Les Duellistes (Ridley Scott - 1977)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93061
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

Martin Quatermass wrote:
Jeremy Fox wrote:Allez, il te reste encore avoir le somptueux Legend avec l'une des plus belles partitions de jerry Goldsmith et le diable le plus beau du bestiaire satanique cinématographique :D
A ce propos, quelle est la version sur le dvd fr ? j'ai cru lire quelque part que ce film avait connu plusieurs versions plus ou moins longues... :?

alors quid du dvd ?
Pour la version, d'autres pourront te répondre, en tout cas c'est la BO de Goldsmith et non celle US de Tangerine dream.
Jake Scully
Producteur
Posts: 9994
Joined: 29 May 03, 18:01

Post by Jake Scully »

Holly Golightly wrote:Par contre, j'ai Thelma et Louise en VOST, je vais peut-être me le regarder ce soir...
Ah non! En faisant Thelma et Louise, là, il a déconné...

SPOILERS...

Oh le beau plan final de Keitel qui court image par image derrière la voiture avant qu'elle tombe dans le ravin. Il voulait faire quoi? L'attrapper? :mrgreen:
tuco dunn
Vélodrame
Posts: 5701
Joined: 13 Apr 03, 17:00

Post by tuco dunn »

Les duellistes: 6,5/10
ésthétiquement tres réussi comme tous(où presque) les films de Ridley Scott, mais je n'ai pas compris où il voulait en venir avec ce film, pourquoi tout ça?
petit spoiler
Je prendrais l'exemple de la scéne finale, un magnifique plan qui nous montre un Harvey Keytel songeur, émotionnellement le plan pourrait être réussi, parrait réussi , à condition d'être plongé nous aussi dans les pensées du personnage, hors j'ai beau y penser, je n'en pas la moindre idée...
Aors ai-je raté quelque chose où ce film est-il plus vide de sens qu'il n'y parrait?
"Que celui qui n'a pas traversé ne se moque pas de celui qui s'est noyé"
User avatar
Eusebio Cafarelli
Passe ton Bach d'abord
Posts: 7834
Joined: 25 Jul 03, 14:58
Location: J'étais en oraison lorsque j'apprends l'affreuse nouvelle...

Post by Eusebio Cafarelli »

Spoiler aussi
La scène de la fin est remarquable : Harvey Keitel en redingote, mains dans le dos, avec un chapeau à la Napoléon, médite sur sa défaite face à l'aristocrate devant le méandre d'un fleuve qui forme comme une île : Ste Hélène ?
On peut comprendre le film comme la lutte entre la bourgeoisie issue de la Révolution et l'aristocratie qui résiste encore, il me semble.
C'est tiré d'une nouvelle de je-ne -sais-plus-qui (je me demande si ce n'est pas Conrad).

Eusebio Cafarelli
Image
Solal
Accessoiriste
Posts: 1860
Joined: 9 Sep 03, 11:11
Location: A l'est d'Eden

Post by Solal »

tuco dunn wrote:Les duellistes: 6,5/10
ésthétiquement tres réussi comme tous(où presque) les films de Ridley Scott, mais je n'ai pas compris où il voulait en venir avec ce film, pourquoi tout ça?
C'est la psychologie du personnage de Keitel qui te pose problème ?

Le film est adapté d'une nouvelle de Conrad. On y retrouve le thème majeur de son oeuvre : la part d'ombre de l'être humain, qui revient en force dans les débuts d'une modernité censée être pourtant plus rationelle, plus civilisée. Apocalypse Now est également une transposition d'un de ses romans (Au coeur des ténèbres) et le personnage de Kurtz a quand même un lien de parenté avec celui de Keitel dans Les duellistes. Son roman le plus connu, Nostromo, considéré comme l'un des livres fondateurs de la littérature moderne, a donné son nom au vaisseau d'Alien (Ridley Scott m'a tout l'air d'être un conradien de première).

Duelliste me fait penser au Procès de Kafka, où l'on ne saura jamais pour quelle raison Joseph K. est poursuivi. C'est un peu le même principe ici, avec les dérèglements d'un code de l'honneur censé apporter dignité et sens à ceux qui le respectent, et qui révèle sa nature totalement vaine et arbitraire. Le comportement de Keitel n'a pas à être éclairé davantage car il n'a profondément pas de sens. C'est là le sujet même du film. Les campagnes napoléoniennes constituent un cadre parfait : c'est la fin d'un monde traditionnel (l'Ancien régime), balayé au nom de principes plus rationnels (les Lumières) et qui laisse la place à un premier Empire qui constitue une sorte de fuite en avant (à la recherche de quoi ? on ne sait plus trop) qui ne peut connaître qu'une fin tragique. Bref, une jolie petite fable sur la condition moderne (avec la perte du référent religieux, mais pas seulement) : puisqu'il faut trouver soi-même un sens à son existence, n'importe quel simulacre est bon (ici, cette fausse querelle) pour essayer, coûte que coûte, de structurer sa vie autour d'un principe.

Bon, c'est là l'idée générale mais, évidemment, l'histoire reste ouverte à d'autres interprétations. Quant au film de Ridley Scott, je trouve que son traitement est magistral, avec une sobriété et une économie de moyens exemplaires. Le réalisateur n'est d'ailleurs jamais plus parvenu par la suite à autant m'impressionner (même si j'ai pu profondément apprécier certains de ses autres films)...
Image
I would prefer not to
harry callahan
Mogul
Posts: 11413
Joined: 13 Apr 03, 17:28
Location: Dans un snack de San Francisco, d'où il vaut mieux que je ne sorte pas

Post by harry callahan »

Les duellistes : primo, soyons clairs, c'est fichtrement beau. La direction artistique est de tout premier ordre, costumes, décors intérieurs ou extérieurs, accessoires, coiffures, etc, c'est vraiment du beau boulot. Il y a aussi une photographie du tonnerre, deux très bons acteurs, quelques scènes vraiment belles, quelques jolis thèmes musicaux. Bref, du très bon boulot, et un sacré premier film pour Ridley Scott, ça force le respect.


8,75/10
[...]But being this a .44 magnum, the most powerful handgun in the world, and would blow your head clean off, you have to ask yourself one question : "Do I feel lucky ?". Well, do you, punk ?
User avatar
-Kaonashi Yupa-
Tata Yuyu
Posts: 10890
Joined: 21 Apr 03, 16:18

Post by -Kaonashi Yupa- »

J'ai enfin découvert ce film, sur la magnifique édition DVD Paramount.

Bon, je n'ai rien à ajouter au message d'Holly au début de ce topic : ce film est un chef-d'oeuvre. Scott pousse la référence à Barry Lyndon jusqu'à lui emprunter une de ses actrices, Gay Hamilton. Content de reconnaître Tom Conti qui joua quelques années plus tard dans Furyo ; Albert Finney, et une simple apparition de Pete Postlewhaite en barbier (j'avais un doute, que le générique de fin m'a enlevé).

Et j'adore l'affiche du film :
Image
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Post by Max Schreck »

Une oeuvre magnifique.

Le pitch tient en une ligne : deux soldats napoléoniens qui se provoquent régulièrement en duel pendant 20 ans et pour un motif absurde, tellement absurde qu'il n'existe pas. La grande force du film est de rendre cette idée plausible. On est en fait pas loin de Polanski (le film a une véritable atmosphère fantastique et onirique).

Le trop rare Keith Carradine compose un personnage complexe, difficile à cerner, tenté par la gloire tranquille que lui promettent ses galons militaires et l'amour des deux femmes qui l'aiment (deux très beaux personnages féminins), mais demeurant "habité" par cette brèche qu'a ouverte en lui Harvey Keitel. Pour son premier film, Scott a déjà mis au point toute sa grammaire visuelle : plans picturalement composés, richesse du décor, goût des contre-jours. C'est une véritable splendeur. Etonnante économie de moyens, art de l'ellipse et des transitions brutales, tout est soigneusement maîtrisé ici, et la fin est littéralement cosmique.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...
harry callahan
Mogul
Posts: 11413
Joined: 13 Apr 03, 17:28
Location: Dans un snack de San Francisco, d'où il vaut mieux que je ne sorte pas

Post by harry callahan »

Pas grand chose à rajouter aux louanges, si ce n'est la réussite artistique extrême : costumes, accessoires, décors intérieurs ou extérieurs sont splendides. Pour une première oeuvre, c'est une sacrée réussite. J'aime beaucoup l'idée que les duels s'étalent sur une très longue durée, et soient tous différents les uns des autres ( sabre, épée, pistolet, à cheval ). En prime, un splendide plan final.
[...]But being this a .44 magnum, the most powerful handgun in the world, and would blow your head clean off, you have to ask yourself one question : "Do I feel lucky ?". Well, do you, punk ?
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 50021
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Post by Boubakar »

Les duellistes (1977, GB) - Ridley Scott.

L'obessionnelle lutte qui oppose deux généraux de l'armée Napoléonienne sur une décennie....

Sous ce court pitch se cache le premier film de Ridley Scott.
Une première chose se fait immédiatement ressentir ; il s'agit de l'esthéthique. En effet, le film est somptueusement mis en scène et éclairé, à tel point que plusieurs fois, on croirait voir des tableaux, c'est vraiment magnifique !! (la copie impeccable du DVD conforte cette impression)
En effet, combien de fois Scott s'attarde sur un paysage, signe de l'infinité pour les deux "héros" dans leur lutte incessante ? A noter plusieurs scènes éclairées à la bougie dans ce drame d'époque.
La musique, douce et discrète, nous plonge encore plus dans cette atmosphère assez tendue, sans compter Keith Carradine et Harvey Keitel, vraiment justes dans leurs rôles.

Une énorme et belle surprise, un chef d'eouvre méconnu à découvrir
:D
User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 16815
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Post by Profondo Rosso »

Les Duellistes de Ridley Scott
Image
1er film, 1er classique. Durant les guerre napoeloniennes, les rencontre parsemées de duel de deux soldats étalées sur vingt ans au point qu'on finisse par en oublier le motif initial. Avec des moyens bien inferieurs, Ridley Scott parvient a créer un equivalent visuel à "Barry Lyndon" pour le début du 19e siècle. Pratiquement tout les plans sont composés et photographiés comme des tableaux en mouvement c'est vraiment tres impressionnant pour un premier film. Les differents duels sont parfaitement chorégraphiés et sont loin d'etre monotone, ayant leurs identité propre selon le moment du film où ils se situent, le plus impressionnant et connu restant celui à cheval avec les épées. L'interpétation est excellente surtout Harvey Keitel en obsessionnel du duel et Bonapartiste acharné. 5,5/6
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23423
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Post by AtCloseRange »

Les Duellistes - Ridley Scott
Il faut reconnaître que le film est plastiquement superbe mais c'est aussi un peu son défaut. Une suite de tableaux (voulus par le réalisateur d'ailleurs, on a droit à quelques natures mortes) qui désincarnent un peu trop le film et la référence picturale et au niveau de la réalisation à Barry Lyndon est un peu écrasante (on y retrouve l'actrice Gay Hamilton d'ailleurs, cousine de Barry Lyndon dans mes souvenirs).
Keith Carradine et Harvey Keitel sont irréprochables mais je n'ai pas vraiment été touché par leur histoire, davantage prétexte à un exercice de style pictural d'une grande beauté.
La copie présentée hier soir est en tout cas irréprochable.
Blue
subMarine
Posts: 5406
Joined: 13 Sep 06, 13:32

Post by Blue »

AtCloseRange wrote:Les Duellistes - Ridley Scott
Il faut reconnaître que le film est plastiquement superbe mais c'est aussi un peu son défaut. Une suite de tableaux (voulus par le réalisateur d'ailleurs, on a droit à quelques natures mortes) qui désincarnent un peu trop le film et la référence picturale et au niveau de la réalisation à Barry Lyndon est un peu écrasante (on y retrouve l'actrice Gay Hamilton d'ailleurs, cousine de Barry Lyndon dans mes souvenirs).
Keith Carradine et Harvey Keitel sont irréprochables mais je n'ai pas vraiment été touché par leur histoire, davantage prétexte à un exercice de style pictural d'une grande beauté.
La copie présentée hier soir est en tout cas irréprochable.
Mmf, ça m'embête vraiment de l'avoir raté, celui-là.

:idea: Je vais m'acheter le DVD.
Mon top éditeurs : 1/Carlotta 2/Gaumont 3/Studiocanal 4/Le Chat 5/Potemkine 6/Pathé 7/L'Atelier 8/Esc 9/Elephant 10/Rimini 11/Coin De Mire 12/Spectrum 13/Wildside 14/La Rabbia-Jokers 15/Sidonis 16/Artus 17/BQHL 18/Bach
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23423
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Post by AtCloseRange »

Blue.Velvet wrote:
AtCloseRange wrote:Les Duellistes - Ridley Scott
Il faut reconnaître que le film est plastiquement superbe mais c'est aussi un peu son défaut. Une suite de tableaux (voulus par le réalisateur d'ailleurs, on a droit à quelques natures mortes) qui désincarnent un peu trop le film et la référence picturale et au niveau de la réalisation à Barry Lyndon est un peu écrasante (on y retrouve l'actrice Gay Hamilton d'ailleurs, cousine de Barry Lyndon dans mes souvenirs).
Keith Carradine et Harvey Keitel sont irréprochables mais je n'ai pas vraiment été touché par leur histoire, davantage prétexte à un exercice de style pictural d'une grande beauté.
La copie présentée hier soir est en tout cas irréprochable.
Mmf, ça m'embête vraiment de l'avoir raté, celui-là.

:idea: Je vais m'acheter le DVD.
Si je me base sur l'image d'hier soir, la qualité devrait être au rendez-vous.
Blue
subMarine
Posts: 5406
Joined: 13 Sep 06, 13:32

Post by Blue »

AtCloseRange wrote:
Blue.Velvet wrote:
Mmf, ça m'embête vraiment de l'avoir raté, celui-là.

:idea: Je vais m'acheter le DVD.
Si je me base sur l'image d'hier soir, la qualité devrait être au rendez-vous.
L'édition Paramount est en solde sur hmv.co.uk pour 3GBP, avec piste anglaise en 5.1 et stf. Au niveau des bonus, il y a notamment un commentaire audio et le premier court métrage de Scott.
Mon top éditeurs : 1/Carlotta 2/Gaumont 3/Studiocanal 4/Le Chat 5/Potemkine 6/Pathé 7/L'Atelier 8/Esc 9/Elephant 10/Rimini 11/Coin De Mire 12/Spectrum 13/Wildside 14/La Rabbia-Jokers 15/Sidonis 16/Artus 17/BQHL 18/Bach