjouir les gens qui attendaient Covenant. Probablement plus ceux qui ont aimé Prometheus ici et ils sont peu. :fiou:

Et peut-on au passage renommer ce topic en "Second cycle Alien" étant donné qu'on se dirige vers ça et qu'on puisse regrouper Covenant et le possible troisième film qu'il y aura ? :wink:
Spoiler (cliquez pour afficher)
Edit : Tiens si ça se trouve en y repensant, ça pourrait très bien être une séquence en bonus pour le blu-ray. Un peu comme la conférence TED de Prometheus. Sauf que cette dernière était effectivement plus un objet promotionnel dans l'idée qu'ici un prologue réellement rattaché à la fiction.
Image
User avatar
Major Tom
Petit ourson de Chine
Posts: 21026
Joined: 24 Aug 05, 14:28

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Post by Major Tom »

Image

:idea:
Image
Clique ici... Image ...et ta vie va changer pour toujours.
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11859
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Post by Anorya »

Major Tom wrote:Image

:idea:
La balise spoilers, bordel ! :evil: :mrgreen:
Image
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15193
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Post by Watkinssien »

Alexandre Angel wrote:
Ratatouille wrote:c'est beau mais c'est con
Merci à toi et aux autres pour la synthèse!
Il y a du look, une invention visuelle plaisante, c'est divertissant........mais un peu con, oui
Spoiler (cliquez pour afficher)
Stupide et grossier à l'image de ces deux là: Image ou de celui-là: Image Mon Dieu, ces personnages, leur caractérisation et les acteurs, ils plombent définitivement le film!!! Horrible.
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
Rick Deckard
Assistant opérateur
Posts: 2183
Joined: 6 Jan 08, 18:06
Location: Los Angeles, 2049

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Post by Rick Deckard »

Major Tom wrote:Image

:idea:
Bien vu, mais soignez la référence: c'est "le fil vert sur le bouton vert, le fil rouge sur le bouton rouge" :wink:
Il ne faut pas confondre des mecs qui s’excusent et dégât des eaux
User avatar
Rockatansky
Le x20, c'est dangereux
Posts: 41078
Joined: 13 Apr 03, 11:30
Last.fm
Liste DVD

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Post by Rockatansky »

Vu la taille du topic j'aurais plutôt tendance à préférer qu'on en crée un pour Alien Convenant
Clear Eyes, Full Hearts Can't Lose !
« S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille ».
Erwin Panofsky
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45980
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Post by Flol »

Ratatouille wrote:
El Dadal wrote:
What???? :shock: :shock: :shock: :shock: ... :shock:
Je comprend que le manque de films de SF incite un poil à l'indulgence, mais au sortir de la salle, je n'arrivait pas à imaginer, avec toute la bonne volonté du monde, qu'on puisse honnêtement trouver ce film "bon" (je ne dis même pas "réussi") sans une dose d'aveuglement.
Ça arrive très souvent avec les gros blockbusters : la moyenne part très vite dans les hauteurs, mais avec le temps ça se tassera, les déçus oseront enfin s'exprimer, et surtout...ceux qui ont adoré se rendront compte de leur erreur (*vanne*).
Mise à jour 4 ans plus tard : la note moyenne est descendue à 7/10.
C'est mieux, mais ça reste encore trop élevé.
User avatar
El Dadal
Réalisateur de seconde équipe
Posts: 5598
Joined: 13 Mar 10, 01:34
Location: Sur son trône de vainqueur du Quiz 2020

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Post by El Dadal »

Lentement mais sûrement, on se rapproche de la vérité. Rendez-vous dans 4 ans :mrgreen:
User avatar
Truffaut Chocolat
Rene Higuita
Posts: 5667
Joined: 28 Jul 05, 18:33

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Post by Truffaut Chocolat »

Rockatansky wrote:Vu la taille du topic j'aurais plutôt tendance à préférer qu'on en crée un pour Alien Convenant
Va-t-il dépasser les 113 pages ? :o
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 15861
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Post by Père Jules »

Rockatansky wrote:Vu la taille du topic j'aurais plutôt tendance à préférer qu'on en crée un pour Alien Convenant
Attendons que wontolla soit libéré de l'embargo.
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Re: Prometheus (Ridley Scott - 2012)

Post by Max Schreck »

Après avoir parcouru l'intégralité du topic (je déconne), je partage un peu l'avis général dominé par un sentiment de frustration. Peut-être me trompe-je, mais après Exodus, j'ai encore l'impression ici d'un film signé Scott qui nous serait livré avec un paquet de coupes, particulièrement dans la 1re heure. Et pourtant on conserve le prologue en Ecosse alors que ses enseignements seront repris et répétés lors du briefing. On laisse au spectateur le soin de deviner sur quoi s'appuient les motivations des uns et des autres, le pourquoi et le comment de l'embarquement à bord d'une mission qui se veut quand même ultra-ambitieuse (pour le XXIe siècle) et qui apparaît à peine préparée. Entre une équipe majoritairement composée de bras cassés absolument pas fiables, et de vraies divergences de point de vue et de méthode chez ceux censés incarner l'autorité, on ne s'étonnera pas que ce soit l'apocalypse dès le lendemain de leur arrivée. Par conséquent, même si le personnage de Shaw apparaît vite comme celui qu'on nous demande de suivre, on se sent assez peu concerné par ce qui arrive à la troupe. Après les acteurs font ce qu'ils peuvent avec le background qu'on leur donne (Theron et son côté glacé, Idris Elba et sa présence de dingue), et tout ça aurait du normalement créer une vraie alchimie. Donc le problème vient de l'écriture et du rythme des scènes.

Parce que sur le papier, par l'image et les dialogues, le film dit tout ce qu'il a à dire. Mais Scott passe tellement vite dessus que cette quête métaphysique du père n'atteint pas son potentiel, alors qu'elle est au cœur de ce qui anime les personnages principaux, chacun adoptant une attitude différente. L'idée de la rencontre décevante avec le créateur est plutôt excellente, mais c'est raconté sans finesse ou profondeur. Du coup, lorsque dans la 2e moitié tous les enjeux s'évaporent au profit de la simple course pour la survie, et que ça assume le côté spectacle, on serait presque soulagé. Au prix donc d'un abandon des prétentions initiales, comme si Scott souhaitait qu'on le prenne d'abord et avant tout comme un entertainer soucieux de basiquement faire vibrer le public dans son fauteuil. Et sans pour autant atteindre le dégré d'horreur viscérale générée par au moins les 3 premiers Alien. Là les sensations passeront plutôt par le spectaculaire.

Visuellement le film est d'une séduction constante, porté par les sonorités sourdes et puissantes de Marc Streitenfeld, son désormais compositeur attitré après Zimmer. La mise en scène sait composer des images élégantes et mettre en valeur des paysages grandioses. On se promène dans des éléments de décors qui nous sont familiers, preuve que le travail de Giger est décidément intemporel (avec reprise d'un de ses designs pour Dune, avec le profil allongé sur le dôme). Mais le film arrive à raconter sa propre histoire sans être esclave de ce qui est finalement bien plus que de simples clins d'oeil.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...