Jacques Audiard

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 10884
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Jacques Audiard

Post by Alexandre Angel »

Thaddeus wrote:Passionnant, le gars.
Oui, mais légèrement bracass... :lol:
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5689
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Jacques Audiard

Post by Thaddeus »

J'imagine la tête du vendeur une fois la caméra partie. "Le c..., il m'a ruiné ma boutique !"
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 18937
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Jacques Audiard

Post by Supfiction »



3 novembre
A mon avis, il faudra pas traîner pour le voir en salle.
tenia wrote: rien de bien nouveau
Excelsior Supfiction - Excelsior Dvdclassik
Image
User avatar
tchi-tcha
Doublure lumière
Posts: 689
Joined: 19 Oct 21, 01:46

Re: Jacques Audiard

Post by tchi-tcha »

Je savais bien qu'il existait un sujet Jacques Audiard :D

Copier/coller de mon avis sur le petit dernier dans le topic des notes, si on peut appeler ça un avis :
tchi-tcha wrote: 3 Nov 21, 22:29 Les Olympiades 6,5/10
(Un film qui réussit bien à capter "quelque chose" grâce à ses interprètes (à ce niveau c'est de l'orfèvrerie), sans doute aussi grâce au travail de Céline Sciamma sur les comics d'Adrian Tomine. Mais il y toujours "quelque chose" (encore) qui m'empêche d'entrer dans les films de Jacques Audiard. Non, ici le côté "vieux de 70 ans qui filme du cul cru", je n'y ai pas pensé. Est-ce parce que le matériau de base est un comics en NB ou est-ce pour mieux "capter l'air du temps" que Jacques Audiard a opté pour le noir et blanc, ça par contre ça fait partie des tics du bonhomme qui me gênent. Bref, je ne suis pas le mieux placé pour en parler, donc hâte de lire d'autres avis, forcément plus intéressants que le mien sur ce coup-là :oops: )

Tout en reconnaissant la place de Jacques Audiard dans le paysage cinématographique français, à part ses deux premiers films... bah je n'y arrive pas. Il y a toujours un "petit quelque chose" (oui, encore) qui empêche son cinéma de me toucher. Davantage que des tics de mise en scène (qui n'est pas toujours discrète), je dirais que c'est finalement sa maîtrise qui me garde à distance, trop contrôlée pour m'émouvoir totalement.

Pas certain d'être clair et de réussir à me faire comprendre, désolé... Et pas envie de creuser/développer non plus (mais ça, c'est par pure flemme :mrgreen: ), donc je vais sagement suivre le conseil d'un éminent classikien donné en page précédente :
Jeremy Fox wrote: 29 Aug 15, 13:03 Sachez prendre du plaisir parfois en regardant un film !
Comme d'habitude, avec ces Olympiades, l'interprétation est tout simplement formidable. Même si le cadre dans lequel le réalisateur les enferme me pose toujours problème (cette "maîtrise", donc), bon sang ce que ces trois comédiens principaux peuvent être bons ! :P
(une confirmation, deux révélations, bon score)
Et ça, c'est une qualité que je ne peux pas lui retirer : qu'il emploie des talents confirmés ou des nouvelles têtes, Audiard est un exceptionnel directeur d'acteurs et d'actrices.

Note : vu Les Olympiades le mercredi de sa sortie en multiplexe à la séance de 20h. Il y avait beaucoup de spectateurs pour Les Eternels (avec contrôle du passe sanitaire pour ralentir encore plus), sans doute un effet vacances scolaires, mais la salle était correctement remplie pour le Audiard. Avec de la chance, il réussira peut-être à rester trois semaines sur les écrans. Mais ne traînez pas trop quand même...
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 10884
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Jacques Audiard

Post by Alexandre Angel »

Je te suis plutôt sur Jacques Audiard, du moins, quant à l'impression que produisent ses films sur moi.
Ce n'est pas du rejet mais un défaut d'adhésion de ma part, comme on dirait cela d'un pneu :mrgreen: .
Lui et moi, on ne vit pas vraiment dans le même univers..
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 18937
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Jacques Audiard

Post by Supfiction »

tchi-tcha wrote: 4 Nov 21, 04:09 Je savais bien qu'il existait un sujet Jacques Audiard :D

Copier/coller de mon avis
Image
tenia wrote: rien de bien nouveau
Excelsior Supfiction - Excelsior Dvdclassik
Image
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 49178
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Jacques Audiard

Post by Flol »

Je me rends compte que j'ai un peu le même rapport que vous avec le ciné d'Audiard : j'ai vu tous ses films (excepté le dernier), à chaque fois j'en suis ressorti impressionné...et pourtant, je n'ai jamais ressenti le besoin d'y retourner. Il n'y a aucun de ses films que j'ai vu 2 fois. Je ne sais pas ce que ça veut dire précisément de mon rapport à Audiard.
User avatar
tchi-tcha
Doublure lumière
Posts: 689
Joined: 19 Oct 21, 01:46

Re: Jacques Audiard

Post by tchi-tcha »

Alexandre Angel wrote: 4 Nov 21, 08:34 Ce n'est pas du rejet mais un défaut d'adhésion de ma part, comme on dirait cela d'un pneu
Dommage que concernant un pneu on parle plutôt d'adhérence. Un pneu adhère à la route, il n'adhère pas à La République En Marche :idea:
Autrement, on tenait là un des meilleurs jeux de mots du forum (qui n'en est pourtant déjà pas avare).
:cry:


Ou alors... Mais oui, j'ai compris ! :D

Image
Bon sang mais c'est bien sûr ! Avec son jeu de mots délibérément bancal, Alexandre Angel veut nous dire que l'humour c'est pas franchement la caractéristique première des films de Jacques Audiard, trops cadenassés dans leur maîtrise !


Attendez... Je la refais avec une autre photo pour les plus jeunes :
Image
'Tain d'sa race, Watson ! Avec son jeu de mots délibérément bancal, Alexandre Angel veut nous dire que l'humour c'est pas franchement la caractéristique première des films de Jacques Audiard, trops cadenassés dans leur maîtrise !
User avatar
tchi-tcha
Doublure lumière
Posts: 689
Joined: 19 Oct 21, 01:46

Re: Jacques Audiard

Post by tchi-tcha »

Supfiction wrote: 4 Nov 21, 11:07 Image
Merci ! :D

Mais désolé, ne compte pas sur moi pour maintenir sous perfusion ton topic pin up Noémie Merlant :mrgreen:
Si on parle des Olympiades, alors on en parle ici.
-Kaonashi Yupa- wrote: 4 Nov 21, 18:54
Supfiction wrote: 4 Nov 21, 15:13Elle est superbe dans le film néanmoins son personnage n’est pas facile à comprendre. C’est sans doute la touche Sciamma mais son revirement final m’a laissé un peu circonspect (cela fait penser au début de La vie d’Adele sauf que le personnage est encore « en apprentissage »)
À ce sujet je te recommande l'interview du réalisateur dans Positif, il parle non seulement du chemin fait par le scénario (en gros Sciamma a fait les premières mouture, posant plein de bases thématiques, puis ensuite Audiard et Léa Mysius ont repris ensemble toutes la structures, certains thèmes, etc), mais aussi du personnage de Nora, pas facile en effet et beaucoup retravaillé avec la deuxième co-scénariste justement.

Noémie Merlant m'a encore plus surpris et impressionné dans ce film que dans Portrait de la jeune fille en feu, c'est vraiment une très grand actrice en puissance.
C'est vrai qu'au début, j'ai eu des craintes avec son personnage de provinciale qui découvre Paris avec des yeux écarquillés d'émerveillement (elle dit venir de Bordeaux, elle doit déjà avoir vu des immeubles de plus de deux étages). Et je ne parle même pas de la mésaventure qui lui arrive pour la faire entrer dans le triangle amoureux du film. Mais c'est justement (comme tu le dis) parce qu'elle n'est pas facile à comprendre qu'elle a fait sauter mes réticences.

Evidemment, c'est tentant de faire un lien avec le Portrait de la Jeune Fille en Feu de Céline Sciamma (qui, étrange coïncidence, est également de l'aventure Les Olympiades). Mais j'ai plutôt pensé aux Illusions Perdues de Xavier Giannoli, film sorti peu avant avec un autre provincial naïf qui monte sur Paris. Le problème de Giannoli, c'était d'élaguer sans trahir le pavé de Balzac. Audiard, lui, à l'opposé, n'a que quelques traits dans les cases des comics d'Adrian Tomine pour construire son personnage. Donc un personnage littéralement bâti sur un trait de crayon (d'où peut-être le long développement qu'évoque -Kaonashi Yupa-, pas lu l'entretien de Positif pour creuser l'hypothèse).
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 10884
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Jacques Audiard

Post by Alexandre Angel »

tchi-tcha wrote: 5 Nov 21, 02:48
Alexandre Angel wrote: 4 Nov 21, 08:34 Ce n'est pas du rejet mais un défaut d'adhésion de ma part, comme on dirait cela d'un pneu
Dommage que concernant un pneu on parle plutôt d'adhérence. Un pneu adhère à la route, il n'adhère pas à La République En Marche :idea:
Autrement, on tenait là un des meilleurs jeux de mots du forum (qui n'en est pourtant déjà pas avare).
:cry:


Ou alors... Mais oui, j'ai compris ! :D

Image
Bon sang mais c'est bien sûr ! Avec son jeu de mots délibérément bancal, Alexandre Angel veut nous dire que l'humour c'est pas franchement la caractéristique première des films de Jacques Audiard, trops cadenassés dans leur maîtrise !


Attendez... Je la refais avec une autre photo pour les plus jeunes :
Image
'Tain d'sa race, Watson ! Avec son jeu de mots délibérément bancal, Alexandre Angel veut nous dire que l'humour c'est pas franchement la caractéristique première des films de Jacques Audiard, trops cadenassés dans leur maîtrise !
C'est gentil à toi d'essayer de me sauver mais non, je me suis bien planté de mot.
Je sentais que quelque chose n'allait pas :mrgreen:

Et d'accord sur le manque d'humour : je dirais même que je trouve ce cinéma un peu imbu de lui même. Mais je ne jette pas Bébé avec l'eau du bain, Audiard est un cinéaste intéressant (je reverrais bien son western) et il faudrait que je me décide à voir Dheepan.
User avatar
tchi-tcha
Doublure lumière
Posts: 689
Joined: 19 Oct 21, 01:46

Re: Jacques Audiard

Post by tchi-tcha »

Alexandre Angel wrote: 5 Nov 21, 07:52 (je reverrais bien son western)
Coxwell wrote: 5 Nov 21, 18:07 Jacques Audiard, c'est aussi celui qui a commis ce western vaporeux, verbeux, hors sol dont je préfère éviter de rappeler le nom :idea:
C'est aussi celui qui a balafré le final de la dernière saison du Bureau des légendes, en insufflant ce verbe creux et superfétatoire, le tout dans une mise en scène totalement artificielle, qui vire au dispositif et totalement à l'encontre du pragmatisme "realpolitik" des renseignements dont la série avait jusque là plutôt bien singé.
Dans le genre proposition artificialisante, totalement décomplexée dans le syndrome "représentation fantasmée et bourgeoise", on fait difficilement moins bien que les derniers productions de Jacques Audiard. Qu'il pense que le 12e-13e puisse être filmé comme une "métropole asiatique" en dit long sur sa représentation de la réalité (des métropoles asiatiques) mais surtout de sa proposition artistique qui en suit, une sorte de dialectique qui se cherche dans un faux naturalisme maquillant une représentation assez fantasmée, bourgeoisie et déconnectée des corps et de la réalité organique.
Image

Assez brutal dans son jugement contre Audiard, ce Coxwell :mrgreen:
(mais pas complètement faux non plus)


Y'a pas à dire, certains écrivent beaucoup mieux que moi sur ce forum, ça me troue le cul (comme on dirait cela d'un pneu troué).
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93415
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Jacques Audiard

Post by Jeremy Fox »

L'un des plus beaux westerns de ce 21ème siècle.
User avatar
tchi-tcha
Doublure lumière
Posts: 689
Joined: 19 Oct 21, 01:46

Re: Jacques Audiard

Post by tchi-tcha »

Concernant Les Frères Sisters, j'y avais trouvé les qualités que je reconnais à Audiard (pas super fan dans l'absolu des deux gars dont le nom est au milieu de l'affiche, ils étaient pas mal du tout ici), et ses tics m'y avaient moins gêné que d'habitude. Et pour le coup, "hors sol" serait plutôt une qualité dans le cas présent.

Ah c'est malin, vous me donnez envie de revoir un film de Jacques Audiard :)



[ insérer ici la vanne à base de pneu de votre choix ]
User avatar
El Dadal
Réalisateur
Posts: 6437
Joined: 13 Mar 10, 01:34
Location: Sur son trône de vainqueur du Quiz 2020

Re: Jacques Audiard

Post by El Dadal »

Assez d'accord avec Coxwell.
Depuis la réception totalement démentielle de Un prophète, je soupçonne le fils Audiard d'avoir pété une durite, car d'un coup je trouve ses films suivants complaisants, indulgents et bien-pensants (oui), de plus en plus formatés malgré leurs atours formels parfois séduisants. Avec cet état d'esprit, pas sûr d'avoir envie de tenter le dernier.
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 18937
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Jacques Audiard

Post by Supfiction »

El Dadal wrote: 5 Nov 21, 20:57 Assez d'accord avec Coxwell.
Depuis la réception totalement démentielle de Un prophète, je soupçonne le fils Audiard d'avoir pété une durite, car d'un coup je trouve ses films suivants complaisants, indulgents et bien-pensants (oui), de plus en plus formatés malgré leurs atours formels parfois séduisants. Avec cet état d'esprit, pas sûr d'avoir envie de tenter le dernier.
Cela ne fait que deux films donc, De rouille et d'os et Dheepan. Le premier ne m’avait pas emballé non plus, et le second peut facilement agacer.
Les frères sisters, c’est très différent. Ne serait-ce que parce qu’il n’est pas à l’origine du projet.
tenia wrote: rien de bien nouveau
Excelsior Supfiction - Excelsior Dvdclassik
Image