Georgia (Arthur Penn - 1981)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 15734
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Georgia - Four friends (Arthur Penn - 1982)

Post by Père Jules »

Père Jules wrote:Eh bé... Moi qui en attends énormément.
En même, ce n'est que l'avis de Demi-Lune :mrgreen:
Enfin découvert et finalement, je souscris globalement à l'avis de Demi-Lune même si mes reproches sont bien moins appuyés.
J'avais visiblement trop attendu de ce film mais il demeure tout de même intéressant à plus d'un titre. Et la scène des adieux entre Danilo et ses parents rattrape aisément le côté Z du mariage.
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Georgia - Four friends (Arthur Penn - 1982)

Post by Thaddeus »

Image


Quatre amis



C'était la jeunesse d’une génération qui nous est déjà éloignée : il y avait les filles, le Vietnam, la fac, les disques de rock, les copains, les indécisions, la contestation. Ils étaient révolutionnaires pacifistes avant de devenir révolutionnaires déçus, amoureux pour tourner amants amers. Après tout, la nostalgie n'est que le masque un peu crispé que portent les quadragénaires qu’ils sont devenus... L’histoire de ces trois gamins musiciens dont les destinées s'entrecroisent pendant dix ans autour de leur amour d'adolescence pour la belle Georgia renoue avec la tradition de la chronique, mais l’auteur y introduit en contrebande ses préoccupations. Il y aura donc un inceste comme dans La Fugue, une réflexion sur l'Histoire comme dans Missouri Breaks, une tentation homosexuelle comme dans Le Gaucher, une recherche du père comme dans Little Big Man. Penn pousse personnages et scènes devant lui, avec nonchalance, dans le désordre. Voilà pour l'apparence : du drame et de la comédie. Pour le contenu, il faut y regarder à deux fois : Georgia est un film spirituel mais aussi très intelligent. Il n’y a qu’à voir comme la balade in blue est ponctuée, discrètement, irrésistiblement, de grands moments d'émotion, exploités aussi loin que le sentiment le permet. C’est une méditation sur une utopie dont les élans se sont effrités au contact d'une réalité plus rude que le mythe. L'essentiel, semble nous dire l’auteur, c'est de survivre. Et l'on ne peut survivre qu'en découvrant ses origines.


Image



L'objet le plus important et le plus significatif est une malle. Sur le quai de la gare de Chicago, où il débarque avec sa mère, Danilo Prozor, le petit Yougoslave de douze ans, la soulève avec effort. Sans doute est-elle lourde de toutes les racines arrachées au moment de son adieu à sa terre natale. Cette malle, il ne la quittera plus. Il la traînera durant toutes les pérégrinations de son éducation américaine. Il rattrapera avec l'énergie du désespoir tous ceux qui tenteront de la lui subtiliser. Et ce n'est qu'au seuil de son âge adulte et à la veille d'un nouveau départ qu'il acceptera de la brûler devant ses amis réunis pour la circonstance. Alors ce n'est pas seulement son passé de jeune homme qu’il verra se consumer dans le feu mais son errance même, son statut d'étranger. Arthur Penn raconte avec lyrisme l'irrésistible ascension d'un émigré amoureux de sa terre promise. Mais Danilo n'est pas le seul personnage. Ils sont quatre. Trois garçons amoureux de la même fille, aussi fantasque et fantastique que celle chantée par Ray Charles dans sa rengaine Georgia on my mind. Quatre amis donc, plongés dans le "tourbillon de la vie" comme on dit, qui rebondissent l'un vers l'autre au gré de leurs expériences tout au long des années. C'est une des grandes réussites du réalisateur que d'avoir pu à ce point jouer avec le temps, allié par la seule grâce de la mise en scène l'évolution psychologique des protagonistes à l'évolution symbolique d'une nation. Tel qu’il nous est décrit ici, ce pays ressemble à ces étudiants fraternellement en goguette qui conspuent, dans une soudaine flambée de racisme, un de leurs camarades noirs. C'est aussi cet ouvrier âgé et las, qui s'en va à l'usine malgré sa fatigue dans la nuit sombre. C'est encore, à l'autre bout de l'échelle sociale, ce capitaliste habitué à tout posséder, y compris sa fille, et qui préfère la tuer plutôt que de la voir en épouser un autre. Généralement les héros d'Arthur Penn, confrontés à un ordre social qu'ils ne comprennent pas et qui les exclue, n'ont d'autre ressource que l'anticonformisme (c'est le lot de Georgia) ou la quête violente d'un ailleurs possible (c'est ce à quoi s'emploie Danilo). S'il avait réalisé le film dix ans auparavant, le cinéaste aurait sans doute fait de ces deux personnages de nouveaux Bonnie et Clyde, passant de la résistance passive au terrorisme actif. Au terme de leur évolution, Georgia et Danilo se contentent désormais de s'accepter, et d'accepter le monde tel qu'il est. Résignation ? Sagesse précoce ? Pas du tout. Ils vont au devant de leur société comme la petite sourde-muette de Miracle en Alabama se lançait à la conquête de la connaissance avec rage puis avec exaltation.

Contrairement à Ettore Scola dans Nous nous sommes tant aimés, qui affichait des préoccupations similaires, Penn n'adopte pas une forme narrative fondée sur la succession et la rencontre des points de vue : Danilo organise autour de lui l'essentiel du récit. Dans un ouvrage qui prétend résumer le bienheureux échec d'une génération, et qui est remarquable par la générosité proche du picaresque avec laquelle il invente l’existence, le glissement d'un principe collectif à un schéma solitaire peut qualifier un premier renoncement. Il reste néanmoins quelques traces d'une vision chorale et un personnage aussi secondaire que madame Zoldos est même invitée à dicter momentanément au récit son point de vue. Penn sait faire circuler les voix off, changer de narrateur à mesure des besoins, sans sonner les trompettes. Ces traces de polyphonie esquissent une critique : si les jeunes gens, après avoir lancé tant de défis à la mentalité de la classe moyenne, finissent par s'incliner, n'est-ce pas pour avoir rompu leur pacte de solidarité et avoir, chacun pour soi, tenté sa chance ou voulu la préserver ? Quant au changement d'identité des amis, il montre bien l'hésitation entre deux consciences. D’une part celle d'une communauté très fermée, avec son mot de passe ("Isadora Duncan"), son hymne national (Dvorak), ses actes rituels (l'amour avec Georgia), ses buts (la contestation joyeuse de l'ordre laborieux). Et d'autre part celle d'un style fondé sur une liberté d'allure, une confiance dans l'avenir, un goût de l'authenticité. Tout au long de ses expériences, le mode de vie de Danilo se traduit toujours par la volonté d'appartenir à un corps social : l'ouverture, la spontanéité, l'absence de méfiance qui le caractérise sont donc seulement les manifestations de son esprit clanique. Les thèmes unanimistes manifestent les impasses de la formation individuelle.


Image



Dans le registre du récit de jeunesse sur les sixties, le ton surprend en permanence. Mais moins encore que le motif répété conférant au film sa constante mélancolie. Penn choisit de ne montrer que le terme de chacune des époques qu’il décrit : le lycée, quand le surgissement impromptu du sein de Georgia signe la fin des tendres chahuts ; la quiétude domestique, quand Tom part pour le Vietnam ; la vie étudiante, lorsqu’il faut vider sa chambre meublée ; la croyance au mariage, quand Danilo quitte la maison de son épouse assassinée (le rêve américain flingué en plein front) ; l’insouciance hippie, quand la fête pop où se perd Georgia ne dissimule qu’une artificielle joie suicidaire. De séparation en renoncement, tous les personnages se heurtent, se ratent et se retrouvent pour contempler à chaque répit les conséquences du choc qu’ils ont créé. Ce n’est pas la durée des mois s’écoulant qui confère ce sentiment si poignant du temps qui passe, mais au contraire la cruauté répétée de l’ellipse : elle dit à Georgia, quand elle retrouve Danilo toujours blessé ou amoindri, à Danilo, quand il revoit Georgia toujours vive et radieuse, tout ce qu’ils ont manqué de l’autre, toute la vie perdue l’un sans l’autre. L’apaisement final de toutes les fureurs qui ont mû les protagonistes n’aura été possible qu’au prix de ce gâchis. "Pourquoi les choses prennent-elles tellement de temps ?" rit et pleure à la fois Georgia quand, serrant enfin Danilo dans ses bras, au croisement d’une rue tranquille au soleil, elle est sûre de vouloir de lui. Pourquoi ? Parce que nul deus ex machina ne vient jamais simplifier la donne. Le couple ne se constitue que par épuisement, par épurement.

La conclusion montre que désormais, pour les héros, il s’agit enfin de vieillir. Pendant dix ans, Danilo et Georgia se seront attirés, rejetés, entrechoqués. Le film ne dure que deux courtes heures, mais ce que l’on ressent si fort lors de cette douce scène sous la lune, c’est la douleur de l’apprentissage, la succession des échecs, l’usure de la vie et la rémission qu’offre finalement une veillée entre amis, près d’un feu qui crépite. Les bonheurs et les malheurs entremêlés de Danilo, Georgia, Tom et David, quelque chose en nous les a vécus, dans la durée ramassée de la projection. Ce n'est pas la mise en couple qui est l'idéal du film, c'est le mouvement, comme le confirme le mot de la fin prononcé par Georgia : à moi, dit-elle, le "next-move", le prochain coup. Georgia est une chronique du mouvement, et aussi du Mouvement, avec majuscule, celui des années soixante. On sait que la jeunesse n'est pas ce qu'on peut trouver de plus simple à filmer ; qu'il y a risque de dérapage vers la mièvrerie ou la posture, de n'être pas à la hauteur, et plutôt trop bas que trop haut. Servi par une superbe interprétation (en particulier de Craig Wasson et Jodi Thelen, toute en énergie, lumière, enthousiasme), Penn se montre formidablement convaincant. Ce n'est pas qu’une question de métier : il y a chez lui une honnêteté dans le regard qu’il porte sur son pays, ses personnages et leur histoire qui peut se comparer à celle d’Elia Kazan. Il y a aussi et surtout une façon si certaine de jouer la convention, de ruser avec elle, de l'utiliser, de la décaler, que l'on est forcé d'y voir la marque de cette sensibilité sérieuse qui est l'autre nom de la sincérité.


Image
Last edited by Thaddeus on 21 Feb 18, 18:54, edited 1 time in total.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Georgia - Four friends (Arthur Penn - 1982)

Post by AtCloseRange »

J'ai peur que Demi-Lune revoie ce film... :|
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89935
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Georgia - Four friends (Arthur Penn - 1982)

Post by Jeremy Fox »

Chronique classikienne signée Justin Kwedi. Le film vient de sortir en DVD chez Rimini.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Georgia - Four friends (Arthur Penn - 1982)

Post by AtCloseRange »

Chic, on va reparler du film :mrgreen:
Image
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8805
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Georgia - Four friends (Arthur Penn - 1981)

Post by Alexandre Angel »

Image

En cette année de sortie qu'était 1982, l'heure était à l'évocation. Laissons de côté Victor, Victoria, trop estampillé rétro. Retenons un peu plus Le Facteur sonne toujours deux fois de Rafelson, plus immersif que rétro, et Ragtime, de Milos Forman, assez rétro dans l'immersif. Mais, plus proche de notre sujet, furent Le Choix de Sophie (Alan J.Pakula), Le Monde selon Garp (George Roy Hill) ou Frances, de Graeme Clifford. A savoir des œuvres moins soucieuses de joliesse que de sincérité du rendu. Georgia (Four Friends, en VO) appartient à cette catégorie.
Arthur Penn pose son film à cet endroit précis de notre imaginaire où les effluves précitées s'accommodent de la robustesse boisée de certains apports (le Milos Forman de Hair, l'Ivan Passer de Cutter's Way) pour enfanter le chef d'œuvre désarmant d'évidence que je vais tenter de décrire.
Cinéaste conteur aussi doué , dans son genre, que Bob Fosse ou Milos Forman, Arthur Penn s'est affirmé au fil de son œuvre comme un as du montage, positionnant ses personnages, d'un geste confondant d'assurance dans le découpage, aux angles les plus saillants de l'articulation des plans (voir comment un échange entre Gene Hackman et Edward Binns s'axe autour du bras plâtré de ce dernier, dans La Fugue). Georgia, qui se pose là de la façon que j'ai décrit plus haut, hérite d'un entre-deux, métissant lyrisme vidorien (citons encore The Deer Hunter et Maria's Lovers) et reconstitution à court terme (reconstituer les sixties, pour un film de 81, équivaut à faire de même vis à vis des années 95-2005, pour un film de 2015).
Mais Penn, ici atteint d'une propension distante à la sagesse, contient tout cela dans une narration d'une ampleur littéraire telle que l'on s'étonne presque que le film ait duré 1h50, pas parce qu'on aurait trouvé le temps long, évidemment, mais bien parce qu'une densité scénaristique remarquable ramasse dans un temps relativement court mélancolie existentielle et irruption de l'impensable, fleuve tranquille et fulgurances, comme dans la vie. Peu importe alors que certaines conventions aient pignon sur le film comme cette manière d'accabler les hautes sphères des névroses les plus funestes tout comme les excès d'une libéralité des mœurs littéralement promise à la chute (dans une séquence similaire à l'effondrement du plateau napoléonien de Day of the Locust, de John Schlesinger).
Qu'importe ces étranges relents un tantinet réac puisque l'essentiel est que ça fonctionne, que ça surprenne encore et encore, en dépit des nombreuses visions (jamais revoyure ne me fut aussi familière alors que le dvd n'existait pas pour moi, pas plus qu'aucun enregistrement). Film faussement programmatique et réellement surprenant, Georgia courtise l'essentiel, épure son panache, virevolte façon mature, et nous parle des sixties ricaines de façon infiniment plus viscérale que bon nombre de fictions évocatrices.
C'est que du film surplombe le point de vue des copains (quatre amis est le titre original), celui de ceux qui subissent les outrages psychiques du temps qui passe, plus encore que la grande Histoire. C'est pour cela que la guerre du Viêt-Nam, le combat pour les droits civiques, ne sont ici ni toile de fond spectaculaire, ni clin d'œil mis en bocal, mais soubresauts contextuels obligeant les personnages à faire leur mue.
En toute modestie, Georgia est une fresque non proclamée, un poème américain ultra-moderne dans son humeur morave qui orchestrerait une surprenante et improbable rencontre entre Dvorak et Ray Charles.
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14402
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Georgia - Four friends (Arthur Penn - 1981)

Post by Demi-Lune »

AtCloseRange, ramène ton derche par ici, stp. :mrgreen:
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8805
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Georgia - Four friends (Arthur Penn - 1981)

Post by Alexandre Angel »

Demi-Lune wrote:AtCloseRange, ramène ton derche par ici, stp. :mrgreen:
avais pas vu du tout ce qui avait été écrit quelques pages plus haut :mrgreen: Je comprends mieux..
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Georgia - Four friends (Arthur Penn - 1981)

Post by AtCloseRange »

Demi-Lune wrote:AtCloseRange, ramène ton derche par ici, stp. :mrgreen:
j'ai été hyper déçu de lire autant d'enthousiasme :(
Image
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14402
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Georgia - Four friends (Arthur Penn - 1981)

Post by Demi-Lune »

La cote de ce film restera définitivement un mystère pour moi aussi...
mannhunter
Laspalès
Posts: 15914
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Georgia - Four friends (Arthur Penn - 1981)

Post by mannhunter »

J'en ai un beau souvenir j'aimerais bien le revoir...dommage pour l'absence de Blu Ray. :(
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Georgia - Four friends (Arthur Penn - 1981)

Post by AtCloseRange »

Image
Image
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8805
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Georgia - Four friends (Arthur Penn - 1981)

Post by Alexandre Angel »

Il était jeune Woody Harrelson..
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15095
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Georgia - Four friends (Arthur Penn - 1981)

Post by Watkinssien »

Demi-Lune wrote:La cote de ce film restera définitivement un mystère pour moi aussi...
Mais non, mais non... Il suffit un peu de chercher.

:mrgreen: :wink:
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
cinéfile
Machino
Posts: 1440
Joined: 19 Apr 10, 00:33
Location: Bourges

Re: Georgia (Arthur Penn - 1981)

Post by cinéfile »

J'avais découvert (et adoré) ce Georgia lors de l'une de ses rares diffusions télé (en 2009 sur Arte) de telle sorte que je me faisais une joie de le revoir via l'édition DVD sortie récemment.

Et bien il s'agit d'une vraie douche froide...

Pour faire court, rien ne semble vraiment fonctionner. Le film est en fait une banale succession de vignettes sursignifiantes où l'on enjoint gentiment le spectateur à rire ou pleurer quand/comme il le faut. La moindre ligne de dialogue s'évertue à schématiser de grands sujets (l'immigration économique aux USA, la révolte contre culturelle et son lendemain...) de manière beaucoup trop appuyée et programmatique. Aucun liberté ou respiration n'est laissée par le scénario. Les personnages n'existent que par rapport à ces schémas. A ce titre, le personnage éponyme repose entièrement sur des considérations allégoriques, si bien que lorsqu'elle s'installe dans une scène, on y croit plus du tout (d'ailleurs, je ne me souvenais pas qu'elle apparaissait autant à l'écran). Au final, on sent surtout les origines théatrâles de Tesich, qui fut surtout un dramaturge, et qui est le véritable concepteur de ce film (bien plus que Penn). Ce dernier aurait principalement adjoint un arrière plan politique à l'histoire d'amitié initialement prévue par le premier. C'est en tout cas ce que nous apprend le supplément, assez intéressant, du DVD.

Par sa structure et son ambition, le film me rappelle Nos Plus Belles Années de Pollack (découvert il y a quelques mois sur Arte) qui présente, peu ou prou, les mêmes défauts.

Il est toujours étonnant de constater la manière dont des visions successives d'un même film peuvent aboutir à des impressions diamétralements opposées. Je ne suis pourtant pas coutumier du fait... Contrairement à certains forumeurs si j'en crois certaines petites taquineries :wink:

Je reste curieux du travail littéraire de Tesich, qui comporte seulement deux romans, mais dont la traduction assez récente en français de Karoo constitue un succès critique et public. Son propre vécu semble, comme c'est le cas dans Georgia, au centre de l'oeuvre.