Top Peter Jackson

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Le Chiffre
Assistant(e) machine à café
Posts: 226
Joined: 28 Jul 07, 20:00
Location: Casino Royale, Montenegro

Post by Le Chiffre »

Bad Taste wrote:
Le Chiffre wrote:Il existe un DVD Hollandais de Meet the Feebles, mais sans STF et je crains que la copie proposée ne soit pas de bonne qualité. :?
Je l'ai.
Il est toujours emballé. :oops:
Mais effectivement, il n'a pas très bonne réputation. :?
Uniquement des ST hollandais, et piste audio DD 2.0 en anglais.
Les photos du film à l'arrière de la pochette sont assez baveuses.
Chopé à 16,99€ à la Rnac (oui, car le prix est toujours dessus :D).

Vivement un Z2 Fr ! :razz:
Bad Taste existe aussi dans cette même collection, le DVD FR est hélas épuisé. :cry:
Si les éditeurs hexagonaux ne se décident pas à sortir The Feebles, je prendrai le Z2 NL, le niveau d'anglais ne doit pas être trop difficile (c'est déjà le cas pour Bad Taste) et tant pis pour la copie baveuse. :?
Nothing sinister...
Bad Taste
Dommage que tu sois régisseur
Posts: 5147
Joined: 14 Apr 07, 22:52

Post by Bad Taste »

Je possède Bad Taste en Z2 NL et la version Z2 Fr avec la vilaine piste sonore Arkamys. :oops:
Et puis Braindead (a.k.a. Dead Alive) en Z1. :oops:
Je suis fan. :oops:

Le Z2 Fr est introuvable pour Bad Taste ? :shock:
Peut-être sur Ibaie ?

Quant au niveau d'anglais sur The Feebles, je ne peux pas trop te dire, car je suis un ardent défenseur de la VF pour la trilogie gore de Jackson. :D :oops:
...
Griffin Mill
Machino
Posts: 1110
Joined: 8 Feb 05, 02:35

Post by Griffin Mill »

1 - Braindead
2 - King Kong
3 - Bad Taste
4 - Fantômes contre fantômes
5 - Les Feebles
6 - Forgotten Silver

Toujours pas vu Créatures Celestes mais j'y compte bien.
Pas vu le reste.
One of us..... One of us.....

Image
Makach Mouch'kil
Electro
Posts: 961
Joined: 16 Aug 06, 12:48

Post by Makach Mouch'kil »

Braindead par dessus tout. Je trouve le reste trop inégal. Je n'aime pas sa trilogie (enfin les 2 premiers, je n'ai pas eu le courage de continuer sur le retour du roi).
Internet, c'était mieux avant.
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Posts: 33320
Joined: 9 Oct 03, 21:39
Location: Helvetica

Post by Colqhoun »

Bad Taste wrote:Et puis Braindead (a.k.a. Dead Alive) en Z1. :oops:
Je suis fan. :oops:
Donc tu as une version passablement censurée et épurée de nombreux plans gores.
"Give me all the bacon and eggs you have."
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11859
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Post by Anorya »

Je surkiffe de la mort qui tue :

King Kong
Heavenly Creatures
Forgotten Silver
Braindead


Bien pris mon pied (gauche ou droit, qu'importe le flacon...) :

Bad taste
Meet the feebles
The Frighteners
The Lord of the Rings: The Fellowship of the Ring



Bien aimé sans plus :

The lord of the ring : the two towers
The hobbit



Pas aimé du tout :

The Lord of the Rings: The Return of the King


Pas vu :

Lovely bones


:D
Last edited by Anorya on 22 Nov 13, 14:28, edited 2 times in total.
Image
Frank Bannister
The Virgin Swiss Hyde
Posts: 6874
Joined: 22 Feb 04, 18:02

Post by Frank Bannister »

Bad Taste wrote: Le Z2 Fr est introuvable pour Bad Taste ? :shock:
Peut-être sur Ibaie ?
la copie du Z2 fr n'est pas terrible. Celle du AB est meilleure.
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11859
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Top Peter Jackson

Post by Anorya »

Depuis que je viens de voir Meet the feebles il y a quelques jours, mise à jour de mon top un peu plus haut.
Ne me restera plus qu'à voir The lovely bones et bien sûr la suite des aventures de Bilbo.
Image
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Top Peter Jackson

Post by AtCloseRange »

Anorya wrote:Ne me restera plus qu'à voir The lovely bones...
Image
Good Luck!
Image
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11859
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Top Peter Jackson

Post by Anorya »

AtCloseRange wrote:
Anorya wrote:Ne me restera plus qu'à voir The lovely bones...
Image
Good Luck!
Ah ouais quand même. :mrgreen:
Image
User avatar
hellrick
David O. Selznick
Posts: 12840
Joined: 14 May 08, 16:24
Liste DVD
Location: Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Top Peter Jackson

Post by hellrick »

CHEFS D'OEUVRE
- Le seigneur des anneaux: la communauté de l'anneau
- Le seigneur des anneaux: les deux tours
- Le seigneur des anneaux: le retour du roi
- Brain Dead

EXCELLENTS
- King Kong
- Fantômes contre Fantomes
- Le Hobbit un voyage inattendu

TRES BONS
- Meet the Feebles
- Bad Taste
- Créatures célestes

PAS BIEN
- Lovely Bone
:fiou:
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Top Peter Jackson

Post by AtCloseRange »

Même hellrick est d'accord :wink:
Image
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Top Peter Jackson

Post by Thaddeus »

Image



(en italiques : films découverts en salle à leur sortie)


Braindead
En matière d’horreur, ne pas confondre vitesse et précipitation et savoir gérer ses effets est une condition de survie. Jackson prend donc le temps d’annoncer le programme : un virus inoculé par un redoutable singe-rat va transformer les habitants d’une bourgade entière en bidoche sanguinolente. Cible première idéale : la marâtre castratrice devenue monstre morfale puis baudruche grotesque, prête à avaler son rejeton après le "grand nettoyage". Avec la frénésie et l’inventivité orgiaques du Sam Raimi d’Evil Dead, le cinéaste s’en donne donc à cœur joie et orchestre une gorissime farandole d’éviscérations drolatiques, de recompositions morphologiques et de mutilations dégueulasses, un jeu de massacre en forme de crescendo désopilant, dont le délire et la démesure burlesques forcent le respect. 4/6

Créatures célestes
Fait divers. Dans les années 50, en Nouvelle-Zélande, deux adolescentes qui rien ne devait rapprocher (l’une est brillante et jolie, l’autre boulotte et falote) s’éprennent l’une de l’autre. Jackson en tire une œuvre à l’étrangeté insidieuse, qui fait évoluer l’amitié obsessionnelle puis criminelle des héroïnes dans un climat fantasmatique à l’onirisme féérique. Si elle s’en prend aux mœurs conservatrices d’une société pudibonde, la chronique sociale s’efface devant le portrait psychologique, mais le cinéaste a la main lourde et finit par noyer le drame sous les excès outranciers de sa mise en scène – grands angulaires, panoramiques effrénés, zooms à gogos, ralentis… L’imaginaire est trop enjolivé, l’horreur trop hystérisée, et le film perd en mystère et en pouvoir de fascination. 3/6

Forgotten silver
Après avoir visionné par hasard des bobines abandonnées, le cinéaste cinéphile met à jour l’existence de Colin McKenzie, réalisateur avant-gardiste et visionnaire, oublié par l’histoire officielle. Petit à petit, il reconstitue une vie et une carrière extraordinaires, liées aux origines du septième art (émerveillement) mais marquées par une scoumoune embarrassante (là, on glisse imperceptiblement de l’exaltation au rire étouffé…). Évidemment tout est faux, et le plaisir que l’on prend à la mystification tient à son apparent premier degré. C’est une vraie fiction impertinente à la Zelig, un canular d’autant plus drôle que chaque argument (parfaitement improbable) est exposé avec un grand sérieux, qui s’amuse à jouer de la manipulation artistique, du pouvoir des images et de la crédulité du spectateur. 5/6

Fantômes contre fantômes
Il y a les spectres d’opérette, gentils, bleuâtres, un peu éthérés, et un esprit maléfique pour de vrai, celui d’un serial killer, effrayant et pas amical du tout. Lorsqu’il se circonscrit aux délires de la farce fantastique mâtinée d’épouvante et de burlesque, le cinéaste fait des étincelles. La preuve avec ce défrisant patchwork de rigolade, de suspense et de démesure horrifique, mené à un train d’enfer avec une virtuosité assez étourdissante. On y passe d’un gag ravageur à une pure seringuée d’adrénaline en un clin d’œil, embarqué dans un train fantôme endiablé qui blackboule de la comédie de mœurs au thriller, en passant par le détournement de religiosité. Et si la fantaisie fonctionne si bien, c’est parce qu’elle est rigoureuse dans le délire : le réalisateur a le sens du tempo et du dosage d’effets. 5/6

Le seigneur des anneaux : La communauté de l’anneau
J’y suis allé fébrile, en me demandant comment un cinéaste pouvait loyalement se montrer à la hauteur de la mythologie inadaptable de Tolkien, et j’en suis sorti comblé de bonheur et d’émerveillement. Jackson et son équipe ont su trouver l’adéquation parfaite entre fidélité au matériau d’origine et efficience narrative, apport personnel et souscription à l’imaginaire collectif : charme champêtre de Cul-de-Sac, chevauchées ténébreuses des Nazguls, splendeur spectrale de la Moria… tout regorge d’héroïsme et de fantaisie, de bruit et de fureur, tout vibre et s’incarne avec un lyrisme galvanisant. Les personnages, les récits, les enjeux éminemment complexes du roman y sont développés en témoignant d’autant de respect que de limpidité, le long d’un spectacle grandiose porté par un souffle épique. Le rêve impossible est exaucé. 6/6
Top 10 Année 2001

Le seigneur des anneaux : Les deux tours
Si ma réception est un chouïa moins enthousiaste, c’est simplement parce que l’euphorie originelle, le choc ébloui de la découverte, se sont (juste un peu) émoussés. Mais je reste toujours aussi soufflé par la réussite du projet. Le cinéaste ose une structure symphonique plus élaborée, entremêle les récits et les aventures, élargit encore l’ampleur de la fresque en ouvrant sur des tableaux dantesques, merveilleux, à la fois plus âpres et plus poétiques. Dans un langage visuel très pur, dont l’emphase, les excès enluminés et les accès pompiers sont aussitôt digérées par la dynamique harmonieuse de l’ensemble, il approfondit à merveille les destinées collectives et individuelles, morales et spirituelles, qui forment le substrat mythologique de la légende. Une authentique chanson de geste moderne. 5/6

Le seigneur des anneaux : Le retour du roi
Sans surprise, la conclusion est à la hauteur des volets qui la précèdent ; c’est même une sacrée apothéose, élevant le grand spectacle à des hauteurs vertigineuses dont la concurrence ne s’est pas tout à fait remise depuis près de quinze ans. Dense et foisonnante, l’épopée rassemble ses enjeux initiatiques en un chapelet de scènes somptueuses : l’allumage des feux du Gondor, la chevauchée des Rohirrims ne sont que quelques merveilleux sommets d’une œuvre qui trouve la symbiose parfaite entre intime et démesure, et achève en beauté ce qui restera (de très loin) la plus éblouissante saga fantasy offertes par le cinéma contemporain. À la fin, lorsque les quatre héros mesurent en silence le chemin parcouru, dans la chaleur retrouvée de leur village, une émotion intense et nostalgique recouvre le film. Chapeau bas. 5/6
Top 10 Année 2001

King Kong
La sincérité du cinéaste ne fait aucun doute, transpirant dans chaque image de cette lecture à peine modernisée du classique de Schoedsack et Cooper, qui en reprend amoureusement les motifs et les ingrédients en les dopant jusqu’à l’overdose. C’est bien le problème : Jackson est incapable de canaliser son enthousiasme, et ses ardeurs adolescentes font du spectacle foisonnant une sorte de gros machin boursouflé qui n’en finit pas de multiplier rallonges et inflations diverses, jusqu’à se faire presque écraser par ses effets bourrins, sa balourdise formelle (le tout-numérique assez moche), voire sa mièvrerie. Heureusement la sensibilité et les beaux yeux céruléens de Naomi Watts, le souffle de quelques séquences très réussies (j’aime beaucoup la première heure, pleine de promesses) sauvent les meubles. 3/6

Le Hobbit : Un voyage inattendu
Dix ans après le triomphe du Seigneur des Anneaux, Jackson remonte six décennies en arrière dans la cosmogonie de la Terre du milieu, cherchant à gonfler le conte de Tolkien aux proportions de l’épopée. Il réinstalle ainsi le couvert et ressort du placard toute sa panoplie de narrateur éprouvé, tous ses tics un peu grossiers, en mode téléguidage permanent. Ce n’est donc pas ici qu’on trouvera l’once d’une surprise tant chaque péripétie, chaque développement narratif, chaque solution formelle relève de cet académisme paresseux qui est désormais le sien. Pourtant cela fonctionne plutôt bien car il a le sens de l’imaginaire et de l’aventure, et car le plaisir de retrouver cet univers, ces personnages, cette magie et ces créatures est suffisamment grand pour pallier aux défauts criants de l’ensemble. 4/6

Le Hobbit : La désolation de Smaug
Ça continue pareil, construit suivant le même patron, dans un format esthétique constitué de ces images virtuelles et de cette prose lourde qui commence à sentir sérieusement le réchauffé, malgré le déploiement d’un imaginaire syncrétique qui emprunte aussi bien aux frères Grimm qu’au cycle arthurien, aux légendes wagnériennes et aux mythes grecs. Assez informe, poussive, mal fichue tant dans sa narration que dans ses effets, l’aventure enchaîne des péripéties qui se suivent et se ressemblent dans une logique d’inflation fatiguant davantage qu’elle ne divertit, malgré quelques scènes réussies qui sauvent l’ensemble du désintérêt. Quant au roman, il est désormais bel et bien trahi : Legolas en grande tige jalouse, l’idylle entre Tauriel et le nain… L’écrivain doit se retourner dans sa tombe. 3/6

Le Hobbit : La bataille des cinq armées
Est-il besoin d’ajouter quoi que ce soit à ce qui a déjà été dit ? La trilogie est si uniformément prévisible que les nuances d’opinion d’un épisode à l’autre relèvent désormais de l’état d’esprit au moment du visionnage. Dans les bons points, on relèvera donc un rythme plus soutenu que dans le second volet, une capacité presque miraculeuse à ne pas perdre l’attention du spectateur malgré un étiolement toujours plus prononcé de la matière narrative. Dans les mauvais points, le spectacle, sans n’assurer que le minimum syndical, n’en finit pas de régurgiter les mêmes automatismes industriels, la même emphase grossière, le même schématisme dramatique, jusqu’à une conclusion essoufflée qui confirme une fois pour toutes ce que l’on savait déjà : il était plus que temps d’arrêter les frais. 3/6


Mon top :

1. Le seigneur des anneaux : La communauté de l’anneau (2001)
2. Le seigneur des anneaux : Le retour du roi (2003)
3. Le seigneur des anneaux : Les deux tours (2002)
4. Fantômes contre fantômes (1996)
5. Forgotten silver (1995)

Si je me laisse aller à mon regard le plus critique, je dirais que Jackson est un cinéaste franchement balourd, aux intentions et à la rhétorique régulièrement pachydermiques, mais dont l’enthousiasme fait souvent plaisir à voir. En écrivant ces quelques commentaires, je me rends compte cependant qu’il a réalisé quelques franches réussites – surtout, il est le réalisateur de la formidable adaptation du Seigneur des Anneaux, et pour cela je lui dis bravo. Après, c’est très loin d’être un cinéaste que je citerais spontanément quand on me demande qui sont mes préférés…
Last edited by Thaddeus on 18 Oct 18, 10:42, edited 1 time in total.
Outerlimits
Assistant opérateur
Posts: 2703
Joined: 26 Apr 08, 23:24

Re: Top Peter Jackson

Post by Outerlimits »

Son meilleur film :
1 - Braindead

Bien :
2 - King Kong
3 - Lovely bones
4 - Heavenly creatures
5 - Le hobbit
6 - Bad taste

Moyen :
7 - Fantômes contre fantômes

Très moyen :
8 - Le retour du roi
9 - La communauté de l'anneau

Pas aimé du tout :
10 - Les 2 tours

Pas vu les Feebles et Forgotten Silver
ballantrae
Accessoiriste
Posts: 1860
Joined: 7 Dec 10, 23:05

Re: Top Peter Jackson

Post by ballantrae »

son chef d'oeuvre demeure à mes yeux la trilogie Le seigneur des anneaux, adaptation que j'ai attendue depuis mes 10 ans soit 21, 22 puis 23 ans.rien que pour ne pas avoir trahi mais magnifié amoureusement ce beau livre, merci Peter!!!
Il n'en demeure pas moins que Fantômes contre fantômes est un filmriche et prenant , proposant une alliance parodie/frisson parmi les plus probantes avec Le bal des vampires.King kong est un vrai rêve de gamin auquel j'ai adhéré.Heavenly creatures possède des moments de grâce.Forgotten silver est vraiment un documenteur fendard.
Après il y a les potacheries marrantes des débuts des crado Bad taste et Meet the feebles ( le point de vue de la mouche à merde, c'est qq chose!!!) à l'hyperbolique Brain dead.Mais bon, ce sont des trucs marrants qui ne prétendent à aucun autre titre que ce qu'ils sont: des films bricolés, excessifs et un peu balourds.
Enfin il ya le cas the hobbit devant lequel je ne peux qu'éprouver de la tendresse (celle des retrouvailles) tout en sentant que Peter même s'il a maigri est devenu un brin conformiste, avec sa marque de fabrique conçue 10 ans avant.
Et le cas Lovely bones, pas mauvais mais assez bizarre comme un Fantômes...sans humour