Commentaires à propos de votre film du mois

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 91476
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Jeremy Fox »

J'approuve grandement les vainqueurs de Flavia et Alexandre Angel :)
User avatar
cinéfile
Accessoiriste
Posts: 1597
Joined: 19 Apr 10, 00:33
Location: Bourges

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by cinéfile »

TOP FEVRIER 2021

Image
1. Cure (K. Kurosawa, 1997)

Image
2. Susana la perverse / Susana, demonio y carne (L. Buñuel, 1951)

Image
3. La Fille à la Valise (V. Zurlini, 1961)

Image
4. The Hit (S. Frears, 1984)

Image
5. Espoir (A. Malraux, 1937)
Tom Peeping
Assistant opérateur
Posts: 2324
Joined: 10 May 03, 10:20

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Tom Peeping »

J'ai vu en février

Image

*** excellent / ** bon / * moyen / 0 mauvais / NS ne sait

Liberté (Albert Serra, 2019) 0
En 1774, un petit groupe de libertins exilés de Versailles se retrouve dans une forêt pour une nuit de débauche. Du réalisateur, j'avais adoré "La mort de Louis XIV" (2016) et le thème de celui-ci promettait. Hélas, malgré les acteurs aux physiques improbables, le travail sur le son et la spectaculaire photo nocturne, qu'est-ce que je me suis fait chier. L'austérité et la froideur délibérée du traitement m'ont fait lâcher prise. Prétentieux à l'extrême. BR UK

San Francisco (W.S. Van Dyke, 1936) **
En 1906 à San Francisco, un rossignol (Jeanette McDonald à l'apogée de sa beauté) s'éprend d'un patron de la nuit (Clark Gable à l'apogée de sa suavité) alors qu'elle triomphe dans "Faust" à l'opéra - dans des morceaux d'un camp inouï - et que le tremblement de terre couve. Un mélodrame sentimental et social à gros budget dont la dernière demi-heure mute en un monument du film-catastrophe qui reste très impressionnant. BR US

Quand les tambours s'arrêteront / Apache drums (Hugo Fregonese, 1951) ***
Chassés de leurs terres, des indiens s'en prennent à un petit village d'Arizona. Un western de série B qui se hausse au niveau des grands par son scénario sans scories, ses personnages crédibles et ses idées de mise en scène qui surclassent à merveille le petit budget. L'utilisation de l'espace, du Technicolor et du son (ces tams-tams !) créent une ambiance presque fantastique qui culmine dans l'extraordinaire séquence de l'église. BR FR

Détective privé / Harper (Jack Smight, 1966) **
A Los Angeles, la femme d'un businessman qui a disparu engage un détective privé (Paul Newman, azuréen) pour le retrouver. Le type de film où l'intrigue minimale ne sert qu'à présenter des personnages hauts en couleur et amoraux interprétés par un casting trois étoiles (Lauren Bacall, Robert Wagner, Shelley Winters, Janet Leigh...) évoluant dans le top du design moderne de l'époque, ici les Sixties. Sympathiquement cool. BR US

Le prince et la danseuse / The prince and the showgirl (Laurence Olivier, 1957) **
De passage à Londres pour le sacre de George V en 1911, le régent de Carpathie invite une petite actrice du West End à dîner à l'ambassade. D'après une pièce de Terence Rattigan, une comédie à l'histoire sans grand intérêt mais où la présence et l'extraordinaire charisme de Marilyn Monroe, sublimement photographiée par Jack Cardiff, défont Laurence Olivier dans un K.O. sans appel. Quelle étonnante actrice elle était... DVD Z2 FR

L'Hôtel de la Plage (Michel Lang, 1978) **
En août, dans un hôtel familial de Locquirec en Bretagne, les habitués se retrouvent et les marivaudages reprennent du côté des parents comme des enfants. L'effet nostalgie joue à plein avec cette comédie de moeurs de la France moyenne au casting idoine (Guy Marchand, Daniel Ceccaldi, Myriam Boyer, Anne Parillaud, Sophie Barjac...) et à la légèreté tempérée de tendresse et de beauferie. En plus, c'est mon coin d'origine, alors... BR FR

La rose et la flèche / Robin and Marian (Richard Lester, 1976) **
Vingt ans après son départ pour les Croisades, Robin des Bois revient à Sherwood où il retrouve Marianne devenue abbesse et le sheriff de Nottingham. Filmé sans les fioritures artificielles du film historique, une histoire sur le temps et les corps qui passent et les sentiments intacts. Physiques mûris, Sean Connery et Audrey Hepburn forment un couple touchant et étonnamment naturel. Mélancolique mais avec légèreté et humour. BR US

Pique-nique en pyjama / The pajama game (Stanley Donen & George Abbott, 1957) ***
En conflit autour d'une augmentation salariale, le directeur d'une usine de pyjamas (John Raitt) et la déléguée syndicale (Doris Day) tombent amoureux. Dans le contexte complètement original d'une usine en lutte sociale, ce formidable Musical regorge de trouvailles de mise en scène, d'acteurs atypiques et d'exaltantes chansons dont Once-a-year-day!, une séquence d'une vitalité inouïe. Avec Bob Fosse à la chorégraphie. BR US

L'exorciste / The exorcist (William Friedkin, 1973) *** Mon film du mois
A Georgetown, le Diable s'approprie une enfant de douze ans. L'irruption de l'inconnu dans le flux du quotidien et la rupture des certitudes sont le socle thématique de ce film mythique qui reste un des sommets du cinéma. La force en repose sur le scénario ancré dans le réel qui présente sans expliquer, l'habilité démoniaque de la mise en scène, la crédibilité des acteurs et le refus de l'horreur au profit d'une insinuation de la peur. Magistral. BR FR

Une femme cherche son destin / Now, Voyager (Irving Rapper, 1942) ***
Sous la coupe de sa mère tyrannique, une vieille fille de Boston fait une thérapie qui la révèle au monde et à elle-même. Un des chefs-d'oeuvre du Woman's Picture, un mélodrame où la psychanalyse et le proto-féminisme structurent un scénario outrancier mais fascinant autour de la libération et du sacrifice. Bette Davis en vilain petit canard et Gladys Cooper en monster mother s'affrontent de façon inoubliable. Sublimement névrotique. BR UK
... and Barbara Stanwyck feels the same way !

Pour continuer sur le cinéma de genre, visitez mon blog : http://sniffandpuff.blogspot.com/
User avatar
Omael
Assistant(e) machine à café
Posts: 104
Joined: 3 Sep 18, 07:31

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Omael »

Fevrier 2021
***
FILMS DU MOIS
The Assassin
de Hou Hsiao-hsien (2015)

Image

Jin-Roh - La Brigade des loups
de Hiroyuki Okiura (1999)

Image

Volver
de Pedro Almodovar (2006)

Image

Quand Harry rencontre Sally
de Rob Reiner (1989)

Image


Liste complète :
Spoiler (cliquez pour afficher)
***
DECOUVERTES

The Assassin - Hou Hsiao-hsien (2015) - 9/10
Jin-Roh - La Brigade des loups - Hiroyuki Okiura (1999) - 9/10
Volver - Pedro Almodovar (2006) - 8/10
Quand Harry rencontre Sally - Rob Reiner (1989) - 8/10
Solaris - Steven Soderbergh (2002) - 7/10
The Crying Game - Neil Jordan (1992) - 6/10
Mission to Mars - Brian De Palma (2000) - 5/10
Appleseed: Ex Machina - Shinji Aramaki (2008) - 4/10
Shadow Builder - Jamie Dixon (1998) - 3/10

***
REVUS

Shining - Stanley Kubrick (1980) - 10/10
Your Name. - Makoto Shinkai (2016) - 8/10
La Secte sans nom - Jaume Balagueró (1999) - 5/10
Major Tom wrote: 28 Feb 21, 16:33 Top 5 :

Encore une super vidéo ! :D
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 91476
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Jeremy Fox »

Génial ta vidéo Major ; rien de tel pour nous donner envie de faire des découvertes. Très envie de voir les Jacques Bral :)
User avatar
origan42
Cadreur
Posts: 4021
Joined: 2 Feb 07, 17:22

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by origan42 »

FILM DE FÉVRIER
Image
À L'APPROCHE DE L'AUTOMNE (Mikio Naruse, 1960) *****

Le reste du mois, par ordre de préférence :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Les convoyeurs attendent (Benoît Mariage, 1999) ****

Une certaine femme (Edmund Goulding, 1937) ***
Le renne blanc (Erik Blomberg, 1952) ***
Édouard, mon fils (George Cukor, 1949) ***
Énorme (Sophie Letourneur, 2019) ***
Pieces of a woman (Kornél Mundruczó, 2020) ***
Antoinette dans les Cévennes (Caroline Vignal, 2020) ***
Effacer l’historique (Benoît Delépine / Gustave Kervern, 2020) ***
Geneviève (Léon Poirier, 1923) ***
Duel (Jacques de Baroncelli, 1927) ***
Détenu en attente de jugement (Nanni Loy, 1971) ***
Noose (Edmond T. Gréville, 1948) ***
Le baron fantôme (Serge de Poligny, 1943) ***
Le tourbillon de Paris (Julien Duvivier, 1928) ***
Le duo de la mort / Femina virens (Piero Schivazappa, 1969) ***

Un coin tranquille à la campagne (Elio Petri, 1968) **
L’intruse (Edmund Goulding, 1929) **
La clé des champs (Claude Nuridsany / Marie Pérennou, 2011) **
The nest (Sean Durkin, 2020) **
Ssssnake (Bernard L. Kowalski, 1973) **
Accusée… levez-vous ! (Maurice Tourneur, 1930) **
Yolanda (Robert G. Vignola, 1924) **
L’Arabe / The Arab (Rex Ingram, 1922) **
7 hommes… une femme (Yves Mirande, 1936) **
Les dents du diable (Nicholas Ray, 1960) **
Tourbillon de Paris (Henri Diamant-Berger, 1939) **
Les rebelles (George Sherman, 1954) **

…D’amour et d’eau fraîche (Félix Gandera, 1933) *
Le fou des îles (Stuart Walker, 1933) *
D’amour et d’eau fraîche (Jean-Pierre Blanc, 1975) *
À la manière de Sherlock Holmes (Henri Lepage, 1956) *


RE-VISIONS
La main droite du diable (Costa-Gavras, 1988) ** ↓
La bataille des Ardennes (Ken Annakin, 1961) ** →
Les ennemis (Édouard Molinaro, 1962) ** →

SÉRIE
Engrenages - saison 3 (Alexandra Clert, 2010) ****
Engrenages - saison 4 (Alexandra Clert, 2012) ****
Engrenages - saison 5 (Alexandra Clert, 2014) ****
INTERPRÉTATION FÉMININE DU MOIS : BETTE DAVIS Mary Donnell Haines dans Une certaine femme
INTERPRÉTATION MASCULINE DU MOIS : BENOÎT POELVOORDE Roger, le père dans Les convoyeurs attendent
User avatar
Roilo Pintu
Machino
Posts: 1193
Joined: 7 Oct 17, 15:13

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Roilo Pintu »

Mon Top 5 de Février :

Image


1/ Le Lion en Hiver - Anthony Harvey (1968)
2/ Ludwig ou le crépuscule des dieux - Luchino Visconti (1973)
3/ Light of my life - Casey Affleck (2020)
4/ North Dallas Forty - Ted Kotcheff (1979)
5/ L'Enfant rêvé - Raphaël Jacoulot (2020)


Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 91476
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Jeremy Fox »

Mars démarre en trombe avec déjà un potentiel vainqueur pour lequel Sophia Loren n'a pas volé son Oscar.


Image
User avatar
G.T.O
Egal à lui-même
Posts: 4396
Joined: 1 Feb 07, 13:11

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by G.T.O »

LES FILMS DU MOIS de février 2021

1. LUST FOR LIFE (Minnelli, 1956)
Image

2. NOMADLAND (Chloé Zhao, 2020)
Image

3. LA TRAQUE (Leroy, 1975)
Image


REDÉCOUVERTE DU MOIS

NO COUNTRY FOR OLD MEN (Coen, 2007)
Image



DÉCEPTION DU MOIS

SAINT MAUD (Glass, 2019)
Image
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22518
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by cinephage »

Jack Carter wrote: 28 Feb 21, 18:53Non.
Image
I love movies from the creation of cinema—from single-shot silent films, to serialized films in the teens, Fritz Lang, and a million others through the twenties—basically, I have a love for cinema through all the decades, from all over the world, from the highbrow to the lowbrow. - David Robert Mitchell
User avatar
Frances
Assistant opérateur
Posts: 2768
Joined: 3 Oct 12, 20:24

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Frances »

En février sur le podium :
Image
Midnight special de Jeff Nichols
Image
Hunger de Steve McQueen
Image
La complainte du sentier de Satyajit Ray

La suite ici avec d'autres belles découvertes.
Spoiler (cliquez pour afficher)
(Re) découverts :
- La petite voleuse de Claude Miller (1998) 6
Portrait d’une adolescente meurtrie, qui de transgressions en expériences chemine vers son devenir de femme. La fraicheur intacte de Charlotte Gainsbourg et les résonances avec les 400 coups sont les points forts du film mais après une embardée sur le thème de Pygmalion et de l’éducation sentimentale le dernier tiers patine sans convaincre.
- Nuages flottants de Mikio Naruze (1955). 7.5
Naruze ausculte un amour né dans le tumulte de la guerre d’Indochine et son érosion de retour au japon. De concessions en petites lâchetés, de résurgences en divagations, il décrit avec finesse la complexité des sentiments et offre une vision quasi-documentaire du Japon de l’époque.
- Les cicatrices de Dracula de Roy Ward Baker (1970). 6
Malgré quelques invraisemblances scénaristiques, Roy Ward Baker réussit la résurrection millésimée années 70 du célèbre comte plus sadique qu’à son habitude. Les seconds rôles croqués à traits épais concourent sans faillir à l’ambiance et l’on marche…la plupart du temps.
- Hunger de steve McQueen (2008) - Michael Fassbender, Stuart Graham. 9
Humilier, déshumaniser, torturer pour annihiler toute forme de contestation… jusqu’à l’anéantissement, la dissolution du corps et des idées. L’enfer c’est aussi quelques moments de grâce, une main cherchant le contact avec une mouche, l’évocation d’une enfance sauvage et fondatrice. Un film d’une violence inouïe qui m’a laissée K.O. debout.
- Le village des damnés de Wolf Rilla (1960) 7.5
Sous prétexte d’incarner la menace communiste ou de ressusciter la crainte de la suprématie aryenne, Rilla dynamite la famille traditionnelle, la société et ses institutions. Un classique efficace toujours aussi délectable.
- Le complexe de Frankenstein de Alexandre Poncet et Gilles Penso. 7
Deux passionnés de monstres « à l’ancienne » qui nous baladent dans l’antre de leurs créateurs. On retrouve son âme d’enfant et les peurs qui nous faisaient frissonner. Passionnant.
- Les démons du maïs de Fritz Kiersch (1984) 4.5
Derrière Kiersch, c’est S. King qui nous parle d’une Amérique malade fondée sur la violence, boursoufflée de puritanisme et bonne cliente de dérives sectaires. Le film fait de l’œil aux révoltés de l’an 2000 mais se heurte à un scénario faiblard.
- La complainte du sentier de Satyajit Ray (1955) - 8
Entre documentaire et récit fictionnel, S. Ray filme le quotidien d’une famille pauvre dans le Bengale de 1910. Chronique subtile et attachante qui instruit et touche au cœur.
- The plague dogs de Martin Rosen (1982) 7.5
Deux chiens, cobayes de laboratoire, se font la belle dans la campagne anglaise. Un survival qui prend le parti des plus faibles contre le démiurge humain capable de toutes les atrocités.
- Killer Joe de William Friedkin (2012) 6.5
Un film noir et pervers où ne subsiste guère d’illusions. L’Amérique de Friedkin est pourrie jusqu’à la moelle. La famille et les institutions sont à la même enseigne d’où un haut-le-cœur persistant.
- Evil dead de Sam Raimi (1981) 7
Un classique du genre efficace dont les effets bricolés font parfois rire, parfois frissonner. Idéal pour une soirée confinée seule à la maison.
- Midnight special de Jeff Nichols (2016) 8
Hommage inspiré aux films de SF des années 80 et prétexte pour évoquer l’amour inconditionnel entre un père et son fils, ce road-movie slalome entre dérive sectaire et monde parallèle. Décidemment, le cinéma de Nichols remporte mon adhésion.
- Police fédérale Los Angeles de William Friedkin (2004) 7.5
Friedkin expulse tout manichéisme pour sonder les profondeurs de l’âme humaine et dissoudre à l’acide les frontières entre flic kamikaze et artiste faussaire. Âpre et solide.
- Le projet Blair Witch de Daniel Myrick et Eduardo Sanchez (1999) 1
Le film qui popularisa le found footage m’a donné le tournis et fait espérer qu’une entité maléfique ou un sadique sorte du bois pour fermer le clapet de cette jeune réalisatrice logorrhéique et insupportable.
- Canicule de Yves Boisset (1984) 6.5
La France profonde de Boisset n’a rien à envier à l’Amérique profonde de Friedkin. L’entre-soi, l’alcool et l’avachissement de la psyché libèrent des pulsions bestiales et donnent naissance à des enfants-monstres.
- Raccrochez, c’est une erreur de Anatole Litvak (1948) 3
Le jeu hystérique de Barbara Stanwick et l’intrigue cousue de fil blanc provoquent très vite un ennui irréversible malgré une belle tenue formelle.
- Folle à tuer de Yves Boisset (1975) 7
Oublions le postulat simpliste arguant que la folie est partout. J’y vois plutôt un survival au cœur duquel une femme apeurée par le monde extérieur, va puiser en elle, en l’affrontant, la force de se réparer. Peut-être le plus beau rôle de Marlène Jobert comme le prétend J.B. Thoret dans la présentation.
- En avant de Dan Scanlon (2020) 6
Bien que j’ai pris du plaisir à cette fable elfique qui traite du deuil et du rite initiatique d’un ado, je regrette la digestion par l’ogre Disney synonyme de polissage et de formatage.


Revus
- Green Book de Peter Farrelly (2019) 7
Si le film n’était tiré d’une histoire vraie, on trouverait la démonstration trop appuyée mais Farrelly s’applique ici à restituer l’état d’une Amérique ségrégationniste et raciste et à brosser le portrait d’une amitié improbable. Il faut en croire nos yeux.
- La meilleure façon de marcher de Claude Miller (1976) 8
Et si l’intolérance, le trouble, le harcèlement moral et physique venait de la méconnaissance de soi et de l’ignorance ? Et si la sexualité était une terre à défricher plutôt qu’une ligne toute tracée par une société patriarcale célébrant la virilité ? Claude Miller fait bouger les lignes.
- Vampire, vous avez dit vampire ? de Tom Holland (1985) 7
Un vampire sexy en diable, un ado mordu de films d’horreur et un chasseur de vampire en toc. Un trio fantastique pour dépoussiérer le mythe avec efficacité. Un film efficace qui fleure bon les années 80.
Mes films du mois :
Spoiler (cliquez pour afficher)
- Jan 2021 : Cousin Jules
- Fev 2021 : Midnight special
"Il faut vouloir saisir plus qu'on ne peut étreindre." Robert Browning.
" - De mon temps, on pouvait cracher où on voulait. On n'avait pas encore inventé les microbes." Goupi
Mains Rouges.

Mes films du mois :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Jan 21 : Cousin Jules
Fev 21 : Midnight special
Mar 21 : Nanouk l'esquimau
Avr 21 : Garden of stones
User avatar
John Holden
Décorateur
Posts: 3597
Joined: 1 Sep 14, 21:41

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by John Holden »

M'est avis que la suite de la trilogie de Satyajit Ray, si tu as prévu de la voir ce mois ci, finira également tout en haut de ta liste. 8)
User avatar
Jack Carter
Certains l'aiment (So)chaud
Posts: 24063
Joined: 31 Dec 04, 14:17

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Jack Carter »

John Holden wrote: 1 Mar 21, 10:03 M'est avis que la suite de la trilogie de Satyajit Ray, si tu as prévu de la voir ce mois ci, finira également tout en haut de ta liste. 8)
3 mois apres sa revoyure, je crois que mon préféré est desormais le dechirant 3eme volet, Le Monde d'Apu
User avatar
ed
Le Cary de l'hypoténuse
Posts: 24868
Joined: 19 Jan 06, 15:33
Location: Californie, années 50

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by ed »

Encore plus de quarante films vus en février, ça va se calmer dans les mois qui viennent, mais ça fait du bien.
Outre la redécouverte de Blade Runner, que je n'avais pas vu depuis plus de 25 ans et dont je n'avais que peu de souvenirs, je retiens :
Image

ImageImage
ImageImage
Bilan intégral commenté ici
Me, I don't talk much... I just cut the hair
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 91476
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Jeremy Fox »

ed wrote: 1 Mar 21, 10:07
Image
Effectivement c'est d'un autre niveau que La Haine qui je trouve n'a quand même pas très bien vieilli 8)